• Le Sony 70-200mm f/4.0 constant pour A7 et A7R

    70-200_f_4


    Le 70-200mm f/4 constant en monture E pour les hybrides full frame Sony est disponible en pré-commande en Europe.

    Deux éléments en verre ED sont combinés avec trois éléments asphériques
    Diaphragme 9 lamelles
    Distance minimale de mise au point : 1 mètre.
    Taille de filtre 72 mm
    Tropicalisé
    Dimensions : 80×175mm
    Poids : 840 grammes
    Livré avec collier de pied.

    Son prix a été fixé à 1 499 €

    Date de livraison encore inconnue.


    Note : le 24-70MM F/4 pour plein format est en précommande sur digit-photo sous les 1 100 euros.

    Le Zeiss 55mm f/1.8 est en cours de livraison pour l’Europe, avec un peu de chance ceux qui l’ont commandé l’auront pour Noël.


    Mise à jour :

    Aujourd’hui Kipon vient d’annoncer officiellement un objectif 40mm f/0.85 Ibelux en monture E , il coutera environ 2000 $. Sacrée ouverture !

    Le prochain Zeiss qui sortira en 2014 est un 85mm f/1.4 à mise au point manuelle (on ne sait pas si ce sera en monture A ou E ou les deux mais comme c’est une optique manuelle ça n’a pas grande importance hormis qu’il faudra une bague pour les boiters en monture E si il est en monture A).

    La nouvelle version de Lightroom 5.3 prend maintenant en compte les raw des Sony A7, A7R et RX10.


    Mise à jour :

    Que de récompenses pour le Sony A7 et A7R (bien méritées) :


    imaging_ressource_boitier_annee

    « Imaging Ressource » a élu le Sony A7R « Boitier de l’année ».

     


    ephotozine-camera-of-the-year-2013

    De même Pour ephotozine pour le Sony A7

     


    5_etoiles_aubade

    J’avais également classé le A7R dans mon top 10 de l’année ;-)


    Note : D’après les dernières nouvelles les capteurs organiques Sony ne sortiraient finalement qu’en 2015 ou 2016. En tout cas Sony continue de déposer des brevets pour d’autres innovations qui pourraient être révolutionnaires dans les prochaines années.


    Mise à jour 17 décembre :

    A noter : Samyang sort 5 objectifs qui devraient tous être disponibles d’ici la fin du mois dont un objectif à bascule et à décentrement ce qui va ravir les amateurs d’architecture pour corriger les fuyantes dues aux perspectives verticales.
    En cliquant sur le lien en dessous de l’article vous pourrez découvrir ces objectifs et leur prix. Dédiés avant tout aux Sony plein format en monture E ils sont compatibles également avec les Nex.


    ___________________________________________________________

    Voir aussi (cliquez sur les liens) :

    Sony A7R un rêve !

    Objectifs pour les hybrides Sony Full frame 24×36 en monture EF


    35 responses to “Le Sony 70-200mm f/4.0 constant pour A7 et A7R”


    • pepite

      Il y en a qui vont être contents, reste à savoir quand ils vont arriver.


    • Corbes

      Bel engin, vendu à un prix somme toute raisonnable. Reste à voir la qualité optique…


    • pepite

      Le 28-70mm livré avec le A7 est parait-il loin d’être mauvais donc il devrait être encore meilleur.


    • pepite

      Si on trouve des Sony A7, le Sony A7R semble toujours en rupture de stock un peu partout (en France).


    • Corbes

      Entre « loin d’être mauvais » et « très bon », il y a un pas…

      Or, pas la peine d’acheter un A7R avec un objo moyen…c’est bien là le problème !

      On arrive maintenant à faire de l’électronique de course à un prix raisonnable (la preuve). Mais, pour de l’optique de pointe, il faut toujours des verres qui valent une fortune ! Et plus le capteur est grand, plus il faut de verre !!!

      La solution est sans doute dans le recyclage de bonnes vieilles optiques de qualité (il doit t’en rester de chez Canon, non ?) et une bague d’adaptation. Bien sûr, on perd en route pas mal de choses qui facilitent bien la vie (autofocus, etc…), mais ça permet d’attendre d’avoir économisé assez pour se payer une optique Zeiss, par exemple.


