• Nikon DF look rétro mais rien de nouveau… sauf le prix !

    nikon_df_face


    Après avoir laissé transpirer des fuites Nikon annonce enfin son nouveau reflex full frame style rétro des années 70-80.

    On retrouve le capteur CMOS FX 16,2 millions de pixels du D4 avec un processeur Expeed 3 et un autofocus de 39 collimateurs dont 9 en croix (un D7100 fait mieux avec l’AF à 51 collimateurs du D800). Rien de nouveau.

    La cadence maxi est de 5,5 images/seconde.

    Pas vidéo.
    Pas de Wi-Fi non plus, il faudra l’ajouter (en option) dans la prise latérale. Indigne d’un appareil génération 2014, même avec un look rétro.
    Pas de GPS (à ajouter en option via GP-1 ou un adaptateur GP-1A).
    Pas d’écran orientable.
    Ecran non tactile.
    Non stabilisé.
    Pas de flash intégré.

    Le plus curieux est pour les optiques :

    Ca se gâte aussi si vous voulez travailler en priorité ouverture de diaphragme, car si le Df est livré avec un 50 mm f/1,8 créé spécialement pour lui, l’objectif ne possède pas de bague de diaphragme ! Incompréhensible !
    Si l’objectif que vous possédez à une bague d’ouverture, il doit être verrouillé sur la plus petite ouverture « auto » ! Cela dit d’après DPr l’appareil peut mémoriser jusqu’à 9 objectifs pour permettre un contrôle direct de l’ouverture avec leur bague de diaphragme.
    L’appareil accepte tous les anciens objectifs Nikon (il est compatible avec pratiquement tous les objectifs Nikon à monture F, y compris les normes pré-Ai) mais pas question d’utiliser la bague de diaph de vos anciens 50mm : il faudra toujours tourner la molette ! pfuuuu.
    Monture d’objectif : Nikon F.

    Suivant les objectifs utilisés il vous faudra vous rendre dans les menus pour y choisir le type d’optique utilisée :

    réglages dans le menu des objectifs_ai_sans_ai

    La procédure à suivre n’est pas limpide, ni rapide ensuite pour régler l’ouverture.

    Au dos on retrouve ses petits avec un dos assez classique de reflex d’aujourd’hui :


    nikon_DF_Dos


    Pas d’écran orientable, ni basculable et un oeilleton rond autour du viseur plutôt que rectangulaire. Viseur  qui a la même taille que celui du D800. On retrouve au dos la configuration des appareils de notre temps.
    L’écran est spacieux : 3.2 pouces (921 000 pixels).

    Le contrôleur 4 voies à l’arrière sert à régler le collimateur autofocus actif et à naviguer dans les menus de l’appareil. Un interrupteur à 3 positions est au-dessus, il permet de sélectionner le mode de mesure de la lumière.


    Devant à côté de l’objectif :

    boutons_avant_01

    Deux boutons personnalisables :
    « Pv » (qui par défaut active prévisualisation de la profondeur de champ ) et
    «Fn» qui donne accès à des fonctions.




    De l’autre côté de l’objectif se trouvent aussi d’autres boutons :

    autres_boutons_objectif

    Dont en bas le commutateur autofocus AF/M pour basculer du mode autofocus au mode mise au point manuelle.


    Vu de dessus… c’est un peu la jungle ! Si en général on aime bien avoir plusieurs boutons de raccourcis (un bouton = une commande), là Nikon a créé un appareil qui a une véritable poussée d’acné !!!! Regardez plutôt :


    Nikon-Df-dessus


    La molette des modes est d’une des plus petites sur la droite du boîtier (Programme Auto, Priorité à l’ouverture, Priorité vitesse, Manuel).

