• Tromper le mode manuel

    mur_grenier


    Je vous l’accorde ma photo en elle même n’est pas très intéressante (même pas du tout) mais vous allez mieux comprendre par la suite ;-)

    Certaines fois il fait sombre et si on laisse le boitier sur 100 iso et en mode priorité ouverture la vitesse descend bien trop bas pour que la photo prise à main levée ne soit pas floue. D’autres fois on veut absolument régler à la fois l’ouverture (pour la profondeur de champ) ET la vitesse : exemple prendre des chevaux de course en nocturne à Vincennes, il me faut pouvoir régler l’ouverture comme je le souhaite mais aussi la vitesse à cause du déplacement rapide des chevaux, et, malgré la faible luminosité je dois avoir une vitesse relativement rapide. Sachant que je ne dois pas louper mes clichés, que je dois prendre les chevaux sous un bon angle, je n’ai pas le temps de régler tout au coup par coup. Alors comment faire pour avoir une photo correctement exposée tout en ayant choisi moi même l’ouverture ET la vitesse ?
    Autre cas intéressant : pour une photo en filé par exemple où je dois pouvoir régler et l’ouverture ET la vitesse qui doit rester relativement lente pour un filé d’eau par exemple. Le problème dans ces cas là c’est que suivant le luminosité de la scène, si je me contente de régler en mode manuel, l’ouverture et la vitesse, je risque d’avoir une photo surexposée ou sous exposée.

    Alors comment faire ?

    C’est tout simple… à partir du moment où j’ai un boitier qui me laisse disposer d’un mode auto pour les isos même en mode manuel (ce qui est le cas des Sony Nex par exemple), je règle mon boitier sur iso auto et mieux si je peux placer un plafond je peux choisir de limiter la montée en iso par exemple de 100 à 1600 iso ou comme sur le Nex 5N de 100 à 3200 iso où l’image restera totalement exploitable dans le cas du Nex qui gère très bien les 3200 iso. Le boitier règlera alors de lui même la montée en iso en fonction de la lumière disponible.

    Pour la photo ci-dessus prise dans mon grenier où je commence à faire des travaux en vue d’isolation j’ai réglé mon boitier sur f/6.3 et pour la vitesse sur 1/25ème  de seconde (vitesse sous laquelle je risquais le flou) en laissant les iso sur auto. J’ai laissé le boitier gérer la mesure de la lumière (en mesure centrale pondérée). J’aurai très bien pu régler les isos moi même en gardant le boitier en mode priorité ouverture je vous l’accorde, ici ça n’avait pas trop d’importance et j’avais le temps, j’aurai donc pu passer de 100 à 400 iso et vérifier si j’avais assez de vitesse puis monter à 800 iso, puis à 1600, etc. mais sur un champ de courses ou dans un concert cela n’aurait pas été la même chose, je n’aurais pas eu le temps d’autant qu’en concert souvent la lumière change constamment ! La photo a finalement été prise à 3200 iso (que le Nex 5N gère très bien).

    On a alors un mode manuel mais avec un certain automatisme qui permet d’avoir une photo bien exposée même si on manque de luminosité tout en conservant une certaine vitesse et avec la profondeur de champ désirée, la variable étant ici la sensibilité.

    Voilà un mode bien pratique dès lors que je veux régler moi même l’ouverture ET la vitesse tout en gardant une photo bien exposée :-)

    Je reconnais qu’il est rare que l’on ait besoin de faire ces deux réglages soi même et on utilise en priorité le mode priorité ouverture mais ce mode manuel auquel on donne un certain automatisme est  bien pratique dans certaines situations. Pensez-y lors de vos soirées dansantes par exemple où en mode automatique la vitesse est tellement lente à cause du manque de lumière que vos danseurs sont souvent complètement flous. Il pourra vous sauver certaines photos.


