• Au feu !

    _IGP6621_77mm


    Je continue mon isolation au grenier, j’avais donc plein de vieilles planches à brûler, j’en ai profité.

    J’ai juste pris les volutes, j’aime bien le rendu, j’ai compensé l’exposition pour avoir un fond foncé alors qu’il fait plein jour (-0.70), je suis montée un peu en sensibilité pour bien figer les flammes.

    Pour une fois les photos ne sont pas prises avec le Nex 5N mais avec mon réflex Pentax équipé du superbe objectif 77mm f/1.8 « limited »

    Une seconde photo :


    _IGP6628-77mm_pentax


    Boitier en mode priorité ouverture, réglé sur f/5.6, sensibilité 200 iso, vitesse 1/800ème de seconde, compensation d’exposition : moins 2/3 IL.

    Si vous désirez bien figer les volutes il vous faut une vitesse très rapide, au minimum 1/800ème de seconde, donc si votre boitier le permet et gère bien les hautes sensibilités, n’hésitez pas à monter en iso.


    J’en profite tout de même pour vous en mettre 3 autres prises pas du tout dans le même style :


    feu entier



    hautes flammes


    Ouverture f/6.3, 1600 iso, 1/320ème de seconde, prise avec le 100mm macro f/2.8  WR, compensation d’exposition moins 1/3 IL. Il ne manque pas grand chose à celle-ci mais les flammes sont montées trop haut au moment où j’ai déclenché, du coup elles sont coupées. Le bas de la photo est sympa, dommage.



    ambiance


    Ouverture f/6.3, 1600 iso, 1/50ème de seconde, prise avec le 100mm macro f/2.8  WR, compensation d’exposition moins 1/3 IL.

    J’aime bien la première, et celle-ci pour son ambiance.


    Allez encore une, dans un style encore différent ;-)

    Plus dans un style graphique. En fait il y a mille façons d’exploiter le feu, la seule chose qu’on ne peut pas gérer ce sont les flammes, leur direction et leur hauteur varie en permanence, il y a donc forcément du déchet.
    Parfois on est déçu car la photo est superbe mais il manque un bout de flamme en haut, ou au contraire on a déclenché trop tard même si on guettait, l’oeil dans le viseur, la mise au point déjà faite, prêts à déclencher.

    Ouverture f/8, 200 iso, vitesse : 0.5, prise avec le 100mm macro f/2.8  WR, compensation d’exposition moins 1/3 IL.


    fondu


    Avec la vitesse lente au lieu de fixer les volutes comme sur la première, les flammes se retrouvent ici lissées, le résultat est donc totalement différent. Elles prennent alors sur la photo une idée de puissance.
    On a l’impression que les flammes sont immenses et qu’elles sortent d’un paysage, alors que ce n’est que mon petit feu de jardin.

    Toutes ces photos ont été prises en extérieur mais si vous avez la chance d’avoir une cheminée, ça peut être une source de jolies images pendant l’hiver où on a moins de sujets à exploiter.


    11 responses to “Au feu !”

    • Bravo Pépite :) c’est une très belle série ! j’aime en particulier la dernière, elle a vraiment un style original :) vive la pose lente !


    • STEPHANE

      superbe !
      et merci ne nous expliquer ces differents reglages et ainsi de nous rendre compte de ces rendus differents ^^


    • pepite

      Merci :-)

      Ah oui j’ai oublié de spécifier que comme toujours il faut se mettre à hauteur de son sujet, si le feu n’est pas immense en le prenant de haut on va l’écraser, il faut vraiment se baisser et si on a un écran qui peut basculer cela permet de se mettre pratiquement au ras du sol pour certaines photos.


    • andrep

      Vraiment magnifique. Savoir faire ça, c’est de l’Art. Tu as un oeil d’artiste. Bravo


    • Mimi

      Eh oui, Pépite est une artiste la preuve en images … je les aime toutes ♥ ! Bravo une fois de plus c’est réussi et original ! Des photos de circonstance qui vous réchauffent le coeur … à défaut de cheminée. Merci à toi et excellente journée :-)


    • pepite

      Merciiiii :-)

      Vos compliments me touchent énormément, je reconnais que je suis assez contente de cette série.

      C’est aujourd’hui que j’aurai dû faire mon feu dehors, pour réchauffer l’atmosphère, tout est blanc au lever du jour avec le gel, le sol, le ciel, et en plus il y a une épaisse brume matinale, quand je regarde par la fenêtre en ayant les photos du feu d’hier sous les yeux, ça me donne des frissons tant le contraste est fort entre ces deux visions ! Cette fois ça y est, c’est vraiment l’hiver, brrrrrr.
      Les petits oiseaux m’attendaient de pied ferme dehors, ils m’ont accueillis avec joie et quelques chants pour prévenir leurs copains : « Le repas du restau du coeur des petits oiseaux est distribué, venez vite ». Je suis vite aller leur donner leurs graines de tournesol, un ballet incessant d’allers et venues à la mangeoire s’est engagé. Ils ont besoin d’énergie, 80% des petites mésanges meurent l’hiver à cause du froid et du manque de nourriture, ces petits oiseaux pèsent entre 10 et 20 grammes. Je ne voudrai pas être à leur place dans cette froidure, un si petit corps exposé au froid doit avoir du mal à résister. Je découpe aussi les vilains filets verts qui entourent les boules de graisse, filets qui sont responsables de multiples fractures de pattes (voire d’amputation) quand elles se prennent au piège de ces filets. J’ai acheté un suspensoir à boules de graisses, une fois débarrassées de leur filet je leur en mets 5 d’un coup. Ils apprécient.
      Je vérifie la mini piscine qui leur sert à se laver et aussi à boire, ça va, l’eau n’a quand même pas gelée.