    • pepite

      Je suis tout à fait d’accord avec toi, ça ne sert à rien d’avoir un boitier au top si c’est pour monter dessus des culs de bouteille, mais celui qui achète un A7R lui adjoint des optiques de qualité, la plupart lui greffe soit les Zeiss dédiés, soit aussi très souvent des optiques pour Leica : Zeiss, Voigtlander etc.

      Dans les optiques Sony il y en a également d’excellentes.

      Chez Canon j’ai toujours tous mes objectifs et je n’ai que des optiques « L » pour full frame 24×36, j’avais misé sur la qualité, il est certain que je pourrai les adapter dessus avec la bague de Metabones mais pour le moment je n’ai ni A7 ni A7R :-(

      ____________________________________________

      Pour ceux qui ont des optiques Olympus il parait que le zuiko 24mm f/2.8 est excellent sur le A7R. C’est vraiment un des gros avantages (entre autres) de ce boitier plein format : accepter les optiques des autres marques (via une bague d’adaptation).
      ____________________________________________

      auto

      Le Sony A7 R avec bague Novoflex et optique Leica Summilux 50mm. Un ensemble bien équilibré.

      Un article intéressant et à lire si vous comprenez l’anglais est celui de Michael Reichmann de Luminous Lanscape, il écrit un article dénommé : »Rencontre du Meilleur capteur du monde avec les meilleurs objectifs du monde », évidemment tout le monde ne peut pas se payer un objectif Leica 50mm Summilux. f/1.4 mais rien que pour son avis c’est intéressant à lire :

      —-> Sony_A7R_et optiques_Leica

      Il a utilisé pour ses tests ces optiques :

      – 24mm Summilux-M f/1.4 ASPH
      – 16-18-21mm f/4 Tri-Elmar-M f/4 ASPH
      – 28-35-50mm f/4 Tri Elmar ASPH
      – 35mm f/1.4 Summilux-M ASPH
      – 50mm f/1.4 Summilux-M ASPH
      – 90mm f/2 APO APO-Summicrom-M
      – 135mm f/3.4 APO-Telyt-M

      Il n’hésite pas faire des reproches à Canon et Nikon mais met aussi en avant le travail effectué par Fuji et Olympus ces derniers temps, pour lui les seuls avec Sony à proposer de véritables innovations. J’ai apprécié son article car il met en avant les avantages mais aussi les inconvénients avec l’utilisation de ses optiques Leica. Il y a peu de photos mais certaines mettent bien en avant la superbe dynamique du capteur de l’A7R.

      A lire aussi, un article plus ancien mais intéressant aussi :

      —->Luminous_landscape_prise_en_main

      Toujours à propos du A7R avec des optiques Leica. Il m’a fait rire quand il a parlé de notre champagne « Veuve Cliquot » ;-) Mais oui en France si on ne fabrique pas d’appareil photo on a de très très bonnes choses ;-)
      On sent ce propriétaire de boitiers et optiques Leica depuis des années complètement séduit par le Sony « À mon avis, toute personne qui possède un ensemble de (ou même un peu) d’optiques de la série M de haute qualité optique Leica devrait se pencher sérieusement sur le Sony A7R. Ils forment une combinaison de tueur. »

      _________________________

      Les rumeurs parlent d’un nouveau FF chez Sony pour le premier trimestre 2014 mais ce n’est pas encore très clair, certains disent que ce sera un boitier encore moins cher, d’autres qu’il aurait la taille d’un Nex.

      A suivre …


    • Leicanex

      Je lis Michael Reichman depuis quelques années sur son site « luminous Landscape » et apprecie énormément ses revues, articles de fond et billets d’humeur. C’est pour moi un grand bonhomme et je m’y suis donc particulièrement intéressé.

      Il a une longue expérience comme photojournaliste (d’ou son attachement à leica), puis paysagiste, mais aussi dans l’industrie photo / video et a beaucoup de contacts très étroits avec d’autres photographes pro, ainsi que des développeurs de programmes de post-traitement, notamment Adobe. Il a une galerie de photo « d’art » à Toronto et passe depuis quelques années l’hiver dans un patelin perdu du Mexique (ce qui se comprend en comparant les climats des deux pays!).

      Il écrit bien, ce dont je me rends compte même si je ne fais que me débrouiller en anglais. Mais, surtout, il est intelligent, didactique et plein de bon sens. Ceci combiné avec son énorme expérience et une indépendance apparemment totale vis-à-vis de l’industrie fait que ses avis, jugements et revues sont, à mon sens, parmis les plus pertinents et justes sur le materiel et les techniques en photo.

