• Vitesse d’obturation

    _MG_2254_chien

    Lorsque vous prenez une photo vous oubliez souvent de regarder la vitesse affichée dans votre viseur ou sur votre écran. Pourtant celle-ci est importante pour la netteté de la photo dès que le sujet bouge ou que vous n’êtes pas parfaitement immobile.


    Sujet immobile

    Si votre sujet est totalement immobile, un monument par exemple, et que votre appareil est monté sur un trépied stable, la vitesse d’obturation que vous utilisez ne revêt en théorie pas d’importance. Par exemple, un réglage d’1 seconde ou d’1/1 000 de seconde donnera des résultats équivalents, pour ce qui est de la netteté du sujet.


    Sujet en mouvement

    Imaginons maintenant que vous vouliez prendre en photo un chien en train de courir à une vitesse de 16 km/h. En 1 seconde, il va parcourir environ 5 mètres.
    Par conséquent, si vous réglez le temps d’exposition sur 1 seconde, le chien sera complètement flou sur la photo.

    Si vous cherchez à rendre une impression de mouvement, cela peut être une technique pour obtenir un « flou de mouvement » mais dans le cas du chien le temps d’exposition d’1 seconde est trop élevé pour cette situation, mais vous pouvez cependant essayer de régler la vitesse d’obturation sur 1/15 de seconde (durant cet intervalle, le chien devrait se déplacer d’environ 30 cm). L’image sera floue mais vous aurez un rendu de la vitesse du mouvement et le chien sera perceptible. Avec un peu de chance vous aurez la tête qui ne bouge pas beaucoup nette, et les pattes qui bougent très vite floues tout en restant discernables, reproduisant la vitesse du mouvement.

    Une autre technique consiste à prendre la photo en filé dont j’ai fait un article complet pour vous en expliquer le fonctionnement, cette technique ne demande pas pas une vitesse excèssivement rapide pour avoir un sujet net mais demande une certaine habitude. Il faut de plus que vous sachiez dans quelle direction se déplace votre sujet et qu’il soit de profil par rapport à vous. (voir le filé dans les termes barbares).

    Si, à l’inverse, vous souhaitez que le chien apparaisse bien net et le mouvement figé dans l’action sur la photo,vous devrez avoir une vitesse d’obturation sur 1/1 000 de seconde. Au cours de ce bref instant, le chien se déplacera de moins d’un demi centimètre et il devrait être net sur la photo.

    Plus votre sujet bouge vite plus vous devrez donc avoir une vitesse d’obturation rapide.


    Importance de l’ouverture et de la sensibilité ISO

    Si vous optez pour une vitesse d’obturation rapide, moins de lumière atteindra le capteur numérique de votre appareil photo et l’image risque d’être sous-exposée. Pour compenser, vous devez augmenter l’ouverture du diaphragme et/ou régler la sensibilité ISO sur une valeur plus élevée que d’habitude.

    Il vaut donc mieux régler votre boitier en mode priorité ouverture, et sur une grande ouverture pour disposer de la plus grande vitesse possible.

    Rappel sur l’ouverture du diaphragme :

    Diaphragme_ouvertures

    Plus le diaphragme de votre appareil photo est ouvert plus il laisse passer de lumière, à grande ouverture un flot de lumière arrive, l’obturateur n’a donc pas besoin d’être ouvert longtemps sinon le capteur serait ébloui par la lumière, plus il est fermé plus il faudra le laisser ouvert longtemps pour que le capteur recoivent la même quantité de lumière que si il était grand ouvert .

    Un objectif offrant une grande ouverture vous permet de définir une vitesse d’obturation rapide tout en bénéficiant d’une exposition adéquate. Les optiques fixes haut de gamme proposent des ouvertures de f/2,8 ou plus et sont fréquemment utilisés par les photographes sportifs. Si vous ne disposez pas d’optique fixe mais d’un zoom réglez l’appareil sur sa plus grande ouverture (plus petit chiffre), f/3.5 par exemple si c’est la plus grande ouverture disponible pour votre zoom.

    Si vous jugez que la vitesse n’est toujours pas suffisante, vous avez toujours la possibilité de régler la sensibilité ISO sur une valeur plus élevée, ce qui rendra le capteur numérique plus sensible à la lumière et vous permettra d’avoir une vitesse d’obturation plus rapide. Sachez cependant qu’une telle modification peut augmenter le « bruit » des photos.


