• PPI PPP DPI qu’est-ce donc ?

    _IGP5377R_lys_rouge

    PPI et PPP

    Les points par pouce (PPP) (ou pixels per Inch : PPI) est une unité de précision communément utilisée pour définir la résolution. 
    A savoir un pouce ou un inch ont exactement la même taille :
    pouce (en français) = 1 inch (en anglais) = 2,54 cm (pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ;-) ) et point = pixel.
    Un point ou un pixel seul n’a pas de taille proprement dite, il peut être plus ou moins gros, exemple un capteur de compact qui engrange 16 millions de pixels mesure en moyenne 7.18 x 5.32 mm, et ce sont ces mêmes pixels que vous afficherez sur votre écran de 22 pouces donc sur une surface beaucoup plus grande.


    Visionnage sur un écran d’ordinateur ou une télévision :

    Lors du visionnement des photos sur un écran, il est inutile que l’image possède un nombre de pixels qui soit supérieur à la définition de l’écran (à titre indicatif, pour un écran de définition 1920×1080, soit 2,07 millions de pixels suffisent pour un affichage plein écran) si l’on n’effectue aucun zoom. Dans le cas où l’image possède plus de pixels que l’écran, il est possible de voir les détails en affichant l’image en taille réelle. Il est alors nécessaire pour afficher l’image en taille réelle de zoomer sur une partie de la photo et ensuite de déplacer la zone de visualisation pour visualiser certains détails à 100%. Par contre, si la photo a moins de pixels que l’écran, la photo ne remplira pas celui-ci (cas de la conservation du DPI de la photo), ou bien elle s’affichera en plein écran avec une perte de qualité à cause de la baisse de la résolution de l’image engendrée par l’agrandissement de chacun de ses pixels :

    J’ai fait exprès de prendre un détail de ma photo de lys rouges affichée en tête de l’article qui est très correcte réduite en 500×322 taille qui est très correcte pour l’affichage sur mon blog, puis j’ai zoomé à 600 % sur un détail, et j’en ai fait un copie d’écran pour vous montrer alors ce que ça donne, on distingue chaque pixel du crop et l’affichage est loin d’être aussi joli, les pixels de la photo devenant visibles individuellement :

    _IGP5377R_lys_rouge_600 pour cent

    Quand on s’éloigne d’une image, l’oeil ne distingue plus deux pixels côte à côte mais voit un dégradé continu, d’où la perception d’une image nette. En général, on s’éloigne davantage devant une grande télévision par rapport à une petite, en conséquence la résolution (en PPI) peut être moins importante.

    Exemple sur les télévisions et moniteurs commercialisées :

    • Une télévision de 37 pouces de diagonale ayant une définition de 1920×1080 a un DPI de 60 en largeur et hauteur, 1 080 pixels / (46 cm / 2,54 cm) = 60 DPI. Il chute à 44 DPI pour un écran de 50 pouces (1920×1080).
    • Un moniteur de 17 pouces (1280×1024) a un DPI de 96 et un moniteur de 19 pouces a un DPI de 87.

    Attention : Cette résolution est bien trop faible pour un document imprimé de qualité.

    inch_resolution

    DPI

    Les DPI (dots per Inch) n’ont vraiment de sens qu’au moment d’imprimer une image sur un support physique. Les pixels par pouce (PPI) vont indiquer combien de pixels seront mis sur un pouce. Le pouce est une mesure anglaise mesurant 2.54 cm). Le nombre de pixels employés par pouce va définir la taille de chaque pixel imprimé.

    Pour mieux comprendre cela, prenons un exemple. Une photo numérique qui fait par exemple 2 000×3 000 pixels reste la même, qu’elle soit en 10 ou en 1000 DPI du moment qu’elle n’est que sous forme de fichier. Un pixel n’a pas de taille définie. Au moment d’imprimer cette photo, il faut faire correspondre ces pixels avec une taille réelle et physique : Quelle est la taille d’un pixel sur le papier ? C’est précisément ce qu’indiquent les DPI de manière indirecte : le nombre de points qui seront mis sur une longueur d’un pouce. Plus les DPI sont élevés, plus le nombre de points par pouce sera important, plus l’image imprimée sera fine et précise. La règle d’impression basique est de produire des images en environ 300 DPI pour l’impression c’est à dire 300 points par 2.54 cm. Ce chiffre provient du calcul suivant :