      Maintenant, il faut faire un peu attention. Il est tout de meme un peu biaisé par la nouveauté et l’innovation. Par exemple il était très positif pour le NEX7 à sa sortie, mais 2 ans plus tard, il écrit que ce boitier n’a pour lui aucun caractère et n’est pas agréable à utiliser. Je serais donc curieux de voir ce qu’il dira des A7+/-R dans quelques temps.

      Concernant ces boitiers J’ai vu d’autre part quelques critiques concordantes, mineures et à vérifier, sur l’autofocus (avec ou sans R) et le bruit du déclencheur. D’autres petits défauts feront probablement surface dans les mois qui viennent. Cela parait normal pour un matériel aussi novateur. Peut-etre serait-il raisonnable (je parle pour moi!) d’attendre la deuxième ou troisième génération (ce qui n’est pas très long de nos jours!), histoire que tous les plâtres soit bien essuyés.
      Une autre raison d’attendre, c’est bien entendu la paucité actuelle de la gamme d’optiques, et leur prix quand elles seront là.
      Comme je l’ai déjà dit, je suis intéressé par le 7 sans R. A prix similaire, il y a le Nikon 610 ou meme le 600, encore moins cher, avec le meme capteur 24mpx Sony. Et Chez Nikon, il y a un choix énorme d’optiques dont certaines ont un excellent rapport qualité/prix. Bien sûr, c’est un peu comparer des poires et des pommes, mais cela fait réfléchir.

      Pour en revenir a l’utilisation des optiques non Sony, avec bague d’adaptation, je me semble que les problemes reportés (vignetage, aberrations chromatiques latérales) ne concernent que les très grands angles. A partir de 35 mm, aucun souci apparemment et toute la qualité de ces objectifs pourrait s’exprimer librement.


    • pepite

      Pour le bruit au déclenchement tout le monde le sait maintenant et j’en avais parlé lors de ma prise en main, ce n’est pas un appareil très discret.
      Pour le vignettage et les aberrations chromatiques il souligne bien que c’est dû aux optiques Leica et non aux boitiers de Sony.

      En ce qui concerne l’autofocus on en a parlé aussi, ce ne sont pas des foudres de guerre même si je l’ai trouvé sans souci sur des sujets classiques et même en faible luminosité, à 4000 iso et fable vitesse je n’ai pas eu de souci de mise au point, aucun pompage et un temps de mise au point qui m’a paru normal, mais effectivement ces boitiers ne sont pas fait pour les 24 heures du Mans.

      Aucun boîtier n’est parfait, même si ce sont les meilleurs appareils « de l’année ». Dans deux ans comme le Nex 7 ou les derniers Nikon ou Canon ils seront bien entendu « dépassés », c’est la loi du progrès et de l’innovation. Le problème n’est pas de savoir si ils seront « obsolètes » (tous les apn le sont déjà dès qu’on les a acheté et qu’ils sortent de la boutique) mais de savoir si ils répondent à ce qu’on attend d’eux. Un paysagiste se fichera éperdument des rafales à 15 images secondes du dernier sorti ou du suivi de l’autofocus, comme celui qui ne tire que des A4 maximum se fiche éperdument des 36 millions de pixels voir des 50 millions du capteur Sony qui devrait sortir d’ici deux ans et demandera de changer d’ordinateur pour pouvoir suivre. Comme celui qui n’a que faire d’une faible profondeur de champ sera bien mieux loti avec un Panasonic GM1 ou un OM-D E-M5.

      En ce qui concerne la qualité d’image, le rendu colorimétrique et la dynamique « pour le moment » ce sont les meilleurs boitiers, tout le monde est là pour le dire. Pas seulement Michael Richmann. Certains ont même craqué pour le A7R et revendent leur Nikon D800E pour ne conserver que le Sony, il doit donc bien y avoir une raison.

      Maintenant il est vrai que de s’équiper en plein format coûte une petite fortune (boitier + objectifs), si c’est pour changer dans deux ans… c’est à voir avec les finances de chacun.