    Importance de la focale

    Plus vous montez en focale du grand angle au télé plus aurez besoin d’avoir une vitesse d’obturation rapide car non seulement vous grossissez votre sujet mais vous amplifiez aussi le moindre tressaillement du photographe, et si vous bougez… la photo sera floue.

    SUJETS FIXES :

    On considère que la vitesse doit être à l’inverse de la focale pour un sujet fixe (monument, paysage, meuble, objet, etc) :

    à 28 mm vitesse minimale : 1/28ème de seconde
    à 50 mm vitesse minimale : 1/50ème de seconde
    à 100 mm vitesse minimale : 1/100ème de seconde
    à 200 mm vitesse minimale : 1/200ème de seconde
    à 400 mm vitesse minimale : 1/400ème de seconde
    etc.

    Avec des appareils stabilisés par l’optique ou par le capteur, on peut souvent descendre sous ces vitesses (pour prendre des sujets fixes), tout dépend de la qualité du stabilisateur.


    SUJETS EN MOUVEMENT :

    Pour un sujet en mouvement lent, vous devez doubler la vitesse d’obturation :

    à 28 mm vitesse minimale : 1/60ème de seconde
    à 50 mm vitesse minimale : 1/100ème de seconde
    à 100 mm vitesse minimale : 1/200ème de seconde
    à 200 mm vitesse minimale : 1/400ème de seconde
    à 400 mm vitesse minimale : 1/800ème de seconde
    etc.

    Pour un sujet qui se déplace rapidement vous devez au minimum tripler la vitesse et même la quadrupler :

    à 28 mm vitesse minimale : 1/120ème de seconde
    à 50 mm vitesse minimale : 1/200ème de seconde
    à 100 mm vitesse minimale : 1/400ème de seconde
    à 200 mm vitesse minimale : 1/800ème de seconde
    à 400 mm vitesse minimale : 1/1600ème de seconde

    Même si votre boitier est stabilisé !

    La stabilisation stabilise… les mouvements du photographe, et uniquement ceux du photographe, jamais les mouvements de votre sujet.

    La stabilisation vous sert surtout si vous devez par exemple prendre des sujets fixes en faible luminosité, la vitesse de prise de vue devenant souvent très lente, l’appareil stabilise alors les tressaillements du photographe qui risque de bouger très légèrement l’appareil lors de l’appui sur le déclencheur (on parlera alors de « flou de bougé » si la photo est floue). Le stabilisateur ayant stabilisé l’appareil photo la photo sera tout de même nette même si au grand angle vous descendez à une vitesse d’une demi seconde (avec des appareils ayant un très bon stablisateur). Jamais un stabilisateur ne figera un sujet en mouvement, il ne stabilise que l’appareil photo et les tressaillements du photographe.

     

    Attention à la profondeur de champ
    (zone de netteté en avant et en arrière du sujet)

    Celle-ci sera toujours grande avec un compact ou un bridge, donc tous les sujets qui bougent seront nets si la vitesse est suffisante, avec un réflex ce ne sera pas la même chose.

    Nous avons vu tout à l’heure que pour gagner de la vitesse il fallait ouvrir le plus possible le diaphragme (ça fonctionne en vases communiquants), seulement voilà, si vous ouvrez à f/2.8 avec votre gros téléobjectif il y a de forte chance que seul votre sujet principal sera net. Ce n’est pas un problème si vous désirez prendre un sujet isolé : un cerf, un lion, une voiture sur un circuit, votre enfant en train de courir, mais si c’est un groupe que vous désirez net ça va se gater sérieusement du fait de la grande ouverture.

    _MG_2306chien

    Si vous désirez prendre un groupe de coureurs à pieds et qu’il soient tous nets, vous allez devoir cette fois fermer le diaphragme… oui mais du coup ça va réduire la vitesse de prise de vue et là tout le monde risque d’être flou !

    Plus qu’une seule solution : monter en sensibilité pour récupérer la vitesse perdue en fermant l’ouverture du diaphragme à f/8.


    Conclusion :

    Il faut être conscient que le diaphragme, la sensibilité et la vitesse fonctionnent toujours ensemble.