    3 responses to “Tromper le mode manuel”


    • pepite

      Petit rappel :

      les 3 réglages ouverture vitesse et sensibilité fonctionnent en vases comuniquants. Lorsque je suis en mode priorité ouverture la vitesse change automatiquement en fonction de mon réglage de l’ouverture.
      Pour une même sensibilité (par exemple boitier réglé sur 100 iso fixe), soit vous choisissez le tout net pour votre photo, il faudra donc utiliser une petite ouverture (f/11 par exemple) mais vous devrez laisser entrer la lumière plus longtemps, au risque d’avoir une vitesse trop basse entraînant une photo complètement floue si votre boitier n’est pas sur trépied, soit vous choisissez une grande ouverture (f/2.8 par exemple) pour isoler un sujet sur un fond flou et la lumière entrera moins longtemps, vous aurez donc une vitesse plus rapide.
      Il est simple de comprendre que moins on laisse passer de lumière plus l’obturateur doit rester longtemps ouvert. Au contraire plus le diaphragme est largement ouvert, moins il aura besoin de rester longtemps ouvert, un grand flot de lumière arrivant sur le capteur, le vitesse sera donc plus rapide.

      Exemple de correspondance pour un même sujet, même cadrage, même luminosité, même sensibilité :

      Ouverture F/11 vitesse 1/60ème de seconde c’est équivalent à :

      Ouverture F/8 vitesse 1/125ème de seconde
      Ouverture f/5.6 vitesse 1/250ème de seconde
      Ouverture f/4 vitesse 1/500ème de seconde
      Ouverture F/2.8 vitesse 1/1000ème de seconde
      Ouverture F/2 vitesse 1/2000ème de seconde

      Les conséquences du choix de l’ouverture et de la vitesse sont importants, en cas de sujets en déplacement une vitesse de 1/60ème de seconde sera bien trop lente surtout si vous êtes en télé et d’autant plus que le sujet aura un déplacement rapide.
      Pour un portrait que vous désirez isoler du fond (pas toujours très beau) une ouverture de F/8 peut aboutir à un photo très laide. On préfèrera pour un portrait une ouverture à f/2.8 pour un sujet bien net sur un fond flou, par contre pour un paysage où l’on désire que tout soit net on péfèrera une ouverture de f/8 ou f/11.
      On surveille la vitesse pour « figer » le sujet si il est en mouvement. De même en faible luminosité on surveillera d’autant plus la vitesse afin d’éviter le flou total si la vitesse descend trop bas (1/10ème de seconde à main levée même sur un sujet fixe vous donnera souvent une photo totalement floue). Il faudra donc surveiller le couple ouverture/vitesse en fonction du rendu que l’on veut obtenir (flou d’arrière plan ou non, sujet fixe ou en déplacement, grande luminosité ou endroit plus ou moins sombre).

      Exemple de scène :

      Une voiture sur un fond de paysage :

      Cas 1 :
      La voiture vous interésse, c’est un vieux tacot que vous voulez mettre en évidence, on va donc décider de faire ressortir la voiture bien nette sur un fond flouté pour mettre l’accent sur elle, on va donc choisir une grande ouverture (ce qui de plus va augmenter la vitesse donc permettre d’avoir la voiture bien nette, on choisi donc d’être par exemple à f/4 avec une vitesse de 1/1000.

      Cas 2 :
      Un skieur dévale la pente mais c’est plutôt l’ensemble du paysage qui vous intéresse, on va donc choisir une petite ouverture à f/11 avec une vitesse de 1/125 et tant pis si le skieur est un peu flou (à cause de sa vitesse de déplacement), il est si petit par rapport au paysage que l’on y fera pas attention.

      Cas 3 :
      Vous désirez que votre vieux tacot ou votre skieur soient nets mais aussi le paysage, là vous avez un souci car comme on l’a vu le couple diaphragme vitesse jouent les vases comuniquants !