      Il y aussi une chose certaine c’est qu’il ne faut jamais acheter un produit vraiment innovant dans les premiers mois de sa sortie, et ce pour toutes les marques, les premiers acheteurs servent toujours de bêta testeurs. Il n’y a qu’à se rappeler des « fuites d’huile » sur les premiers Canon 5D sortis, des problèmes de halos sur les premiers hybrides Fuji, des soucis avec les Nikon D800 ou 600 ou encore des premiers Pentax k5 mis sur le marché.

      Et puis on s’habitue toujours aux innovations même quand elles ont fait le buzz, le petit compact de Sony, le RX100 a été une véritable révolution avec son capteur 1 quand il est sorti, on l’a déjà presque oublié. Dans 5 ans le Sony A7R fera figure de dinosaure ;-)
      Mais celui qui l’a acheté fera toujours d’aussi belles images avec. Et pendant que certains attendent le toujours plus, d’autres auront pris des images exceptionnelles et se seront fait plaisir.

      En tout cas engager une telle somme dans du matériel demande évidemment réflexion et la première est « En ai-je vraiment besoin pour les photos que je vais prendre ? » Si je suis photographe animalier ou sportif par exemple, et bien non, ce n’est pas du tout l’appareil qui correspond à ma demande. Si je suis paysagiste il faut bien réfléchir : pas question de prendre un paysage à F/1.8 avec un full frame pour gagner en vitesse par faible luminosité ! Ce sera f/9 voire f/11 (ou f/16 si il n’y a pas de diffraction) et sur pied en faible luminosité pour avoir la profondeur de champ nécessaire. Par contre pour un portraitiste, pour un photographe de rue, pour un reporter c’est l’appareil idéal. etc.

      L’idéal si on « veut tout prendre » étant bien sûr d’avoir un FF pour travailler sur la profondeur de champ, un Aps-C pour le sport et l’animalier, et au besoin un micro 4/3 ou un cpateur 1″ pour tout ce qui est grande profondeur de champ. Le tout avec d’excellentes optiques car c’est avant tout l’objectif qui compte.

      C’est comme en musique si on met des baffles à 10 euros sur la meilleure chaîne du monde on aura un affreux son qui grésille. Si on monte un cul de bouteille sur un A7R on aura que ce que les verres de cette optique peuvet transmettre au capteur… et les très belles optiques valent souvent plus cher que le boîtier lui même ;-)

      Il est très important de souligner aussi et ça on ne le dit pas assez qu’un appareil full frame ne comporte pas comme les autres appareils photos, on retrouve le phénomène très très important de la gestion de la profondeur de champ, pas question de prendre n’importe quoi en tout auto, ou pire de tout prendre à pleine ouverture parce qu’on s’est fendu d’un objectif « très lumineux ». J’ai vu pas mal de photos qui perdaient tout leur charme à cause d’une profondeur de champ trop faible due à des exagérations des photographes trop contents de pouvoir enfin flouter les fonds mais qui en viennent à des prises de vues chirurgicales à tel point que l’image en devient non naturelle.

      Je disais d’ailleurs il y a peu à quelqu’un qu’on va bientôt avoir de multiples plaintes du genre « Mon appareil me fait des photos floues », ou mon appareil est incapable de faire la mise au point… évidemment à f/2.8 ou f/1.8 avec un FF sur un sujet très proche la zone de mise au point peut devenir de seulement quelques millimètres ou même impossible avec un FF et pour peu que le boitier soit réglé sur une mise au point multizones il n’arrivera pas à choisir sur quelle zone il doit faire son cm d’image nette mais pourtant ce sera totalement normal ;-) Et si par bonheur en mise au point multizone le boitier fait quand même le point, pas de chance ce n’était pas l’endroit où le photographe voulait qu’elle soit… ahhh misère ! ;-)

      Donc en grande ouverture avec un FF on règle déjà la zone autofocus sur UN SEUL collimateur d’autofocus, c’est la première chose à faire et on place bien ce collimateur sur le sujet qui DOIT être le plus net. C’est la chose primordiale à faire en premier ;-)

      Maintenant ces Sony Hybrides FF ont un énorme avantage : leur viseur ! Car sur un FF Canon ou Nikon (ou autre) à viseur optique à moins d’avoir l’habitude et malgré le bouton de test de profondeur de champ on a pas dans le viseur ce que va rendre le capteur sur l’image finale, alors qu’avec ces deux Sony avec le viseur électronique (de grande qualité) on a à la visée le rendu exact de ce que sera la photo, avec ses flous d’avant et d’arrière plan, avec la possibilité d’utiliser la loupe et le focus peacking pour voir la zone exacte de netteté. Et Ca c’est une aide précieuse que seuls pour le moment ces boitiers proposent en plein format.


