• Dictons et citations célèbres

    chambre

    Photographie:


    1) La plus connue :

    Si ta photographie n’est pas bonne, c’est que tu n’étais pas assez près.
    Robert Capa


    Mais je vous en ai cherché d’autres :

    2) La photographie, c’est le photographe. C’est un art ; c’est mieux qu’un art, c’est un phénomène solaire où l’artiste collabore avec le soleil !
    Alphonse de Lamartine


    3) Jacques Prévert qui me comprenait très bien m’avait dit un jour : C’est toujours à l’imparfait de l’objectif que tu conjugues le verbe photographier.
    Robert Doisneau

    J’aime le jeu de mot sur l’objectif ;-)


    4) Tu ne prends pas une photographie, tu la crées
    Ansel Adams


    5) Cela fait partie du travail du photographe de voir plus intensément que la plupart des gens. Il doit avoir et garder en lui quelque chose de la réceptivité de l’enfant qui regarde le monde pour la première fois ou du voyageur qui pénètre dans un pays étrange.
    Bill Brandt

    (J’aime beaucoup aussi celle de Bill Brandt).


    6) En photographie, ce n’est pas le photographe qui est important.
    Yann Arthus-Bertrand


    7) La photographie est une brève complicité entre la prévoyance et le hasard.
    John Stuart Mill


    -8) Un photographie, c’est un arrêt du coeur d’ une fraction de seconde.
    Pierre Movila

    (joli !)



    9) Je photographie ce que je ne peux pas peindre, je peins ce que je ne peux pas photographier
    Man Ray


    10) Il faut aimer la solitude pour être photographe.
    Raymond Depardon


    11) La composition doit être une de nos préoccupations constantes, mais au moment de photographier elle ne peut être qu’intuitive, car nous sommes aux prises avec des instants fugitifs où les rapports sont mouvants.
    Henri Cartier Bresson


    12) Tout le monde peut être beau ou médiatique… pourvu que le photographe ait du talent.


    13) Une image vaut mieux que mille mots.
    Confucius


    14) Les touristes découvrent sur leurs photos les sites qu’ils avaient renoncé à regarder pour trouver le temps de les prendre.
    Jean Delacourt


    15) Photoghraphier c’est tendre un piège. Soit on met en place la trappe et on attend que la victime tombe dedans, et on appelle cela du reportage ; soit on déplace la trappe pour qu’elle tombe dedans à coup sur, et on parle d’art.
    Pierre Movila


    Quand William Klein parle du photographe (et de lui même) :

    16) « Après les avoir prises (les photos) on les lit comme un texte, de gauche à doite.
    Ce qu’il voit à travers le viseur : son hésitation, ses ratages, son choix. Il choisit un moment, un cadrage, un autre moment, un autre cadrage, il s’acharne, il s’arrête. On voit rarement toutes les photos, on ne voit que la photo choisie. On ne voit pas l’avant et l’après. (c’est  lui qui parle).

    Une photo prise : 1/125ème de seconde, c’est ce qu’on connait du travail d’un photographe… Un centaine de photos, peut-être 125 c’est une œuvre, ça fait en tout 1 seconde… peut-être 250 photos, ce serait déjà un œuvre conséquente et ça ferait deux secondes : La vie d’un photographe, même d’un grand photographe comme on dit… : 2 secondes. » Vous pouvez lire la suite des réflexions de William Klein dans l’article que je lui ai consacré (cliquez sur le lien) : ► William Klein


    17) Le réaliste s’il ets un artiste, cherchera, non pas à nous montrer la photographie banale de la vie, mais à nous en donner la vision plus complète, plus saisissante que la réalité elle-même.
    Guy de Maupassant.


    18) On est toujours plus vieux que sur la photo.
    Anonyme.
    Et oui cela nous ramène au temps qui passe ;-)


    19) Et bien sûr comme le rappelle Leicam :

    Le mot « photographie » provient de deux racines d’origine grecque :

    • le préfixe « photo- » (φωτoς, photos : lumière, clarté) — qui procède de la lumière, qui utilise la lumière ;
    • le suffixe « -graphie » (γραφειν, graphein : peindre, dessiner, écrire) — qui écrit, qui aboutit à une image.

    Littéralement : « Peindre avec la lumière ». C’est vraiment très joli :-)


    20) Bien modestement, je compare souvent le photographe au pêcheur (à la ligne, bien sûr !) : il arpente inlassablement la rivière à l’affut du bon instant, du bon moment, puis il ferre. Alors, il y a quelque chose au bout…..ou rien. Il va peut-être garder un poisson sur cent, parce que celui la est exceptionnel et qu’il veut en profiter à sa guise, et il rejettera les autres à l’eau pour qu’ils continuent leur vie car, pour lui, c’est l’instant de la prise qui compte, c’est la que son coeur s’arrête une fraction de seconde.
    Ainsi en est-il pour nous, photographes, nous ressentons la même extase quand nous pressons enfin le déclencheur, que le pêcheur quand il ferre (et, hélas, que le chasseur quand il tire car lui, il détruit, alors que nous créons). Et ensuite, comme le pêcheur, nous ne gardons que « LA » pièce unique et rejetons les autres.
    Corbes.


    Lire la suite »