• Fuji X100s hybride avec capteur APS-C

    X100s


    Le principal problème du X100 était son autofocus terriblement lent. Fuji annonce alors un nouveau processeur qui propulserait le X100s au rang de l’AF le plus rapide du monde…

    Il reprend le boitier du X100 mais avec des améliorations très intéressantes dont un autofocus vif comme l’éclair par rapport à l’autofocus du X100. Il conserve un objectif de 23mm f/2 équivalent 35mm comme le X100 (8 éléments en 6 groupes et 9 lamelles arrondies pour de beaux flous d’arrière plan). Par contre l’objectif permet une mise au point à 10 cm du sujet (en mode macro et 21cm en mode normal) contre 80cm auparavant en dehors du mode macro. On note aussi un filtre neutre intégré à l’objectif permettant de gagner 3 diaphragmes pour les photos en filés ou par temps où la luminosité est trop dure.

    Il utilise un tout nouveau capteur CMOS APS-C de 16 millions de pixels X-Trans similaire à ceux des X-Pro1 et X-E1, sans filtre passe-bas, mais maintenant, avec en plus la détection de phase promettant une mise au point automatique nettement améliorée. Ceci est soutenu par un nouveau processeur, le «Processeur EXR II», qui comprend une nouvelle fonction d’optimisation. Celle-ci surmonte le souci des aberrations d’objectif comme la diffraction et les aberrations périphériques, et offre une qualité d’image améliorée au niveau des grandes ou très petites ouvertures. Même  jusqu’à f/16, le X100S conserve la netteté et de la texture dans les moindres détails, ce qui démontre l’ampleur du capteur et les capacités de l’objectif, ce qui est rarissime puisque jusqu’ici on conseillait de ne pas dépasser f/11 avec les boitiers numériques à cause de la diffraction. (voir à l’onglet mots barbares au dessus des articles si vous ne savez pas ce qu’est la diffraction). Le processeur EXR II offre une vitesse de traitement deux fois plus rapide que la génération précédente. Le résultat rapide des réponses est impressionnant avec un temps de démarrage d’environ 0,5 secondes et un temps de latence entre deux images de 0,5 seconde, un temps de latence au déclenchement de 0,01 seconde.

    Le X100S intègre sur son nouveau capteur, une technologie d’autofocus à détection de phase (via des pixels uniquement dédiés à cet usage). L’AF devient donc hybride en mêlant une détection de contraste (classique sur un compact) et une détection de phase (comme sur un reflex).

    La suppression du filtre passe-bas permet de maximiser la lumière que reçoit le capteur directement, ce qui permet aux utilisateurs de capturer des détails beaucoup plus fins et d’optimiser les niveaux de résolution.

    Le viseur électronique a été mis à niveau vers un affichage de meilleure résolution de 2.3 millions de pixels.

    Deux aides à la mise au point en mode manuel sont disponibles lorsque vous utilisez le viseur électronique ou l’écran, le peaking que l’on connait bien sur les hybrides Sony qui met à l’affichage l’accent sur les sujets les plus nets, et un système de stigomètre électronique que ceux qui ont connus l’argentique doivent connaitre. Fuji est le premier à utiliser un stigomètre électronique. Cela permet à mise au point précise en particulier lorsque l’on travaille avec le diaphragme ouvert ou prise de vue macro.
    En outre, le capteur sur la bague de mise au point manuelle a été mis à jour pour détecter les mouvements avec plus de précision.

    D’après Fujifilm l’autofocus par détection de phase ferait du X100s l’AF plus rapide du monde avec 0,08 secondes. (Un sacré contraste avec les modèles précédents !)

    En fonction du sujet et de la scène, les utilisateurs peuvent basculer entre les deux options du viseur : optique ou électronique. Le viseur optique (OVF) est utile lorsque les utilisateurs veulent voir leur sujet dans la même clarté lumineuse qu’ils le voient à l’œil nu, ou lorsque le décalage dans le temps est un problème. La haute résolution de 2,36 millions de points viseur électronique (EVF) est utile lorsque vous voulez vérifier la mise au point, l’exposition, la balance des blancs et de la profondeur de champ.

