• Tirages ou impression, Résolution et nombre de pixels


    Après avoir pratiquement abandonné les tirages, les photographes y reviennent en force.

    Deux problèmes se posent : le choix de la taille du tirage et le nombre de pixels suivant la taille de sortie.

    Voyons déjà à quoi correspond les feuilles de papiers si vous faites vos tirages vous même avec votre imprimante :

    A0 : 84.10 X 118.90 cm
    A1 : 59.40 X 84.10 cm
    A2 : 42.00 X 59.40 cm
    A3 : 29.70 X 42.00 cm
    A4 : 21.00 X 29.7 cm
    A5 : 14,80 x 21.00 mm 
    A6 : 10,50 x 14,80 cm
    A7 : 7,40 x 10,50 cm
    A8 : 5,20 x 7,40 cm
    A9 : 3,70 x 5,20 cm 
    A10 : 2,60 x 3,70 cm

    S’y ajoute une autre taille, le A3+ qui lui correspond à une taille de : 32.9 x 48.3 cm qui est un format entre le A3 et le A2.

    Carte de visite :
    Le format des cartes de visites est 8.2 x 12.8 cm, mais on utilise plus couramment le format 8.5 x 5.4 mm, qui correspond à la taille d’une carte bancaire.

    10 x 15
    C’est la taille classique des petits tirages, certaines marques vendent du papier photo de cette taille, il existe même de petites imprimantes dédiées aux tirages de ce format.

    Pour les matheux :
    La surface du format A0 est de 1 mètre carré. C’est à dire :

    longueur x largeur = 1 et longueur / largeur = racine de 2.

    Ce qui signifie 
    L/l= racine de 2
    L= racine de 2 X l

    Pour faire simple une feuille A3 est deux fois plus grande qu’une feuille A4 qui elle même est le double d’une feuille A5, etc.

    Ce rapport est toujours identique quelque soit le format choisi. Chaque fois que vous pliez la fauille dans la grande dimension d’un format cela donne un format homothétique, pour faciliter les reproductions avec changement d’échelle. Le gros problème est de savoir combien de pixels et quelle résolution employer surtout pour des grands tirages.


    Résolution :

    Maintenant que nous avons vu les différentes tailles de papiers il va falloir s’intéresser au nombre de pixels utiles pour notre image.

    A l’écran c’est presque toujours beau même en plein écran même si l’on a recadré fortement notre photo, le problème est qu’il n’en est pas du tout de même lors de l’impression ou du tirage. Je vais donc essayer de vous faire comprendre la façon d’estimer quelle sera la taille idéale de votre photo suivant le nombre de pixels de celle-ci, sa résolution et la taille de papier employée.

    Quand on voit notre photo sur un écran de 24 pouces donc d’environ 50 cm x 35 cm on croit que ce sera aussi joli sur le papier qu’à l’écran… ce qui n’est pas du tout le cas certaines fois !

    Une photo est composée de pixels, c’est à dire d’une multitude de points de couleurs rangés les uns à coté des autres, invisibles individuellement à l’oeil si on ne zoome pas énormément sur une photo.


    A savoir :

    Un pixel n’a pas de taille bien définie. Un pixel est un point de notre photo, un point peut être plus ou moins gros.

    La taille du pixel dépendra de la résolution d’impression.


    Explication :

    La résolution à partir de laquelle un œil humain moyen ne voit plus la différence est de 76 ppi à 1 mètre de distance.
    L’oeil humain ne discerne plus la différence de qualité au-dessus de 300 ppi si la photo sur papier est regardée à plus de 25 cm. C’est donc dans cette résolution de 300 ppi (pixels per inch) que se font les tirages « Beaux Arts ». Inutile donc de faire faire des tirages 30 cm x40 cm en 600 ppi.

    Les ppi qu’estce que c’est  ?

    Il faut déjà savoir qu’un inch ou un pouce mesure 2.54 cm. Ensuite on va définir combien de points ou de pixels de notre photo vont être imprimés sur cette surface. Plus le nombre de pixels va être important sur cette surface, plus les points seront petits ce qui est logique, et plus le rendu sera beau.

    DPI : dots per inch (points par inch), cela défini le nombre de points qu’il y aura sur un inch (2.54 cm).
    PPI : pixel per inch (pixels par inch), cela défini le nombre de pixels qu’il y aura sur un inch (2.54 cm).
    PPP : (pixels par pouce), cela défini le nombre de pixels qu’il y aura sur un pouce (2.54 cm).

    Le DPI est une unité de mesure de la résolution, utilisée principalement pour les écrans et les imprimantes. En français on parle de points par pouce (PPP) ou de pixels par pouce. Pour un écran, il s’agit toujours de pixels par pouce (chaque pixel de l’écran étant composé de trois points rouge, vert et bleu). Pour une imprimante, il faut davantage de points que de pixels car les points servent à imprimer une trame.

    On trouve souvent les termes anglais Dots Per Inch ou DPI, et Pixels Per Inch, ou PPI). Rappelons qu’un pouce (inch) vaut 2,54 cm. (un pouce et un ich étant la même chose).

    Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué n’est-ce pas ? ;-)

    Mais une fois cela assimilé vous allez mieux comprendre.

    Plus il y a de points par pouce, meilleure est la résolution d’une image. Les détails seront plus fins.

    Un écran d’ordinateur classique peut afficher 75 pixels par pouce (c’est aussi la résolution des pages Web), certains affichent 96 pixels par pouce mais jamais plus, tandis qu’une imprimante peut au moins mettre 300 points par pouce sur le papier, certaines jets d’encre impriment en 600 points par pouce mais comme dit plus haut pour une imprimante, il faut davantage de points que de pixels car les points servent à imprimer une trame, certaines impriment même à une résolution de 2880 x 1440 dpi, cela n’a rien à voir avec les pixels par pouce de notre fichier photo.

    Non ne partez pas, plus vous lirez la suite mieux vous allez comprendre ;-)


    Le principe des points par pouce

    Plus il y a de points par pouce, meilleure est la résolution d’une image. Les détails seront plus fins.

    Pas de différence entre DPI, PPI, PPP, par contre DPI n’est pas la même chose quand il s’agit d’une imprimante ou d’une tireuse : celles-ci pouvant imprimer plusieurs points d’encre par pixels (par exemple si nous avons affaire à un pixel vert il devra être composé d’une mini goutte de bleu et d’une mini goutte de jaune (bleu + jaune = vert). Il ne faut donc pas confondre les DPI annoncés par une imprimante et le nombre de DPI du fichier de la photo pour un tirage d’une photo qui lui ne tient compte que des pixels du fichier de l’image. Je sais que ça peut être un peu difficile à ingurgiter au début mais pour bien comprendre il faut se souvenir de ces notions.

    Nous parlerons donc uniquement de la résolution de notre fichier photo pour définir la qualité de sortie lorsque nous voulons imprimer ou faire faire des tirages par un labo. C’est celle-ci qui va donner la qualité de notre photo sur papier.

    Photoshop permet grâce au menu Image « Taille de l’image » d’en définir la taille de sortie et la résolution, le logiciel parle de Pixels par pouce (PPI) ce qui est plus exact que de parler de points par pouces ou par inch puisque l’on est là sur le fichier image et non de la façon dont l’imprimante va mélanger les couleurs pour obtenir la couleur de chaque pixel.