    • Leicanex

      Pepite,

      J’aime beaucoup ta réflexion sur l’obsolescence des boitiers (ce qui n’est pas le cas des optiques jusque là) et de ce qui nous motive à en changer et sur la pertinence de ce choix.

      Des photographes célébrissimes du siècle passé ont fait des milliards de photos pendant des dizaines d’années en utilisant le meme boitier ou des variations mineures de celui-ci. En voyant leurs images, je ne suis pas certain qu’ils auraient été aussi bon en changeant de type de boitier tous les deux ans – toutes les années bientot?

      Si je peux avancer une hypothèse, il me semble que la plupart d’entre nous sommes à la recherche non pas du dernier carat de la technologie, mais de quelque chose qui ressemblerait à l’Appareil Définitif (qui n’existera probablement jamais), celui qui nous permettrait de faire les images dont nous rêvons et comme nous le voudrions. Et les malins du marketing utilisent ce levier pour motiver les utilisateurs à changer en proposant constamment des innovations qui améliorent peu ou prou les performances, la qualité d’image, la visée, etc…. Toutes choses qui effectivement semblent faire tendre les nouveau boitiers vers l’Appareil revé. Et il n’est pas facile de faire la part des choses entre les progrès réellement utiles et celles qui ne font qu’alimenter les arguments commerciaux. De plus, comme tu l’écris très bien, les « besoins » individuels, réels ou imaginaires, entrent aussi fortement en ligne de compte pour évaluer l’utillité des innovations.

      Et puis il y a aussi beaucoup d’irrationnel dans les motivations d’acquisition de nouveau matériel, et le marketing des firmes sait très bien comment jouer sur cela également.

      Heureusement, il y a les Reichman et les Pepites pour nous guider dans tout ce fatra d’information. :-)

      j’ai changé assez souvent de boitier ces dernières années et cela me met un peu mal à l’aise. Je crois que je vais encore le faire une fois, mais alors je voudrais que ce soit bon pour quelques années et ne plus regarder ce qui sort régulièrement. Et je crois que je peux trouver mon bonheur dans ce qu’il y a actuellement sur le marché car j’ai, grace à toi notamment, une idée plus précise de ce que je veux faire et comment. Pour commencer, pas de plein format, les bons capteurs APS me semblent suffisants a tous les niveaux: résolution, dynamique, controle de la DOF, sensibilité etc… . Maintenant, je vais aussi intégrer un type hybride, pour le poid et l’encombrement, et deux optiques: un equivalent 50mm bien lumineux et un zoom trans-standard. Un zeste de prix, quelques petites contraintes , bien secouer le shaker et je verrai ce qui en ressort. Puis viendra la question du budget et du timing, hmm…..


    • pepite

      Il est certain que l’on est toujours tentés, quand j’ai fait l’article sur le top 10, pour différentes raisons suivant les appareils j’aurai bien acheté les 10 boîtiers qui se trouvent dedans.

      Et puis parfois quand on voit des photos particulièrement réussies on a tendance à se demander avec quel appareil ça a été pris alors que c’est le talent du photographe qui est avant tout responsable des résultats de ces belles images.

      Et puis aussi parfois on a simplement l’envie de se faire plaisir ;-)

      Néanmoins il y aussi une chose sur laquelle tu as parfaitement raison, c’est qu’en changeant d’appareil tous les 6 mois ou tous les ans, on a pas le temps de découvrir toute la quintessence d’un boitier expert. Il faut parfois un certain temps pour bien régler les réglages internes d’un boitier pour en tirer ce qu’il a de meilleur. C’est en connaissant par coeur les réactions de son apn quelques soient les circonstances qu’on arrive à ne plus avoir à se demander quels réglages appliquer, c’est un peu comme si on ré-apprenait à conduire à chaque fois qu’on a un nouveau boitier, et ce n’est qu’au bout d’un certain temps que l’on a les automatismes qui permettent de ne plus penser à la technique mais de surveiller uniquement à la route ou ce qu’on voit sous les yeux, les réglages venant automatiquement comme quand on appuie instinctivement sur l’accélérateur pour avancer en voiture sans chercher la pédale ou le levier de vitesse. Changer d’appareil photo c’est un peu comme de changer de voiture, il y a toujours une phase de re-découverte, sauf que pour l’appareil photo c’est un peu plus long pour en tirer ce qu’il a de meilleur.

