• Autofocus

    glace-et-neige


    L’autofocus permet  à l’appareil d’effectuer automatiquement la mise au point de la netteté sans aucune intervention de votre part. C’est l’opposé de la « mise au point manuelle » réalisé par le photographe. Rappelez-vous cependant que l’appareil photo n’a aucune idée de ce que vous, vous vous voulez net.

    Lorsque vous travaillez en « autofocus », c’est l’appareil qui fait la netteté de lui même lorsque vous appuyez à demi sur le déclencheur, vous n’avez rien à faire si ce n’est d’attendre le petit bip (ou le signal dans le viseur), qui vous dit que la mise au point (la netteté) est faite, vous pouvez alors déclencher à fond. Avec les compacts qui ont une grande profondeur de champ ça ne pose en principe aucun problème, tout sera net.

    Je vous conseille de lire la suite, cela permet de mieux cerner certains problèmes de mise au point et de comprendre aussi pourquoi parfois les photos sont floues.



    Avec les appareils compacts, la zone de mise au point est assez large, mais il peut arriver que le sujet le plus net ne soit pas celui que vous auriez voulu, même si c’est rare avec un compact. En général la photo est entièrement nette. Il arrive aussi que la photo soit complètement floue mais alors ce n’est en général pas l’autofocus de l’appareil qui est en cause, mais une luminosité trop faible, ce qui abouti à une vitesse de prise de vue bien trop lente, si le sujet photographié bouge il est alors flou. Et si c’est le photographe qui a bougé au moment du déclenchement n’en parlons pas ;-)
    Si la vitesse de prise de vue est vraiment trop lente, des sujets fixes peuvent alors aussi apparaitre flous, le moindre tressaillement du photographe entrainant alors un « flou de bougé » qui peut se produire au moment où vous appuyez sur le déclencheur. Il faut donc surveiller la vitesse de prise de vue et au besoin monter en sensibilité si vous n’êtes pas en mode tout auto, ou ouvrir plus le diaphragme si vous êtes en mode priotité ouverture pour permettre à plus de lumière de venir frapper la capteur. Le flou peut arriver aussi  si vous avez zoomer à fond par exemple, l’appareil se trompant et faisant la netteté ailleurs que sur l’objet que vous vouliez net, en télé objectif la profondeur de champ (zone de netteté en avant et en arrière du sujet) étant plus réduite en télé qu’en cadrage normal. Dans certaines conditions, quand il fait trop sombre, malgré la montée en sensibilité, la vitesse de prise de vue peut tout de même s’avérer trop lente pour obtenir une image nette, les appareils photos n’ont pas notre capacité d’adaptation au manque de lumière, il ne reste alors plus qu’une seule solution, employer un trépied pour stabiliser encore plus l’appareil ou trouver une table, une voiture, un mur sur lequel appuyer l’appareil photo afin qu’il ne bouge pas d’un millimètre le temps de la prise de vue.

    Il est à l’heure actuelle impossible de figer un sujet en mouvement rapide de nuit lorsque la scène n’est pas illuminée. Cela viendra peut-être un jour mais ce n’est pas encore possible. Dans ces conditions c’est la vitesse de prise de vue qui permet de figer le sujet pour l’avoir net et non plus l’autofocus qui est en cause. Mais revenons donc à notre autofocus.

    Avec les appareils bridges, hybrides et réflex, on peut en général régler la taille du « collimateur » d’autofocus. Comprenez par collimateur la zone qui va faire la netteté qui s’affiche sur l’écran ou dans le viseur par des rectangles ou des carrés, en général verts, au moment où vous appuyez à demi sur le déclencheur.

    Sur certains hybrides on peut réduire la taille du « collimateur » d’autofocus, il faut en premier lieu choisir « un point », puis en réduire la taille. Vous pourrez ainsi faire une mise au point plus précise, l’autofocus n’agissant pas sur toute l’image mais seulement une zone plus réduite. C’est pratique lorsque vous désirez faire la mise au point sur un sujet spécifique comme un portrait où la tête de votre chien. Il suffit alors de placer le collimateur d’autofocus sur la tête de la personne ou celle de votre chien puis d’appuyer à demi sur le déclencheur, l’appareil va alors faire la mise au point (la netteté) sur le sujet désiré. Une fois la mise au point faite, vous déclenchez à fond. L’avantage d’avoir réduit la zone de mise au point : vous êtes sûrs que ce sera bien votre enfant ou votre chien qui sera net et non le fond qui est à 20 mètres et qui vous importe peu !