    A sa gauche le déclencheur (entouré du sélecteur ON/OFF) muni d’un trou fileté pour recevoir éventuellement un déclencheur mécanique. Encore à sa gauche le barillet à triple commandes dont une sert à régler les vitesses (jusqu’à 1/4 000ème de seconde quand un D800 monte à 1/8 000ème de seconde). Le cran »1/3 step » qui permet de changer de diaphragme et/ou de vitesse par tiers de valeurs selon le mode choisi, dans ce cas vous réglerez la vitesse par la molette arrière, le mode d’entraînement est défini à l’aide d’un commutateur autour de son bord extérieur. Là, ça  devient confus, car tout change selon qu’on est en A, S ou M. Le mini écran minimaliste rappelle les principaux réglages vitesse et ouverture plus compteur de vues, à la place de ce dernier on aurait préféré l’affichage de la sensibilité ou de la compensation d’exposition, voire de la balance des blancs. A sa droite un petit bouton d’éclairage nuit de ce petit cadran.

    A gauche du prisme, la double mollette sert au réglage de la sensibilité et à la correction d’exposition. H4 correspond à la sensibilité de 204 800 iso.

    Ca y est vous vous y retrouvez ?

    blocage_des_molettes

    Cette image sur la version noire du Nikon Df montre les molettes de compensation d’exposition et des réglages de la sensibilité. Les deux sont verrouillables individuellement. La molette de correction d’exposition est déverrouillée en appuyant sur l’ergot argent sur le dessus de sa plate-forme, et un ergot similaire se trouve dans le coin arrière gauche pour le verrouillage de la sensibilité iso. Pas facile à faire fonctionner tout en ayant l’œil dans le viseur.

    En dessous le bouton de lecture des images et le bouton poubelle pour jeter en mode lecture les photos ratées.


    Bien, passons aux commandes AF emprunté au D610, réglages AF qui, depuis des années, chez Nikon, brillent par leur complexité. Entre la sélection de mode, la sélection de plages, le type d’AF, beaucoup d’utilisateurs s’y perdent. Nikon a multiplié touches et leviers. Il y en a partout.

    Un peu gênant aussi la place de la carte mémoire ! Si sur tous les reflex elle est intégrée sur le côté de l’appareil pour pouvoir y avoir accès facilement quand l’appareil est sur trépied, Nikon l’a intégrée en dessous ! A côté de la batterie comme sur un compact.

    La balance des blancs propose 12 choix plus 4 types de personnalisation.

    Format de fichiers : Jpeg, Raw, Tiff. (bonne idée d’avoir intégré le tif qui donne des fichiers non compressés reconnus par tous les logiciels du marché).

    Autofocus :

    • Détection de Contraste (capteur)
    • Détection de phase
    • Multi-zone
    • Centre
    • Sélective à point unique
    • Simple
    • Continu
    • Détection des visages
    • Live View


    Mode de mesure :

    • Multi
    • Pondérée centrale
    • Spot


    Compensation d’exposition : ± 3 (à 1/3 EV)

    Bracketing AE : ± 3 (2, 3, 5 cadres à 1/3 EV, 2/3 EV, 1 EV, 2 EV)

    Sensibilité :
    Côté sensibilité la plage normale s’étend de 100-12.800 ISO mais peut grimper en mode étendu jusqu’à… 204.800 ISO ! Reste à voir la qualité des images à cette sensibilité !
    Gestion de la sensibilité : Vous pouvez par exemple définir la sensibilité ISO manuellement à l’aide de la molette verrouillable, ou laissez la valeur auto via le système de menu (dans ce cas, l’ISO sélectionné sur la molette sert de sensibilité minimum que l’auto ISO va utiliser).

    Boitier tropicalisé.

    En version noire sous un autre angle :

    Nikon-Df-dos_noir


    Cartes mémoire : Carte SD / SDHC / SDXC
    Energie : EN-EL14/EN-EL14a batterie lithium-ion permettant environ 1400 photos par charge et un chargeur.
    Dimensions : 14.4 x 11 x 6.7 cm (donc beaucoup plus imposant que les anciens appareils dont il s’inspire).
    Poids :  760 grammes avec batterie, sans objectif.

    Le Nikon Df est disponible en deux options de couleur : Argent et noir ou tout noir.