    Vous suivez ? (même si ça vous parait compliqué continuer de lire l’article, cela va vous paraître plus simple ensuite et je vous donne les clés pour de belles sorties imprimées).

    Vous comprenez bien maintenant que la taille de notre image en cm va varier suivant le nombre de PPI. La taille des pixels vont quand à eux aussi changer en fonction de leur nombre sur cette surface de 2.54 cm. Si je prends une résolution de 3 pixels par pouce, il est évident que les points seront énormes et très visibles individuellement, la sortie photo sera horrible, alors que si je décide d’en mettre 300 par pouce, ils seront si petits qu’ils deviennent individuellement  invisibles à l’oeil nu et que nous ne voyons plus que l’ensemble de notre photo avec les fins détails parfaitement restitués.

    Prenons une image de 1920 x 1200 pixels en exemple qui est une résolution souvent employée pour l’affichage en plein écran et sur une télévision.

    Si j’imprime cette photo de 1920 x 1600 pixels sur un papier de taille 30 x 40 cm, logiquement les points seront plus gros que si je l’imprime sur un papier de taille 10  cm x 15, du coup l’image sera de qualité nettement inférieure en grande taille, à l’extrême limite je pourrai voir les pixels unitaires si j’ai essayé d’imprimer une photo en taille web de 600 x 400 pixels en format A4 car pour aligner 600 pixels sur 29.7 cm j’aurai une résolution très faible, ce qui n’est pas très joli ! L’image sera donc bien plus grossière que si je choisi d’imprimer avec une résolution d’image de 300 DPI. (mais si mon fichier fait 600×400 pixels vu qu’à 300 DPI j’aurai 300 pixels imprimés par 2.54 cm pour 600 pixels de ma photo elle ne pourra pas faire plus de 5.08 cm pour une sortie de qualité, voilà pourquoi ce sera affreux si je cherche à imprimer cette photo de 600 x 400 pixels sur une page A4 ! L’imprimante aura beau essayer sur un A4 d’étaler les 600 pixels sur 30 cm et de combler les blancs entre chaque pixel on aura un effet de barbouillage pas très esthétique c’est le moins qu’on puisse dire !).

    Autre chose importante : il faut aussi savoir que plus nous sommes loin de l’image, moins nous discernons les points individuels, une affiche de 3 mètres x 4 aura donc moins besoin d’une haute résolution qu’une image 10×15 que nous pourrons regarder à 20 cm.

    Des études ont prouvés que l’oeil humain ne voyait plus de différence entre les pixels sur un tirage papier entre :

    Distance de la photo                    Résolution à partir de laquelle l’oeil ne voit plus de différence :

    13 cm                                                       600 ppi
    20 cm                                                      380 ppi
    30 cm                                                      253 ppi
    50 cm                                                      152 ppi
    1 m                                                              76 ppi
    1.50 m                                                       50 ppi
    3m                                                               25 ppi


    Pour la photo d’art on règle la résolution sur 300 ppi jusqu’au 40×60 cm
    Pour les photos classiques 250 ppi sont souvent suffisants.
    Pour les journaux quotidiens la résolution est réglée sur 180 ppi.

    Pour un affichage écran uniquement sur ordinateur ou téléviseur une résolution de 72 à 96 ppi suffit amplement.

    Si je prends une image de 4000 x 3000 pixels (donc issue d’un boitier d’au moins 12 millions de pixels) elle pourra donc être affichée en 72 dpi sur un écran de plus d’1.50 de large, tandis que pour l’impression, si je veux en faire un tirage d’art il faudra que je monte la résolution à au moins 300 ppi, vous en déduisez donc logiquement qu’elle ne fera plus 1.50 m de long si je veux avoir une belle qualité d’image et une résolution inférieure à 150 ppi ne donnera pas de résultats satisfaisants pour un tirage papier.
    Ce sera par exemple le cas lorsque vous piquez une photo sur le web (qui fait souvent 800×600 pixels et que vous cherchez à l’imprimer au format A4), la sortie papier est immonde par rapport à ce que vous avez vu sur l’écran de votre PC puisque l’on arrive là à une résolution de 28 pixels par cm pour cette photo de 800 pixels de large soit environ 68 ppi, résolution bien trop faible pour une belle qualité d’image imprimée .


    Pour faire simple :

    Tirages d’Art :

    Voilà la taille que doivent avoir vos fichiers pour des sorties papier de qualité « Tirage d’Art » en 300 dpi :

    Pour un tirage d’art en A4 (21.00 x 29.7 cm) il vous faut un fichier de 3508 x 2480 pixels en 300 dpi pour un tirage A4. Il faut donc que votre appareil photo soit capable de produire des photos de 8.7 millions de pixels (3508×2480) et que votre photo fasse au moins cette taille en pixels (donc attention aux recadrages !).

    A4-300-dpi



    Pour un tirage d’art en A3 (29.70 x 42.00 cm) il vous faut un fichier de 4961 x 3508 en 300 dpi pour un 29.70 x 42.00 cm .

    A3-300-dpi

    Pour un tirage d’art il vous faut un fichier de 3508 x 4961 pixels en 300 dpi pour un tirage A3. Il faut donc que votre appareil photo soit capable de produire des photos de 17.4 millions de pixels et que votre photo fasse au moins cette taille en pixels (donc attention au recadrages !). Avec des boitiers qui ne sortent pas des photos de 17 millions de pixels il y aura donc forcément interpolation.



    Pour un tirage d’art en A2 (42.00 x 59.40 cm) il vous faut un fichier de 4961 x 7016 en 300 dpi pour un 42.00 x 59.40 cm.

    A2-300-dpi

    Pour un tirage d’art il vous faut un fichier de 4961 x 7016 pixels en 300 dpi pour un tirage A2. Il faut donc que votre appareil photo soit capable de produire des photos de 35 millions de pixels et que votre photo d’origine fasse au moins cette taille en pixels et qu’elle n’ait pas été recadrée.


    Plus grand :

    A 300 dpi, un tirage 60 x 90 est formé de 75 millions de pixels. Combien d’appareils du commerce proposent 75 millions de pixels aujourd’hui ? Aucun. Seul des appareils très spécifiques ou des montages permettraient d’atteindre cette densité.

    La vraie question est : à quelle distance ce tirage est-il susceptible d’être regardé ?

    Il est rare que l’on tire en plus grand que du A2 du moins pour les particuliers, de plus comme un fichier de taille A1 ou A0 ne se regarde en principe pas à 20 cm on pourra se contenter de résolution de 250DPI pour les fichiers de taille supérieure au A2. Un exemple flagrant est pour les affiches, amusez-vous : approchez de très près d’une grande affiche murale ou dans le métro, vous serez surpris à 50 cm de l’affiche de voir très nettement tous les pixels individuels ! Je l’ai fait et c’est surprenant car de loin on a vraiment pas l’impression de voir tous ces petits ronds représentant les points individuels.


    Régler l’image pour le tirage

    Maintenant vous allez me demander comment voir la taille une fois que j’ai travaillé ma photo (et parfois recadrée) pour savoir dans quelle taille je peux l’imprimer ou en faire faire un tirage.