    D’après Fuji le nouveau capteur augmente la résolution d’environ 25% et réduit le bruit de plus de 30% en hautes sensibilités par rapport au prédécesseur (le X100 sans « s »). Des images claires avec une granulation minime, même à des réglages ISO élevés, peuvent être produites, grâce à la suppression du filtre passe-bas et à l’introduction d’un processeur plus puissant.

    L’interface utilisateur profite de toutes les améliorations que Fuji a mis dans ses appareils de la série X, y compris un menu « Q » pour accéder aux paramètres principaux, et un système de menu à onglets très amélioré.

    Au dos on retrouve des boutons de raccourcis bien utiles pour éviter de fouiller dans les menus et la molette de réglage :


    X100s-dos


    L’écran reste malheureusement de 2.8 pouces et 460 000 points mais ce boitier est plutôt destiné aux photographes experts qui se servent majoritairement du viseur.

    Le système de menu a été également mis à jour pour intégrer un bouton Q « rapide » qui vous permet de rappeler rapidement les éléments de menu fréquemment utilisées telles que le réglage ISO et les modes de simulation de film.


    Sur le dessus la molette de correction d’exposition, le déclencheur fileté pour lui adjoindre au besoin un déclencheur souple et sa couronne de mise en route du boitier, la molette des vitesses et un bouton Fn (Fonction) sur le dessus du boitier qui permet aux utilisateurs d’assigner à celui-ci des fonctions fréquemment utilisées, pour une utilisation pratique sans avoir besoin de dérouler le menu.


    fujifilm-x100s_dessus


    Fujifilm-X100S_molettes


    Le X100s intègre toujours pour la visée, en plus de l’écran arrière, un viseur hybride (qui peut passer d’optique à numérique). Le viseur numérique dispose d’une définition de 2,3 millions de pixels (1,4 million sur le X100) pour une couverture de 100 %. À noter qu’en mode optique, le viseur permet toujours d’afficher les principales informations de prise de vue : ouverture, temps de pose, ISO, etc.

    Il est également possible de personnaliser le son de l’obturateur en choisissant entre quatre différents sons disponibles: obturateur, obturateur à plan focal, miroir et obturateur silencieux.

    En dehors des modes de simulation de films argentiques on trouve aussi les gadgets habituels de filtres dits artistiques :

    Pop couleur , Toy Camera, Miniature, Tone dynamique, Couleur partielle, High Key, Low Key, Soft Focus.

    Ratio d’image : 3/2, 16/9 et carré.

    Sensibilités : Auto (ISO 200 – 6400), 100 à 12800 et 25600 iso en mode étendu.

    Vitesse d’obturation jusqu’à 1/4000 seconde.

    Modes : Programme, priorité ouverture, priorité vitesse, manuel.

    Format de fichiers : jpeg, Raw, raw + jpeg.

    Pas de stabilisation.

    Cette fois le correcteur dioptrique n’a pas été oublié pour régler le viseur à sa vue.

    La vidéo est aussi améliorée avec un mode Full HD à 60 images par seconde pour un débit de 36 mégabits par secondes. Une bonne partie des fonctions photos sont disponibles en vidéo comme, par exemple, les filtres et la reconnaissance de scènes.

    Energie : Lithium-Ion NP-95 permettant environ 330 photos par charge.
    Poids avec la batterie : 445 grammes
    Dimensions : 12.7 x 7.4 x 5.4 cm

    Fuji semble avoir bien écouté les utilisateurs du X100 avec cette fois un boitier X100s qui semble bien abouti avec des améliorations conséquentes au niveau de la lenteur de l’AF, du temps de latence, de la réactivité, du mode vidéo et des progrès aussi concernant les hautes sensibilités.
    Reste à vérifier tout cela sur le terrain ;-)

    Prix : environ 1149 euros

    Disponibilité : fin février 2013.