      J’aime les voir voler et venir à la mangeoire, surtout les petites mésanges, les bleues et les charbonnières (mêlées de jaune et de noir) donnent des couleurs vives à l’hiver naissant, comme des fleurs volantes elles ravivent le paysage triste. Au plus froid de l’hiver j’en ai souvent une trentaine qui viennent se nourrir.

      Quand il y aura une jolie journée d’hiver avec un ciel bleu je tenterai de les photographier comme je le fais chaque année mais là il faudra que je sorte le gros télé, 300mm minimum voire 400, à la campagne les oiseaux sont beaucoup plus méfiants qu’en ville où les moineaux se laissent facilement approcher.

      Le petites mésanges nonnettes sont là aussi, ça me fait plaisir, elles sont si petites et si fragiles ! Elles font du chemin pour venir car elles nichent dans le bois à côté et au lieu de manger sur place comme les mésanges bleues et charbonnières qui se perchent sur une branche proche pour déguster, les nonnettes viennent chercher une graine et retourne dans le bois pour la déguster, elles perdent un temps fou en allers et retours mais c’est leur choix et leur façon de vivre, elles ont toujours fait ça. j’en ai un petit couple qui vient chaque année, l’année dernière il y a eu une deuxième couple de nonnettes, je n’ai pas vu encore si cette année les deux couples étaient présents. Les verdiers ne sont pas encore arrivés, tant mieux car eux monopolisent la mangeoire et je dois les chasser pour qu’ils laissent leur place aux mésanges qui n’osent plus venir manger quand ils sont là.

      Il y a aussi un couple de sitelles, mais pour les photographier ce n’est pas facile, elles bougent sans arrêt et sont rapides comme l’éclair, très méfiantes aussi. C’est très difficile d’en obtenir de belles photos.


    • François

      Bravo. Dans la première photo, on peut voir un corps humain qui danse et surtout ses yeux, les yeux du feu… C’est surprenant.

    • Une belle série, j’aime beaucoup le rendu. Le dernier cliché laisse rêveur, on dirait une aurore boréale, vraiment superbe !
      Oui également pour le retour de nos charmants petits oiseaux, et ceci pour notre plus grand plaisir :-)


    • pepite

      C’est magique le feu, dans les flammes on peut imaginer plein de choses, quand j’étais petite je restais des heures à regarder danser les flammes dans la cheminée.


    • andrep

      Dans ce monde où nous vivons, ça fait du bien de voir de belles choses comme tes photos et de lire le beau texte concernant les oiseaux qui vivent dans ton environnement.


    • pepite

      Merci pour tous ces mots :-)

      Avec toutes les mauvaises nouvelles déprimantes dont on nous assène journellement ça fait du bien de se ressourcer en admirant les belles choses de la nature.
      Tu as raison André il faut trouver des dérivatifs et si mes photos et certains de mes textes vous donnent le sourire je suis contente :-)

      Je viens de nourrir les oiseaux, il commencent déjà à être plus nombreux à venir, je remplis maintenant la mangeoire 3 fois par jour.
      je suis allée racheter des graines de tournesol samedi… le prix ! Ca devient de plus en plus cher ! Vous me direz que c’est comme tout mais l’année prochaine c’est sûr je plante quelques tournesols dans le jardin.

      Ce matin je me suis levée plus tard que d’habitude, ils étaient déjà là dans le cerisier à fleurs à m’attendre, j’ai souri en les voyant et je me suis dépêchée car je les sentais impatients, il n’arrêtaient pas d’aller voir à la mangeoire si il ne restait pas une ou deux graines à cueillir au passage.
      Il fait un temps grisâtre, c’est le moins qu’on puisse dire, pourtant hier le soleil avait daigné faire un tour et inonder par instants le jardin de sa belle lumière, je me disais « demain si il fait beau je vais essayer d’aller prendre quelques photos », et bien c’est raté, quand je vois ce ciel blanc et insipide, je suis déçue, heureusement le bal des petits oiseaux réchauffent le coeur et je me dis que j’ai de la chance d’avoir un toit sur la tête.

      Je déteste l’hiver et le froid, vivement le printemps ;-)

      Et puis à partir de fin décembre les jours vont commencer à rallonger :-)


     Leave a reply