• Olympus stylus 1 zoom 28-300mm f/2.8 constant, craquant, expert et bien construit


    stylus_1_face


    Ca fait un moment que je regarde de près les compacts experts depuis qu’on m’a volé mon Sony RX100 à Paris. Il y a bien le RX100 II qui est une petite merveille de technologie mais je trouve la plage du zoom un peu étroite. Je m’étais rabattue sur le Nikon P7800 qui comporte un viseur et un un zoom 28-200mm f/2-4 au vu des images qu’il délivre à 100 iso. C’était un assez bon compromis. Mais quelle n’a pas été ma surprise en prenant le Nikon en main, franchement le viseur est une honte pour un boitier expert, autant acheter le P7700 (strictement le même mais sans viseur) surtout vu la différence de prix ! (490 euros pour le P7800 contre 380 euros pour le P7700). C’était sans compter avec cet Olympus que la marque vient d’annoncer. Ce boitier est une petite merveille… à première vue.

    Le stylus ressemble à son grand frère l’OM-D E-M5 en plus petit, même style rétro, sauf qu’il comporte un capteur de compact, un CMOS rétroéclairé de 1/1,7 pouces de 12 millions de pixels BSI. A l’annonce je n’y avait pas fait plus attention que ça à cause du capteur justement. Cependant je me suis quand même dit que ça valait le coup d’approfondir.

    Le corps du boitier est en magnésium, et, quand on le prend en main, malgré sa petite taille on sent l’appareil sérieux et on reste dans le confortable, la poignée en saillie permet une excellente prise en main sans fatigue. Les différents boutons et les molettes sont en métal.

    le stylus 1 en main


    Même avec le zoom complètement déployé à 300mm l’appareil reste relativement compact.

    Il a été particulièrement bien étudié et franchement je l’aurai bien gardé ! C’est loin d’être un gadget. Rien à voir avec l’impression que donne un Pentax Q. On a un véritable appareil photo en main, solide, bien construit, et ce qui est à l’intérieur le prouve aussi.

    Quand j’ai mis l’oeil dans le viseur j’avais un peu la hantise d’avoir un truc bas de gamme en main, surtout juste après le viseur du Nikon P7800… Que nenni ! Whaouuuu ce viseur ! En fait c’est le même que celui de l’OM-D doté d’1,44 millions de points, Olympus n’a pas lésiné. Le viseur est grand, bien défini, rien à voir avec l’horrible trou de serrure du Nikon P7800 !

    Le correcteur dioptrique -4 à +2 (à gauche du viseur) pour régler le viseur à votre vue n’a pas été oublié :


    correcteur dioptique


    Pour couronner le tout l’Olympus Stylus 1 reprend aussi le processeur du haut de gamme Olympus qui vient de sortir (OM-D E-M1) : le processeur True Pic VI. Quand vous appuyez à demi dans le déclencheur pour faire la mise au point elle se fait de manière instantanée ! Même en faible luminosité. Alors là, je dis chapeau ! Pourtant vous savez que je suis souvent critique au niveau d’OLympus, mais je dois dire que je suis sur le c.. ! On a vraiment pas l’impression d’avoir un compact entre les mains, c’est un véritable appareil expert.

    Et le zoom ! Une très large place focale puisqu’il couvre du 28 au 300 mm et ceci … à f/2.8 constant ! Là encore je dis Bravo. A 300mm dans le viseur en mise au point manuelle l’aide à la mise au point avec le grossissement de l’endroit de la mise au point est parfaitement détaillée et permet une mise au point vraiment très fine. L’optique est stabilisée et le zoom pourra être piloté électriquement de plusieurs manières : soit par la commande autour du déclencheur, soit par le levier situé sur le côté de l’optique. Par contre j’ai râlé : aucun filtre ne peut être ajouté sur l’objectif, il n’y a pas de filetage prévu pour ça. Franchement parfois je me demande à quoi pensent les constructeurs, ça me rappelle le pro-One de Fuji dont on avait oublié de correcteur dioptrique pour ajuster le viseur à sa vue. Bon c’est moins grave pour les filtres mais quand même frustrant pour un boitier de cette classe. Tiens à propos de filtre il y en a un interne : un filtre ND neutre, permettant de gagner 3 diaph. Bien vu !


    Sur l’arrière on trouve un très bel écran de 7,5 cm et de 1 million de points, basculable vers le haut et vers le bas, de plus tactile.


    stylus 1 et son écran inclinable


    L’écran peut être utilisé pour définir la zone de mise au point.

