• Sony A7 III de très grosses améliorations


    Sony A7 III


    Avec un nouveau capteur d’image CMOS Exmor R rétroéclairé plein format de 24,2 mégapixels développé spécifiquement pour l’A7 III (épaulé par la nouvelle génération de processeur de traitement des données Bionz X), le même moteur autofocus avancé que l’on trouve sur les célèbres A9 et A7R III, et 10 images par seconde en rafale (même en mode de prise de vue entièrement silencieux), l’A7 III se présente comme une bête de course même si il n’est pas sensé concurrencer l’A7R III et l’A9.


    On note dans les caractéristiques :

    • La large plage ISO de 100 à 51 200 (extensible à ISO 50 – 204 800 pour les images fixes)
    • Gamme dynamique 15 IL
    • Le système de mise au point automatique comprend 693 collimateurs autofocus à détection de phase couvrant 93% de la surface de l’image, 425 collimateurs autofocus de contraste et la fonction «Eye AF» rapide et fiable de Sony
    • En mode rafale la prise de vue en continu jusqu’à 10 images par seconde avec l’obturateur mécanique ou prise de vue silencieuse et suivi AF/AE complet
    • Stabilisation optique de l’image sur 5 axes
    • La vidéo 4K UHD
    • La durée de vie de la batterie la plus longue de tout boîtier sans miroir avec 710 images par charge
    • Deux emplacements de carte SD
    • USB Type-C SuperSpeed ​​USB (USB 3.1 Gen 1)

    Lire la suite »


  • Hybride Canon M50

    canon-M50


    L’hybride Canon EOS M50 récemment annoncé poursuit la tendance de l’amélioration de la série M et semble répondre à une partie de la liste des problèmes du M5.

    C’est le premier appareil photo hybride Canon équipé du nouveau processeur d’image DIGIC 8 et à inclure l’enregistrement vidéo 4K. De plus, l’autofocus Dual Pixel a été amélioré, ce qui est important. Bien que ce soient des ajouts notables, le M50 partage beaucoup de caractéristiques de ses frères et sœurs plus chers, comme le même capteur d’image APS-C de 24 mégapixels. Canon le positionne toujours comme un appareil photo d’entrée de gamme, mais il s’agit d’un boîtier plus complet que les M d’entrée de gamme précédents


    Canon M50 Caractéristiques principales

    • Capteur CMOS APS-C de 24,3 mégapixels
    • Plage ISO native de 100 à 25 600
    • Premier appareil photo Canon avec le nouveau processeur d’image DIGIC 8
    • Jusqu’à 10 images par seconde de prise de vue en continu
    • Écran de 3 pouces articulé et tactile
    • Viseur électronique OLED 0,39 pouces
    • Enregistrement vidéo 4K UHD
    • Wi-Fi intégré, NFC et Bluetooth

    Lire la suite »


  • Nouveaux capteurs en vue chez Sony et Panasonic


    Panasonic capteur organique

    Panasonic annonce officiellement un capteur organique 8K opérationnel

    Panasonic avait annoncé en 2013 des recherches sur un capteur organique qu’il devait explorer en partenariat avec Fuji mais l’annonce de Panasonic ne parle pas de Fuji. Ce capteur Panasonic organique (non 8K à l’époque) était sensé sortir en 2015 mais ce n’est que cette année que ce capteur a été finalisé. Panasonic annonce donc un capteur de nouvelle génération alliant silicium et film organique. Un exploit qui permettra au caméras de se débarrasser du rolling-shutter et d’exploser les limites actuelles en sensibilité et d’augmenter largement la plage dynamique.

