• La profondeur de champ

    Qu’est-ce que c’est ?

    On en avait déjà parlé mais pas en détail, je reviens donc dessus.

    dessin de la profondeur de champ

    Avec ce petit dessin vous aller mieux comprendre mes explications ;-)

    A gauche le photographe, le rectangle rouge : le sujet sur lequel je fais ma mise au point. Les traits du bas : la profondeur de champ c’est à dire la zone photographiée qui sera nette sur la photo. On observe qu’en partant du sujet photographié, si vous faites la mise au point sur votre sujet la zone nette sur la photo s’étendra de 1/3 vers l’avant et de 2/3 sur l’arrière avec un objectif standard ou grand angle (avec un gros téléobjectif ou un objectif macro en vue rapprochée on tendra à une zone de netteté de 50% en avant et en arrière du sujet).  Avant et après ces zones le flou apparaitra.

    La profondeur de champ totale comprend la zone de netteté avant le sujet + la zone en arrière du sujet donc toute la zone de netteté. Cette zone de profondeur de champ va varier énormément suivant le type d’appareil que vous allez choisir. Elle est bien plus grande avec un compact qu’avec un réflex.

    Exemple de calcul de la profondeur de champ avec le calcul 1/3 et 2/3 : si j’ai une profondeur de champ de 3 mètres cela veut dire que j’aurai une zone de 1 m devant le sujet qui sera nette et une zone nette de 2 mètres en arrière du sujet. Ensuite progressivement les sujets autres que mon sujet principal seront de plus en plus flous au fur et à mesure qu’il sont éloignés de mon sujet.

    Si ma profondeur de champ est de 30 mètres, la zone de netteté sera de 10 m en avant du sujet et de 20 mètres en arrière du sujet. Tout ce qui sera plus près sera flou et tout ce qui sera plus loin sera de plus en plus flou au fur et à mesure de l’éloignement.

    cette photo montre que tout est net

    Sur cette photo prise avec  un objectif standard tout est net, on parlera alors de « grande profondeur de champ ». Cette photo est réalisable aussi bien avec un compact qu’avec un réflex.

    J’en profite pour faire remarquer qu’il est inutile de faire la mise au point sur l’infini pour un paysage car on perd les deux tiers de la zone de netteté, il vaut donc mieux pour un paysage faire le point sur le pemier tiers pour garder une zone de netteté plus importante ou appliquer pour les connaisseurs les règles de l’hyper-focale dont je ne parlerai pas ici pour ne pas embrouiller les nouveaux arrivants dans le monde de la photo.

    Une autre photo en exemple pour illustrer la profondeur de champ ici très réduite (volontairement) :

    grenouille, faible profondeur de champ

    Ici j’ai fait la netteté sur l’oeil de la grenouille, la profondeur de champ est très faible, on voit bien que l’avant-plan est flou ainsi que l’arrière plan.
    Cette photo n’est pas réalisable avec un compact dont la profondeur de champ est toujours importante. Sur cette photo seuls l’oeil et le reflet de l’oeil dans l’eau sont vraiment nets. Cette photo est à la limite réalisable avec un télé-objectif d’au moins 200 mm avec un appareil doté d’un capteur micro 4/3 et elle est facilement réalisable avec un réflex. Pour ce type de photo on parlera de « faible profondeur de champ ».

    On cherche souvent une grande profondeur de champ pour les photos de paysages, souvent aussi pour les photos d’architectures et pour les photos de rues style manifestations.
    On cherche une faible profondeur de champ lorsqu’un seul sujet est important dans la photo et qu’on veut le faire ressortir par rapport à ce qui l’entoure, c’est souvent le cas pour un portrait, pour les animaux, et aussi en macrophotographie où un insecte si il n’est pas isolé du fond risque de se perdre dans le feuillage qui l’entoure au point parfois d’être obligé de le chercher dans l’image si tout est trop net. La faible profondeur de champ permet par ailleurs de flouter un fond pas spécialement esthétique afin de rendre la photo plus harmonieuse et plus douce.

    Cette profondeur de champ (zone de netteté) sera très très différente suivant les appareils employés.

    Vous avez donc déjà compris que la profondeur de champ va dépendre du type d’appareil photo que vous possédez. Pour une grande profondeur de champ, n’importe quel appareil remplira son rôle. Pour une faible profondeur de champ il faudra se diriger vers un boitier réflex, un hybride à capteur de réflex ou à défaut vers un appareil micro 4/3 et un gros téléobjectif.