    Exemple d’une photo prise avec un compact Sony RX100 sans post-traitement, directement issue du boitier, j’ouvre photoshop CS (mais c’est pareil dans photoshop Elements ou d’autres logiciels de retouche), je vais dans le menu « Images » puis « Taille de l’image », voici ce qu’il m’indique :

    fenetre_taille_image

    Etant donné que je n’ai pas besoin de 350 PPI et que pour un tirage d’art : je n’ai besoin que de 300 PPI,  je vais toujours d’abord changer cela en premier et mettre 300 au lieu de 350. Faites aussi très attention à ce que conserver les proportions soit bien coché !
    Il est très important de toujours commencer par indiquer le nombre de pixels par pouce en premier avant de changer quoi que ce soit d’autre dans cette fenêtre taille de l’image.

    Voilà ce que ça donne :

    fenetre_taille_image2

    Je n’ai changé que la résolution pour le moment.

    Maintenant si je veux tirer cette photo en A4 il faut que je change la taille de la hauteur qui est de 21 cm pour un A4, je vais donc rentrer la taille de la hauteur (je ne rentre rien pour la largeur, vu que j’ai indiqué garder les proportions, Photoshop va l’adapter automatiquement) :

    fenetre_taille_image3

    Je retrouve donc bien les 2480 pixels que je dois avoir pour un tirage A4 pour la hauteur de ma photo pour cette taille de sortie. Je note cependant qu’il y a une petite différence pour l’autre dimension, la raison en est simple : une feuille de papier A4 mesure 21 x 29.7 cm alors que le format de photos issues d’un reflex ou d’un boitier au rapport 3/2 donnera une photo de 20 x 30 cm ou de 21 x 31.51 cm si on garde l’échelle des proportions et il faut garder cette échelle des proportions à moins de déformer l’image issue du boitier.

    Cela veut dire que si vous faites votre tirage vous même sur un papier A4, les 31.51 ne vont pas rentrer dans la feuille, on va donc plutôt choisir 29.7 pour la largeur (pour une photo en format paysage) et l’autre dimension s’adaptera automatiquement. Vous aurez cependant une petit marge blanche sous le grand côté.

    Par contre si vous faites faire le tirage par un labo il vous proposera une sortie en 20 x 30 cm ce qui correspond exactement au rapport largeur/longueur d’une photo issue d’un reflex ou d’un boitier à capteur de reflex.

    On rentrera donc 20 cm pour la plus petite dimension :

    fenetre_taille_image4

    Et voilà nous avons donc la bonne qualité de sortie avec nos 300 PPI et la bonne taille de l’image pour un 20×30, il suffit alors d’enregistrer le ficher sous un nouveau nom : DSC302_20×30_300DPI.jpg par exemple et de l’envoyer au labo. Pensez à toujours ajouter une peu d’accentuation avant d’enregistrer le fichier et de l’envoyer vos photos au labo. (pour l’accentuation sous Photosop : Menu filtre/ Renforcement/ Accentuation/ Netteté optimisée et rentrer : pour le gain 50%, pour le rayon : 0.5 pixels et cliquez sur ok.


    Tirages classiques

    Il n’est pas toujours utile de vouloir des tirages d’art, on peut donc très souvent se contenter d’une résolution de 250 DPI.

    A 250 DPI nous aurons donc besoin d’une photo mesurant au moins  :

    Tirage 10 x 15 cm : 984 x 1477 pixels en 250 soit 1.45 millions de pixels.

    Tirage 20 x 30 cm : 1969 x 2953  pixels en 250 soit 5.8 millions de pixels.

    Tirage 30 x 45 cm : 2953 x 4430 pixels en 250 soit 13 millions de pixels.

    Tirage 40 x 60 cm : 3937 x 5907  pixels en 250 soit 23.26 millions de pixels

    Tirage 50 x 75 cm : 4920 x 7382 pixels soit 36.32 millions de pixels

    Je n’irai pas plus loin car peut d’entre vous possèdent un boitier de plus de 35 millions de pixels, au dessus de la taille de 40 x 60 cm on peut tout de même logiquement baisser un peu la résolution car on ne regardera pas une photo de 50 x 75 cm en ayant le nez dessus.


    Exemples pour des livres photos carrés :

    Plus haut vous avez la taille en pixels à observer pour des tirages d’art du A4 au A2 mais vous pouvez vouloir tirer vos photos pour un livre photos dans des tailles inférieures tout en gardant la définition maximale.

    A 300 DPI il vous faudra (quelques exemples pour un livre avec des photos au format 3/2, employé par les réflex) :

    Photos en format paysage :

    10 x 15 cm : 1181 x 1772 pixels en 300 soit 2.092 millions de pixels.

    Comme les livres photos font souvent 20 ou 23 de large je vous donne des exemples pour ces livres :

    en largeur de 20 cm x 13.33 la photo devra faire : 2362 x 1575 pixels (si elle est au format 3/2).

    en largeur de 18 cm x 12 (si vous laissez une marge sur les côtés) : 2126 x 1417 pixels (si elle est au format 3/2).

    en largeur de 16 cm x 10.67 (si vous laissez une plus grande marge sur les côtés) : 1890 x 1260 pixels (si elle est au format 3/2).


    Photos carrées :

    Pleine page 23 x 23 cm : 2717 x 2717 pixels

    Pleine page 20 x 20 cm : 2362 x 2362 pixels

    Pleine page pour des livres photos carrés 30 x 30 cm : 3543 x 3543 pixels soit 12,553 millions de pixels (donc attention si vous avez recadré votre photo, si à l’origine elle fait moins le résultat ne sera pas beau, il est hors de question de faire imprimer une photo venant du web en 800×600 pixels dans cette taille, l’interpolation (création fictive de pixels supplémentaires) pour avoir une image de 30 cm x 30 cm va faire des dégats ! Il est cependant possible de faire faire des tirages de taille supérieure au nombre de pixels d’origine avec une interpolation de qualité mais il faut rester raisonnable ;-)

    N’oubliez pas qu’une photo de taille A3 qui fait 29.7 x42 cm demande un fichier de 3508 x 4961 pixels en 300 dpi et dépasse donc les 17 millions de pixels, si votre boitier vous donne des images de 12 ou 16 millions de pixels elle sera forcément interpolée d’où une dégradation forcée de l’image, légère pour un boitier de 16 millions de pixels mais importante pour un boitier de 8 millions.


    Note : Pour les tirages les labos proposent les tailles juste ci-dessus qui sont les formats de référence pour des tirages photos et non les formats A5, A4, A3 etc, ces tailles de tirages labos correspondent au rapport largeur/hauteur d’une photo sortant d’un boitier possédant un capteur de reflex soit le format 3/2. Donc si vous avez recadré vos images n’importe comment il y aura forcément au tirage des blancs en haut ou sur le côté de vos photos.