      Il y a donc la tentation bien sûr et puis il y a aussi le contraire pour certains qui vont acheter leur premier appareil ou en renouveler un qui est très ancien : la peur de la frustration qui mène à une hésitation qui peut durer des mois voir plus d’un an pour certains : si on achète ce boitier là, ne risque-t-il pas d’en sortir un encore meilleur que celui là, alors on attend le prochain qui sort inévitablement, et on hésite encore, ça c’est un cercle vicieux car il y aura toujours un appareil mieux que celui qu’on a acheté qui sortira dans les mois qui viennent, mais pendant ce temps là on ne prend pas de photos, donc il faut bien se décider un jour.

      En tout cas une chose est certaine, à l’heure actuelle tous les appareils experts délivrent de belles images, les différences sont de plus en plus ténues et dépendent de plus en plus du type d’images que l’on veut prendre. Quelqu’un qui ne fait pas de tirages et qui ne regardera ses photos que sur l’écran de l’ordinateur ou de la télé n’a aucunement besoin d’un boitier full frame et un compact très expert peut tout à fait convenir pour le tout venant. Quand on voit ce que sort un compact Sony RX100 mark II ou un bridge RX10 qui ont une dynamique très étendue on se dit parfois que l’on est trop pinailleurs.

      Annecdote :

      Une fois il y a quelques années je me rends au club photo avec des tirages, j’avais emporté des photos issues de mon reflex et des tirages issus du petit compact Canon S80 (compact expert qui, ce qui peut paraître étonnant aujourd’hui, il y a 7 ans, possédait un viseur (viseur optique, les viseurs électroniques n’existaient pas il y a 7 ans, en compact ce petit boitier était la référence et le plus expert mais ça restait tout de même un compact)). Tous les tirages sont en A4 et je les ai mélangés. Je ne leur ai rien dit concernant les appareils et bien… Ils n’y ont vus que du feu. (je reconnais que les images issue du compact étaient prises à 80 iso, à l’époque il était évident qu’il ne fallait pas monter en sensibilité au-dessus de 200 iso avec les compacts).
      De plus je vais vous faire rire mais un des intervenant a dit « Ce n’est pas avec un appareil numérique que l’on aurait cette qualité d’image ! ». Pas de chance mes deux boîtiers étaient numériques ;-) Je leur ai dit après.

      Je viens de vérifier car il y a bien longtemps que je ne me sers plus de ces appareils mais le reflex était un Canon 10D de 6 millions de pixels et Canon S80 était le premier compact à intégrer 8 millions de pixels et avant qu’il ne sorte tout le monde avait hurlé en disant « Quoi 8 millions de pixels sur un capteur de compact, c’est de la folie ! », et dire que maintenant on en met plus de 16 millions sur ces petits capteurs (capteurs qui n’ont pas grandis entre temps donc avec des photocites bien plus petits) ;-)

      Pour en revenir aux A7 et A7R parmi ses qualités, je cite un forumeur :
      « j’avais un nex-3, après 400 iso, c’était pas beau, j’avais un nex-6 après 800, c’était pas beau, j’ai un A7 même après 1600 iso c’est encore beau ».

      ;-)

      Il exagère quand même un peu pour le Nex 6 à moins que le Nex 6 soit moins bon que le 5N en hautes sensibilités ce qui m’étonnerait


    • pepite

      Bon mon message étant déjà très long j’en rouvre un autre, toujours des citations de personnes ayant craquées pour ces boitier FF :

      « Je pense que l’énorme succès des A7 tient justement dans leur faculté à accepter toutes ou presque les optiques du marché.

