• Il pleut, il pleut bergère…

    inondations


    Si vous regardez juste comme ça on dirait une mare, vous vous trompez, c’est un champ ! Les piquets de clôture sont trompeurs à cause de leurs reflets dans l’eau, mais si vous regardez bien vous verrez qu’ils sont immergés sur la moitié de leur hauteur ! Ici j’ai de la chance la maison est encore au sec mais j’ai des mares qui se sont formées dans les massifs de fleurs et l’herbe nage dans plusieurs centimètres d’eau. Ça patauge bien ! Il ne faudrait pas qu’il pleuve encore cette nuit et demain sinon j’ai bien peur de retrouver de l’eau dans la maison.

    Photo prise avec le petit compact de poche Sony RX100 II, ouverture f/4.5, vitesse 1/100ème de seconde à 500 iso.


    Ici aussi derrière les arbres le champ s’est changé en une gigantesque mare alors que d’habitude y paissent des vaches :

    inondations du champ


    Photo prise avec le petit compact de poche Sony RX100 II, ouverture f/4.5, vitesse 1/100ème de seconde à 160 iso.

    Je suis désolée pour le ciel gris clair mais il est vraiment comme ça :-(

    Ce n’est rien par rapport à ce que j’ai vu aux informations :-(


  • Sony a6300, Olympus, Panasonic, Nikon, Hasselblad, des retards dûs au séïsme

    a6300



    Nous avions passé en revue cet excellent hybride a6300 à capteur de reflex APS-C ultra prometteur.

    CameraStoreTV dit qu’il sera presque impossible d’acheter l’a6300 en raison des dégâts du tremblement de terre.

    Après avoir analysé la situation actuelle après le grand dommage subi dans les usines de production de capteurs Sony à Kumamoto il s’avère qu’il y aura un retard important dans les expéditions de produits (y compris pour le nouveau A6300). Ils s’attendent à ce que la situation ne revienne à la normale que de cet automne.


    Voir aussi (cliquez sur le lien) :

    Sony a6300 une petite merveille


    Comme vous le savez Panasonic et Olympus utilisent des capteurs Sony dans plusieurs de leurs boitiers. TCSTV estime que nous allons voir un nouveau délai d’annonce de produits de plusieurs mois.

    Il semblerait que les Sony a5000, a6000 et bien sûr a6300 soient déjà en rupture de stock un peu partout :-(

    Il commence à y avoir aussi des ruptures de stock pour les Olympus OM-D E-M5 II et les OM-D E-M10 II, Nikon DL, D750, D810.


    Mise à jour premier juin

    D’autres retards seraient à attendre pour d’autres boitiers (toujours à cause des dégats dus au séïsme du Japon) :

    1. La disponibilité des compacts Nikon DL et nouveaux Nikon Coolpix serait retardée à Octobre

    2. La production et la livraison D750, D810 seraient limitées (déjà en rupture de stock un peu partout pour le D750)

    3. Il ne faudrait pas s’attendre à de nouvelles livraisons de tous les Sony ILCE jusqu’à la fin de Juillet ou Août

    4. Hasselblad vient d’annoncer lui aussi du retard dans la production des dos 100 MP prévus pour le moyen-format H6D.

    5. Olympus annonce qu’il y aura du retard de livraison pour les boitiers mais aussi pour les optiques.

    6. Panasonic confirme qu’il y a un retard sur la production numérique des appareils photos en raison du tremblement de terre Kumamoto. Panasonic n’a pas révélé de détails sur les retards de livraison possibles. Le G80 est en rupture de stock.

    7. Les compacts experts de Canon, dont les capteurs 1 pouce sont de fabrication Sony sont également touchés.


    De plus en plus de boitiers de plusieurs marques en rupture de stock !


    Oehling France c’est terminé :

    Besier Oehling France située à Saverne (Bas-Rhin) (magasin et site) a été déclarée en liquidation judiciaire par le tribunal de Tribunal De Grande Instance De Saverne. C’était un site très sérieux où j’avais déjà passé des commandes et qui pratiquait des prix intéressants. Avec un très bon accueil téléphonique, des vendeurs compétents (pas des marchands de cartons) qui connaissaient bien leur métier. Dommage.


