• Mon cerisier du Japon


    Mon cerisier du Japon


    Dommage que l’autre soit mort, mais celui-là cette année est encore plus beau que les années antérieures, ça ne se voit pas beaucoup sur la photo mais il est superbe. La photo n’est pas extraordinaire mais je n’ai pas pu faire mieux.

    Exif : Sony a6300 et objectif 18-200mm en mode priorité ouverture, vitesse 1/400 à 100 iso, focale 26 mm.


  • La bonheur est dans le pré

     

    Le bonheur est dans le pré


    Mon petit chihuahua a maintenant un an, il a bien grandi et pour un garçon il a gardé toute sa douceur dans son visage.

    Il est en pleine mue si bien que son poil ne brille pas autant qu’avant mais ça va revenir.

    Je l’ai pris avec mon Sony a6300 et l’objectif 18-200 première version. J’ai un petit souci avec mon objectif : malheureusement entre les lentilles je distingue des champignons. C’est une maladie grave pour les objectifs car les champignons s’étendent au fur et à mesure du temps et il n’y a rien à faire. Ça m’attriste parce que j’aime beaucoup cette optique bien pratique et dont le piqué n’est plus à prouver. Pour le moment ça ne gêne pas trop.

    Exif de la photo : mode priorité ouverture réglée sur f/6.3, vitesse 1/40ème de seconde, focale 73mm, sensibilité 100 iso.


    Allez une seconde qui justifie le titre ;-)

    Que c’est bon de se rouler dans l’herbe quand le printemps arrive :-)


    Onyx trouve que la vie est belle

     

    Pour Onyx la vie est belle et il la savoure pleinement.

    Exif de la photo : mode priorité ouverture réglée sur f/5.6, vitesse 1/640ème de seconde, focale 57mm, sensibilité 100 iso.

    Je voulais prendre mon cerisier en fleurs, il est magnifique en ce moment mais j’étais en plein contre jour et ça ne donne rien. Demain peut-être si on a du soleil et un beau ciel bleu le matin.


  • Je l’ai eue l’éclipse totale de la lune !

    Eclipse


    Je vous l’ai mise en image cliquable pour que vous puissiez la voir en plus grand et donc de meilleure qualité, il suffit de cliquer sur la photo ci-dessus pour la voir en grand. Sous la photo en grand vous avez un lien pour revenir au blog.

    Comme je vous le disais précédemment j’ai cassé mon trépied donc j’ai du prendre les photos à main levée, pas top ça mais bon je m’en suis quand même sortie à peu près bien. Du coup la majorité des photos sont prises avec l’Olympus EM5 II.

    Rappel l’hybride Olympus EM5 II tout comme le petit compact Panasonic GM5 sont dotés d’un capteur micro 4/3 et sont des boîtiers à objectifs interchangeables, il faut donc multiplier la focale de l’objectif par 2, j’étais à fond de zoom, donc en équivalent 300 mm pour chaque photo pour avec l’Olympus et à 200mm avec le Panasonic :

    Image 1 : Olympus E-M5II, objectif 14-150mm, 3200 iso, ouverture f/5.6 vitesse 1/4 de seconde. 5h42 du matin

    Image 2 : Olympus E-M5II, objectif 14-150mm, 3200 iso, ouverture f/5.6 vitesse 1/4 de seconde.

    Image 3 : Olympus E-M5II, objectif 14-150mm, 6400 iso, ouverture f/5.6 vitesse 1/4 de seconde.

    Image 4 : Olympus E-M5II, objectif 14-150mm, 6400 iso, ouverture f/5.6 vitesse 1/4 de seconde.

    Image 5 : Olympus E-M5II, objectif 14-150mm, 6400 iso, ouverture f/5.6 vitesse 1/4 de seconde.

    Image 6 : Olympus E-M5II, objectif 14-150mm, 6400 iso, ouverture f/5.6 vitesse 1/4 de seconde.

    Image 7 : Olympus E-M5II, objectif 14-150mm, 6400 iso, ouverture f/5.6 vitesse 1/4 de seconde.

    Image 8 : Panasonic GM5, objectif 35-100mm, 3200 iso, ouverture f/5.6 vitesse 1/8 de seconde.

    Image 9 : Olympus E-M5II, objectif 14-150mm, 6400 iso, ouverture f/5.6 vitesse 1/4 de seconde. 6h 46 du matin.

    Le petit Panasonic GM5 m’a encore une fois étonnée, c’est le moment où la lune était la plus sombre et je n’arrivais pas à la trouver dans le viseur avec l’hybride Olympus ! Avec le Panasonic GM5 oui !!!

    Je n’ai pas pu prendre la phase où la lune redevient bien visible car elle descendait derrière les arbres de la forêt, ça je m’en doutais mais ça ne fait rien, je suis contente tout de même, et sans trépied c’était vraiment risqué !