    Plus j’ouvre le diaphragme plus je récupère de vitesse
    Plus je ferme le diaphragme plus je perds de vitesse
    Plus je monte en sensibilité (ISO) plus je récupère de vitesse (mais je risque de perdre des détails à cause du bruit et mon image sera moins belle qu’en basse sensibilité)

    Exemple pour une même photo suivant mes réglages de l’ouverture, la vitesse change :

    ouverture_vitesse

    Idem si je change la sensibilité, la vitesse change.

    Vous avez remarqué que chaque fois la vitesse double.
    C’est un exemple, suivant la luminosité, la vitesse ne sera pas la même, par très beau temps je pourrais très bien avoir une vitesse affichée pour f/11 de 1/300ème de seconde mais le principe restera le même : la vitesse changera à chaque fois que j’ouvrirai d’un cran.

    Donc j’en déduis que si je veux prendre un oiseau en vol avec mon 400mm, je sais qu’il me faut être à une vitesse très élevée : 4 fois la vitesse que je devrais avoir pour un sujet fixe soit :

    Focale 400mm –> 1/400 pour un sujet fixe –>x4 –>donc minimum 1/1600ème de seconde pour la vitesse.

    Etant donné qu’il ne fait pas beau en ce moment la vitesse disponible est très réduite, je vais donc déjà me mettre à f/2.8 pour être au moins à 1/1000ème de seconde. Mais je manque encore de vitesse à 100 iso pour être au 1/1600, je vais donc passer la sensibilité à 200 iso ce qui va me permettre de doubler encore ma vitesse d’obturation : en passant à 200 iso j’aurai une vitesse de 1/2000ème de seconde ce qui sera parfait pour avoir mon sujet net.

    Ca parait compliqué, mais c’est beaucoup plus facile sur l’appareil photo, il suffit de tourner la molette du diaphragme pour voir la vitesse s’afficher au fur et à mesure, et ensuite si la vitesse n’est encore pas suffisante, il suffit de régler les iso sur un ou deux crans de plus pour obtenir la vitesse voulue.

    Si c’est un groupe de coureurs à pieds, je sais que je ne peux pas ouvrir trop le diaphragme si je veux tout le groupe net, donc je vais me mettre à f/5.6 ou f/8. Ensuite il faut que j’arrive à monter progressivement la vitesse jusqu’à atteindre environ 1/800ème de seconde vitesse qui devrait être suffisante pour des coureurs à pieds. Sachant qu’à f/5.6 je suis au 1/250ème je passe donc à 200 iso –>1/500ème puis à 400 iso et là je vais être à 1/1000ème de seconde, vitesse suffisante pour que mon groupe soit net.

    Certains vont me dire pourquoi ne pas se mettre en mode priorité vitesse tout de suite et régler la vitesse de prise de vue, ce serait bien plus simple, non ?

    Ah oui mais alors je n’ai plus de possibilité de jouer sur l’ouverture ! Alors si c’est un groupe de personnes et que l’ouverture se règle (automatiquement puisque je suis en mode priorité vitesse) à f/2.8, et bien sur mon groupe j’ai beaucoup de chance de n’avoir qu’une seule personne nette alors que je voulais le groupe entier net. Vous comprenez maintenant pourquoi la plupart des photographes professionnels travaillent essentiellement en mode « priorité ouverture ».

    J’ai encore du parler chinois pour certains d’entre vous, j’en suis désolée. Pourtant j’essaie d’être la plus claire possible.

    En photo expert il est certain qu’il faut bien se mettre en tête le fonctionnement de l’ouverture de diaphragme, de la vitesse et de la sensibilité. Au début ça parait difficile à comprendre mais une fois qu’on a bien compris le système et pris l’habitude ça devient aussi spontané que de changer de vistesse lorque l’on conduit sa voiture ;-)

    Ensuite il faut bien observer la scène que vous photographiez pour être dans ce qu’on appelle « la bonne lumière » mais c’est un autre sujet que je traiterai dans un autre article. Pour les débutants mon discours doit déjà être difficile à assimiler donc j’y vais doucement. Rien ne sert de vouloir tout ingurgiter d’un coup, il vaut mieux prendre un sujet et bien l’assimiler avant de passer à un autre.