    Au dos du boitier, à droite de l’écran on trouve le bouton multidirections traditionnel :

    descriptif des boutons du dos


    Sur le dessus on trouve bien évidemment la molette PASM (à gauche) qui donne accès aux modes programme, priorité ouverture, priorité vitesse et mode d’exposition manuel des appareils photos experts, en plus du mode tout auto, sont également présents des modes scènes (SCN) et artistiques (ART) :


    stylus 1 vu de dessus

    Notez que vous pouvez enregistrer deux configurations particulières que vous pouvez rappeler plus tard grâce aux modes C1 et C2. A droite si je me souviens bien la grosse molette sert à la compensation d’exposition. A sa droite en avant le déclencheur et le levier de zoom qui l’entoure. En arrière le bouton ON/OFF et le bouton de déclenchement de la vidéo (avec le point rouge).

    Notez qu’il fait partie des rares compacts possédant une griffe porte accessoire pouvant au besoin recevoir un flash externe (le boitier comporte un petit flash intégré).

    Le petit flash pop-up :

    flash intégré

    Il permet de piloter des flashes Olympus externes sans fil. Le flash est libéré par un commutateur coulissant sur ​​le côté de la gorge de l’objectif.

    Autour de l’objectif on trouve la bague de contrôle qui permet soit de réaliser la mise au point (en mode mise au point manuelle), soit de paramétrer différentes options comme l’ouverture ou la vitesse d’obturation suivant les cas de figure.

    Comme tous les appareils actuels, le boîtier intègre une connectivité Wi-Fi, lui permettant entre autres d’être contrôlé à distance.

    Comme la plupart des boitiers récents vous pouvez afficher un horizon artificiel avec le niveau électronique :

    niveau_electronique

    Bien utile lorsque l’on a tendance à pencher ;-)

    En mode lecture l’appareil est doté d’un mode zébra qui montre les zones brûlées dans les hautes lumières.

    Deux boutons personnalisables (Fn1 et Fn2) sont également sur le boitier et vous permettent d’accéder rapidement à vos réglages préférés.

    Les images peuvent évidement être enregistrées au format RAW et / ou JPEG.

    La plage de sensibilité ISO s’étend de 100 à 12.800 ISO.

    Format d’image : carré, 4:3, 3:2, 16:9
    Réglages de la qualité en Jpeg : Super fine, fine, normal, basic. J’attire  votre attention là dessus, car certains boitiers Olympus ne sont pas réglés par défaut sur la meilleure qualité d’image, donc si vous venez à l’acheter vérifiez bien dans le menu sur quelle qualité il est pré-réglé.

    Autofoucs :

    • Détection de contraste (capteur)
    • Multi-zone
    • Centre
    • Spot
    • Simple
    • Continu
    • Détection des visages
    • Live View


    Distance minimale de mise au point : 10 cm en grand angle, 80 cm à fond de zoom et en mode super macro : 5 cm.

    Obturation de 60 secondes à 1/2000ème de seconde.

    Modes de mesure :

    • Multi
    • Pondérée centrale
    • Spot


    Compensation d’exposition : ± 3 (à 1/3 EV)

    Bracketing AE : ± 3 (2, 3 cadres à 1/3 EV, 2/3 EV, 1 EV)



    Vidéo :

    Format de fichiers :

    • MPEG-4
    • H.264

    Micro stéréo, résolutions : 1920 x 1080 (30p), 1280 x 720 (30p); grande vitesse: 640 x 480 (120p), 320 x 240 (240p)


    Carte mémoire : SD / SDHC / SDXC
    HDMI : Oui (micro HDMI)
    Télécommande : Oui (via RM-UC1)
    Energie : BLS-5 batterie lithium-ion permettant environ 410 images par charge et un chargeur.
    Dimensions : 11.6 x 6.7 x 5.7 cm
    Poids : 402 g


    Le Stylus 1 d’Olympus sera disponible fin novembre.

    Prix : cela devrait tourner autour des 600 euros.


    stylus_1_trois_quart


    Si les 300mm ne vous suffise pas Olympus commercialise le convertisseur TCON-17X en option, il procure à l’appareil une portée équivalente 510mm. Il faudra également acheter une bague d’adaptation pour monter le convertisseur sur l’appareil.