    Un regret ? : L’écran de 2.8 pouces que j’aurai préféré de 3 pouces mais l’excellent viseur est là, et toujours à propos de l’écran qu’il ne soit pas orientable pour des prises de vues comme avec un moyen format, au niveau de la ceinture.

    En tout cas toujours un très beau look et une très belle qualité de construction. Les amateurs de la focale 35mm vont apparemment se régaler.

    Accessoires :

    convertisseur_fuji_wcl_x100

    Lentille de conversion grand angle CMT-X100 : conçue spécifiquement pour X100 et X100S, raccourcit la longueur focale de l’objectif de 35 mm à 28mm. Environ 319 €.


    Microphone stéréo externe MIC-ST1 : pour un meilleur son lors des enregistrements vidéo.


    etui_cuir_x100s


    etui_cuir_x100s_dos

    Etui cuir. Celui en photo est conçu pour l’X-E1 mais c’est la même conception pour celui du X100s.



    Mise à jour août 2013 : Le Fuji X100s a reçu le prix EISA 2013-2014 dans la catégorie compact reflex.

    eisa

    Le prix EISA (European Imaging and Sound Association) a récompensé 19 produits photographiques dans autant de catégories pour la cuvée 2013-2014.



    9 responses to “Fuji X100s hybride avec capteur APS-C”


    • pepite

      La vente des hybrides a fait un bond de +64% en 2012, comme le dit si bien Corbes les hybrides sont l’avenir des appareils photos. La vente de compacts classiques a diminué de 10%, et les ventes de réflex ont augmenté de seulement 2%.

      Le diminution de la vente de compacts classiques s’explique par la présence d’appareils photos dans les smartphones, les acheteurs cherchent donc des appareils photos plus évolués ce qui les conduit à acquérir des hybrides aux capacités bien supérieures aux compacts classiques ou aux smartphones mais sans l’encombrement d’un réflex.


    • marcB

      Merci Pépite pour cette présentation bien complète :-)

      Waow, c’est l’appareil idéal en focale fixe en 35mm, non?

      Comment ça marche ce filtre ND intégré? on peut le paramétrer sur une partie de l’image (le ciel par exemple)? en tout cas intéressant ce décalage de trois diaphragmes pour de beaux filés d’eau, de floutage de mer ou d’ambiance hyperlumineuse…


    • pepite

      Oui ça semble être presque l’appareil idéal en focale fixe mais il faut voir les tests sur le terrain :-)

      Le filtre neutre non pas partiel, ce n’est pas un logiciel comme photoshop ;-) Ni « dégradé neutre » mais c’est déjà une très bonne chose :-)


    • Corbes

      Merci de m’avoir cité, Pépite. Je pense que l’avenir est, en effet, aux hybrides, qui vont sans doute de décliner en 3 écoles :

      - les MFT, très compacts avec un parc d’optique de qualité très développé.

      - les APS-C, très compacts aussi à condition que les constructeurs fassent un effort sur la compacité des optiques, par exemple en intégrant la stabilisation dans le boîtier, au niveau du capteur. Par contre, la gamme optique devra suivre….

      - Les Full Frame, encore à l’état embryonnaire, mais ça viendra !

      Sans oublier, pour tout ce beau monde, le développement d’un viseur éléctronique vraiment capable d’offrir une qualité de visée proche d’un bon viseur reflex. Là aussi, ça bosse dur !

      Les années qui viennent vont être passionnantes :-)


    • pepite

      Je suis également persuadée que l’avenir est aux hybrides.

      Le réflex restera l’apanage des photographes animaliers et sportifs qui ont besoin de gros téléobjectifs.

      Les hybrides APS-C seront toujours les préférés des photographes experts avec leur gestion de la profondeur de champ plus large que les micro 4/3 et un choix plus large de marques (Sony, Fuji, Samsung, Sigma pour ne citer qu’eux)

      Pour les hybrides Full Frame le problème de la taille des optiques va aussi se poser avec un très grand capteur dont les optiques doivent couvrir la taille de celui-ci.