  • Éclipse totale de Lune

    Eclipse totale de lune


    La Terre va à nouveau se glisser entre la Lune et le Soleil, tôt lundi 21 au matin.

    C’est la seule visible en Europe en 2019 et la dernière éclipse totale de lune avant le 16 mai 2022.

    Ce phénomène qui se produit une à deux fois par an, n’est pas toujours visible depuis l’Europe. Les éclipses totales correspondent à un concours de circonstances rare : il faut que la Terre se situe exactement entre le Soleil et la Lune, ce qui coupe cette dernière du Soleil. Mais, pendant l’éclipse, la Lune ne sera pas invisible : elle sera rouge, comme lors de toutes les éclipses totales.

    Cette teinte sera due au fait que les rayons du Soleil ne l’atteindront plus directement. A la place, une petite partie des rayons rouges seront filtrés par l’atmosphère terrestre et réfractés vers la Lune (les rayons bleus, eux, divergeront vers l’extérieur). C’est le même phénomène qui colore en rouge les levers et couchers du Soleil vus depuis la Terre.


    A quelle heure l’observer ?

    La Lune sera dans l’ombre de la Terre de 03h34 à 06h51 GMT, soit 4h34 et 7h51, heure de France métropolitaine.

    Elle sera totale à partir de 5h40 heure française, selon les tableaux horaires fournis par la Nasa.

    La phase totale de l’éclipse durera une heure et deux minutes. C’est environ trois quarts d’heure de moins que celle de la grande éclipse de juillet 2018, qui restera la plus longue du XXIe siècle.

    Attention pas après 7h51 car là il fera jour ;-)


    Quel est l’endroit idéal pour l’observer ?

    Il faut s’éloigner des lumières de la ville et tenter de trouver un point d’observation en hauteur. Choisissez si possible un site bien dégagé.

    Pour bien observer l’éclipse depuis son balcon ou son jardin, il faudra avoir une vue dégagée à l’ouest. « Il faut regarder à 38° de hauteur, sachant qu’à 45° on se trouve à mi-chemin entre le zénith et l’horizon. Au moment de son éclipse totale, à 5h40, elle ne sera plus qu’à 26° », précise Olivier Sanguy.

    Grrrr évidemment moi je n’aurai pas de vision dégagée à l’ouest à cause de la forêt :-(

    Vous pourrez regarder la Lune à l’œil nu, sans lunettes spéciales. Aucun télescope n’est nécessaire pour observer l’éclipse. Pour voir les cratères de la Lune, une simple paire de jumelles peut faire l’affaire.


    Comment la photographier ?

    Pour photographier la lune même lors d’une éclipse il faut prévoir un téléobjectif. Un 200mm permet de prendre la lune en photo dans de bonnes conditions mais ça reste juste. Une focale plus importante 400mm ou plus évitera de devoir recadrer la photo et permettra d’avoir une meilleure définition de l’image.

    Un trépied est indispensable pour éviter le flou de bougé. Une télécommande est aussi préconisée. Ainsi qu’une petite  lampe de poche pour pouvoir affiner vos réglages.

    Pour la mesure de la lumière il faut la faire en « spot » sur la lune.

    Pour éviter que la lune soit floue on ne peut pas avoir de temps de pose trop long à moins d’avoir une monture équatoriale pour suivre les mouvements de la lune. Sans monture équatoriale il faut savoir qu’à 200mm le mouvement de lune devient perceptible en 3 secondes, à 400mm celui ci devient visible en 0,75 secondes seulement. Il sera donc obligatoire de monter en sensibilité.


    Ci dessous une partie du tableau de Fred Espenak qui travaille à la NASA.


    Réglages éclipse totale de lune


    Pour utiliser ce tableau il faut choisir une sensibilité et une ouverture et trouver la vitesse dans la seconde partie du tableau correspondant à la phase de l’éclipse.
    Les valeur comprise entre L4 et L0 correspondent à la luminosité de l’éclipse totale. L4 étant une éclipse particulièrement lumineuse et L0 une éclipse avec une très faible luminosité.

    Description :

    0 : Éclipse très sombre. Lune presque invisible, particulièrement au milieu de la totalité.

    1 : Éclipse sombre, et de couleur grise ou brunâtre. Les détails difficilement sont distinguables.

    2 : Éclipse rouge sombre ou de couleur rouille. Ombre centrale très foncée, tandis que la zone extérieure de l’ombre est plus claire.

    3 : Éclipse rouge brique. L’ombre est souvent bordée d’une zone jaune ou grise.

    4 : Éclipse de couleur cuivre ou orange très brillant. La zone extérieure est bleuâtre et très brillante.

    La luminosité n’étant jamais la même il vous faudra tester plusieurs réglages en vérifiant les réglages à chaque fois mais ça vaut le coup d’essayer :-) Si l’appareil n’arrive pas à faire une mise au point précise il vaut mieux de toute façon passer en mise au point manuelle et sur l’infini.


    Bonnes photos :-)