    Je n’ai malheureusement pas eu le droit de mettre une carte mémoire personnelle dans l’appareil ce que j’ai vraiment regretté, il reste donc à savoir quelle va être la qualité des images ? Ce qui est certain c’est qu’au niveau de la profondeur de champ on reste dans celle d’un compact. La grande ouverture ne permettra pas d’avoir des fonds bien fondus sauf aux plus longues focales mais elle aidera à garder les isos relativement bas sur tout la plage focale en faible luminosité et donc de gagner de la vitesse. Au niveau du bruit en hautes sensibilités j’ai trouvé que si le bruit était bien présent à 3200 iso on gardait beaucoup de détails et on ne perdait pas énormément en colorimétrie.

    En tout cas il m’a fait forte impression, c’est le moins qu’on puisse dire.


    22 responses to “Olympus stylus 1 zoom 28-300mm f/2.8 constant, craquant, expert et bien construit”


    • pepite

      DPR a publié des images d’exemples, il ne faut que je les compare à des boitiers dotés de plus grands capteurs, je n’ai pas encore regardé, je vous donne le lien :

      —-> DPreview_exemples_Olympus_photos_stylus-1

      … Aïe, aïe, aïe, ce n’est vraiment pas génial comme rendu, snif, la faute du petit capteur. Le Sony RX100 fait nettement mieux ! Bon tant pis. Dommage il me plaisait bien cet appareil. Même les Nikon P7700 ou 7800 font mieux pourtant dotés d’un petit capteur.

      Ce serait un cheval on dirait que c’est un « beau voleur » ;-)

      En tout cas c’est un grosse, grosse déception au niveau des photos !


    • pepite

      Bon à part la déception sur la qualité d’image de cet appareil qui était pourtant très prometteur, je suis allée au salon de la photo et j’ai pu prendre quelques appareils en main, dont le Sony A7R, mais je vous en parlerai demain ;-)


    • Cene

      Bonjour Pépite!

      J’avais pratiquement décidé d’acheter cet appareil, avant que je ne lise la fin de ta présentation.
      Je suis allé sur DPReview, et là, effectivement, çà a été la douche froide.
      La qualité des clichés est extrêmement moyenne, pour certains clichés même pas nets et pour d’autre, notamment des paysages, une bouillie de pixels.
      je ne comprends pas. J’ai eu le XZ2 avec le même capteur qui délivrait des photos très détaillées, de très haute qualité.
      Il reste un petit espoir, celui de l’utilisation par DPReview d’un appareil de pré-série.
      J’ai donc hate de voir l’infirmation ou la confirmation de la qualité des photos sur cet appareil.
      J’ai revendu le XZ2 à cause de la focale trop courte et de l’absence d’un viseur intégré, mon budget est pile poil de 600 euros, je suis donc très déçu, d’autant qu’aucun appareil aujourd’hui n’est similaire au Stylus 1.


    • pepite

      Je partage totalement ta déception !

      Quand j’ai pris le boitier en main, ça a été un véritable coup de coeur, construction, viseur, rapidité de l’autofocus, je n’avais jamais vu ça sur un compact. En plus ils m’ont bien précisé que presque tout était importé des derniers hybrides, sauf le capteur et la stabilisation (sur 4 axes au lieu de 5). Mais je m’attendais à ce que le soin apporté au capteur soit au moins le même que celui apporté à l’ensemble du boîtier… et comme toi quand j’ai vu les images !!!!! C’est une honte pour un boitier expert, ça m’a vraiment fait un choc.

      Donc comme toi j’attends de voir d’autres exemples, en espérant que soit
      1) l’appareil prêté à DPR soit déffectueux,
      2) Soit que ce soit un appareil pas du tout finalisé.

      Parce sinon franchement ce serait dommage vu les qualité de l’appareil. Mais les photos de DPR sont vraiment très très bas de gamme et bien en dessous de ce que l’on peut trouver comme qualité d’image sur d’autres appareils compacts experts.

      Je remets le lien vers les photos que l’on peut observer sur Dpreview :

      —-> Olympus stylus 1 exemples d’images

      Comme tu dis Cene quelle déception !


    • Cene

      Bonjour Pépite, bonjour à tous.

      Je suis allé sur le site Olympus Japan ou j’ai pû visionner quelques clichés du Stylus 1 avec différents réglages.
      Les résultats sont nettement meilleurs que sur le site de DPReview.
      Cela me rassure un peu.
      D’ici quelques jours tout ceci devrait être confirmé par les 1ers tests.
      A suivre….