    Dans la rubrique post-traitement vous avez un article qui vous permet de recadrer vos photos au format 3/2 facilement. Si vous souhaitez faire faire des tirages de vos photos il sera donc bien d’en tenir compte. Vous pouvez mémoriser dans Photoshop CS cette fonction d’aide au recadrage, lien vers l’article :

    —-> Recadrer facilement au format 3/2

    Si vous tirez vous même vos photos, vous aurez du mal à trouver des papiers dans ces tailles standards, il faudra donc ou acheter un massicot pour recouper vos feuilles, soit laisser une légère marge sur les côtés en équilibrant la photos sur la page à imprimer. Notez que le fait de laisser de légères marges n’est pas plus mal si vous souhaitez mettre un cadre autour de la photo, cadre qui va empiéter légèrement sur celle-ci. Une autre solution si vous désirez les encadrer est d’imprimer plus petit que la taille du papier et ajouter une « Marie-Louise » dénommée aussi « Passe-partout » qui s’adaptera exactement au format 3/2 de la photo. C’est souvent la solution pratiquée dans les expos photos.


    Préparer ses photos pour une expo.

    Pour exposer, il faut imprimer, fixer la photo à une Marie-Louise (nommée aussi « Marquise » ou « passe-partout »), et placer le tout dans un cadre.

    -Imprimer une photo 30×40cm peut couter entre 0,40 € et 15 € selon la qualité de l’impression, les encres et le papier (et les essais). Cela revient souvent moins cher de faire faire les grands tirages par un labo. Faites un tirage sur une feuille 13×18 pour vérigfier les couleurs, la luminosité, la saturation et le contraste et commandez ensuite les grands tirages, c’est plus économique.

    - Le passe-partout est un carton épais destiné à une œuvre encadrée sous une vitre protectrice afin d’isoler l’œuvre du contact direct avec la vitre. L’utilisation d’une vitre n’est pas obligatoire. Le passe-partout est découpé aux dimensions de la vitre et vient s’insérer à l’intérieur du cadre, avec une fenêtre découpée également en biseau correspondant à l’image visible.

    Encadrement_et_marie-louise1 – Cadre
    2 – Passe-partout
    3 – Oeuvre

    Les bords intérieurs du carton sont découpés en biseau, de façon que la partie du carton qui repose sur l’œuvre se prolonge un peu vers l’intérieur. Les coins du carton sont parfois découpés en onglet, donnant une autre finition à l’encadrement. Un outillage spécifique est requis pour la découpe du passe-partout.

    Un passe-partout est fabriqué dans un carton de très bonne qualité d’une épaisseur comprise entre 1,5 mm et quelques millimètres. Ce carton est la plupart du temps de couleur très claire, mais il arrive qu’une couleur plus soutenue, rappelant une couleur de l’œuvre elle-même, soit utilisée. Par exemple, l’encadrement de photographies fait parfois avec un passe-partout noir.

    Une coupe droite (perpendiculaire, à 90°) provoque un effet de césure assez brutal qui favorise les contrastes alors qu’une coupe biseautée (à 45°, réalisée avec un appareil spécial) permet une césure plus harmonieuse.

    Une marie-Louise faite main c’est moins d’1€ si on a le temps et la patience de les faire soit mêm. On en trouve parfois en grande surface, mais à des dimensions standard et aussi dans les magasins qui font du cadre sur mesure, ils disposent souvent d’une machine numérique pour en faire 50 d’un coup, reste le prix de 4 à 15€, mieux vaut les faire soi même. Si vous désirez faire vos Maries-Louise vous mêmes on trouve du carton anti-acides faits pour chez Prophot (vendus par 20, prix de revient en 30×40 à l’unité : environ 2 € en 1.5mm d’épaisseur)). Concernant les couleurs des passe-partout, le mieux est le noir pour la couleur et le blanc (cassé) pour le N&B. On fixe la photo au dos du passe-partout avec des coins plastiques et le ruban idoine antiacide (que l’on trouve aussi chez Prophot).

    —–> Prophot_cartons_sans_acide

    Système de découpe pour passe-partout que l’on trouve chez « le Géant des beaux Arts » (environ 40 euros) :

    —–> système de découpe pour passe-partout

    Chez le même vendeur on trouve aussi un autre système très utilisé :

    ——>système de découpe mapped pour passe-partout

    Un autre système de découpe nettement plus cher (environ 80 euros) mais la règle comporte des deux côtés une butée réglable limitant la longueur de coupe.

    —–> Découpe_de_passe-partout_avancé

    ou encore un système de découpes rondes ou ovales :

    —–> système de découpe ovale ou ronde pour passe-partoput

    On ne fait pas la découpe en un seul passage en appuyant comme un sourd, mais en utilisant autant de passages qu’il le faut.

    Vous pouvez aussi faire faire vos passe-partout sur mesure pour des prix corrects chez Creapasse

    —–>Creapasse_Passe-partout

    Quand on utilise un dos de protection pour le passe-partout, on ne le colle pas, mais on fait une charnière avec un ruban adhésif.

    -Le cadre c’est de 5 à 100 euros …selon qu’on les fait à la maison ou qu’on les commande en bois, en alu, ou chez un pro de l’encadrement….

    Bons tirages :-)


    Et si vous avez des questions n’hésitez pas ;-)


    P.S. Pensez à mettre l’article dans vos favoris si vous voulez retrouver facilement les tailles de fichiers à employer suivant la taille des tirages que vous désirez faire.

    ______________________________________________________________

    Voir aussi (cliquer sur le lien), deux articles :

    Créer un livre photo


    30 responses to “Tirages ou impression, Résolution et nombre de pixels”


    • pepite

      Je suis désolée pour ceux qui avaient mis des petits coeurs à l’article, j’ai fait une erreur en le complétant et les petits coeurs déjà en place ont disparus, toutes mes excuses. Maintenant c’est bon vous pouvez ajouter des petits coeurs en fin d’article si celui-ci vous a plu.


    • Patrice Gendreau

      Quelques compléments (matheux….)
      le A0 fait 1 m2 par définition.
      ensuite c’est à chaque fois 2 fois plus petit…
      exemple A4 est 16 fois mois grand et fait 1/16 de m2…

      application : le papier 80g veut dire 80g/m2 donc une feuille A4 fait 5g….
      (pratique pour compter des feuilles avec une balance)

      Le fait que les proportions restent identiques après pliage en 2 implique que le rapport entre hauteur et largeur soit de racine(2) (environ 1.4142)


    • Roduamo

      Merci Pépite pour cet article très édifiant.
      Toutes ces notions étaient bien confuses pour moi, j’y vois plus clair.
      Un point qui me taraude : les propriétés d’un fichier image affichent suivant l’appareil 72 ou 180 (peut-être d’autres valeurs) ppp ( ou ppi), est-ce une valeur par défaut choisie par le fabricant ?

    • Bonsoir pépite,
      Un article long, mais très intéressant.
      Petite question qu’elle marge faut-il autour de la photo. Car pour poser un passe-partout il faut bien une marge et comment l’indiquer au laboratoire?
      Cordialement
      Bruno


    • pepite

      Bonsoir Roduamo,

      Effectivement ce sont des choix faits par les fabricants, il est évident que 72 ppi est bien trop faible pour le tirage sur papier. Certains autres fabricants règlent sur 350 ppi, là c’est un peu trop, il faut donc passer par le logiciel de post-traitement pour rentrer la résolution qui va correspondre au tirage sur papier. Une fois cela fait on règle la taille de l’image soit en cm soit en pixels.

