• Juste une statue

    statue de femme


    16 degrés un 30 juillet !

    Et un ciel plein de nuages, c’est vous dire si il faisait beau ! ;-)

    Cet après midi j’avais une démarche à faire sur Rambouillet, j’en ai profité pour aller me promener un peu dans le parc. Je suis tombée sur cette statue qui m’a interpellée. La souplesse de la jeune femme, son air coquin et enjoué parfaitement traduits par le sculpteur m’ont vraiment surprise !

    Coup de chance comme toujours j’avais dans mon sac à main mon hybride Sony Nex 5N qui ne me quitte jamais. 
    J’ai pas mal tourné autour, Cela aurait été une statue classique où les femmes sont souvent représentées toutes droites et parfois un peu rigides, je l’aurai prise de façon classique mais elle avait quelque chose de mutin qui demandait un autre cadrage, alors j’ai décidé de la prendre en contre plongée et de façon à bien mettre en valeur son regard. Je n’avais pas beaucoup de temps donc j’ai fait assez vite mais le rendu me plait bien. Je trouve qu’elle a quelque chose de presque réel, on s’attend à la voir bouger, enfin bref elle me plait bien cette statue.

    Un jour où j’aurai le temps je retournerais la voir. Je ne sais pas ce qu’elle donnerait sur un ciel bleu ? En tout cas le ciel gris lui va bien et ne parait plus triste grace à son expression.
    Je vais essayer de me renseigner sur le sculpteur.

    … Ca y est je sais, c’est la déesse Flore, déesse des fleurs, sculptée par Paul Chevré.

    Prise de vue : Sony nex 5N avec objectif 18-200mm, mode priorité ouverture. Ouverture réglée sur f/10, vitesse : 1/125ème de seconde, 100 iso, focale 53mm.

    Et une fois de plus le Nex 5N a su garder de délicieuses nuances dans le ciel ce qui concoure à la réussite de la photo.


    J’avais pris un peu plus tôt une autre photo, nommée « La charité fraternelle », statue de marbre réalisée en 1898 par Julien-Edouard CONNY :

    statue_hommes


    Prise de vue : Sony nex 5N avec objectif 18-200mm, mode priorité ouverture. Ouverture réglée sur f/9, vitesse : 1/200ème de seconde, 100 iso, focale : 51mm.

    La même avec un léger post-traitement :

    statue_hommes2

    La personne à droite en arrière plan et son vélo pertubent un peu la photo mais je ne pouvais décemment pas lui demander de se lever et de sortir de mon cadre ;-)


  • Courgettes bolognaises

    Plat principal

    Très facile et bon marché

    Préparation : 20 mn Cuisson : 20 mn

    Ingrédients (pour 4 personnes) :

    - 1 kg de courgettes
    – 500 g de viande hachée
    – 400 g de coulis de tomate
    – ail, persil
    – sel et poivre
    – gruyère râpé ou parmesan


    Préparation :

    1. Couper les courgettes en rondelles et les faire cuire 20 mn à la vapeur ou faire cuire les courgettes environ 20 min les courgettes dans une poêle avec un peu d’huile d’olive.
    2. Pendant ce temps, faire revenir 10 mn la viande hachée dans un peu de matière grasse .
    3. Ajouter le coulis de tomate, l’ail, le persil, le sel et le poivre.
    4. Laisser cuire encore 5 mn. Mélanger le tout.
    5. Facultatif : saupoudrer de gruyère râpé ou de parmesan.

    Variante :

    Rajouter des oignons pour relever le goût  dans la poêle si vous faites cuire les courgettes à la poêle. Excellent avec les courgettes du jardin.

    Très facile à faire et très bon, tout en étant original.

    Vous pouvez aussi ajouter du basilic et des échalotes.


  • Fuji F800EXR ultra-zoom 20x 25-500mm et wifi

    fujifilm-f800exr_face


    Tout le monde connait bien maintenant les compacts EXR de Fuji, le F800 prend la suite des modèles précédents F750-F770. le F800EXR est capable de transférer des images sans fil ou de communiquer avec un smartphone et couple des modes auto-intelligents pour les débutants et des modes experts pour les photographes experts.

    Le F800 propose les modes PASM, (programme, priorité ouverture, priorité vitesse et manuel) pour les experts Scènes et EXR auto et expert. C’est un appareil très complet, proposant le panorama par balayage (180°, 240° ou 360˚), l’enregistrement en Jpeg et en Raw, les effets ( Couleur Pop, Toy Camera, miniature, High Key, la couleur et la tonalité partielle dynamique), la vidéo en Full HD 1080p et son stéréo, et même la vidéo ralentie (80 im/s en définition VGA, 160 im/s en QVGA et 320 im/s en 320 x 112.

    Il reprend le capteur 16 millions de pixels des 750 et 770EXR et le zoom stabilisé 25-500 f/3.5-5.3.

    Lire la suite »


  • Canon EOS-M hybride compact avec un capteur de réflex

    canon_eos_M

    Canon restait le seul à ne pas avoir intégré d’hybride dans son cheptel d’appareils photos et on attendait désespérément qu’il s’y mette, voilà chose faite !