    • pepite

      Dommage que tu n’ais pas mis le lien vers le site japonais ;-)

      … en cherchant on trouve, j’ai trouvé cette page là, flatteuse pour le stylus 1 (des photos en bas de page) :

      olympus stylus 1

      Je ne sais pas si c’est cette page que tu as vu sur le site Olympus japonais ?

      Dommage qu’il n’y ait pas plus d’exemple et surtout que l’on ne puisse pas les voir en pleine résolution.


    • Cene

      Désolé, voici le lien:

      olympus_stylus_1_exemples images_

      Il ne s’agit pas du même, mais, de l’un à l’autre il semble que les clichés du styles 1 soient de meilleure qualité que sur Dpreview.


    • pepite

      Merci :-)

      Au niveau des couleurs c’est déjà mieux, par contre j’ai un peu peur qu’au niveau du piqué ce ne soit pas terrible, mais difficile de se rendre compte sur des photos en si petite taille.


    • Cene

      Difficile à dire en effet.
      Voici une montée iso en grandeur nature.
      Je te laisse le soin d’analyser. Tu es plus compétente que moi.
      La seule constatation : Le bruit bien présent à 800 iso, mais c’est sûrement du brut.

      Imaging-ressource_tests_iso


    • pepite

      Oui c’est du brut, mais au moins à 100 iso c’est déjà plus propre que les photos de DPr, mais toujours pas enthousiasmant en visualisation 100% pour le 100 iso, par contre le 800 iso même si il y a du bruit conserve pas mal de détails, là c’est plutôt pas mal pour du 800 iso pour un capteur de compact.

      En tout cas c’est déjà nettement meilleur que ce qu’on a vu sur dpreview, il faut attendre d’autres tests sur le terrain.


    • cene

      Tu me rassures un peu. Je te remercie pour ton analyse.
      Je vais prendre mon mal en patience jusqu’aux premiers tests.


    • pepite

      On attendait désespérément des tests de ce stylus 1 et d’autres images, car celles de DPr étaient vraiment horribles, j’ai continué à surveiller car la prise en main de ce boitier m’avait vraiment fait craquer.

      Personne ne semblait s’intéresser à ce boitier mais… enfin ! Et regardez bien toutes les photos, ça vaut vraiment le coup pour un appareil doté d’un capteur de compact classique, il y a une sacrée différence avec les images vues précédemment. Ca manque évidemment un peu de dynamique mais question piqué, whaouuu, sur les fines textures comme les plumes et les poils il décoiffe, même à fond de zoom !

      robinwong_test_olympus_stylus_1

      Alors bien sûr il ne faut s’attendre à un rendu de Sony full frame A7 bien sûr, ni sa richesse de nuances mais pour un appareil de ce prix avec un zoom 28-300mm f/2.8 constant, un excellent viseur et le tout pesant 402 grammes je dis quand même chapeau.

    • Ce petit boitier me séduit de plus en plus par son équilibre générale et son rapport qualité / prix. (range du zoom, f2,8 constant, viseur idem à l’ excellent EVF2 que j’ ai pour mon PEN-EP2 .
      Bien que le testeur dont tu nous as mis le lien avoue être rémunéré par Olympus, ses photos tests sont plutôt bluffantes.
      Il n’ en reste pas moins que j’ avais déjà constaté la bonne tenue des résultats de ce boitier dans Imaging-resource en comparaison du sony RX100 II à 800 iso valeur ni trop basse ni trop haute pour un petit capteur de ce type ( lien ci-dessous ).
      Bien entendu au-delà le Sony reprend ses droits….mais pour un prix et un range de zoom beaucoup moins attrayant pour moi.

      imaging-resource_Olympus_stylus_1

      Reste qu’ au jour d’ aujourd’hui possesseur de plusieurs boîtiers dont certains étaient parmi les meilleurs de leur catégorie au moment de leur sortie comme le bridge sony DSC-HX1 de 2009 ( déjà ) et vu les faibles différences de résultats que je constate sur le même site de comparaison que ci-dessus avec les matériels actuels, je me dit qu’il n’ est pas urgent d’ envisager une autre acquisition.