    Il s’agit là d’un capteur CMOS de 36 Mpix (8K donc) à 60 images par seconde sur lequel Panasonic a intégré non pas des photosites traditionnels mais un film organique sensible à la lumière.


    capteur_pana_organique


    Un petit shéma peut-être plus facile à comprendre (et en français) de la présentation par Panasonic de son futur capteur en 2013 :


    schema d'un capteur organique


    C’est une avancée technologique majeure car un film organique offre de gros avantages notamment en vidéo. D’abord, sa nature organique le rend hyper rapide à recevoir et faire transiter les données, ce qui lui permet d’agir comme un obturateur global (global shutter), une performance qui élimine l’effet de déformations des verticales appelé rolling shutter propre aux CMOS classiques et surtout observables en vidéo, cet effet se caractérise par une distorsion marquée lors de mouvements rapides de l’opérateur ou du sujet. :


    capteur_pana_organique_comparaison


    L’autre force du capteur, c’est sa plage dynamique, c’est-à-dire sa capacité à voir dans les hautes et basses lumières en même temps, une plage dynamique estimée à 14 diaph. Le film organique encaisse très bien les photons (niveau de saturation de 450k e- par « photosite ») et sa sensibilité peut être modulée de manière ultra fine en faisant varier le voltage.

    Panasonic a également mis au point un suppresseur de bruit permettant de fonctionner à des vitesses plus élevées que les précédentes tentatives. Le capteur dispose également de deux différents modes, l’un pour la haute sensibilité et l’autre pour la saturation élevée, ce qui permet au capteur de capturer une plage dynamique plus large en une seule fois, par rapport aux capteurs traditionnels à base de silicium. Le capteur incorpore également un filtre de densité neutre électronique en ajustant cette tension, ce qui signifie que les photographes n’auront plus à transporter des filtres ND.

    Panasonic annonce aussi avoir mis des solutions en place pour protéger cette partie organique, réputée comme fragile.

    Pour le moment Panasonic parle d’intégrer ce nouveau capteur dans des caméras professionnelles, des caméras de surveillance, ou automobiles, mais ne parle pas d’appareils photo.

    La sortie de ce capteur n’est en principe pas prévue avant 2020, il faudra patienter.


    Et Sony

    Sony a déposé trois brevets dont deux me semblent intéressants.

    A Capteur organique

    Brevet de Sony publié décrivant un capteur organique aux deux caractéristiques intéressantes :

    1) C’est une sorte de capteur semblable à Foveon avec des pixels RVB empilés verticalement. Cela permet à chaque pixel de capturer les informations en couleur. Dans le même temps, les pixels peuvent être plus grands par rapport à un capteur RGB classique.

    2) Le capteur utilise des matériaux organiques.

    Le capteur RVB classique devient de plus en plus « stressé » par la réduction de la taille des pixels. Ce type de nouveau capteur breveté est une solution pour obtenir une résolution et une fidélité des couleurs beaucoup plus élevées.


    Sony_capteur organique


    On y voit en particulier une couche de pentacène, un semi-conducteur organique sensible dans le visible et le proche UV. Sony n’est pas la seule entreprise à explorer les possibilités de matériaux organiques puisque Panasonic va sortie le sien aussi comme nous l’avons vu plus haut. En effet, l’ajout d’une couche organique pourrait permettre de rapprocher le rendu image de celui de la pellicule argentique avec notamment une meilleure dynamique dans les hautes lumières. L’entreprise Invisage a réalisé une comparaison vidéo pour mettre en évidence les avantages de ce type de technologie.


    Cette technologie utilise une couche organique de conversion photo-électrique avec un haut coefficient d’absorption au lieu de photodiodes en silicone. Cela permet à la section qui reçoit la lumière et au capteur d’atteindre des performances bien supérieures à ce que les capteurs habituels permettent. Elle agit surtout sur l’augmentation de la plage dynamique, tout en améliorant la sensibilité du capteur. Cela permet de prévenir les zones surexposées, tout en permettant aux zones plus sombres de garder des textures riches et des couleurs vives. De plus, ce type d’approche minimise le bruit numérique lors de l’utilisation de hautes sensibilités.


    Contrairement à un capteur CMOS traditionnel, un capteur organique a une couche pour un film photoconducteur qui capture la lumière, et une couche séparée de circuit pour stocker les charges créées lorsque la lumière frappe le capteur. Ce changement permet aux capteurs de capturer une gamme plus large de lumière et de couleurs plus profondes. Avec cette conception différente, le boîtier peut contrôler la sensibilité du capteur organique en ajustant la tension envoyée au capteur.