    Réflex :

    Exemple de collimateurs de mise au point avec un réflex :

     Avec un réflex, c’est différent, d’emblée les collimateurs de mise au point sont plus petits, et de plus contrairement au compact qui n’a qu’un seul collimateur de mise au point, le réflex en a plusieurs répartis de façon géométrique dans le viseur.

    Il est possible de les activer tous, dans ce cas l’appareil va faire la netteté sur toute l’image. Pratique en paysage lorsque vous désirez que l’ensemble de la photo soit nette. Beaucoup moins lorsque vous voulez faire la mise au point sur un sujet précis dans le cadre. Il est alors possible de n’en activer qu’un seul, au centre ou sur les côtés ou encore sur un « point de force ». Vous choisissez alors le collimateur sur lequel l’appareil doit faire la netteté. Vous ferez alors la netteté sur ce point précis. Par exemple un portrait tout en floutant le fond afin que votre personnage ou votre sujet ressorte encore mieux. Dans le cas d’un portrait on essaira de placer le collimateur actif sur l’oeil du sujet, donc on choisira un des collimateurs les plus hauts.

    Les points rouges montrent l’ensemble des collimateurs, lorsqu’ils sont activés tous ensemble ils s’illuminent (en général en vert) lorsque vous appuyez à demi sur le déclencheur, lorsque vous n’en choississez qu’un seul, seul le collimateur choisi s’illumine quand vous appuyez à demi sur le déclencheur. Vous devez le placer sur l’endroit où vous voulez que votre appareil fasse le plus de netteté. Ensuite vous déclenchez à fond.

    Si vous relachez le déclencheur entre temps (avant de déclencher à fond) et que vous bougez votre appareil photo, la mise au point sera perdue, il faudra donc la refaire. Il ne faut donc pas relacher le déclencheur entre le moment où vous appuyez à demi et le moment où vous déclenchez à fond.

    En mode automatique, avec tous les collimateurs activés le boîtier décide lequel des collimateurs va faire la mise au point, sur ce qui lui semble le plus « pertinent ». Personnellement je ne m’en sers jamais, c’est le meilleur moyen de rater sa photo car la mise au point peut se faire sur un sujet qui n’est pas celui que vous auriez voulu avoir net. Hormis parfois en mode rafale, je sélectionne toujours un seul collimateur actif.
    Pour la photo du haut, le fait de choisir un seul collimateur m’a permis de flouter le fond tout en conservant mon sujet bien net.

    Idem pour la photo ci-dessous (quoique je ne suis pas sûre de ne pas l’avoir prise en mise au point manuelle) :

    focus
    Le fait de pouvoir flouter le fond fait ressortir le sujet, sans quoi il aurait été perdu dans la végétation enironnante. (Ici le réglage de l’ouverture a aussi son importance mais si je n’avais pas choisi une mise au point précise avec un seul collimateur actif, la petite bête aurait pu être complètement floue). En macro la profondeur de champ est toujours réduite, regardez le fond mais aussi les premières fleurs du premier plan, si je n’avais pas fait un mise au point très précise avec un seul collimateur actif il y a de fortes chances que mon animal aurait été complètement flou.

    Le mise au point (recherche de la netteté) sur un sujet proche est plus délicate que sur un sujet lointain, plus vous serez proche plus l’avant-plan et l’arrière plan auront tendance à être flous rapidement, il faut donc bien faire attention à bien faire la mise au point sur le sujet quand celui-ci est près de vous.


    Les divers systèmes de mise au point.

    Jusque dans les années 80, la plupart du temps vous deviez faire la mise au point manuellement . Depuis, les boitiers compacts comme les reflex font eux-mêmes la mise au point grâce à au système « autofocus ».