    Vous allez aussi me dire : si le réflex permet tout, comment cela est-il possible ? Comment vais-je faire pour avoir quand je le veux soit une faible profondeur de champ soit une grande profondeur de champ ?

    Plusieurs choses influent sur la profondeur de champ :

    1) La focale, plus vous serez en grand angle, plus la profondeur de champ sera grande. C’est pourquoi on prend en général les paysages au grand angle. Plus vous serez en téléobjectif plus la profondeur de champ se réduit et plus le flou d’avant et d’arrière-plan arrivent vite comme on le voit pour la grenouille. C’est pourquoi on emploie souvent un petit téléobjectif pour les portraits afin de bien faire ressortir le sujet sur un fond flou.

    2) La distance entre vous et le sujet. Plus le sujet est proche, plus la profondeur de champ sera faible (surtout avec un téléobjectif). Plus le sujet est loin de vous, plus la profondeur de champ sera grande.

    3) La distance entre le sujet et le fond. Plus le fond est proche plus il sera net, plus le fond est éloigné plus il sera flou. C’est pourquoi on prend rarement des portraits en collant le sujet à un mur si on désire faire ressortir la personne par rapport au fond.

    4) L’ouverture de diaphragme. Pour cela il faut quitter le mode tout auto, il faut passer en mode priorité ouverture. Ensuite il faut avoir un objectif qui permette d’avoir ces flous d’avant et d’arrière plan si vous désirez une faible profondeur de champ. L’idéal étant d’avoir une optique que l’on dit « lumineuse » qui ouvre entre f/1 et f/2.8 pour un objectif standard ou un petit télé jusqu’à 200mm, et qui ouvre à F/4 pour un gros télé. Ces objectifs sont plus chers que les autres mais c’est à ce prix que vous pourrez jouer sur la profondeur de champ. A la rigueur avec un zoom qui va au moins à 200mm et en ouvrant à F/5.6, si l’on est pas loin du sujet on pourra un peu jouer sur la profondeur de champ et arriver à flouter un peu le fond mais ce n’est pas l’idéal.
    Pour le tout net c’est beaucoup plus facile, avec un compact tout est net même dès f/4 et avec un réflex entre f/8 et f/11 tout sera net (sauf si vous être vraiment très proche).


    Quelques réglages :

    Le tout net :

    femme_paris

    Avec un compact f/5.6 est un bon compromis. Le photo ci-dessus a même été prise à f/4.5 avec un bridge (même capteur que les compacts). Avec un réflex ou un micro 4/3 : Si il y a assez de lumière on se met à f/8 (ou jusqu’à f/11 avec un réflex), tout sera net sur la photo et on emploie soit un grand angle de 16 à 28 mm soit une focale standard : environ 50mm. On évite de fermer l’ouverture à plus de F/11 car en photo numérique la diffraction arrive alors très vite et abîme la qualité du fichier.
    Le souci : Pour avoir un grande profondeur de champ il faut fermer le diaphragme, mais fermer le diaphragme c’est aussi limiter la lumière qui arrive jusqu’au capteur. Ouvrir à f/10 en plein hiver est parfois impossible sans trépied sans voir la vitesse de prise de vue chuter à une vitesse tellement lente que l’on ne peut plus prendre la photo sans risque d’avoir tout flou, une seule solution essayer à f/9 puis f/8 et si ça ne suffit pas la seule solution qui reste est de monter en sensibilité, passer de 100 à 200 iso, vérifier si la vitesse est suffisante, puis passer ensuite à 400 ou 800 iso si cela s’avère nécessaire. Plus on va monter en sensibilité plus on va gagner en vitesse. A l’heure actuelle pratiquement tous les appareils même compacts sont capable de donner de bonnes photos même à 800 iso. (L’idéal étant tout de même de rester entre 100 et 200 iso).