      J’ attends beaucoup, peut-être trop, des ¨nano-technologies¨ à venir en espérant qu’ un plus grand saut dans la qualité d’image à hauts iso sera perceptible sur les petits capteurs qui selon moi et pour l’ usage de l’ amateur éclairé que je crois être encore, reste le meilleurs compromis encombrement / poids / prix du moment.
      Loin de moi de nier les progrès énormes fait par Olympus et Sony ces derniers mois, mais l’ explosion des prix qui ont suivi me laisse perplexe.
      ( Nos retraites elles ont régressées, et c’est aussi le cas des salaires de la classe moyenne en France ).

      Je ne suis pas le seul à tenir ce raisonnement car sur certain site anglo-saxons des Pros montent au créneau et avouent utiliser de plus en plus de micro 4/3 pour leurs travaux professionnels par exemple l’ Olympus OM-D EM5 dont le prix reste encore ¨contenu¨ comparé aux dernières vedettes du moment avec pourtant des résultats satisfaisant pour 90% de leurs travaux.

      Bon…cela reste mon avis personnel et sans aucun doute influencé par la limitation de nos moyens financiers du moment .

      Qui sait de quoi sera fait demain…?!!!


    • pepite

      Il est certain que certains constructeurs exagèrent sur les prix comme Olympus avec son hybride micro 4/3 OM-D E-M1 vendu pratiquement le prix d’un full frame Sony A7.

      Sony est d’ailleurs le seul actuellement à maintenir des prix très serrés, avec par exemple son dernier hybride A 5000 à capteur de reflex APS-C qu’il vend à 500 euros (objectif compris), Panasonic et Olympus vont avoir du mal à s’aligner, ils ont pourtant des capteurs plus petits. Idem pour les marques phares quand on voit le prix contenu du Sony A7 en 24 x 36 par rapport à la concurrence en plein format. Dans la gamme Panasonic, il faut quand même noter l’hybride micro 4/3 GM1 qui offre un excellent rapport qualité prix pour un hybride micro 4/3 pour 630 € .

      Il est certain qu’avec la crise on fait attention à nos dépenses et je regarde les rapports qualité/prix de très près quand je m’intéresse à un appareil et mes réflexions sur les appareils sur le blog en tiennent compte.

      L’avantage du stylus 1 d’Olympus est son ultra zoom, la qualité de construction, tous les réglages experts disponibles, la prise en main très agréable et la compacité du tout. Maintenant on reste effectivement sur un petit capteur mais les dernières images semblent vraiment prometteuses. Il est certain qu’avec un hybride ou un reflex pour couvrir une telle plage focale on sera largement au-dessus du prix du Stylus mais on ne joue plus dans la même cour.

      Pour la montée en sensibilité la taille du capteur joue un grand rôle, on aura donc toujours une bien meilleure gestion du bruit avec des appareils photos avec de plus grands capteurs.

      P.S. tu n’as pas mis le bon lien pour Imagin Ressource.

      En ce qui concerne les Pros, le métier est mort, je ne sais pas si tu as lu l’article que j’avais mis où l’agence Magnum en parlait, il est certain à l’heure actuelle que rares sont encore les pros qui peuvent maintenant se payer un full frame avec les objecitfs qui vont bien. Je remets le lien, lis la partie sur l’agence magnum :

      Aubade-photos_Photos Emotions avec une grand E

      Aux USA cela fait déjà pas mal d’années que pas mal de reporters travaillent avec des bridges puis des hybrides, le reflex va rester l’apanage pour les photographies d’art et pour le moment des reporters de sports ou les photographes animaliers, donc de plus en plus des appareils de niche.

    • J’ avais bien pris connaissance de ton article sur l’ agence Magnum même si je n’ ai pas encore tout parcouru.

      Pour le lien Imaging ressource, c’ était celui correspondant au comparatif Sony RX100II / Olympus Stylus 1 sur 800 iso…chacun pourra les introduire dans les ascenseurs et les comparer.

      Pour les nouveaux matériels il est difficile pour le particulier de changer de constructeur à tout bout de champ…surtout lorsque l’on a acquit certains accessoires et objectifs….c’ est un peu mon cas avec mon Olympus Pen-Ep2.
      D’autant plus que la revente ( sur le bon coin ou autres ) est mission impossible pour ces matériels vieillissant.

      Reste que selon le grand principe que ce n’ est pas l’ appareil mais le photographe qui fait ¨la bonne photo¨ à nous de saisir les bons éclairages et les bons cadrages afin de mieux produire….avec NOTRE MATERIEL.