      J’ai pris pour commencer une optique dédiée et avec l’AF, mais la seconde va être manuelle.
      Ce A7R présente pour moi l’avantage d’être pile poil entre un reflex et un Leica et va permettre au gré des envies ou des besoins d’envisager 2 pratiques de la photos assez distinctes. »

      Un autre :
      « Je l’ai essayé une petite demi-heure ce matin et je suis hyper super séduit. Un super appareil d’une légèreté et d’un maniement exceptionnel … Je ne sais pas si c’est l’habitude de mon RX-100 mais je n’ai même pas cherché une seconde pour trouver ce que je voulais. Quand tu as ça dans la main avec son 35mm tu réalises vraiment pas que tu as un FF … c’est vraiment bluffant. Je trouve que c’est un bond en avant exceptionnel qui donne un sacré coup de vieux à mon ex-6D pourtant sorti peu de temps avant. J’ai été agréablement surpris par le viseur avec toutes les infos , et sa vitesse de rafraichissement… Je voulais me prendre un autre boitier pour remplacer mon 6D, et après avoir essayé ce A7, je me vois vraiment pas racheter un boitier de 800 grammes. »

      Encore :
      « Pour l’ergonomie je trouve aussi que c’est très simple, je ne connaissais rien à Sony (je n’ai même jamais eu de Nex … ou de compact/bridge Sony) et tout me semble logique.
      Je suis un fan de l’ergonomie Canon mais là l’A7 est aussi logique et simple que Canon, c’est très facile à prendre en mains. »

      Ce sont des photographes, pas des journalistes, des gens qui essaient sur le terrain, et qui viennent d’autres marques. Leur avis n’est donc pas influencé par l’amour d’une marque spécifique. Ils sont donc plus objectifs.

      Et puis il y a parfois des critères qui font pencher d’un côté plutôt que d’un autre : « J’ai aussi essayé le fuji XE-2 ce matin. Il sort des bons fichiers c’est clair, un bon viseur, très maniable, mais je sais pas…. les menus ça le fait pas . Et puis pas moyen à priori de shooter en RAW à moins de 200 iso … bizarre non ?? »

      Un Propriétaire de Canon full frame :
      « J’ai toujours le Canon quand à l’Evf j’utilise pour l’instant l’A7r uniquement avec des optiques manuelles et le viseur du Sony est un pur bonheur pour cet usage (FP et loupe un vrai plaisir)
      Après oui c’est différent et je préfère le feeling de l’Ovf, mais franchement ce n’est pas désagréable du tout et on s’y fait très vite (ce week end je suis passé de l’un à l’autre et ma femme aussi, à aucun moment ça ne nous a gêné). »

      A propos du focus peacking :
      « Alors pour MOI c’est simple j’ai pas vu mieux… c’est plus qu’une simple aide c’est vraiment nécessaire pour gâcher le moins de photos possible, à noter que j’utilise jamais la loupe, sauf lorsque je monte plus de 30mm de bagues, là le scintillement du focus peaking se fait moindre, en général c’est suffisant, mais si il faut j’utilise la loupe (enfantin), en fait je me suis rendu compte de la facilité de ce système lorsque j’ai réutilisé mon alpha 390, beaucoup de maps en avant ou en arrière, même en étant bien calé (toutefois c’est un viseur optique entrée de gamme, jamais fait de macro dans un viseur optique 100%…)

      Mais c’est pas seulement le système de focus peaking, c’est tout ce que m’offre l’EVF qui me permet d’être vraiment à l’aise (du moins un maximum), si l’on me prête un apn viseur optique je serais déboussolé et j’aurais forcément plus de déchets.
      Je prend aussi du coup plus de plaisir sur le terrain. »

      Un propriétaire de Nikon D800 :
      « L’A7r a un capteur phénoménal qui offre une multitudes de possibilités. Le résultat direct est relativement neutre (moins que sur le D800E du peu de raw que j’ai essayé), il faut lui donner une signature, un « rendu » … mais les capacités de ce capteur sont si importantes qu’on peut faire ce qu’on veux (dur, délicat, numérique, froid, chaud … enfin tout) Il offre presque trop de possibilités, autant la prise en main du boitier a été très facile (je ne l’ai que depuis une semaine et j’ai déjà l’impression de l’avoir toujours eu entre les mains) autant il me faudra du temps pour apprendre à post traiter les superbes fichiers du Sony.
      Nous sommes bien d’accord ce qui compte ce sont les objectifs, mais avoir un boitier qui offre de telles possibilités n’est pas du tout négligeable, maintenant il va falloir bosser parce qu’un capteur pareil ça se mérite il faut le dompter le bestiau  »