      Bruno,

      Pour le passe partout il est effectivement obligatoire qu’il y ait une marge d’au moins 0.5cm, certains labos proposent des tirages avec ou sans marge, il faut donc absolument choisir « avec marge » si la photo doit ensuite recevoir un passe-partout. Il faut donc vérifier lors de la demande de tirages si ton labo propose bien avec ou sans marge et choisir avec marge. Tu peux pour un tirage 20×30 par le labo laisser 300ppi et 20×30 pour la taille, le laboratoire adaptera automatiquement la taille malgré les marges. Tu n’auras pas de perte de qualité puisque ton image finale sera légèrement plus petite que la taille originale du fichier à cause des marges, ce qui ne serait pas le cas dans le cas contraire si ils étaient obligés d’agrandir l’image. Ta photo ne sera pas non plus tronquée.

      Pour ceux qui font leur tirages eux même je conseille de laisser une marge qu’au moins 1 cm pour un 20×30cm.

      Merci pour vos compliments, j’y ai passé du temps mais j’ai pensé que cela vous serait utile, donc ça valait le coup ;-)

      Photoweb qui est un des meilleur labo en ligne propose des tirages avec ou sans marges, je te donne les liens :

      —–> photoweb_tirages_papier

      —–> photoweb_tirages_papiers_au-dessus_de_20×30

      Photoweb propose aussi des tirages au format panoramique.

      Attention si tu choisis les tirages « économiques » il n’y a pas possibilités de choisir « avec marges » c’est pourquoi je t’ai mis les liens pour les tirages classiques où il y a le choix.

      Photobox est un labo en ligne qui a aussi une bonne réputation pour la qualité de ses tirages mais je trouve le site très mal fait et je n’ai pas trouvé comment commander des photos avec marges.

    • Merci pépite pour tout ces renseignements fort utiles. Ton travail est édifiant et doit te prendre beaucoup de temps. Mais c’est un plaisir de te lire.
      Amicalement
      Bruno


    • pepite

      Merci Bruno

      Oui ça prend du temps mais j’aime partager ma passion ;-)


    • pepite

      L’article est long mais il est important de bien comprendre que la taille des tirages papiers doit être proportionnée aux nombres de pixels. Une photo fortement recadrée ne peut pas être tirée en grande taille, ces explications vous éviteront d’être déçus ou de comprendre pourquoi par exemple la photo que vous avez « volé » sur un forum web ou la macro dont vous avez gardé 1/10ème est horrible imprimée en A4 ;-)

      Je vous ai ajouté aujourd’hui des exemples de taille de fichiers pour des formats plus exotiques en vu de tirages de livres photos, j’espère que ça vous sera utile :-)


    • Lanathdesvosges

      Bonjour,
      je cours cliquer sur » mes favoris » pour ce bel article et vais le lire et le relire….Merci beaucoup pour ce partage, très bien présenté.
      Mais c’est encore un peu nébuleux pour moi….je voudrais commander des tirages 15×30 ( vertical) sur photoweb. Quelle dimension donner à mes photos avant envoi? J’imagine bien qu’il y aura des marges blanches…oh là là pas facile tout cela !!!
      Merci pour ta réponse.


    • pepite

      Bonjour :-)

      Pour une image 15 cm x 30 cm il y aura forcément des marges sur les cotés puisqu’elle sera en fait tirée sur du 20×30, il faut néanmoins que la photo en elle même (sans les marges) fasse :

      Pour un tirage d’art en 300 dpi :
      1772 pixels de large sur 3543 pixels de haut soit un peu plus de 6 millions de pixels.
      Enregistrer la photo sous un nouveau nom après avoir fait les réglages pour le tirage, par exemple en ajoutant « t » (comme tirage) au bout de son nom.
      Son poids une fois enregistré en Jpg optimisé qualité max (les labos ne prennent pas le raw) devrait tourner autour des 3 Mo (le poids dépend du nombre de détails que comprend la photo). Si la photo a pris du poids après avoir été enregistrée en 300dpi et avec cette taille de pixels c’est qu’il y a eu ré-échantillonage, il y aura donc forcément une perte de qualité au final. Pensez donc à vérifier le poids de la photo avant le réglage en vue du tirage et le poids après les réglages en vue du tirage.

      Pour un tirage classique en 250 dpi :
      1476 pixels de large sur 2953 pixels de haut soit un peu plus de 4 millions de pixels

      donc attention si elle a été fortement recadrée en post-traitement.

      L’idéal je pense comme il y aura forcément des marges serait de la livrer en 20×30 avec les marges. C’est à dire qu’il faudrait rajouter des marges sur les côtés dans Photoshop CS. C’est vraiment très simple dans Photoshop CS : Il suffit d’aller dans le menu « Image » puis « Taille de la zone de travail » (à ne pas confondre avec « taille de l’image » hein sinon elle va se retrouver élargie ce qui n’est pas du tout le but) de changer la largeur de l’image en mettant 20 cm au lieu de 15 cm (et en laissant 30 cm pour la hauteur). Photoshop va alors automatiquement rajouter des marges de chaque côté de la photo et l’image sera centrée automatiquement. Bien sûr le fichier va prendre du poids puisque l’image sera plus large. (ne pas tenir compte du poids annoncé par photoshop dans la fenêtre « Taille de la zone de travail » puisque pour le labo il faudra enregistrer la photo en jpeg qui pèse moins lourd que le tif ou le raw. Puis enregistrer la photo avec enregistrer sous, choisir jpg, cocher optimiser et faire glisser le curseur de qualité au max. Ne pas oublier de rajouter « t » au bout de son nom au moment d’enregistrer, ce qui permettra de la repérer facilement dans la liste de vos photos comme étant la photo réglée pour l’envoi au labo (en plus ça vous permettra de comparer le poids de la photo avant et après réglage sans avoir à chercher bien loin). Pour le tirage en ayant rajouté des marges on peut l’enregistrer avec tm au bout du nom (t pour tirage et m pour marges)

      Note : Pour les tirages papier il est conseillé d’accentuer la photo pour qu’elle soit encore plus nette (même si elle est bien piquée au départ). Ne pas dépasser un rayon d’un pixel, par contre pour le gain on peut monter. Si la photo comporte des détails très fins (cheveux, poils, plumes), il vaut mieux rester sur un rayon assez faible d’environ 0.4 pixel mais on peut alors monter entre 50 et 100% en gain.
      Sous Photoshop CS cela se règle dans le menu Filtre / Renforcement / Netteté optimisée.
      Si la photo comporte un flou d’avant ou d’arrrière plan, il ne faut évidemment pas accentuer la partie floue, dans ce cas avec le lasso il faut entourer la zone qui doit être la plus nette, puis dans le menu du haut dans « Sélection » choisir « Modifier » puis « Contour progressif », pour une photo en 20×30 ou 15×30 on peut choisir un contour progressif entre 30 et 80 pixels suivant l’étendue de la zone sélectionnée.
      Après l’accentuation on peut l’enregistrer avec tmacc au bout du nom, t pour tirage, m pour marges, acc pour accentuation. On peut même ajouter au bout du nom de la photo t15×30 si on veut savoir pour quelle taille le réglage a été optimisé ce qui donnerait t15×30 ou t20×30macc pour la version finale à livrer au labo.

