• ça avance

    train_reseau_19janvier


    C’est loin d’être terminé, mais j’ai sculpté la plupart des massifs, ce qui a été très long c’est de sculpter les pentes. On commence quand même à avoir une petite idée, il y a encore des corrections à faire. Ce qui me prend le plus de temps est de mettre les éclisses au bout des rails flexibles. Pour scier les rails j’ai acheté une petite scie faire exprès qui est super. Pour les voies j’ai peint en marron avec un mini pot de test de peinture mais il y aura le ballast qui viendra dessus quand j’aurai terminé de poser les rails et qu’ils seront collés. Pour les massifs je les ai peint avec un mini pot de peinture à tableau, ensuite il y aura l’herbe mais je veux éviter que l’on voit le polystyrène à travers. Il faut faire attention avec le polystyrène extrudé de bien employer de la peinture acrylique sans solvant (sinon ça bouffe le polystyrène). J’ai découpé les ponts dans une lame de lambris.

    Il y a encore beaucoup de travail de sculpture, de rails, et bien sûr de décor, puis d’électricité (courant et éclairages) mais ça commence à donner une petite idée. Mes gares sont aussi en cours de construction.

    J’ai détouré la photo avec Photoshop avec le lasso et un contour progressif de 2 pixels.


    P.S. Pour ceux que ça intéresse j’ai mis pas mal d’explications et de liens dans les commentaires.


  • La neige est tombée cette nuit

    neige_13_janvier_2017


    Hier en fin d’après midi vers 18 heures la tempête est arrivée d’un seul coup, accompagnée de pluie, il faisait déjà nuit, soudain plus d’électricité et je me retrouve dans le noir complet. J’entends le vent souffler dans les arbres de la foret avec une force incroyable, le bruit en est presque assourdissant ! De gros bruits inquiétants se font parfois entendre dans le jardin.

    Dans le noir j’arrive à trouver un bougeoir pour m’éclairer un peu, ouf c’est déjà mieux, je vois autour de moi.
    Avec la pleine lune j’arrive tout de même à distinguer dehors la danse des cimes d’arbres sous le vent, je ne suis pas rassurée.

    J’espérais que l’électricité revienne rapidement mais ça dure, ça dure… Evidemment les radiateurs électriques ne fonctionnent plus. Plus d’ordinateur, plus de télé, pfuuu on fait quoi dans le noir presque complet ? J’envoie quelques sms avec mon téléphone portable puis plus de réseaux non plus. Grrrr.

    Je sors tout de même deux minutes, tout le village est dans le noir. Les bourrasques de vent sont violentes, je butte sur un seau qui n’avait rien à faire là mais rien de grave de ce que je peux voir pour le moment.

    Je fini par me décider, il n’y a plus qu’à aller sous la couette, il est encore tôt, 20 heures, mais que faire ? J’ouvre la porte à Lady pour qu’elle aille faire un dernier pipi et hop au dodo. Heureusement ma tablette a sa batterie bien chargée, ça m’occupe en attendant. A 21 heures le courant est rétabli ouf :-)

    Je m’endors et ce matin… surprise, la neige est tombée pendant la nuit. Lady qui vient tout juste d’avoir 15 mois va voir la neige pour la première fois. Je lui ouvre la porte, elle sort, s’arrête, observe le tapis blanc puis se précipite dehors, je suis persuadée qu’elle va jouer avec la neige, je me trompe complètement, après deux aller et retour à fond au fond du jardin elle se met à lécher la neige. « Lady tu vas être malade ! arrête », mais non rien à faire, elle veut nettoyer le sol de son manteau blanc ! Je ris en la voyant faire tout en me disant que si elle ne se rend pas malade j’aurai de la chance, je vais ouvrir aux poules qui enfoncent leurs petites pattes dans la neige, les pauvres. Je fais rentrer Lady qui va me faire une indigestion de neige.