     Tous les constructeurs ont adopté le même système : on demande la mise au point en appuyant à mi-course sur le déclencheur.
    L’appareil cherche alors tout seul la netteté et affiche dans un cadre (pour les compacts) l’endroit où il a fait la netteté, quand il fait trop sombre il se peut qu’il ait du mal à la faire par manque de contraste dans l’image.

    Les boitiers équipés du système de détection des visages vont chercher des yeux dans l’image et si il les trouve l’appareil photo fera la netteté dessus si vous avez activé cette option. Un cadre vert va alors entourer le visage de la personne qu’il a trouvé (avec un compact). Avec un bridge, un hybride ou un réflex on peut choisir le mode de mise au point à partir des menus. Exemple : large ou un point par exemple pour les bridges et hybrides. Choix des collimateurs de mise au point pour le réflex.

    Certains boitiers compacts ou bridges proposent aussi de pouvoir déplacer la zone de mise au point dans le cadre.

    Lors de situations critiques pour l’autofocus il vaut mieux passer en mise au point manuelle si cela est possible sur votre boitier, exemple : photo prise à travers une vitre ou un parebrise : l’appareil peut faire la mise au point sur la vitre plutôt que sur le sujet. Photo à travers des feuillages ou grillages alors que vous voulez que le paysage qui est derrière soit net, l’autofocus risque de faire la netteté sur le premier plan.

    En dehors de cela on distingue deux systèmes de mise au point :  la corrélation de phase et la détection de contraste.

    Détection de contraste : c’est l’autofocus employé par les compacts, les bridges et les appareils micro quatre tiers. La mise au point se modifie jusqu’à ce que l’appareil trouve un contraste assez conséquent entre des pixels adjacents. La mesure s’effectue sur une bande d’environ 200 pixels de large, la lumière sur la scène frappe cette bande puis le microprocesseur calcule la valeur de chaque pixel et compare les relevés. Inconvénient : en faible luminosité si la scène manque de contraste, la mise au point a du mal à se faire. Autre exemple : Vous voulez prendre en photo un mur de couleur uniforme : vu le manque de contraste même si la lumière est bonne, l’autofocus va patauger.
    Partant du principe qu’une image nette est plus contrastée qu’une image floue, l’autofocus à mesure de contraste cherche le plus grand contraste entre la zone la plus claire et la zone la plus foncée de la partie d’image qu’il analyse. Pour arriver à cette analyse il faut que l’appareil parte d’un flou, donc si au premier abord il ne trouve rien, il va repartir en arrière pour recréer du flou et faire son analyse à partir de ce flou. Cela vous explique que parfois, l’autofocus semble patiner, faisant plusieurs allez et retour jusqu’à ce qu’il trouve une zone suffisemment contrastée pour faire la mise au point dessus. On dit alors que l’autofocus « pompe ». La course du réglage peut être plus ou moins longue si l’image est peu ou très contrastée, ou si des objets se trouvent à plusieurs distance du capteur, mais quand l’appareil trouve une zone plutôt contrastée, il va faire un ou deux petits allers et retours en avant et en arrière de la zone pour vérifier l’endroit où celle-ci est la plus contrastée. La mise au point sera alors très rapide. Si le sujet est très agité, ce type d’autofocus va avoir beaucoup de mal à faire la mise au point, c’est pourquoi ces boitier ne sont pas vraiment fait pour la photo sportive ou l’animalier sauvage. Cette méthode est moins rapide que le sytème employé par les réflex.

    Un petit truc : Lorsque vous constatez que votre appareil a du mal à faire la mise au point, cherchez un objet assez contrasté qui se trouve à la même distance de vous que le sujet que vous voulez photographier, visez le, appuyez à demi sur le déclencheur pour faire la mise au point, puis tout en gardant le doigt sur le déclencheur à demi enfoncé, revenez sur votre sujet et déclenchez à fond. (il ne faut pas relacher le déclencheur pendant que vous revenez vers votre sujet).