      Ne pas oublier que si la photo est transmise par le web il ne faut pas d’accent et pas d’espace dans son nom donc ma photo par exemple DSC1002 ne doit pas s’appeler DSC1002 t20×30macc mais DSC1002_t20×30macc ;-) Le tiret faisant la lisaison entre le nom de la photo et le traitement qu’elle a reçu.

      J’ai pris l’habitude de ces petits repères, par exemple si je recadre une photo je rajoute toujours R à la fin de son nom, si on recadre plusieurs fois rien n’empêche de mettre R1 puis R2 etc. C’est très pratique quand on veut ouvrir un fichier : on sait tout de suite les modifications que l’on a fait dessus. Si j’ai fait un post-traitement je rajoute un a, puis b à la place du a, puis c si je modifie plusieurs fois la photo quitte à jeter ensuite les fichiers intermédiaires. Je garde toujours les originaux intacts car on fait parfois des erreurs ou des modifs qui après coup ne nous plaisent pas. On peut donc repartir de n’importe quel stade d’une photo pour la reprendre ensuite.

      Note : si la photo a été accentuée il est fort possible qu’elle prenne un peu de poids par rapport à l’image avant l’accentuation.


    • Cyan

      Bravo pepite pour cet article…
      quelle maîtrise des différents aspects de ces problèmes adéquation résolution, tailles des tirages, encadrements !
      J’avais déjà lu une version antérieure de cet article et il est vrai que pour les amateurs un tel article est à lire et à relire pour maîtriser à leur tour ! L’élève arrivera t’il au niveau du maître ?!

      Par contre un problème : le ré-échantillonage jusqu’où ne pas trop aller ? 20% de la photo originale ? Peut-on plus se le permettre en PT avec un fichier Raw que Jpeg ? Ou cela dépend-il du type de logiciel utilisé et de ses performances en la matière ?

      Merci à toi.


    • pepite

      Pour le ré-échantillonage, ça dépend de plusieurs choses, le ré-échantillonge se fait en principe à partir d’un fichier converti en .tif (non compressé). Donc il faut faire une sauvegarde en .tif avant (que ce soit un fichier raw ou un fichier jpeg au départ. Ca dépend bien sûr aussi du logiciel employé pour faire le ré-échantillonage.

      Je n’arrive plus à me rappeler le nom du logiciel qu’on employait dans la presse mais il valait aussi cher que photoshop CS si ce n’est pas plus !

      Tu peux le faire avec Photoshop CS si tu n’agrandis pas trop ta photo, 20% me parait un maximum, procèdes par étapes car il va créer des pixels supplémentaires intermédiaires donc pour que ce soit bien fondu et pas disgracieux moi je le ferais au moins en deux étapes. Une fois de 10% en bicubique + 1 fois en bicubique plus lisse, puis ensuite tu appliques une accentuation de 100% à 120% pour un rayon entre 0.4 pixel et 0.6 pixels (menu filtre/renforcement/netteté optimisée).

      Si tu as un fichier particulièrement propre et en basse sensibilité (100 iso) tu peux faire un essai jusqu’à +30%.


    • Cyan

      Ok
      j’essaierai un de ces jours. Encore merci !

    • Un régal à lire, je vais voir mes images différemment et plus me concentrer lors de leur traitement .
      Merci pour tout ce travail. @TH


    • pepite

      Bienvenue sur le blog et merci de ta participation, ça fait plaisir et ça encourage à continuer ;-)


    • Elisa

      Un grand merci, pour ces explications qui me seront bien utiles…
      Celles-ci sont claires et ludiques, je vais y revenir afin de mieux m’exercer et de maitriser ainsi la bête….
      Superbe article…


    • pepite

      Merci Elisa et bienvenue :-)


    • jojo

      Petite question :

      On me demande de créer une affiche pour la promo d’un média ..le A0 me conviendrait mais en quel résolution DPI dois je la faire ? 75 est ce trop fable ? puis je l’a faire en 300 ?

      Au début il me demandait 2×3 mètres je voudrait lui faire les deux formats afin qu’il ai le choix quelle résolution pour une grande affiche de 2 mètres sur 3 ?

      Merci Bcp c’est très important pour moi de savoir cela..je me lance dans l’infographie, ton article est super intéressant ..le seul hic ce sont les résolutions par rapport à la taille de l’image et surtout lorsqu’il s’agit de GRANDES AFFICHES …


    • pepite

      tout dépend la taille de l’affiche et aussi de la photo au départ pour du A0 (1.189 m x 0.841m) il te faut au grand minimum un fichier de départ d’au moins 3200 x 2400 pixels, c’est le grand minimum. 75 dpi ça me semble trop juste pour cette taille d’affiche car on la regarde de plus près qu’une affiche de 3m x 4m. Plus le fichier de départ sera pourvu en pixels moins tu auras à interpoler et meilleur sera le résultat. D’autre part tout dépend de la distance à laquelle sera observée la photo.

      Critère de la haute résolution :

      Par expérience, on sait que le pouvoir séparateur de l’œil humain vaut en moyenne
      5 pl/mm à une distance d’observation de 25 cm.
      Une simple règle de trois permet de déterminer la valeur pour une distance d’observation supérieure
      (par exemple 2,5 pl/mm à 50 cm, etc.)

      Agrandissement d’une image numérique

      Résoudre 5 pl/mm demande 10 pixels/mm sur le tirage (papier). Cela correspond à une résolution d’impression de 254 points par pouce, ce qui coïncide approximativement avec ce que peuvent sortir les meilleures imprimantes actuelles.

      À cette résolution d’impression, si l’on considère que tous les pixels de l’image sont des pixels utiles et pertinents, le calcul de la taille maximale à partir du nombre de pixels est très simple :

      Une image de 2000 x 3000 pixels (6 MPix)

      pourra être agrandie à 20 x 30 cm.

      Résolution capteur et tirage maxi

      6 MPix
      (numérique grand public)

      20 x 30 cm
      __________________________________

      12 MPix
      (reflex numérique pro)

      30 x 40 cm
      __________________________________

      22 MPix
      (moyen format et reflex numérique pro)

      40 x 55 cm
      __________________________________

      80 MPix
      (dos numérique pro à balayage)

      80 x 100 cm
      __________________________________

      (là encore, pour une observation à 25 cm)
      __________________________________

      Une image d’un mètre carré ne se regarde pas à 25 cm donc tu peux tirer un A0 avec un fichier de 22 ou 24 millions de pixels qui sera regardé au plus près à une distance de 50 cm, si ton fichier de départ est de bonne qualité ça devrait passer.

      Je pense qu’il faut déjà que tu fasses l’essai en A0 pour voir ce que ça donne avec le traceur, si c’est bon tu peux toujours interpoler ton fichier et tenter des dimensions supérieures.

      Il faudrait savoir où va être exposée l’affiche, si c’est dans le métro ou dans la rue en hauteur vu la distance d’observation tu pourras en tirer un 3×4m, si c’est dans le hall d’un immeuble attention la photo sera observable de plus près.