    L’œil n’est pas capable de distinguer deux pixels côte à côte à partir de 25 cm de l’image sous la « norme » des 300 DPI. Une image en 300 DPI nous semble donc nette dès 25 cm (ou plus loin). À une distance d’un mètre, l’optimum qualité perçue / taille de fichier est 77 DPI. Pour une affiche format A0 destinée à être vue de très loin, il n’est donc pas besoin d’une résolution aussi élevée que 300 DPI - les 77 DPI annoncés précédemment seront donc suffisants.

    Attention, les DPI sont très souvent confondus avec les PPI (Pixels per Inch). L’ambiguïté provient de l’acronyme français identique pour les deux notions : PPP (Pixels Par Pouce et Points Par Pouce). Seule la notion de PPI est manipulable dans les logiciels de graphisme tel que Gimp ou Photoshop, ce qui est logique, car on ne peut contrôler la « finesse » des têtes d’impression d’une imprimante ou d’un traceur dans un fichier numérique. On peut par exemple passer de 72 à 300 PPI. Sachant que 300 PPI correspondent à 118.11 pixels par centimètre, on peut donc calculer les besoins pour des impressions en 300 DPI :

    • pour une photo 10 × 15 cm en 300 PPI, il faut 2,1 Mpixels (1 181 × 1 772)
    • une photo 20 × 30 cm en 300 PPI nécessite quant à elle 8,4 Mpixels (2 362 × 3 543)

    Une photo est composée de pixels, c’est à dire d’une multitude de points de couleurs rangés les uns à coté des autres, invisibles à l’oeil si on ne zoome pas énormément sur une photo.

    Un pixel n’a pas de taille bien définie.

    La taille du pixel dépendra de la résolution.

    Explication :

    La résolution à partir de laquelle un œil humain moyen ne voit plus la différence est de 76 ppi à 1 mètre de distance. L’oeil humain ne discerne plus la différence de qualité au-dessus de 300 ppi au delà de 25 cm. C’est donc dans cette résolution de 300 ppi (pixels per inch) que se font les tirages « Beaux Arts ». Inutile donc de faire faire des tirages 30×40 en 600 ppi.

    Rappel :

    DPI : dots per inch (points par inch), cela défini le nombre de points qu’il y aura sur un inch (2.54 cm).
    PPI : pixel per inch (pixels par inch), cela défini le nombre de pixels qu’il y aura sur un inch (2.54 cm).
    PPP : (pixels ou points par pouce), cela défini le nombre de pixels qu’il y aura sur un pouce (2.54 cm).

    Pas de différence entre PPI et PPP, par contre DPI n’est pas la même chose, une imprimante ou une tireuse pouvant imprimer plusieurs points par pixels. Nous parleront donc ici pour la taille de notre photo de PPI ou PPP affichée sur un écran et de DPI pour l’impression.

    Vous comprenez bien maintenant que la taille de notre image en cm va varier suivant le nombre de PPI. La taille des pixels vont quand à eux changer en fonction de leur nombre sur cette surface de 2.54 cm.



    Attention aux définitions des imprimantes par rapports au fichier :

    La mesure DPI d’une imprimante a souvent besoin d’être considérablement plus élevée que les pixels par pouce (PPI) de l’image ou de l’affichage sur un écran ou une télévision afin de produire une sortie de qualité similaire. Cela est dû à la gamme limitée de couleurs pour chaque point généralement disponibles sur une imprimante. Pour chaque point l’imprimante couleur peut imprimer sans point (pour le blanc par exemple), ou plusieurs points pour une couleur autre que la couleur des encres fournies dans ses cartouches (généralement CMJN cyan, magenta, jaune et noir) même si certaines imprimantes haut de gamme utilisent 8 cartouches d’encre, il faudra plusieurs gouttes d’encre de plusieurs cartouches pour représenter certaines couleurs. Il faudra donc plusieurs points pour un seul pixel.

    Un exemple : Les pixels entièrement bleus sont reproduits par l’imprimante jet d’encre en utilisant du cyan, du magenta et du noir.