    Morale de l’histoire :

    Toujours surveillez l’ouverture et la vitesse sur votre écran ou dans le viseur particulièrement lors de prises de vues de sujets en mouvement ;-)

    P.S. J’ai oublié de vous dire une chose, pour les sujets statiques, quand la vitesse devient trop lente, pour des photos de nuit par exemple, il faut absolument trouver un point d’appui : trépied, muret, poubelle, branche d’arbre, etc. car le stabilisateur à ses limites et au delà d’une demie seconde, votre photo, même sans vous servir du zoom, sera floue même si vous avez l’impression de ne pas avoir bougé.

    Les appareils photos ont des limites, même si à l’heure actuelle la montée en sensibilité est de mieux en mieux gérée, il est encore très difficile de faire des photos de nuit de sujet en mouvement se déplaçant très rapidement. Il ne faut donc pas s’étonner si les prises de vues quand il fait très sombre soient floues.
    Lors de prises de vues de nuit en photos de rues ou de paysages, le flash n’a souvent pas une portée suffisante pour éclairer la scène. Le flash ne sert strictement à rien au delà de quelques mètres. De même lors de concerts si vous êtes à 10 mètres de la scènes, le flash sera insuffisant pour éclairer celle-ci, l’éclair du flash n’aura qu’une action : gêner les personnes sur scène. Il vaut donc mieux le désactiver.
    D’énormes progrès ont été fait depuis quelques années au niveau de la gestion de la sensibilité mais il faudra encore attendre un peu pour que nos boitiers soient aussi efficaces que notre oeil ;-)
    Les photos d’enfants qui jouent dans la maison si la lumière extérieure n’idonde pas la pièce seront difficiles à réaliser sans utiliser le flash.


    Techniquement :

    L’obturateur est un rideau qui est fermé lorsque votre appareil est éteint ou lorsque vous ne prenez pas de photo. Il ne s’ouvre que lorsque vous photographiez, juste le temps nécessaire pour que votre photo soit bien exposée. Sa durée d’ouverture pour laisser passer la lumière dépend de l’ouverture du diaphragme comme nous l’avons vu plus haut. Dès que la photo est prise l’obturateur se referme.
    Le diaphragme dont nous avons vu plus haut qu’il pouvait être plus ou moins ouvert se trouve dans l’objectif, l’obturateur lui se trouve dans le boitier lui-même. Les deux doivent converser, puisque le temps d’obturation dépendra de l’ouverture du diaphragme. C’est pourquoi les objectifs ont des « contacts » sur leur face arrière, le boitier devant savoir quelle est l’ouverture maximale du diaphragme de votre objectif, et il doit aussi lors de vos réglages savoir à quelle ouverture est réglé le diaphragme pour régler le temps que doit durer l’exposition du capteur à la lumière. En mode semi automatique (modes priorité ouverture ou priorité vitesse), la cellule est chargée d’analyser la scène afin d’adapter automatiquement l’un des paramètres en fonction de la luminosité extérieure et de votre choix sur l’un des paramètres par exemple adapter la vitesse si vous êtes en mode priorité ouverture.
    Et tout cela se passe à une vitesse hallucinante, c’est beau quand même la technique !
    Les contacts qui sont sur la face arrière des objectifs et sur la monture du boitier doivent bien coincider pour pouvoir discuter. Chaque marque à son système de monture et donc de contacts étudiés pour pouvoir communiquer, malheureusement suivant les marques ces contacts ne sont pas toujours à la même place d’une marque à l’autre. De plus les constructeurs pour vous obliger à acheter des objectifs de leur marque ont tous des sytèmes de vissage de l’objectif différent. C’est pourquoi un objectif Nikon ne peut pas être monté sur un boitier Canon. Ou alors il faudrait mettre entre les deux ce qu’ont appelle une « bague d’adaptation ». Ok allons-y pour la bague, mais… comme les contacts ne se situent pas au même endroit chez Nikon que chez Canon, le boitier ne peut pas discuter avec l’objectif… et vous voilà obligez de faire tous vos réglages manuellement.

    Voilà ;-)

    Je voulais vous expliquer aussi pourquoi lorsque l’on utilise une bague d’adaptation pour d’autres optiques que celles de la marque vous perdiez les automatismes (sauf pour Sigma et Tamron qui produisent des optiques avec des « montures » dites Canon, Nikon, Pentax, Sony, etc. avec des contacts correspondants à la monture et à la marque de boitier choisie).