      L’image utilisée pour le tirage doit aussi contenir suffisamment d’information pour supporter l’agrandissement du tirage choisi.

      A 300 dpi, un tirage 60 x 90 est formé de 75 millions de pixels. Combien d’appareils du commerce proposent 75 millions de pixels aujourd’hui ? Aucun. Seul des appareils très spécifiques ou des montages permettraient d’atteindre cette densité.

      La vraie question est : à quelle distance ce tirage est-il susceptible d’être regardé ? C’est pour ça que je ne peux pas te donner des références exactes.

      A 40 cm de distance l’œil humain n’est plus en mesure de distinguer deux points si ceux-ci sont espacés de moins de 0,12 mm soit une résolution de 214 dpi. À 2 m de distance cette valeur tombe à 43 dpi.

      Sinon dans la pratique il est recommandé :

      auto

      Pour un 100 x 150 une résolution de 120 dpi devrait donner quelque chose de correct.

      Tout dépend aussi du type de photo, une photo ‘naturaliste’ demande une résolution supérieure à une photo d’ambiance.

      Bien entendu, plus la résolution disponible est importante mieux c’est.
      ______________

      Petit calcul facile :

      Imaginons que tu ais un fichier de 4000 pixels x 3000, si tu veux connaitre la résolution d’impression que ça te donnera, c’est simple :

      Admettons que tu veuilles en sortir un tirage de 80 cm de long :

      4000/80 = 50 pixels/cm soit 127 pixels/pouce (x2.54) (un pouce ou un inch ça fait 2.54m).
      ______________

      Maintenant reprenons un fichier de même dimensions mais que tu veux tirer en 2 mètres de long :

      4000/200 = 20 pixels/cm soit 50.8 pixels/pouce (x2.54). Il faudra forcément qu’il soit observé de loin (à plus de 2mètres de distance) pour que ça ne choque pas l’oeil humain mais tu peux toujours l’interpoler un peu.

      ______________
      Maintenant si le tirage doit faire 3 mètres sur sa plus grande longueur ça va quand même être très dur !

      4000/300 = 13.33 pixels/cm soit 33.86 pixels par pouce (x 2.54).
      ______________

      Pour de très grands tirages tu as quand même avantage à avoir un boitier de 24 millions de pixels, avec 12 millions on est quand même un peu juste pour ce type de tirage.

      Avec un boitier de 24 millions de pixels (fichier de 6000 x 4000) pour un tirage de 2m de large, ça nous donne une résolution de :

      6000/200 = 30 pixels par cm soit 76.2 pixels/ pouce, c’est déjà mieux.

      Pour un tirage de 3 mètres de long : 6000/300 = 20 pixels/cm soit 50.8 pixels/pouce, il faudra tout de même l’observer de loin et il faudra tout de même interpoler un peu.

      L’autre solution si les photos seront observables de près est de prendre plusieurs photos à la prise de vue en mode panorama par balayage et d’assembler ces panoramas ensuite. Par exemple l’hybride full frame Sony A7 (réglé en mode large dans les menus) pour le panoramique donne des images de 12 416 x 2 014, il suffit de faire plusieurs rangées puis de les assembler pour obtenir un fichier plus important.

      En espérant avoir bien répondu à ta question :-)


    • jojo

      en fait la demande de l’affiche de 2×3metre c’est pour mettre sur des grand panneaux d’affichage dans la rue (genre affiche de pub que l’on voit de sa fenêtre peut être sera t’elle placé en hauteur je ne sais pas ..ce qui est sur je pense c’est qu’elle seront vue a plus de 50cm..si elle sont vu de plus près dans ces cas la je peux mettre combien de dpi minimum ?

      2×3 mètres je met combien de dimension pour le fichier photoshop ?
      200 x 300cm ?
      dpi : 75 ou 300 ?

      pour la Ao je pense qu’elle sera vu de plus près genre grand logo que l’on met dans une entreprise

      dimension ok je les ai vu
      dpi ? 300 , 150 ou 200 ?
      je te remercie pour ta réponse


    • pepite

      Ca dépend aussi de la taille de ton fichier de départ comme expliqué. Surement pas 200 cm x 300 cm en 300 dpi ton ré-échantillonage serait bien trop important avec la taille des fichiers actuels.

      Avec un fichier de 12 millions de pixels tu seras si le tirage doit faire 3 mètres sur sa plus grande longueur à 33.86 dpi sans ré-échantillonge. Tu peux à la limite passer en 66 dpi mais déjà là tu as doublé le nombre de pixels natifs que photoshop devra calculer. Quand on ré-échantillonne le logiciel rajoute des pixels supplémentaires en prenant pour référence les pixels adjacents et en essayant de créer des pixels intermédaires aux nuances proches.

      De plus si tu lui demandes du 300dpi pour du 300 x 200 cm ton image va passer à un poids énorme ( plus de 2 Go) et franchement çà ne sert à rien d’être à 300dpi pour une affiche où l’on aura pas le nez dessus d’autant que le ré-échantillonage énorme va de toute façon abîmer ton fichier. Même pour du A0 à moins que ce soit une photo destinée à une exposition ne t’embête pas avec du 300 dpi.

      Tu as le traceur pour sortir du 200 x 300 ?
      Sinon il vaut mieux demander au labo la résolution et la taille en pixels qu’il demande pour une affiche de 200 x 300, ce serait le plus sage ;-)

      _____________________

      Si ton fichier de départ fait 16 millions de pixels au départ
      en 3m de large tu seras à 41 dpi sans ré-échantillonage et si la photo n’a pas été recadrée. dans ce cas dans Photoshop tu rentres en premier la résolution soit 41 puis la dimension en cm : 300 pour la plus grande largeur (Photoshop va calculer tout seul l’autre dimension si tu as pris soin de cocher « conserver les proportions » dans taille de l’image), tu ne touches pas aux dimensions en pixels dans photoshop.

      _____________________

      si il fait 24 millions de pixels au départ (ça ça dépend bien sûr de l’appareil photo utilisé).
      en 3m de large tu seras à 50.8 dpi sans ré-échantillonage et si la photo n’a pas été recadrée.

      dans ce cas dans Photoshop tu rentres en premier la résolution soit 50,8 puis la dimension en cm : 300 pour la plus grande largeur (Photoshop va calculer tout seul l’autre dimension si tu as pris soin de cocher « conserver les proportions » dans taille de l’image), tu ne touches pas aux dimensions en pixels dans photoshop seulement à celles en cm.
      _____________________

      La calcul est simple à faire comme je l’expliquais au-dessus dans mon commentaire précédent, tu prends la plus grande largeur en pixels de ta photo, tu la divises par la plus grande largeur du tirage (en cm) (ici par exemple 300 (cm) pour un 3 m x 2m, ce qui va te donner la résolution par centimètre, mais le dpi s’exprime en inch (ou pouce, inch et pouce c’est la même chose) et un inch fait 2.54 cm, donc il faut multiplier par 2.54 la somme trouvée.

      Pour un fichier issu d’un boitier de 24 millions de pixels ça te donne donc :
      6000 (la plus grande largeur en pixels de ta photo si tu ne l’as pas recadrée) /300 (la plus grande largeur du futur tirage exprimé en cm) = ce qui te donne 20 pixels par cm que l’on mutiplie par 2.54 pour avoir le dpi : soit 50.8 dpi. Tu peux à mon avis rééchantillonner à 80 dpi.