    Ce qui devient choquant c’est le prix !!!! 2800 euros (avec l’objectif sans bague de diaphragme). Très cher quand on le compare au Nikon D800 doté d’un capteur de 36 millions de pixels alors que le DF doit se contenter de 16 millions de pixels ! D800 que l’on trouve à l’heure actuelle à 2000 euros. Ca fait très cher le look rétro pour des caractéristiques qui n’apportent rien de nouveau !

    Disponibilité annoncée : fin novembre mais avec Nikon… (il y a toujours du retard).

    Mon avis : Un appareil de niche qui n’apporte rien comparé aux boîtiers déjà existants (même chez Nikon). Il intéressera ceux contents de ressortir leurs vieilles optiques du placard mais pour un encombrement bien plus important qu’un ancien F3 et à quel prix !!!!

    Un capteur de 16 Mpxl, fusse t-il du D4, ne m’impressionne pas plus que ça. La fourchette des vitesses est un peu étriquée (1/4000s contre 1/8000 pour un D800), un autofocus à 39 collimateurs alors qu’on en a 51 rien que sur le D7100. Des molettes de commandes difficiles à utiliser boitier a l’oeil. Presque 800 gr sans objo, l’encombrement, rafale moyenne, pas de flash, un live view sans écran orientable ni tactile, pas de vidéo, pas de wifi, ni de GPS, des molettes en plastique et cela à 2800 euros !!!! Sans compter qu’il sera obsolète d’ici deux ans…

    Si c’est le look rétro qui vous attire on trouve d’autres appareils : en full frame les Sony A7 et A7R, en APS-C les Fuji X, en micro 4/3 l’Olympus OMD-E-M5 et le Panasonic GX7, en compact le Fuji X20.


    7 responses to “Nikon DF look rétro mais rien de nouveau… sauf le prix !”

    • Et le tout pour 3 000 euros… que dire, rien! Je soupire… c’est bien les gens paieront un bel emballage avec un contenu moindre que ce qui existe dans la gamme! Olympus aura inspiré, mais à croire que les autres constructeurs ne sont pas allés jusqu’au bout de leur démarche ;)


    • pepite

      Je suis parfaitement d’accord avec toi Stef concernant ce boitier ;-)


    • pepite

      J’aime bien le style dans la réaction de ce Nikoniste déçu :

      Le nikon Df est un ovni, un truc à part, ni professionnel, ni amateur, ni ancien ni moderne, un boitier qui voudrait bien mais qui ne peut pas, un qui veut avoir l’air mais qui n’en a pas l’air, bref, un appareil assis entre deux chaises alors que tout le monde attendait soit un vrai pro mirorless peut-être style Fuji XE, ou alors un d4 x ou autre. Affligeant enfin de compte car il semble d’après les premières remarques que son prix le positionne en dehors de la sphère du raisonnable. Je comprends que les canonistes rigolent, pendant que les nikonistes rient ….. jaune et voient rouge !

      Dans l’ensemble les réactions ne sont pas vraiment enthousiastes.

      Ils sont pas mal aussi à déplorer également le poids et l’encombrement quand Canon a réussi à sortir un 6D moins encombrant que le 5D mark III, même sans comparer aux derniers hybrides Sony full frame.

    • Comment faire résumé plus juste, tout est dit Pepite! :)


    • pepite

      Merci Stéfano :-)

      Ce qui choque le plus c’est le prix car c’est un appareil qui délivrera surement des très belles images mais d’une part il n’apporte rien de nouveau et d’autre part il lui manque pas mal de caractéristiques que l’on trouve chez les concurrents.


    • jojo

      Bonjour pepite
      A la vue de la photo, je me suis dit : « Ah sympa ce look rétro » Etant gosse les Nikon F m’ont toujours fait rêver…. bon, j’ai été vite calmé, rien qu’à la vue du prix, sans parler des caractéristiques que je dirai « légères », toujours en rapport avec le prix.
      Merci pour cet article très complet !


    • pepite

      Oui un look rétro pour essayer de faire passer du vieux pour du neuf et à un prix !!! On a tous eu la même réaction ;-)


     Leave a reply