  • Sony RX10 III le meilleur bridge actuel, ultrazoom 24-600mm f/2.4-4 et 4K

    sony-rx10-III


    Je l’avais passé sous silence en attendant que les tests sortent, son plus gros concurrent restant à ce moment là le Panasonic FZ1000 doté d’un zoom 25-400 mm f/2,8-4 au prix nettement plus alléchant.

    Il s’agit d’un bridge imposant comme l’est le Panasonic, doté lui aussi d’un capteur 1 pouce Sony de 20 millions de pixels. Le capteur du Sony au format 1 pouce de dernière génération est de type Exmor RS qui devait s’avérer plus performant.

    Par rapport au RX10 II l’amplitude du zoom progresse, nous passons d’un 24-200 mm f/2,8 stabilisé à un 24-600 mm f/2,4-4 stabilisé. Plus de zoom à ouverture constante mais f/4 à 600mm c’est très très bien. 
    Le zoom du Panasonic FZ1000 plafonne à 400mm, ce qui donne au Sony avec sa version III un avantage certain si la qualité des images à 600mm reste bonne. Restait donc à voir si il s’agissait seulement d’une guerre de marketing ou si ce nouveau zoom faisait mieux passer l’addition.

    Son autre concurrent est le Canon G3X qui est également doté d’un 24-600 mm mais avec une ouverture f/2,8-5,6, son autofocus a la réputation d’être très lent et il n’a pas de viseur.

    Il faut saluer la distance minimale de mise au point du RX10 III qui est de 3 cm à 24 mm et de 72 cm à 600 mm. Pouvoir s’approcher à 72 cm avec un zoom équivalent à 600mm c’est plus que rare et bienvenu.


    RX10-III_dessus


    Sur l’objectif on trouve trois bagues, la première est dédiée à l’ouverture, la seconde à la mise au point et la troisième… au zoom. J’en connais qui vont être enchantés de pouvoir se passer du zoom électrique (également présent) pour pouvoir peaufiner leurs cadrages au millimètre près ;-)

    On retrouve évidemment les modes auto et modes scènes ainsi que les modes experts (PASM : programme, priorité ouverture, priorité vitesse et mode manuel) ainsi que l’excellent mode panoramique à assemblage automatique de Sony ainsi que trois boutons personnalisables. Dans l’angle inférieur droit du dessus du boitier la molette de compensation d’exposition bien pratique permet de régler celle-ci sans avoir à quitter le viseur.

    L’écran de 3 pouces est inclinable : il peut être incliné à 107° vers le haut et 42° vers le bas, malheureusement il n’est pas tactile mais je préfère un écran orientable à la fonction tactile sur un écran fixe.

    Le RX10 III est doté d’un flash intégré et bénéficie d’une fonction sans fil avec les flashs externes compatibles.

    L’appareil profite de nombreux joints d’étanchéité qui lui confèrent la mention « tropicalisée » (étanche à la poussière et au ruissellement).

    A noter : si l’obturateur s’étend de 30 secondes à 1/2 000ème de seconde l’obturateur électronique va jusqu’au 1/32 000ème de seconde et la sensibilité jusqu’à 12 800 ISO (mais ne rêvez pas à 12 800 iso c’est du sauvetage).

    WI-Fi / NFC pour le contrôle à distance et la capture, et aussi pour le transfert sans fil de photos sur un smartphone ou tablette Android ou iOS.


    Vidéo

    4K UHD (3 840 x 2 160 pixels) à 30 im/s avec un débit de 100 Mega bits par seconde, sans regroupement de pixels pour réduire l’aliasing. Parmi les fonctions intéressantes notons le focus peaking, le time code, le zébra,  les prises micro (3,5 mm) et casque. On trouve également sept modes créatifs dont la courbe S-Log2, particulièrement neutre, afin de travailler sur la dynamique en post-production, sortie HDMI non compressée.

    Le tournage en Full HD ou en HD reste bien sûr possible.

    Le RX10 III offre aussi un mode inédit de ralentis à 1000 images par seconde (mais en 1 136 x 384 pixels), ou des corrections temps réel d’obturateur électronique qui évite l’effet de déformation des verticales (rolling shutter) grâce à une puce de mémoire vive dynamique (Dram) intégrée. Celle-ci permettant également d’accélérer la lecture des données.


    sony-rx10-III-dos


    Dpreview a eu la bonne idée de mettre face à face trois boitiers : le Sony RX10 III, le Panasonic FZ1000 et le Canon G3X, nous allons donc savoir si le Sony vaut bien ses 1 600 € !