      Je pense que le compact classique est voué à disparaître remplacé par les smartphones qui bientôt offriront des réglages experts et des zooms plus conséquents.

      Les acheteurs qui s’intéressent vraiment à la photo délaissent donc les compacts classiques ( ce qui explique les ventes en baisse de 10% de cette catégorie de boitiers) pour se tourner vers les des compacts experts ou des hybrides plus experts et qui donnent une meilleure qualité d’image.

      Quant aux hybrides full frame pour le moment il n’y en a qu’un, le Sony RX1, mais quand on voit le résultat des test DXO il atteint la qualité des meilleurs réflex :

      —-► DXO comparaisons

      Et Sony ne va surement pas en rester là, je suis presque certaine qu’il va nous sortir un hybride full frame avec optiques interchangeables relativement rapidement. Il s’est allié avec deux très bons opticiens (Zeiss et Olympus) et je suis persuadée que les bonnes optiques pour full frame vont suivre.


    • rando

      Un peu de contradiction ;-)

      je pense que l’avenir est aux compacts expert ,
      pour preuve la sortie cette année du sony rx100, qui à bousculé pas mal le monde de la photo
      ils seront dotés de gros capteurs, une grande ouverture , et des zooms qui vont gagner en puissance..
      en fait toute la technologie mais  » in thepocket « . et C cela qui va primer ..
      mais je peux me tromper ..
      bon week end…


    • pepite

      Rando je ne vois pas où tu contredis ;-)

      C’est ce que je dis mon commentaire un peu plus haut, je cite : « Les acheteurs qui s’intéressent vraiment à la photo délaissent donc les compacts classiques ( ce qui explique les ventes en baisse de 10% de cette catégorie de boitiers) pour se tourner vers des compacts experts ou des hybrides plus experts et qui donnent une meilleure qualité d’image ».

      Le Sony RX100 n’est pas un compact classique il est doté d’un capteur 4 fois plus grand.
      —-> Sony RX100 un ultracompact révolutionnaire

      Quant au Sony RX1 full frame c’est un hybride, c’est aussi un boitier très compact mais avec un capteur de réflex 24×36.
      —> Sony RX1 full frame compact vous en avez rêvé Sony l’a fait

      Je suis certaine que Sony va en sortir une version à objectifs interchangeables.

      La vente d’hybrides a augmenté de 64% en 2012, l’avenir est donc bien dans ces boitiers.
      Donc nous sommes d’accord.

      ;-)


    • rando

      ok pépite j’avais bien lu ton post.
      mais dans mon raisonnement,
      mais je ne suis pas devin (sinon j’aurai gagné au loto depuis longtemps) :-)
      je pense que les hybrides sont une solution un peu coincé entre les reflex et les compacts, qui risquent de devenir  » trés expert  »
      et si ces derniers progressent rapidement, les hybrides feront doublon , et la solution la plus simple risque de l’emporter,

      à condition bien sur que les constructeurs veuillent bien ameliorer les compacts. ce qui n’est pas sur, car cela irait empiéter sur les platebandes des hybrides..et ce marché risquerait de devenir obsoléte, ou devenir un marché de niche..
      je sais pas si mes expications sont assez claires :-)
      je vous envoie quelques rayons de soleil du midi et bon week end à tous..


    • pepite

      DP a publié quelques photos prises dans « la vraie vie » issues de ce boitier, on aurait aimé un peu plus de diversité pour les images issues de ce boitier mais la qualité des fichiers même à 6400 iso est étonnante même affichée en 100%.

      —–> Exemples_photos-Fuji_X100S

      Un boitier très cher équipé d’un équivalent 35mm fixe mais la qualité est vraiment là pour qui se contente d’une seule focale.

      Exemple à 6400 iso : —–> Fuji_X100s_6400_iso

      Et sur celle-ci à 3200 iso, tous les chiffres et les lettres du tableau de bord sont parfaitement lisibles, malgré la montée en sensibilité le piqué reste très présent :
      —–> Fuji_X100s_3200_iso

      Bravo Fuji.


     Leave a reply