    Corrélation de phase : c’est l’autofocus des réflex lorque l’on vise à travers le viseur. L’autofocus agit alors un peu comme un stigomètre mesurant le déphasage (le décalage) entre deux morceaux d’image. Le boitier sait alors suivant le décalage de combien il doit corriger.  Il serait un peu difficile de vous expliquer son fonctionnement mais ceux qui ont connu le stigomètre comprendront.

    Exemple de décalage que l’on pouvait observer lors de l’emploi d’appareil muni d’un stigomètre, dans le cercle central les deux morceaux d’images ne sont pas alignés avant la mise au point  (je n’ai pas de photos de cette époque à vous montrer donc j’ai essayé de reproduire le processus pour vous montrer) :

    stigometre1b

    Et une fois la mise au point (manuelle de ce temps là) effectuée, le décalage dans le rond central n’existe plus, la mise au point est bonne. Voilà ce que l’on pouvait voir :
    stigometre2
    L’avantage est évident : au lieu de perdre du temps à avancer pas à pas jusqu’à obtenir le meilleur résultat, l’appareil sait exactement de combien sa mise au point est fausse. Il peut donc commander à l’objectif exactement la correction nécessaire et obtenir une image nette presque instantanément.
    Pour certains réflex comme le Canon 5D on peut demander à changer le verre de visée et faire poser un verre à stigomètre. Il est cependant rare que l’on puisse faire ce changement qui n’est possible qu’avec les réflex haut de gamme. C’est surtout utile lorsque l’on désire faire la mise au point manuellement.

    La mise au point par corrélation de phase est  beaucoup plus rapide que la détection de contraste. L’autofocus à corrélation de phase commande à l’objectif de se positionner de façon à annuler le déclage de phase. L’inconvénient c’est que ce système ne peut pas être implanté sur le capteur, il est incompatible avec la visée par l’écran. C’est pourquoi les nouveaux réflex actuels utilisent les deux systèmes de mise au point : la corrélation de phase lorsque vous visez avec le viseur et la détection de contraste lorsque vous visez par l’écran. Cependant la visée par l’écran appelé « Live View » sur les réflex est beaucoup plus lente que la visée par le viseur et plus lente que sur un compact. Pourquoi ? Parce que le réflex est muni d’un miroir chargé d’envoyer l’image dans le viseur, ce que n’a pas le compact. Le miroir étant sur la route de la lumière entre l’objectif et l’écran il faut donc remonter le miroir pour que la visée par l’écran soit possible. Cela retarde donc la mise au point. A l’heure actuelle la visée par l’écran avec un réflex est beaucoup plus lente que cette même visée avec un compact. Les progrès sont constants mais on a pas encore de mise au point instantannée en « Live View » avec les réflex. Avec un réflex il faut privilégier la visée par le viseur. Ils ont été conçu pour ça.

    Avantage de la visée par le viseur :
    Une meilleure stabilité donc moins de risques de flous de bougés l’appareil étant en appui contre votre visage et sur votre nez. Meilleure visualisation des détails donc meilleure vérification de la mise au point et de brindille gênante par exemple que vous n’auriez pas détecté avec une visée par l’écran. Meilleure concentration du photographe plus isolé du reste de la scène puis qu’il ne voit pas l’environnement mais uniquement ce qu’il va photographier, donc en principe une meilleure appréciation du cadrage. Aucune gêne en cas de forte luminosité, le soleil ne venant pas éblouir le viseur puisqu’il est contre vous.
    Lors de prises de vues en rafale vous suivez facilement votre sujet dans le viseur et l’appareil refait automatiquement la mise au point entre chaque image.

    Avantage de la visée par l’écran :

    La possibilité de faire des photos discrètement surtout au cas où l’écran est orientable : visée à hauteur de la ceinture, au ras du sol, au-dessus de la tête d’un groupe de personnes etc.
    Son plus grand inconvénient : l’écran souvent ébloui par la luminosité quand il fait beau et donc un cadrage souvent au hasard dans ce cas. Il existe cependant des visières que l’on peut acheter en option pour éviter ce problème. Autre inconvénient : lors de prise de vue en rafale, dès que vous appuyez sur le déclencheur l’écran devient noir et vous suivez votre sujet au hasard, de plus la mise au point se fait sur la première image mais n’est pas refaite entre chaque image. On distingue aussi moins bien les détails fins avec la viée par l’écran et il est plus difficile de juger de la véritable netteté de l’image.