      L’idéal étant de pouvoir régler l’ouverture et la vitesse en fonction du rendu que vous désirez obtenir, c’est là que le mode manuel avec la sensibilité iso en mode auto devient intéressant (ainsi que pour des photos de nuit par exemple).

      A savoir : chaque fois que vous augmentez la sensibilité vous doublez la vitesse de prise de vue :
      Exemple pour une même photo :

      Si vous êtes à 100 iso à F/11 et que la vitesse vous affiche 1/8 de seconde vous savez qu’à main levée votre photo sera floue, si vous passez à 200 iso la vitesse passera à 1/16, à 400 iso à 1/32, à 800 iso à 1/60, à 1600 iso à 1/120 à 3200iso à 1/240.

      Donc l’intérêt en fonction du sujet est de prendre par exemple un ouverture de f/11 pour un paysage et une vitesse de 1/60 (en grand angle cela suffit en général) et le boitier va gérer la sensibilité en montant à 800 iso.

      Comme vous savez aussi maintenant qu’en passant de F/11 à F8 vous doublerez votre vitesse de prise de vue, ou que vous gagnerez un cran en sensibilité, si f/8 suffit pour votre paysage votre boitier gagnera aussi en sensibilité, de 800 iso vous passerez à 400 iso en gardant le même réglage pour la vitesse de prise de vue si vous passez sur une ouverture à F/8 au lieu de f/11.

      En jouant donc sur ces 3 paramètres vous devriez arriver à avoir exactement ce que vous voulez, à la fois la profondeur de champ désirée et la vitesse optimale pour votre prise de vue. Si votre boitier gère bien la sensibilité iso et qu’il propose un mode auto pour la sensibilité, laissez les iso en auto et réglez votre ouverture et votre vitesse à votre convenance.

      Note : Avec un compact classique ou un bridge il vaut mieux tout de même limiter la montée en iso, si le boitier vous le propose, choisissez plutôt une plage de sensibilité n’allant pas jusqu’au plus haut.

      Exemple de gains de vitesse en fonction de l’ouverture et de la sensibilité :

      auto

      Attention tous les boitiers ne permettent pas de monter à 1/8000ème de seconde mais au cas où vous choisissez de laisser la sensibilité en auto, le boitier adaptera les iso en fonction des paramètres que vous aurez choisis pour l’ouverture et la vitesse que vous avez donné, le tableau est surtout pour vous montrer comment on peut gagner de la vitesse en changeant certains paramètres ou avoir une photo parfaitement équilibrée même en mode manuel, le boitier se chargeant de régler les isos en fonction des réglages choisis pour l’ouverture ET pour la vitesse. Si par exemple vous vous avez réglé votre boitier pour une ouverture de f/5.6 e au 1/25ème et qu’il fait sombre, le boitier va régler les isos en fonction, comme pour la photo ci-dessus où cela aurait été complètement sous exposé (photo très noire) si on avait gardé le boitier sur 100 iso, le boitier a compensé le manque de lumière en montant à 3200 iso.

      Note : c’est un exemple pour une phot qui serait prise à 100 iso avec une ouverture de f/11 et dont la luminosité aurait voulu que la vitesse soit à 1/60ème mais si la vitesse avait été de 1/30ème de seconde on retrouverait le même doublement de la vitesse en changeant l’ouverture, de même que la sensibilité doublera à chaque cran.

      Je sais que ce n’est pas toujours très facile à comprendre mais j’espère avoir été assez claire ;-)

      Pardon pour les débutants qui ont dûs croire que je parlais chinois ;-)

    • Merci pépite pour ce rappel, j’utilise iso auto sur mon NEX 5N dans les églises, comme cela je m’occupe essentiellement de l’ouverture et je peux jouer à ma guise sur la profondeur de champ, pour cela ces nouveaux appareils sont superbes et l’on peut se passer de pied, ce qui permet dans un lieu de recueil d’être plus discret.
      Bonne journée
      Bruno


    • pepite

      C’est ce que je fais aussi dans les églises ;-)


     Leave a reply