    19 responses to “Vitesse d’obturation”


    • Dom

      Bon « un bô nonosse » pour Biscotte… et un câlin ça va de soi…
      Elle l’a bien méritée…
      Qu’est-ce qu’il ne faut pas faire pour aider sa patronne à préparer son article sur son blog…

      Excellent Pépite cet article


    • pepite

      Merci Dom :-)

      Ca fait toujours plaisir et tu as toujours des mots gentils pour encourager :-)

    • Et béh encore un article passionnant pour commencer la journée 8)
      Je dois dire que jusqu’à présent, j’avais tendance à passer en mode priorité vitesse direct dès que le boitier affichait des valeurs de sous-exposition.
      Tes conseils vont encore une fois modifier en bien les mauvaises habitudes qui auraient pu s’installer par manque de compréhension technique.
      Merci Pépite, je testerai ça ;)

      (direction l’imprimante et le cours ensuite dans le sac avec le boitier pour pouvoir le ressortir sur le terrain héhé :) )


    • pepite

      Merci Ecksell

      Vos petits coeurs sur ces articles techniques m’ont encouragée à continuer, donc je continue ;-)

      Vous allez bientôt tous faire des chefs d’oeuvre :-)


    • pepite

      A noter que plus on ouvre le diapragme sur un refléx, plus la profondeur de champ (zone de netteté en avant et en arrière du sujet) diminue, donc plus votre mise au point doit être précise.
      A F/2.8 sur un sujet qui bouge rapidement il vaudra donc mieux se mettre en mode suivi pour l’autofocus pour que la mise au point se fasse bien sur le sujet au fur et à mesure de son déplacement, et bien garder le sujet sur le collimateur de mise au point actif.
      Pour commencer si vous n’êtes pas expert commencez par une ouverture de f/4 quitte à monter un peu en iso pour récuperer la vitesse supplémentaire, puis avec l’habitude de suivre votre sujet vous pourrez essayer d’ouvrir davantage le diaphragme.

    • Hello,

      Une fois de plus juste pour noter ton coté pédagogique et ta capacité à vulagariser pour rendre abordable, chapeau pour l’article si complet Pepite, superbement fait une fois de plus! :)


    • pepite

      Hello Stefano :-)

      Voilà plein de petits mots qui mettent de bonne humeur dès le matin, même si le temps ici persiste à être gris !

      Merciiiiiiii :-)

      J’avoue que j’avais hésité à écrire un article sur la vitesse d’obturation, je me suis dis au départ, « Quand les gens vont voir le titre dans la liste des mots barbares ils vont se dire « On sait ce que c’est » et ne pas ouvrir l’article. Finalement j’ai quand même bien fait d’écrire cet article.

    • Encore un bel article de vulgaristion comme tu sais si bien les faires pepite…!
      Je viens de faire un tour sur ton voyage en Normandie que je n’ avais pas vue au moment de sa mise en ligne ( comme bien d’autre en fait ).
      J’ en suis encore tout étourdi….jolie texte poétique à souhait…et des édifices étonnant en pleine ville de Vernon….!
      Bravo pour tes cadrages qui me touchent souvent.
      Dans un tout autre registre, mais que j’ admire tout autant, je me suis perdu dans les photos Nocturnes de Stéfano qui excelle dans ce domaine.
      J’aime beaucoup ton alternace Couleurs/ N&B.
      Pas de doutes, tu es d’ une créativité exceptionnelle et l’on en oublie dés les premières images le ¨make in off¨ ( j’ espère que cette phrase en Anglais veux bien dire comment tu l’ as faite ) et avec quel couple boitier/optique…!!!
      Remarquable travail à mon humble avis….!!!
      Cela a eu l’avantage de me faire un peu réviser mon impulsion de ses derniers jours suite à mes ¨épuisants¨ essais de mon EP2 et de la batteries d’optiques associées en leurs laissant une nouvelle chance d’être utilisés…!
      Encore bravo Stefano pour ces belles images.


    • pepite

      Merci Leicam :-)

      J’ai rajouté une peu de technique encore à la suite de l’article, évidemment parler technique ça change de la poésie ou de la force des images !