    Recherche de faible profondeur de champ :

    Ici la faible profondeur de champ permet de faire ressortir les très fines plumes qui ne se seraient pas vues si le fond avait été net. Du coup le sujet principal parait encore plus net. (photo prise avec un réflex Canon et le zoom 100-400mm L IS USM).


    faible profondeur de champ


    - Employer un téléobjectif de 80 à 600mm avec un boitier à capteur de reflex, avec un boitier micro 4/3 soit il faut soit employer vraiment un très gros télé d’au moins 200mm équivalent à 400mm par exemple, soit le doter d’optiques ouvrant à 0.95, voire f/1.4 ou f/1.8)
    – Se rapprocher du sujet,
    – Eloigner le sujet du fond (quand c’est possible), pour un portrait éloigner le sujet à au moins 3m du fond.
    – Employer une grande ouverture (souvent avec un 100mm pour un portrait et avec une ouverture de f/2.8, ou à la rigueur avec un 50mm qui sera un équivalent 75mm ouvrant à f/1.4 ou f/1.8 en réglant l’ouverture entre f/1.4 et f/2.8 ). En macro le problème est différent, avec un réflex et un véritable objectif macro (donc pas un zoom dit soit disant macro) on sera souvent obligé de fermer plus le diaphragme car on sera vraiment très près du sujet et on emploira des ouvertures de f/8 sans souci si on est vraiment très proche de l’insecte, pour les fleurs on est nécéssairement plus loin on pourra donc ouvrir entre f/2.8 et f/4 avec un réflex.
    – Soigner sa mise au point pour qu’elle soit bien sur le sujet, ceci est d’autant plus important quand on travaille en faible profondeur de champ. Avec un réflex on sélectionnera un seul collimateur et on fera la netteté sur celui-ci en autofocus si l’on utilise pas la mise au point manuelle. Avec un boitier micro 4/3 on choisira le collimateur « un point » dont on réduira la taille au maximum afin que la netteté se fasse bien exactement là où on le désire.

    Vous l’aurez compris il est beaucoup plus difficile de travailler avec le flou qu’avec le tout net, il faut bien s’appliquer et bien faire attention aux réglages, mais rien ne vous empêche de vous entrainer sur un sujet fixe, un vase avec des fleurs par exemple avant de vous attaquer aux portraits ;-)

    Pour jouer avec le profondeur de champ il faut que votre appareil soit doté des modes experts afin de pouvoir travailler en mode « priorité ouverture ».

    Bonnes photos :-)


    Note : On parle de plus en plus de « Bokeh » à la place du flou d’arrière plan, c’est une grande erreur ! Car le « Bokeh » est un terme qui ne devrait être employé que lorsque le flou d’arrière plan est très fondu, nuancé, moelleux, comme sur la photo de la grenouille plus haut. Un bokeh doit en principe signaler un flou d’arrière plan qui tend vers la perfection.
    Un simple flou d’arrière plan n’est donc pas forcément un Bokeh ;-) Un bokeh doit être un très beau flou d’arrière plan.
    On prononce non pas beauqué, mais bouquet ;-)


    4 responses to “La profondeur de champ”


    • Luc

      Bonjour Pépite,
      Excellent ton exposé sur la profondeur de champ.
      Bien que je comprenne parfaitement la technique, il toujours difficile quand on se trouve sur le terrain de mettre tout ça en application pour obtenir une profondeur de champ parfaitement dosée.
      Encore bravo pour ce superbe exposé technique.


    • pepite

      Bonjour Luc,

      Merci :-)

      Le mieux je pense est d’imprimer les cours qui vous intéressent et de les mettre dans le sac photo, et de s’en servir les jours où on a le temps de peaufiner les réglages. Après il est évident que lorsque l’on veut jouer avec le flou il y a pas mal de paramètres qui rentrent en jeu, distance, focale, ouverture, donc il faut un moment avant de bien prendre ses repères par rapport au boitier et des objectifs que l’on possède.

      On est aussi toujours dépendants des phénomènes extérieurs, la photo de l’émeu demanderait un léger post-traitement afin de d’aténuer du côté droit la barre de luminosité différente presque horizontale sur l’arrière plan qui gache mon fond.

    • salut Pépite…….j’ose enfin me manifester pour écrire ces quelques mots pour te remercier de tous ces bons conseils et explications techniques dont tu nous gratifies depuis si longtemps……

      bye bye…..


    • pepite

      Merci beaucoup Pascal :-)

      Ca me touche toujours beaucoup et je suis contente de pouvoir partager ce que je sais.

      Si tu as des questions à poser, n’hésite pas :-)


     Leave a reply