    J’ai pris la photo presque au lever du jour, ça manque de lumière. Maintenant le soleil est revenu, j’essaierai de reprendre des photos dans la journée si ça vaut le coup et que ça ne fond pas sous les rayons du soleil.


  • Une grande d’histoire : Kodak ou la nostalgie de la pellicule… et du super 8 !

    Kodak logo


    1888 Lancement de la marque Kodak et de l’appareil photo pour tous.

    A 34 ans George Eastman dépose son brevet pour les premières pellicules photo et lance sur le marché le premier appareil photographique de sa conception, sous la marque Kodak, terme qu’il créa pour la circonstance.
    Il cherchait un mot simple, frappant, prononçable en toutes les langues.

    La société a été fondée par George Eastman en 1881 sous le nom de Eastman Dry Plate Company. Concrétisation des recherches personnelles de George Eastman et son brevet pour une « Méthode et Appareillage pour la réalisation des Plaques à Émulsion » déposé en 1879, la société lance le film souple en 1885.

    Le nom « Kodak » apparaît pour la première fois en 1888 au lancement des premiers appareils photo à pellicule photographique et non plus à plaque.

    Le « Kodak » était un appareil portable à la main, très simple, chargé d’un rouleau de négatif papier pour 100 vues. L’utilisateur devait le renvoyer au fabricant après avoir épuisé ses 100 vues, et il le recevait en retour, chargé d’un nouveau rouleau de négatif et accompagné des tirages des photos précédentes.

    Le slogan resté célèbre était alors :
    « You press the button, we do the rest », « Vous appuyez sur le bouton, nous faisons le reste ».

    Par cette initiative, il rend simple et accessible à tous un procédé auparavant encombrant et difficile à utiliser.

    Et savez-vous à quoi ressemblait cet appareil photo ?

    A ça !!! :

    kodak_1888


    Ça surprend de penser que ce « truc » était un appareil photo !

    On ne connaissait pas encore le slogan « Clic clac, Kodak ».

    Ces appareils permirent la démocratisation de la photographie, la « révolution Kodak » s’adressant aux photographes amateurs.

    Vers 1895, Charles Pathé a la révélation de sa destinée après avoir vu des projections des Frères Lumière à Paris. En 1897, il fonde la « Compagnie générale des cinématographes, phonographes et pellicules ». Charles Pathé entreprend en 1907 la construction d’une usine, rue des Vignerons à Vincennes. Doués d’un grand sens commercial, George Eastman et Charles Pathé étendent leur influence sur plusieurs continents.

    En 1927, leurs sociétés en France fusionnent : c’est la naissance de Kodak-Pathé.

    En 1898, Kodak commercialise l’appareil photo de poche pliant (à soufflet accordéon), le Folding Pocket Kodak et utilise un négatif de format 57 × 82 mm, qui restera la norme pendant des décennies.


    Folding-Pocket-Kodak

    Au milieu des années 1960, Kodak employait près de 80 000 personnes dans le monde.

    Lire la suite »


  • Panasonic GX800/GX850 tout petit mais expert

    gx800-850_face


    La gamme GM (dont l’excellent GM5) avait disparue du marché à mon grand regret tant ce micro 4/3 de la taille d’un compact était agréable à utiliser et révélait sous la taille d’un petit compact un capteur micro 4/3 et permettait le changement d’objectif. Pouvoir embarquer dans sa poche un petit appareil aussi performant pour sa taille était un vrai plaisir que l’on va retrouver avec ce nouveau boitier.

    En fait Panasonic a choisi de fusionner la gamme GM avec la gamme GF. Suivant les pays on trouvera ce nouveau GX sous des noms différents : GX800, GX850 ou encore GF9 ! Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ;-)

    Le GX800 est doté d’un capteur de 16 millions de pixels sans filtre passe-bas pour un piqué supérieur. Panasonic fait fort en y ajoutant la vidéo en UHD 4K et le Post-focus comme sur ses grands frères plus imposants. Bravo.

    Le Post-focus permet aux utilisateurs de sélectionner la zone de mise au point, même après la prise de vue.

    Lire la suite »