      Je reconnais, pour en avoir usé et peut-être abusé…que l’ arrivée d’un nouveau matériel à la faculté de ¨booster¨ notre créativité du moins pendant le temps des essais comparatifs et de la découverte.

      Ensuite, le marketing faisant son travail, c’ est ce sentiment indicible de frustration qui s’ installe, nous faisant croire que nous n’ avons jamais le bon boitier…le bon objectif…pour obtenir la meilleurs photo.

      Ces messieurs du marketing connaissent les faiblesses humaines sur le bout des doigts, mais ce qu’ils semblent ne pas avoir vu venir c’ est que nous avons une extraordinaire capacité d’ adaptation.

      J’ en veux pour preuve l’ usage de la photo/vidéo à partir des téléphones portables de plus en plus performant, toujours disponible sur soi dans un encombrement réduit.

      En reprenant, sans l’ avoir voulu peut-être, la philosophie du Leica M ( le meilleurs appareil photo c’ est celui que j’ ai en permanence sur moi ), il ne faut pas s’ étonner de la disparition des photo-reportaires d’ autant que l’omniprésence d’ internet ou que l’on soit dans le monde permet une diffusion quasi instantanée des documents sur les réseaux sociaux…
      voir se les procurer pour quelques ¨Copek¨.

      Ce développement de ma part n’ est pas étranger à la lecture, démarrée il y a quelques jours, de l’ouvrage ¨Vers la sobriété heureuse¨ de Pierre Rabhi ( Agriculteur,écrivain et penseur Français d’ origine Algérienne ) qui du haut de ses 74 ou 75 ans, nous rappelle les valeurs essentielles qui devraient guider nos actes.
      Malheureusement dans le contexte actuel de la mondialisation, ces bons gestes de citoyens écho-responsables resteront encore de longues années un vœux pieux comme les bonnes résolutions de chaque nouvelle année.
      A nous de rester vigilant.


    • pepite

      Je n’ai toujours pas remplacé mes « vieux » reflex Canon 5D (né en 2005) et 40D (sorti en 2007) » que j’utilise pour l’animalier, mes optiques Canon dorment tranquillement en attendant que Canon veuille bien se réveiller. Je refuse de changer d’appareils tant que des améliorations majeures n’interviennent pas.

      Par contre le Sony A7 est autrement meilleur que mes anciens Canon, le problème effectivement c’est que pour le moment je n’ai pas d’optiques dédiées pour cet appareil mais ça devrait venir quand mes finances seront plus à l’aise, je l’utilise donc avec des objectifs non dédiés pour l’instant.

      Il serait temps que Canon se réveille sinon on va basculer chez Sony ! Je me suis d’ailleurs dit que si Canon ne sortait pas un APS-C de qualité en 2014 je revendrai toutes mes optiques Canon.

      C’est effectivement le problème quand on investit dans des appareils à optiques interchangeables, on se retrouve prisonnier d’une marque sauf chez Sony qui a encore a bien joué car il a donné l’autorisation de créer des bagues d’adaptation pour monter des objectifs qui ne sont pas de sa marque sur ses boitiers. Je suis certaine que ça participe au succès de ses A7 et A7R quand on voit le nombre de photographes utiliser leurs optiques Leica, Canon ou même Pentax sur ces appareils.

      Si on veut souvent changer de boitier il faut effectivement plutôt se diriger sur des appareils moins chers que l’on pourra changer plus souvent. Surtout que si du temps du 5D les appareils haut de gamme étaient remplacés environ une fois tous les deux ou 3 ans, les choses ont changées, on voit apparaître de nouveaux boitiers de la même marques tous les 6 mois et même parfois sur une période encore plus courte, mais avec des améliorations distribuées au compte gouttes qui ne valent pas à mon avis le coup de remplacer l’appareil acheté par le dernier sorti.