    Le capteur Cmos APS-C de 18 Mpxl (du réflex 650D) est de type hybride, la visée se fait sur l’écran de 3 pouces (7,7 cm) tactile, d’une définition de 1 040 000 points protégé d’un verre endurci,  une première mise au point se faisant par détection de phase et un réglage fin par détection de contraste. Dommage que Canon n’est pas jugé bon d’intégrer un écran orientable à la place de l’écran fixe.
    Il n’y a pas non plus de connecteur pour y ajouter un viseur externe.

    Le boîtier est en polycarbonate armé de fibre de verre pour la partie externe, à l’intérieur, c’est de l’acier et de l’alliage de magnésium. Le capot avant est fait de magnésium, celui de l’arrière en acier.

    Bien que l’appareil puisse travailler entièrement en manuel, si les menus sont complets et propose les modes experts PASM le boitier n’est doté que d’un commutateur à trois positions : auto intelligent, modes Photo et Vidéo. Il faut donc passer par les menus ou l’écran tactile pour accèder aux modes PASM et Scènes. Une fois la touche Q activée, on entre dans l’ affichage des réglages opérationnels.


    eos-m_dessus


    La sensibilité s’étend de 100 iso jusqu’à une sensibilité maximale de 12 800 ISO en natif (25 600 ISO en mode étendu).

    L’appareil dispose de traitement interne pour la correction du vignetage et des aberrations chromatiques.


    canon_eos_m__dos


    Au dos on trouve en haut le bouton de démarrage de la vidéo, puis le bouton d’accès aux menus et le bouton pressoir pour lire les photos, plus bas on retrouve le trèfle à 4 feuilles permettant d’accéder directement au modes rafales ou retardateur, à la compensation d’exposition, à la poubelle pour jeter les photos ratées.

    Pour le traitement d’image, le compact à objectif interchangeable de Canon s’appuie sur le Digic 5. Un processeur sur 14 bits qui équipe également le 650D. Le mode rafale peut atteindre les 4,3 images par seconde.

    La vidéo est Full HD 1080p à 24, 25 ou 30 i/s, bénéficiant d’une entrée micro stéréo et d’une paire de vumètres, non visualisables en temps réel pendant le filmage.
    L’EOS-M est doté d’une entrée micro au format 3,5 mm, doublée d’un micro stéréo intégré au boîtier, voilà qui intéressera les vidéastes expérimentés.

    On retrouve le mode HDR et la photo de nuit par empilement de plusieurs vues prises en séquence du 650D.


    La mode étant aux effets photos on les retrouve aussi sur ce compact à capteur APS-C comme l’effet Toy Camera, granuleuse B & W ou même un filtre qui imite la distorsion d’un objectif fish-eye. Les filtres peuvent être visualisés sur l’écran avant de capturer l’image, ce qui vous permet d’expérimenter des effets différents avant de choisir le traitement idéal pour votre image finale.

    Il sera disponible en plusieurs couleurs : noir, blanc, rouge et argent.

    Objectifs : avec un simple adaptateur, même les optiques EOS (montures EF et EF-S) fonctionneront directement sur l’EOS M mais canon incite à acheter plutôt des optiques STM EF-M comme pour le 650D qui seraient plus fiables sur ce boitier que les objectifs traditionnels. Pour le moment l’EOS-M sort avec un pancake 22 mm f/2 STM équivalent 35 mm (intéressant cet objectif à grande ouverture), et un zoom stabilisé 18-55 mm f/3,5-5,6 STM équivalent à un 29-82,5 mm, tous les deux dotés de la nouvelle et silencieuse motorisation STM.

    Le flash SpeedLite 90EX amovible est fourni avec le boitier. Une fonction de maître sans fil permet également le contrôle multi-flashes sans fil, permettant aux utilisateurs plus avancés d’expérimenter une gamme d’effets d’éclairage.

    Carte mémoire : carte mémoire SDHC ou SDXC.
    Dimensions : 10.86 x 6.65 x 3.23 cm

    Poids sans objectif :  298 grammes

    Disponibilité : Octobre 2012

    Voilà un boitier intéressant pour les possesseurs de réflex Canon et ceux qui souhaitaient garder un capteur de réflex dans un appareil de taille réduite et d’un poids plus léger, on aurait tout de même souhaiter en avoir plus surtout pour le prix où il est proposé, comme un écran orientable par exemple et un mode panorama par balayage.
    C’est donc le second hybride doté d’un capteur de réflex, je suppose que Sony va nous concocter une surprise pour marcher encore plus sur les plates bandes de son concurrent, un Nex 8 en préparation ?

    Et à quand un Canon EOS M « Pro » ?


    Le prix est hallucinant ! : près de 900 euros en kit de base avec le 18-55mm STM ! et en bi-kit à 1100 euros avec en plus le 22mm pancake (extra-plat) et l’adaptateur pour monter des optiques classiques sur le boitier.

    Quand on voit le prix des Nex 5N ou F3 (environ 600 euros) avec en plus un écran inclinable, la possiblité de greffer un viseur, le mode panorama par balayage, etc on se demande pourquoi le Canon EOS-M est annoncé à un prix aussi élevé d’autant que le réflex 650D est aussi bien moins cher que cet hybride. Toujours est-il que pouvoir avoir en permanence dans sa poche (avec le 22mm équivalent 35mm) un petit boitier avec un tel capteur est très alléchant.


    Lire la suite »