    Dans ses conclusions Dpr nous indique que le Panasonic est aussi bon que le Sony, mais ne va pas plus loin que 400mm. Donc, le véritable concurrent semble être le Canon G3X qui lui possède un zoom 24-600 mm f/2,8-5,6 offrant la même distance focale équivalente à 600mm. Dpr met l’accent sur le fait que l’objectif du Sony est nettement meilleur et que le zoom du Sony a une meilleure ouverture à 600mm : F/4.4 pour le Sony contre F/5.6 pour le Canon. Dpreview termine en disant : « Il est clair que le RX10 III dépasse la performance du G3 X, tout en offrant tout autant de polyvalence au niveau du zoom ». Surtout, la performance de la netteté semble être maintenue pendant toute la plage de zoom, jusqu’au télé 600mm, ce qui ne peut être dit pour l’un des autres boîtiers de ce test.

    Cartes mémoire : SD / SDHC / SDXC

    Batterie : NP-FW50 lithium-ion permettant environ 420 photos par charge.
    Dimensions : 13.2 x 9.4 x 12.7 cm (gloups, c’est gros !)
    Poids :  1051 g là ça va, si on voulait la même chose en hybride on serait obligé d’avoir plusieurs optiques et on dépasserait ce poids.

    Je vous ajoute une image cliquable pour que vous puissiez voir la qualité d’image à 600mm que délivre ce RX10 III en pleine résolution :

    perroquet

    Ça vaut vraiment le coup de la visionner en pleine résolution, n’hésitez pas à cliquer dessus et à l’observer à 100%.

    L’objectif s’avère donc de haut vol et comprend pas moins de pas moins de 8 éléments en verre ED (Extra low Dispersion), un élément Super ED et deux lentilles asphériques ! Ils n’ont pas lésiné chez Sony ! A part ça il est composé de 18 éléments en 13 groupes et le diaphragme comprend 9 lamelles pour des flous d’avant ou d’arrière plans onctueux.

    Pour ceux qui désirent savoir quel est le diamètre de filtre, il est de 72mm. On s’aperçoit que le zoom est un Vario-Sonnar, tiens tiens, ça me dit quelque chose ;-) Ahhh Sony sait toujours s’entourer de bons partenaires… Zeiss pour ne pas le nommer  ;-)

    Ceci étant dit, franchement au départ j’étais assez septique sur ce bridge, pourtant je sais bien que depuis quelques temps Sony sort l’artillerie lourde et nous surprend à chaque fois, et bien une fois encore je suis bluffée !

    Disponibilité du RX10 III : depuis avril 2016.
    Prix actuel : 1 590 € … cher, très cher pour un bridge mais si c’est pour sortir des images aussi bonnes que celle du perroquet tout en ayant un appareil photo polyvalent grâce son superbe zoom… finalement quand on y réfléchit bien, ça les vaut.

    Surement un excellent compagnon de voyage, à part qu’il ne rentre pas dans une poche ou un sac à main, dommage. Sony vous nous le sortez quand en version compacte ? ;-)


    Mise à jour février 2017

    Le Sony RX10 III fait parler de lui en bien, après Dpreview c’est ephotozine qui tombe sous le charme de ce bridge :

    Imaging Resource en dit : « A peine sorti de sa boîte, il couvre toutes les fonctions, du grand angle généreux au téléobjectif vraiment impressionnant. Le RX10 III est incroyablement polyvalent. »


    Mise à jour août 2017

    Le RX10 III a reçu le prix du meilleur appareil super zomm au grand prix Eisa 2017-2018

    Sony_rx10_III_prix_eisa_2017-2018



  • Coccinelles… ahhhh l’amour…

    cox_crac-crac


    Je les ai vues de loin en train de faire cra-crac, j’ai couru chercher un de mes appareils photo, l’Olympus me tendait les bras avec le 45mm f/1.8, je lui colle aussitôt la bonnette macro x4 que je viens de recevoir de marque DHD, qui vient d’Allemagne (cherchez une bonnette x4 en 37mm ce n’est pas si facile) et hop je cours de nouveau à l’emplacement où je les ai vu, pourvu qu’elles y soient toujours… ouiiii elles sont toujours là à copuler, ouf, allez hop c’est dans la boîte à image.