    Bien que cela décharge plus vite la batterie, quand j’utilise un compact ou un hybride je règle l’autofocus sur continu, cela permet une mise au point plus rapide puisqu’elle commence dès que l’on dirige l’appareil vers le sujet.

    Avec le réflex lors de prise de vue en rafale il faut penser à régler l’autofocus sur AI SERVO ou AF-C pour que la mise au point s’ajuste automatiquement entre chaque image de la rafale. Avec ce même réflex en dehors du mode rafale, je reste en ONE SHOT qui me permet un mise au point précise en plaçant le collimateur actif que j’ai choisi sur mon sujet.

    Certains objectifs de réflex permettent de corriger le point même lorque l’autofocus est activé. Si vous estimez que la mise au point n’est pas parfaite, vous pouvez tourner la bague de mise au point pour peaufiner le réglage. Les objectifs bas de gamme ne permettent pas cette correction en mode autofocus.

    Voilà j’espère que cet article vous aura été utile :-)


    © Aubade-photos.com. Photos non libres de droit.

     


    8 responses to “Autofocus”


    • pepite

      Réflex toujours.

      Techniquement comment se passe la détection par corrélation de phase ?

      Lorsque vous allumez votre boitier, les contacts situés sur la monture de l’objectif et ceux sur le boitier dialoguent entre eux (si ce n’est pas possible vous devrez faire la mise au point manuellement, c’est ce qui se passe en général quand on monte des objectifs d’autres marques que celle du boitier quand ces optiques n’ont pas été prévues pour).

      Lors de ce dialogue entre l’objectif et le boitier, le boitier « reconnait » alors cette optique, il sait quelle est sa focale, son ouverture maximum par plage de focale, sa distance minimale de mise au point.

      La majorité des modules autofocus des réflex sont formés par paires de détecteurs nommés « Basis ». Ces détecteurs sont sensibles au contraste qui les coupent surtout quand l’angle est proche de la perpendiculaire. Ils sont totalement insensibles à ceux qui sont parallèles ou proche de l’être.
      Pour palier à ce problème et affiner la mise au point on utilise alors deux basis disposés à 90°. On parlera alors de « collimateurs en croix ». Suivant la gamme de réflex (d’entrée ou de moyenne gamme, ou haut de gamme), le boitier est doté d’un ou plusieurs collimateurs en croix.

      Les détecteurs de l’autofocus devant être fonctionnels pendant la visée par le viseur, environ 40% de la lumière qui entre dans l’objectif est détournée de la visée grace à la couche semi-transparente du miroir principal vers le miroir secondaire.

      auto

      En vert la lumière dirigée vers le viseur, en jaune orangé la lumière qui passe à travers le miroir principal pour atteindre le miroir secondaire avant d’être renvoyée vers le bas de la chambre, vers le système autofocus de façon à ce que la distance parcourue à partir du miroir principal par la lumière soit exactement la même que celle parcourue lorsqu’elle arrive sur le capteur ou sur le verre de visée du viseur. (mon schéma n’est pas parfait). Tout ceci nécessite des réglages très fins qui lorsqu’ils n’ont pas été bien effectués ou ont dérivés avec le temps induisent des problèmes de front ou back focus, c’est à dire de mise au point se faisantt en avant du sujet ou en arrière au lieu de se faire sur le sujet visé. Le battement admis dans l’imprécision de l’autofocus est de l’ordre de 1 cm en avant ou en arrière du sujet, vous ne pourrez donc pas faire appel au SAV pour un déclage de 1 cm. Cela varie un peu suivant les constructeurs et les marques.

    • Félicitation pepite pour ce brillant exposé et la simplicité des termes employés.
      Il est toujours interessant de se remettre en tête tous ces principes que l’on a tendance à oublier par désintéret de la chose technique à l’heure ou nos appareils font tout tout seul, mais pas toujours comme le souhaiteraient les photographes….!