    B Brevet pour un capteur Sony à détection de la polarisation de la lumière

    Autre brevet pour capteur Sony à détection de la polarisation de la lumière
    Sony a mis sur le marché un capteur permettant la détection de la polarisation de la lumière. Destiné aux systèmes industriels, le capteur a été utilisé dans un produit de l’entreprise canadienne Lucid Vision Labs. En lieu et place d’une matrice de Bayer standard (avec des filtres colorés), Sony a placé une matrice de polarisation linéaire (0°, 45°, 90°, 135°) pour permettre une estimation de l’orientation de la polarisation de la lumière. La détection de la polarisation a un intérêt dans le contrôle qualité : les matériaux, en particulier polymères, présentent des variations locales de polarisation en cas de choc ou de forte contrainte mécanique. La commercialisation de ce type de capteur à destination du grand public paraît cependant improbable.


    sony-capteur_polarisation


    Avec les brevets, on ne sait jamais combien de temps on va devoir attendre pour voir ce genre de capteurs sur les appareils Sony fabriqués en série. Pourtant, ce qui est inhabituel avec les brevets de Sony, c’est qu’ils ont effectivement partagé certaines photos du capteur organique ce mois-ci.


    Troisième brevet chez Sony :

    Un capteur CMOS rétro-éclairé avec « Global Shutter »

    sony_capteur_global_shutter_2018

    Sony venait d’annoncer quelques heures avant Panasonic avoir réussi à développer un capteur CMOS rétro-éclairé avec « Global Shutter », ce qui est particulièrement intéressant dans le domaine de la vidéo. Si on ne peut exclure un hasard du calendrier, ces deux annonces, bien qu’apparemment différentes concernent le même type de progrès apportés aux capteurs de nos prochains appareils.

    Pour le moment le capteur annoncé par Sony n’est que de 1,46 mégapixel mais on connait Sony et ses ingénieurs… ;-)

    sony_capteur_global_shutter


    Ce capteur empilé rétro-éclairé peut lire chaque pixel simultanément pour au final obtenir un obturateur global (BSIGS). Bien que l’entreprise nipponne ait créé un tel type de capteur de seulement 1,46 million de pixels, cette technologie naissante a un potentiel important.

    Le capteur est capable de lire instantanément chaque pixel, car chaque pixel a son propre convertisseur analogique-numérique (ADC) imbriqué dans une «puce inférieure», qui est empilée sous une «puce supérieure» contenant les pixels photosensibles. Cela permet à tous les pixels exposés d’être lus simultanément, plutôt que séquentiellement, rangée par rangée, comme c’est le cas avec les capteurs CMOS traditionnels contenants beaucoup moins de «colonnes parallèles».



    Et Fuji alors ?

    Il y a un an, Fujifilm expliquait que ses équipes de recherche et développement continuaient de travailler sur un capteur organique.


    Vive la concurrence qui va apporter d’importants progrès en termes de plage dynamique, de photographie et vidéo en basse-lumière, ainsi que la disparition de l’effet “Rolling shutter” dans les vidéos.


  • Laowa 9mm f/2.8, un très grand angle pour les hybrides Sony


    Laowa 9mm pour hybrides Sony


    Laowa sort un ultra grand angle 9mm f/2.8 équivalent 13.5mm pour les hybrides Sony E à capteur APS-C (Nex, Sony a6000, a6300, a6500). Pour les amateurs de très larges paysages ou de très grands monuments en manquant de recul c’est une bonne innovation.

    L’optique bien étudiée et compacte se marie à merveille avec les hybrides Sony.


    Laowa-9mm_details


    La mise au point devra se faire en manuel mais avec cette focale la profondeur de champ est immense donc il y a peu de risque de faire une mauvaise mise au point.

    Diamètre de filtre 49mm.

    L’objectif sera disponible au mois de mars pour 499 $, je ne connais pas le prix en euros.