• Olympus abandonne la production de nombreux appareils.


    olympus_logo

    Ce sont des appareils qui ont déjà été remplacés ou le seront bientôt. Vu les dégats du séisme du Japon on comprend parfaitement la décision d’Olympus d’autant plus qu’ils ont communiqué qu’il y aurait des soucis de livraisons (comme les autres marques d’ailleurs) pour les appareils actuels. Par contre je suis très étonnée de l’abandon de E-M10 Mark II !!!

    Abandonnés aux Etats-Unis, on suppose donc que ce sera la même chose en Europe :

    TCON-17C TÉLÉ CONVERSN LNS
    MSC ED M.14-150mm f4.0-5.6 (une version II existe)
    XZ-2
    XZ-10
    SZ-17
    TG-860
    SH-50 iHS
    SH-60
    SH-1
    SH-2 SLV W
    STYLUS 1
    STYLUS 1s
    E-M5 (une version II existe)
    E-P5
    E-PL5
    E-PL6
    E-PL7
    E-M10 Mark II


  • Objectif Panasonic Leica Summilux 12mm f/1.4 APSH

    panasonic leica summilux 12mm f/1.4


    Panasonic vient d’annonce ce nouvel objectif équivalent 24mm pour boitiers hybrides micro 4/3, focale utile pour la photographie de rue, l’architecture et  le paysage, on notera sa grande ouverture pour un objectif grand angle.

    Construction :

    • 15 éléments en 9 groupes
    • Deux éléments asphériques, un ED et deux UED (ultra ED)
    • Diaphragme à 9 lamelles arrondies
    • Tropicalisé (étanche au ruisellement et à la poussière.
    • Distance minimale de mise au point : 20 cm
    • Diamètre de filtre : 62 mm
    • Construction métal y compris le bouchon d’objectif
    • Pare soleil rond
    • Dimensions : 7 cm x 7 cm
    • Poids : 335 grammes

    Prix : 1 299 $ (on ne connaît pas encore le prix en euro)


    La plage d’ouverture de f/1.4 à f/16 peut être sélectionnée manuellement avec la bague par incréments d’un tiers lorsqu’il est monté sur les boîtiers Panasonic Lumix G, ou réglé sur A pour la commande électronique par l’appareil photo. Si vous montez sur un Olympus, la position de la bague est complètement ignorée et le contrôle d’ouverture est entièrement exploitée par l’appareil.


    Avec le pare soleil :

    pana_summilux_12mm_f1.4_avec_paresoleil


    D’après ephotozine la netteté est remarquable au centre à  f/5.6, ce qui est un résultat superbe et explique l’aspect impressionnant des images à l’écran. Les bords sont un peu moins nets mais comme pour tout grand angle il sont encore très bons de f/2 jusqu’à f/8.

    La distorsion est presque nulle, montrant une très modeste distorsion de -0.38% en tonneau.

    Les aberrations chromatiques sont également très faible à la fois au centre et les bords du champ.Les franges pourpres ne sont pas un problème.

    Pour ephotozine il est évident que c’est une optique qui produit des résultats très impressionnants. Les images sont nettes et propres et visuellement très satisfaisantes. La résistance au flare est excellente, ceci étant particulièrement utile avec un objectif grand angle où le pare-soleil ne peut pas être trop intrusif en raison du grand angle de vue.

    Dans l’ensemble, un superbe résultat.

    C’est est indéniablement un investissement substantiel mais il n’y a pas d’autres optiques pour micro 4/3 offrant une ouverture à f/1.4 (l’Olympus 12mm ouvre à f/2).

    Indépendamment des résultats techniques, c’ est un objectif qui produit des images qui ont l’air fantastique.Quand nous examinons le détail, le niveau global de netteté est vraiment très bon, et devient exceptionnel au centre sur la majeure partie de la plage d’ouverture. Ce haut niveau montre les effets de la diffraction avec des résultats assez mous à f/16 et c’est une sage décision de ne pas avoir inclu l’option f/22.


    epz_highly_rec_AWARD

    Ephotozine lui décerne un hautement recommandé avec pour conclusion : « Le 12mm f/1.4 Panasonic Leica DG Summilux Asph est un objectif ultra-grand angle superbe pour les appareils photos micro 4/3.


    Dpreview a pris rapidement en main le 12mm f/1.4, ils ne l’ont pas encore testé mais nous donnent cette précision : Une bague d’ouverture manuelle et une large bague de mise au point, bien amortie donnent un sentiment de réelle qualité au 12mm f/1.4, et bien que ce n’est pas un objectif léger, la manipulation est très agréable sur le Lumix DMC-GH4.


    Quesabesde a également apprécie le nouvel objectif : « Fidèle à l’esthétique habituelle de ces Leica pour Panasonic, le nouveau membre de la famille Summilux est présenté avec des lignes très propres, des finitions de qualité et une construction métallique. En bref, l’habitude dans cette gamme.

    La bague d’ouverture mécanique sur l’avant est pratique et confortable, tandis que la mise au point manuelle montre avec la dureté juste. L’inconvénient est une absence d’une échelle de la profondeur de champ.

    Un interrupteur existe sur le fût pour passer de la mise au point manuelle à la mise au point automatique.

    Les résultats offerts par le couple GX8 et ce 12mm sont excellents, les performances optiques de l’optique est remarquable, même à ouverture maximale. A pleine ouverture le vignetage et les aberrations chromatiques peuvent être légèrement présentes mais se corrigent très bien en post-traitement.