    • pepite

      Merci Leicam, et oui comme je le disais en début d’article, même si l’autofocus se trompe rarement, le boitier ne sait pas lui ce que nous nous voulons net, du coup on a parfois des surprises avec les appareils qui analysent une scène entière et avec lesquels on ne peut pas leur dire  » C’est CA que je veux net ».

      Pour vérifier si vous avez un boitier réfex ou un objectif qui souffre de back ou de front focus je vous avais fait il y a quelque temps un article pour les tester, vous pouvez le consulter ici :

      Testez_autofocus_reflex

      Je voudrai bien que l’on voit un peu le soleil par ici, les articles techniques c’est bien mais j’aimerai bien faire des photos, on est vraiment pas gatés cette année, les autres années nous avions tout de même de belles journées même en hiver.
      Ceci dit ces articles complètent bien le blog et j’espère qu’ils peuvent vous aidez à mieux comprendre comment fonctionnent nos boitiers.

      C’est vrai comme dit Leicam qu’on a souvent tendance à aller vers la facilité sans vouloir se prendre la tête et que parfois on a tendance à incriminer ce boiter dont l’intelligence articielle devrait à notre goût nous rendre exactement ce que notre cerveau a vu.
      Ce cerveau si concentré sur l’unique sujet qui nous intéresse nous fait découvrir parfois après coup que dans le champ quand on a déclenché pfuuuuu il y avait une horrible poubelle à laquelle on avait pas fait attention ou que le soleil était pile poil en face de nous, alors évidemment la photo est ratée ! Pour retraduire exactement la focalisation de notre cerveau qui a parfois complètement oublié que notre sujet était dans un environnement pas terrible, il faut alors jouer sur le flou de l’arrière plan, mais pour ça il faut jouer avec l’ouverture et avoir un grand capteur de réflex. Alors si ce n’est pas le cas, il faut penser à éduquer notre cerveau et à faire le « tour du cadre » avec l’oeil avant de déclencher, tourner autour du sujet pour voir si l’arrière-plan ne pourrait pas être plus seyant, ou si nous ne serions pas mieux par rapport à la place du soleil, parfois il suffit de bouger de 50 cm, etc.

      Les automatismes sont d’une aide énorme mais ça ne remplaceront jamais le photographe, son cadrage, son analyse de la lumière et des ombres… et puis il faut bien admettre que certaines photos sont encore impossibles à faire à l’heure actuelle même avec nos boitiers dernier cri comme de photographier un train roulant à grande vitesse de nuit et qu’il soit net, ça le boitier ne sait pas encore faire.
      Quand nos boitiers nous permettront de monter à plus de 25600 iso peut-être que l’on pourra avoir la vitesse nécessaire.
      Ca viendra ;-)

      Il y aussi un point essentiel pour avoir une photo bien nette, comme disait Capa : »Si la photo n’est pas bonne, c’est que tu étais trop loin ». Avec les zooms on a tendance à avoir la flemme de s’approcher, mais quand c’est possible il faut toujours essayer d’être relativement proche du sujet. Même avec un zomm il ne faut pas espérer avoir un fichier impeccable en prenant un oiseau à 20 mètres.
      Il y a des distances parfois idéales comme par exemple pour les portraits, l’idéal étant d’avoir son sujet entre deux et 3 mètres. Bien sûr on peut déroger aux règles mais en sachant que l’on prend des risques ;-)

      Le plus important est que la photo reste un plaisir, donc il ne faut pas cherche à tout ingurgiter d’un seul coup, et la spontanéité doit perdurer, mais de temps en temps, enregistrer un peu de théorie va nous permettre de faire de plus belles photos encore, et là, là, c’est carrément le bonheur ! :-)

      C’est parfois dommage d’avoir fait une superbe photo et de s’apercevoir après coup qu’elle est ratée parce que tout simplement on était complètement de travers et que l’horizon penche inexorablement et que même en recadrant il n’y a rien à faire !
      Alors pensez à afficher la grille de cadrage dans le viseur (elle n’apparaitra pas sur la photo), c’est tout simple et un simple coup d’oeil sur les lignes du viseur vous permettront de faire une magnifique photo.