    • philippe

      Bonjour,
      J’ai acquis cet appareil depuis 15j après de très longues hésitations (2 ans) car aucun ne me satisfaisait. Entre les problèmes de montée ISO, d’autofocus paresseux ou de plage de zoom trop limitée.
      Je retrouve le goût de faire des photos avec cette petite merveille qui tient dans la poche d’une veste. J’ai lu en détail l’article désormais très complet de Imaging ressource qui met bien en lumières les qualités et défauts de l’appareil. Les images sont bien piqués et pêtent à l’écran, impression que je n’avais qu’avec des photos de réflexes. Il est évident que c’est un ton en dessous mais le compromis n’en est pas moins excellent. Ce couple capteur/objectif fait des merveilles. Il y a une finesse dans les détails et les découpes des différents plans qui me scotche. Le traitement numérique est respectueux de l’image, ce qui n’est pas le cas chez Sony sur une partie des exemples que j’ai pu voir.
      le mode macro est excellent aussi.
      Il a une grande souplesse d’utilisation et beaucoup de possibilités pour qui veut taquiner le réglage.
      C »est un très bon appareil pour qui ne veut pas s’encombrer et s’alourdir en voyage.

      Il y a surement eu un raté dans la présérie du stylus de DPreview qui m’avait aussi donné l’impression de « passe ton chemin » mais celui que j’ai entre les mains n’a rien à voir. Ou était ce les conditions de lumière le jour de l’essai?


    • pepite

      Je suis bien contente que tu ais enfin trouvé un boitier qui te convienne :-)

      Il est certain que c’est un très bon appareil de voyage vu son faible encombrement et son poids, les hybrides donnent une qualité d’image supérieure mais son zoom avec une immense plage focale est évidemment un avantage quand on ne veut pas s’encombrer de plusieurs objectifs. Il offre effectivement au niveau des réglages tout ce qu’un expert peut désirer.

      Merci de ton retour d’expérience avec cet appareil qui effectivement avait déçu lors de la présentation des images sur dpreview. Images qui comme tu le dis devaient être issues d’un boitier non finalisé. A la prise en main il m’avait vraiment fait craquer et j’avais regretté de ne pas pouvoir prendre de photo avec à ce moment là.

      La rapidité de son autofocus fait aussi partie de ses qualités.


    • philippe

      bonjour,
      si tu as l’occasion d’en essayer un, il est vraiment agréable.
      J’ai aussi fait ma petite photo de crocus ce WE avec la lumière pétante du sud est ou j’habite. Elle fait mal aux yeux en ce moment car nous avons nous aussi eu trop de pluie et nous n’étions plus habitué à ce beau ciel bleu qui ravie les photographes. Si tu veux, je te l’envoi, ça te surprendra surement.
      Ce dos taquineur va mieux?


    • pepite

      Mon dos va mieux mais comme je jardine en profitant du soleil qui daigne enfin venir mon dos se rappelle à moi le matin à froid le gredin, mais ça va déjà nettement mieux. C’est gentil de prendre des nouvelles.
      Oui je veux bien la photo en jpeg pleine résolution si tu peux, sans post-traitement, ça me permettra de voir ce que ça donne en sortie de boitier. (il y a un onglet « contact » au dessus des articles).


    • lili

      Bonjour à jour
      Mon époux vient de m offrir cet appareil…j adore prendre des photos mais je vous avoue que je n y connais rien (les stages photos arrivent…)
      Ce qui me surprend des la premiere utilisation c est qu en enterieur les images ne sont pas nettes du tout (gros pixels), et ne parlons pas du mode noir et blanc
      ais je des reglaes à faire avant utilisation?
      merci de votre aide
      julie


    • pepite

      Si les images sont floues en intérieur je suppose qu’il faisait trop sombre et que la vitesse de prises de vue était trop basse.

      Dans quel mode étais-tu ? Tout auto ? Iso auto ? Le flash s’est-il déclenché ?

      La vitesse s’affiche dans le viseur et sur l’écran il faut donc la surveiller lors des prises de vues. Quand il fait sombre la vitesse a tendance à chuter, il faut donc être vraiment très immobile et ne pas prendre de sujet en mouvement à ce moment là. Ou compenser en montant en sensibilité, chaque fois que l’on monte en sensibilité d’un cran on gagne aussi un cran en vitesse.

      La vitesse a observer est aussi importante suivant la focale, en grand angle à 24mm par exemple, pour un sujet fixe en principe on ne doit pas être en-dessous d’1/24ème de seconde mais si tu es en position télé à fond de zoom à 300mm là il faut que ta vitesse soit au minimum 1/300ème de seconde et cela pour un sujet fixe qui ne bouge pas.
      C’est une règle facile à se rappeler !
      30mm minimum 1/30ème de seconde
      50mm minimum 1/50ème de seconde
      100mm minimum 1/100ème de seconde
      200mm minimum 1/200ème de seconde etc.


     Leave a reply