    Dès f/4 la relation entre le centre et les coins de l’image est très serré, offrant des niveaux très élevés de détails et de netteté dans toute la scène. »

    Pour Quesabesde la conclusion est : « Parfait pour ceux qui veulent tirer le potentiel réel des capteurs 20 mégapixels des Micro 4/3, avec la photographie d’architecture et de la nature parmi les utilisations les plus logiques de cet objectif. Mais au-delà de ces spécialités, ce nouveau grand angle équivalent 24 mm peut également être un excellent compagnon pour la photographie de rue et même pour différents portraits. »


    trois_12mm_micro_4/3

    L’objectif peut paraître encombrant mais il est impossible de faire plus compact avec une telle ouverture de diaphragme. Comparativement au 7-14mm Olympus il est tout de même nettement plus compact. Le champion de la compacité restant le 12mm f/2 d’Olympus (le plus à droite sur la photo). A noter que ces 3 optiques ne sont pas stabilisées, pour profiter de la stabilisation il faudra les monter sur un boitier stabilisé par le capteur.


    Exemples d’images en pleine résolution (ça met un peu de temps à charger) :

    —–> Exemple d’image Panasonic Leica Summilux 12mm f/1.4 immeubles
    1/400 sec | f/9.0 | 12.0 mm | ISO 200

    —–> Exemple d’image Panasonic Leica Summilux 12mm f/1.4 fleurs
    1/60 sec | f/8.0 | 12.0 mm | ISO 400

    —–> Exemple d’image Panasonic Leica Summilux 12mm f/1.4 bateaux
    1/500 sec I f/8.0 I 12.0 mm I ISO 200

    —–> Exemple d’image Panasonic Leica Summilux 12mm f/1.4 bateaux2
    1
    /800 sec I f/5.6 I 12.0 mm I Iso 200




  • Reflex Pentax K70

    Pentax_K70


    Le K-70 remplace le K50 sorti il y a 3 ans et ajoute certaines fonctions que l’on trouve sur les K3 II et K1

    Le capteur APS-C stabilisé de 24 Mpx (celui du K3 II) est dépourvu de filtre passe-bas  afin d’optimiser le piqué des images. L’absence de filtre passe-bas pouvant entraîner des problèmes de moiré Pentax a ajouté une fonction anti-moiré grâce à un simulateur de filtre passe-bas comme sur le K3 II.

    Au niveau de la sensibilité l’appareil offre une large plage jusqu’à 102 400 ISO ! (Auto, 100-102 400).

    Le boîtier est tropicalisé (étanche au ruissellement et à la poussière) avec 100 joints d’étanchéité !

    Côté autofocus le K-70 dispose enfin d’un autofocus mixte qui combine la traditionnelle corrélation de phase des reflex à la détection de contraste des hybrides. Le Pentax K70 est le premier appareil photo Pentax à être doté d’un système de mise au point hybride ce qui améliore nettement la rapidité de l’autofocus particulièrement en mode visée par l’écran. La couverture des collimateurs autofocus est un peu faible par rapport à ce qui se fait actuellement, 11 collimateurs dont 9 croisés, mais quand on a l’habitude ça ne gêne en rien.

    L’écran intégré de 3 pouces orientable en tous sens (mais non tactile) est un plus que l’on apprécie et est équipé d’un verre trempé.

    Comme toujours chez Pentax le K70 est doté d’un excellent viseur d’une couverture de 100%.

    Lire la suite »


  • Variantes sur un papillon


    papillon de face



    Il est venu se poser là, juste devant moi, je cours chercher mon reflex Pantax K50 et son 100 macro f/2.8 WR et comme il est toujours là quand je reviens je déclenche. La première photo que l’on prend n’est jamais la meilleure, on peaufine ensuite les réglages et le cadrage.

    Reflex Pentax K50 et 100 macro f/2.8 WR en mode priorité ouverture réglée sur f/3.5, vitesse 1/640ème de seconde à 100 iso.

    Au bruit du déclenchement il s’envole. Comme je sais que les papillons reviennent toujours à la même place, je me recule un peu et j’attends. Il revient après avoir fait quelques tours au large de son festin.



    papillon



    Pentax K50 et 100 macro f/2.8 WR en mode priorité ouverture réglée sur f/5.6, vitesse 1/160ème de seconde à 100 iso.

    J’ai du mal à trouver un cadrage correct, je cadre un peu large pour pouvoir reprendre la photo en post-traitement



    retour du papillon



    La même recadrée autrement :



    papillon



    Pentax K50 et 100 macro f/2.8 WR en mode priorité ouverture réglée sur f/5.6, vitesse 1/125ème de seconde à 100 iso.

    Je tourne doucement autour avec des gestes très lents et j’en prends encore une autre :



    papillon profil



    Pentax K50 et 100 macro f/2.8 WR en mode priorité ouverture réglée sur f/5.6, vitesse 1/125ème de seconde à 100 iso

    Et pratiquement la même :



    papillon profil



    Pentax K50 et 100 macro f/2.8 WR en mode priorité ouverture réglée sur f/4, vitesse 1/250ème de seconde à 100 iso, en fait j’avais pris celle-ci avant, j’ai eu un peu peur qu’à f/4 la tête de mon sujet ne soit pas assez nette, du coup je l’ai reprise en fermant à f/5.6 pour la photo qui est au-dessus.


    Merci joli papillon :-)