      Pensez aussi à vérifier votre photo dès que vous l’avez prise, ce sera plus simple de s’apercevoir sur place qu’il y a quelque chose qui ne va pas, plutôt qu’une fois rentrés chez vous à 800 kms de là ;-)

      Pfuuu je me trouve bien bavarde en ce moment ;-)

      Il est vrai que vos petits coeurs sur les articles techniques m’encouragent à vous en écrire d’autres :-)

      Merci à vous et c’est un joie de partager avec vous cette passion :-)

    • Tout cela est ¨biiiiien¨ vrai pepite et depuis 15 jours avec mon nouveau ¨Joujou¨ je reprends petit à petit mes anciens réflexes d’ expert……
      bon je retourrne à mes derniers tests…!!!

    • merci Pépite :) encore un très bon article, bien détaillé, bien expliqué, c’est vraiment un plaisir :)
      Toujours concernant l’autofocus, j’avais lu (mais je ne sais pas si c’est vrai) que à partir de F/6.3 (sur un reflex), l’autofocus devient « aveugle ». Alors, à ton avis, est ce que c’est vrai ?


    • pepite

      C’est totalement faux ! Heureusement !

      Par contre il y a parmi les collimateurs certains collimateurs qui sont plus précis pour les optiques ouvrant à f/2.8, ce sont les collimateurs en croix. Certains boitiers n’ont qu’un seul collimateur en croix dans ce cas c’est le collimateur central, d’autres boiters proposent des collimateurs tous en croix.

      La profondeur de champ étant extrêmmement réduite à F/2.8 (avec un réflex), parfois juste de deux ou 3 millimètres, avec un objectif 100 macro lorsque l’on est très proche du sujet, l’autofocus a parfois tendance à pomper ou à patauger si l’on emploie pas le collimateur en croix.
      Certains collimateurs d’autofocus couvrent aussi une zone plus ou moins large (suivant les marques et les modèles de boitiers), plus ils ont petits et précis plus la netteté se fera facilement sur un détail très précis (en macro par exemple sur l’oeil d’un insecte). Les collimateurs d’autofocus Canon ont une précision très importante car la zonne que couvre chaque collimateur est très réduite, ils sont donc capable de faire la mise au point sur un fil de toile d’arignée, ou une nervure d’aile de mouche. Les collimateurs de boitier Pentax couvrent un champ plus large, il arrive donc que parfois l’appareil ne sait plus trop où faire la mise au point sur des détails aussi fins, il faudra donc alors faire la mise au point manuellement. Mais cela tient à la taille couverte par le collimateur, pas à un autofocus qui deviendrait aveugle.

      A f/2.8 je prends couramment des fleurs (donc moins de tous petits détails qu’un insecte) ou d’autres sujets et l’autofocus n’est pas aveugle du tout ;-)

      Donc je te rassure, les autofocus ne deviennent pas aveugles ni à F/2.8 ni à f/4 et encore moins à f/8 ou f/11. C’est juste une question de profondeur de champ et de tailles des collimateurs. Les collimateurs dits normaux sont juste moins précis que les collimateurs en croix. Donc si ton boitier ne possède qu’un seul collimateur en croix, quand tu utilises une ouverture de f/2.8 il vaudra mieux régler ton boitier sur le collimateur central.

      Tu as bien fait de poser cette question qui m’a déjà été posée et que j’avais oublié d’aborder.

      Merci :-)

      … Ton Pentax K-r possède 11 collimateurs dont 9 en croix donc tu as le choix ;-)

    • Merci pour cet article encore passionnant sur les entrailles de nos joujoux si sophistiqués… ;) 8)


    • pepite

      C’est un vrai plaisir quand vous me montrez que ça vous satisfait :-)

      J’ai rajouté aussi un article dans les termes barbares « La focale », j’aime bien le shéma que j’y ai mis, car en longue focale on a toujours tendance à penser que l’on grossit l’image alors qu’en fait on déduit le champ de prise de vue. Même moi ça m’a frappée quand j’ai fait le graphique, même si c’est évident, lol ;-)


     Leave a reply