      Mais pour réaliser de plus belles photos que dans les modes automatiques (qui font quand même actuellement des prouesses), il faut comprendre comment tout cela fonctionne et pouvoir adapter les réglages en fontion du sujet. Lorsque l’on a bien tout assimiler, et avec l’expérience ceux-ci deviennent instinctifs et on retrouve alors toute la spontanéité et la joie de prendre des photos, d’autant plus qu’en connaissance de cause nos photos sont de plus en plus réussies :-)

      …Je viens de relire mon texte sur mon petit voyage à Vernon, ça change beaucoup des articles techniques ! Il est rare que je me livre autant, j’ai souri en le relisant, ça fait pourtant un moment, mais toutes les émotions ressenties à ce ce moment là me sont revenues, inctactes, comme si j’étais encore sur place. Je ne changerai plus maintenant, les lumières, les lieux, les couleurs, les ambiances, je les ressens toujours aussi profondément. La France est belle, il faut prendre le temps de la découvrir, prendre le temps de la savourer, vider sa tête et se laisser emporter.

      J’ai hâte que le printemps revienne et de repartir pour ces petites excursions, si je le peux, de quelques jours à chaque fois, dans notre beau pays :-)


    • Luc

      Après ça, plus d’excuse si nos résultats ne sont pas nets (sauf quand on a des problèmes de back ou front focus) ;-) Encore bravo pour ce superbe exposé technique.


    • Andrep

      Pense-tu à ce que je t’ai écrit, il y a longtemps. Tu as toutes les qualités pour écrire un livre sur la photo. Qu’attends-tu ? Toute la matière est là, il n’y a plus qu’à la mettre par chapitre.
      Dis bien à Biscotte que je l’aime beaucoup.


    • pepite

      Merci à tous les deux :-)

      André,

      Pour le livre c’est vrai que tu m’en avais déjà parlé il y a un bon moment, je crois qu’il y en a déjà beaucoup sur la photo sur le marché, je ne suis donc pas sûre que ce soit rentable et il faudrait que je remanie tous mes articles car pour la bonne compréhension de chacun il y a souvent des reprises de petits bouts d’autres artciles (comme ici pour le diaphragme) pour ceux qui n’ont pas lus les autres tutoriels.
      En tout cas je suis toujours ravie d’avoir de tes nouvelles :-)

    • bravo Pépite, encore un bon article très complet et bien illustré. C’est une vraie encyclopédie !


    • ToF

      Merci pour ce super article.


    • pepite

      Merci à vous, je suis rassurée, j’ai réussis à me faire comprendre, ce n’est pas toujours facile pour quelqu’un qui découvre la technique et je me demande souvent si je suis assez claire dans mes articles pour être comprise par tous.


    • prrune

      tu es trés claire hier j’ai shooté mon chien qui courait en priorité vitesse et un groupe de collimateurs: photo nette mais un peu sous ex
      car j avais essayé avec priorite diaph : un peu flou
      demain je le referai en priorité diaph à 2,8 mais là j essaierai avec ai servo


    • pepite

      Pour un chien en mouvement je ne me mettrais pas sur f/2.8 mais plutôt f/4 ou f/5.6 (ou f/8 pour des oiseaux).

      A f/2.8 avec plusieurs collimateurs actifs si la mise au point ne se fait pas sur l’oeil du sujet, la tête ne sera peut-être pas très nette, ça dépend en fait du déplacement, si c’est de façon rectiligne ce sera bon, si le déplacement est aléatoire il faut mieux opter pour f/4 ou f/5.6 quitte à monter un peu en sensibilité pour gagner de la vitesse.


    • prrune

      justement cet aprem je vais avoir chiens et oiseaux en vol (assez proches) ; je vais appliquer tes conseils oiseaux à F8 et tester quelle vitesse/iso avec temps couvert :-)
      Je prendrai que le 70-200 IS F4 ,
      Semaine derniere pour oiseaux en vol : j ‘étais en prio vitesse….. que j avais en plus….trop monté ( c etait mes premières photos oiseaux avec ce caillou) …. photos un peu sous ex (récupérées aperture, ) : à 1/4000 / iso 250/ F5. Mais même un peu recadrées , retouche exposition bonnes photos (pour moi lol )
      du coup je vais utiliser le même caillou aujourd’hui pour mes Photos chien qui court , donc la je vais applique rpriorite ouv f/4 ou f/5.6


    • pepite

      Pour les oiseaux en vol si tu as un boitier de dernière génération tu pouvais monter à 400 iso.


     Leave a reply