    Avec le capteur micro 4/3 ce n’est pas facile d’avoir un fond flou et onctueux, le petit capteur ayant une grande profondeur de champ, je règle l’ouverture sur f/2.5, la vitesse monte à 1/1000ème de seconde, à cette vitesse ça devrait être net. Le tout à 200 iso.

    Je tente toujours une photo d’un peu loin en approche au cas où mes sujets s’envolent, puis peu à peu je réduis la distance. J’étais un peu loin pour avoir vraiment des détails, comme j’ai eu ma première photo je décide d’aller chercher mon reflex Pentax K50 équipé du 100 macro f/2.8, ce sera plus facile qu’avec une bonnette.


    cox_crac-crac


    Vous avez eu le recto, maintenant la verso, de plus près, la photo est quand même meilleure avec le Pentax et l’objectif macro, c’est logique, de toute façon un objectif macro fera toujours mieux qu’une bonnette. Avec le capteur APS-C du reflex je ferme plus le diaphragme, ici à f/6.3, je suis obligée de monter un peu en sensibilité vu que le diaphragme est plus fermé, donc 400 iso, j’obtiens une vitesse de 1/200ème de seconde, c’est un peu limite pour de la macro mais ça passe.

    Notez au passage que le mâle est noir à points rouges et que la femelle est rouge à points noirs ! Et que leurs taches n’ont pas du tout la même taille… accouplement de deux espèces différentes ? Bizarre, bizarre, vous avez dit bizarre ? ;-)

    Pour terminer une dernière prise avec l’Olympus et la bonnette macro, de plus près et légèrement recadrée :


    cox_crac-crac de plus près


    Comme je suis plus près que sur la première photo j’ai du fermer le diaphragme, là je suis à f/7.1 à 200 iso et au 1/160ème de seconde.

    J’aurai du mettre un filtre polarisant en plus pour éviter les reflets du soleil sur la carapace mais bonnette macro + polarisant ça aurait fait beaucoup de verres en plus sur l’objectif et j’aurai certainement perdu de la netteté.

    Les trois photos ont été prises à main levée en pratiquant l’apnée.

    Voilà c’était ma petite séance photo du jour :-)

    Note: Les coccinelles copulent longtemps, c’est un avantage, ça laisse largement le temps de soigner ses réglages. Ne dit-on pas que plus c’est long plus c’est bon ;-) En tout cas pour la photographie c’est très très bien, pas besoin de se presser ;-)


    Le gros désavantage de la bonnette par rapport à l’objectif macro :

    Avec une bonnette la distance pour avoir une zone de netteté est très réduite, par exemple avec l’Olympus + la bonnette x4 impossible de prendre une rose entière en photo, je devais me poster plus loin et là impossible de faire le point.


    L’avantage de la bonnette macro :

    Ça ne coûte pas grand chose pour la plupart des bonnettes (quelques dizaines d’euros pour une bonne bonnette) par rapport à un objectif macro qui coûte entre 600 et 1000 euros suivant la marque.


    L’avantage de l’objectif macro :

    Peu importe à quelle distance on est du sujet, il est toujours possible de faire la netteté sur le sujet. Un objectif macro peut servir à tout autre chose qu’à la macro (au portrait par exemple). L’objectif macro a été étudié pour rendre le plus de détails possible y compris les détails très très fins. Son désavantage : son prix mais c’est beaucoup plus agréable de se servir d’un objectif macro.
    Un objectif macro, il faut l’apprivoiser, la profondeur de champ due au grossissement et à la faible distance photographe/sujet demande un peu d’habitude et peut surprendre au début mais peu à peu on prend ses marques.


    Note : il est évident que sur des sujets aussi petits on travaille avec un seul collimateur d’autofocus actif et on essaie de faire la mise au point sur l’oeil de l’insecte (si on arrive à le distinguer), ou au pire sur la tête de la petite bête en espérant que notre bestiole ne bougera pas au moment où on déclenche.