    Ceci contraste avec un moniteur sRVB standard où chaque pixel produit 256 intensités de la lumière dans chacun des trois canaux (RVB).

    Alors que certaines imprimantes couleur peuvent produire des volumes variables de chute de la goutte d’encre à chaque position de point, et peut utiliser d’autres couleurs d’encre, le nombre de couleurs est généralement plus faible que sur un moniteur. La plupart des imprimantes doit donc produire des couleurs supplémentaires à travers des demi-teintes ou un procédé de tramage. L’exception à cette règle est l’imprimante à sublimation thermique qui utilise un procédé d’impression plus proche, elle se contente donc des 300 DPI comme les maisons d’éditions pour l’édition d’Art pour reproduire des couleurs fidèles vu qu’elle n’a pas besoin de mélanger des gouttes d’encre par point imprimé.

    Le procédé d’impression avec une imprimante jet d’encre peut exiger sur une région de quatre à six points (mesurée en travers de chaque côté), afin de reproduire fidèlement la couleur contenu dans un seul pixel. Un bout d’image de 100 pixels de large peut donc nécessiter de 400 à 600 points pour la sortie imprimée, si 100 pixels de l’image doivent être imprimés à l’intérieur d’un pouce, l’imprimante doit être capable de produire de 400 à 600 points par pouce afin de reproduire avec précision l’image.

    Il ne faut pas non plus confondre la résolution d’une imprimante et l’impression pour la presse ou l’édition, les procédés étant totalement différents. Les organismes d’éditions ne se servant pas d’imprimantes jets d’encre.

    Je suis désolée si c’est un peu du chinois pour les débutants, j’ai essayé d’être la plus claire possible.


    3 responses to “PPI PPP DPI qu’est-ce donc ?”


    • Mimi

      Coucou pépite ;-) rouge coquelicot flamboyant, netteté irréprochable …. hum superbe cliché comme d’hab. Merci pour ttes tes explications s’y référant…. Bonne soirée :-)


    • pepite

      Merci Mimi :-)

      J’ai pris cette photo avec mon réflex Pentax et mon fidèle objectif 100 macro WR f/2.8 dont je me sers pour pratiquement toute mes macros et proxy.


    • pepite

      Note : pour vos affichages sur le web il est inutile de laisser une résolution de 300 dpi, pour mes photos sur le blog je réduis souvent la résolution à 100 DPI, ce qui fait gagner en poids et permet que la photo s’affiche plus rapidement. Sous photoshop quand vous cliquer sur Image / redimensionner il faut donner la résolution en premier puis seulement après la taille de l’image (en pixels) que vous désirez pour l’affichage sur la toile.

      Par contre pour les photos destinées à être imprimées, il faut bien sûr garder le fichier original et sous photoshop il faudra indiquer 250 ou 300 DPI pour une qualité d’image optimale pour le tirage.

      Ceci doit vous faire comprendre que si vous désirez un jour faire un tirage de vos photos il faut toujours garder les originaux qui vous servent de négatif. Une image réduite pour le web ne pourra jamais vous donner quelque chose de bien en tirage à moins qu’elle ait sur le papier la taille d’un timbre poste.

      Note à propos des recadrages : certains recadrent à la hache, sachez que plus vous réduisez votre photo moins elle sera imprimable dans une taille correcte.

      Pour tirer une photo sur papier en 20 x 30 à 250 dpi il faut tout de même un fichier de 6 millions de pixels (3000 x 2000 pixels) et 8 millions de pixels en 300 dpi. Pour une double page pour une revue il faudra donc un minimum de 16 millions de pixels en 300 dpi pour une revue d’art.

      Si vous n’avez conservé que le quart de votre photo en 16 millions de pixels, il n’en restera que 4 millions, il faudra donc vous contenter d’un tirage de 13 x 18 cm.

      Cela dit on peut toujours interpoler pour imprimer en plus grand, mais ce sera toujours avec une perte de qualité, lors de l’interpolation le logiciel va créer des points factices entre deux point en faisant une moyenne entre deux points qui se touchent.

      Le mieux étant donc de soigner le cadrage :-)


     Leave a reply