      Cette même photo (toujours non recadrée) issue d’un boitier de 24 millions de pixels mais pour du A0 va tourner aux environs de 150 dpi, dans cette taille ce qui me semble tout à fait correct (toujours si nous ne sommes pas dans le cadre d’une expo photo).

      P.S. Dans Photoshop dans le menu « taille de l’image », en bas tu dois avoir coché :
      - Mettre les styles à l’échelle
      - Conserver les proportions
      - Rééchantillonage


    • claude

      Je découvre aujourd’hui votre site: je suis admirative devant votre travail et je vous félicite pour toutes vos explications si claires et abondantes: un immense merci, pour une nulle comme moi j’ai enfin tout compris ( ou presque! résolution, dpi, ppp…. )
      Quelle patience et quel travail tout cela a dû représenter pour vous et quelle chance pour nous!
      MERCI ET BRAVO!


    • pepite

      Merci Claude, ça me fait bien plaisir un mot si gentil et ça encourage toujours à continuer de vous faire partager ma passion :-)


    • Rose

      Et la lumière fut! Un grand merci pour toutes ces explications qui eclairent enfin des points restés toujours obscurs . Je prépare un livre de recit de voyage, ton article va bien m’aider à preparer les photos. Merci et bravo!


    • pepite

      Bonne réussite pour ton livre photo :-)


    • Cha

      Bonsoir,

      Merci pour cet article si bien expliqué!

      J’ai cependant quelques questions :

      Je possède un réflex (nbe de pixels : 20,2 Millions), je souhaite commencer à proposer des fichiers destinés à l’impression (papier quelconque ou papier photo).

      Je comprends bien que si l’on souhaite imprimer une photo en une taille supérieure à celle de la photo d’origine, il y a perte de qualité.
      Mais il y a-t-il aussi perte de qualité si nous imprimons une photo à une taille inférieure à celle d’origine?? Je suppose que oui, sinon nous n’aurions pas tous ces soucis…

      Mais je n »arrive pas à comprendre pourquoi?

      Prenons un exemple : je souhaite exporter des fichiers destinés à être imprimés en format 21cm bord large.
      Selon cet article, il faudrait alors un nbe de pixels en bord large d’environ 2480 (pour une résolution de 300dpi), est-ce bien cela?

      Maintenant, si la personne ayant reçu ces fichiers décide finalement des les imprimer ou faire tirer en un format de 15cm bord large par exemple, y aura-t-il perte de qualité? Sera-t-elle significative? Pourquoi?

      Pour ce genre de tirage est-il préjudiciable de prendre une résolution de 300dpi? (qui semble être la meilleure, non?)
      Dans votre tableau (en réponse à jojo), vous nous recommandez 192dpi…
      Aussi je me demande : est-ce que le rendu sera meilleur en 192dpi qu’en 300dpi? Si oui ou non, pourquoi?

      Et enfin, une question qui sort un peu du sujet : lors de publications sur internet (exemple de Facebook), j’avais lu qu’il était recommandé de prendre une résolution de 300dpi et de prendre 960px en bord large (en raison de la redimension faite par ce site), êtes-vous d’accord? Et toujours : pourquoi?
      Je trouve toujours que le piqué est moins bon une fois l’image publiée sur Facebook… Sommes-nous obligés d’augmenter la netteté (sur un logiciel de traitement, je possède Lr) de manière extrême (et donc de trouver cela beaucoup trop lorsque nous observons la photo sur notre logiciel)?
      N’y a-t-il pas un moyen d’obtenir naturellement le juste piqué que nous observons sur notre logiciel?

      Merci d’avance,
      Cha.


    • pepite

      Je ne comprends pas ce que vous appelez bords large.

      Il faut aussi différencier « imprimer » ou faire faire « un tirage » par un laboratoire.

      Imprimer sur du papier ordinaire ne donnera jamais la même qualité que sur du papier photo.

      Quand on imprime à une taille supérieure à ce que peut donner le fichier à 300dpi abîme l’image parce que la logiciel est obligé de rajouter des pixels fictifs entre chaque pixel réel. Dans le cas d’impression dans une taille inférieure à la taille du fichier en 300 dpi il n’y a en principe pas de perte de qualité car le logiciel n’a pas à rajouter de pixels intermédiaires. Par contre il est évident que si on réduit trop la taille du fichier les très fins détails vont avoir tendance à disparaître.

      En ce qui concerne le web j’avais fait un article là dessus, je rajouterai le lien en bas du commentaire. Quelque soit la taille employée pour le web et l’image que l’on redimensionne en général entre 600 et 1200 pixels de large pour une photo en mode paysage, il n’y a pas besoin qu’elle soit en 300 DPI puisque nos écrans sont incapable d’afficher dans cette résolution. Donc autant se contenter de 200 dpi (la photo pèsera moins lourd et s’affichera plus rapidement). Le piqué est toujours moins bon en affichage web ceci est dû à la compression du fichier et facebook n’étant pas un site photo je soupçonne que leur compression du fichier envoyé ne soit pas la mieux étudiée, il faut donc effectivement toujours accentuer la netteté avant d’envoyer la photo sur un site.

      —–> Redimensionner une photo pour le web

      ——> Améliorer, accentuer une photo pour le web

      J’avais écrit ces articles il y a un moment mais ils sont toujours d’actualité.


    • Cha

      Bonjour, merci pour cette réponse rapide!

      En parlant de bord large, je pense simplement au bord le plus large de la photo, je ne sais pas s’il y a un autre terme?
      Par ex une photo de 15*23cm aura 23cm pour son bord large quelque soit le format (paysage ou portrait).

      Pour l’impression, en effet je parlais à la fois d’imprimer sur papier photo ou bien sur papier normal.
      Dans le cas d’une impression sur une feuille de papier normale, dois-je faire des modifications particulières ou bien la photo en 2480px de large sera bonne?

      Merci pour vos deux articles, j’irai les regarder et reviendrai s’il me reste encore des questions.

      Cha.


    • pepite

      Pour l’impression par une imprimante photo, 260 dpi suffit largement jusqu’au format d’impression 20×30 cm (feuille de papier A4), sur un papier ordinaire la qualité d’impression avec une imprimante jet d’encre sera très loin de la qualité de ce que l’on peut obtenir avec du papier photo brillant (glossy) ou semi-mat d’Epson par exemple.

      Avec une imprimante laser couleur, la qualité sur du papier ordinaire sera meilleure qu’avec une jet d’encre sur papier ordinaire mais très nettement inférieur qu’avec du papier photo. De plus les imprimantes laser couleur ne sont pas très fidèles au niveau des couleurs à moins d’utiliser des imprimantes laser spécialement étudiée pour la photo.

      Pour les impressions en « mode paysage » en considère que le bord le plus large sera en bas, pour une impression en « mode portrait » on considère que le bord le plus large sera sur le côté.


    • Cha

      Bonsoir,

      D’accord, merci pour toutes ces précisions!
      Vos articles sont vraiment très bien faits.

      Cha.


     Leave a reply