      A propos des objectifs Sony :
      « Les objectifs Sony sortent des couleurs particulièrement neutres, certains voient ça comme une meilleur restitution de la réalité et apprécient libre à eux de jouer en post traitement.
      D’autres s’ennuient de cette colorimétrie sans caractère.  »

      Les Canonistes semblent vraiment conquis, encore un qui lâche un 5D mark II et un 7D pour les FF Sony :
      « Pour avoir eu en main cette semaine l’a7r j’ai été conquis. Il ne me reste plus qu’à vendre le 5d2, le grip,le 24-105, le flash, le 400f5.6, le 7d et le grip et il sera à moi avec une belle optique dessus  »

      Même les nostalgiques craquent :
      « Il aura fallu près de 10 ou 20 ans pour en arriver à l’equivalent de nos Nikormat ou autres 24×36 full frame à pellicule chimique dans une gamme de prix equivalente! Tout arrive:
      Là, c’est de la vrai photo ,ça saute aux yeux de tous, pas de l’intermédiaire entre mon iphone qui va presque suffisament bien et les grands capteurs.
      A ĺ allemande, je dirais. De la grosse cavalerie, on arrête d’amuser et de balader le client avec une multitude de petits capteurs pas finis (la preuve) et ça devient interessant dans une taille de boitier acceptable .
      Là , ça vaut le cout d’ envisager l’achat ! »

      A propos du claquement du l’obturateur :
      « j’adore ce claquement, mais il se prête plus à « Queens of the Stone Age » qu’un concert acoustique »
      Les A7 ne sont effectivement pas discret au déclenchement.

      FF moins encombrant qu’un OM-D :
      « je garde le A7 + 35f2,8 qui se paye le luxe d’être moins encombrant avec son pare soleil et moins lourd que sur EM5+17,f1,8  »

      Encore un Nikoniste qui craque :
      « J’ai finalement revendu mon D700…pour le 7r avec 24-70. ».

      Idem pour un autre canoniste :
       » j’ai vendu mon 5Dmk2 avec un lot d’optiques + flash et j’ai gardé le 100*400 L. Le motif de la revente : le poids et l’encombrement. »

      Propriétaire de Leica :
      « Personnellement, je fais cette démarche de « tout » revendre, mais :
      1. j’utilise beaucoup le 35 mm
      2. je n’utilise pas de longue focale (au delà de 70 c’est déjà du télé pour moi)
      3. je n’ai pas besoin d’AF rapide avec suivi, etc, comme les reflex en embarquent (ceci étant celui des A7R est plutôt rapide, en tout cas précis !)
      4. je cherche un ensemble portable et qualitatif (et en FF)
      J’ai eu du M, le A7R est une alternative intéressante pour mon utilisation

      A7 ou A7R, hésitation d’un paysagiste :
      « on m’a dit : « tu fais du paysage, prends le R »
      J’ai failli écouter ce conseil, jusqu’à ce que je fasse des tirages d’extraits d’A2 à partir des photos d’un même sujet détaillé, pris dans les mêmes conditions, avec le 7 et le 7R
      Et bien, il faut une loupe pour voir une différence de netteté sur les très fins détails.
      Il n’y a aucune différence à une distance d’observation égale à la diagonale du tirage (77 cm pour un A2) souvent recommandée pour rentrer dans l’image, c’est très discriminant.
      Alors la Q à se poser : Quelle-est la destination de mes photos ?
      Pour moi, c’est le A2… »

      Hésitation encore :
      « Je possède actuellement un 5D MkIII, 24-70/2,8 II, 70-200/2,8 II IS et 300/2,8 IS, et je me verrais bien, à la place, avec un A-7R, un 24-70/4 OSS et un 70-200/4 OSS, histoire de rationaliser mon équipement, de le rendre plus transportable, tout en gardant une qualité très élevée. »

      Equilibre de l’ensemble avec des optiques canon ou Leica :
      « Le plus gros et lourd que j’utilise est le 135L canon (750 gr), franchement ça passe très bien, la bague matabones permet de tenir l’objectif d’une main et avec l’autre on équilibre le boitier, c’est très instinctif et agréable comme couple et même très équilibré, mais après c’est une question de morphologie, mes mains tombent très bien sur ce couple.
      Bizarrement le 24LII (550 gr) me pose plus de problème car il est plus court et je ne peux pas l équilibrer de la même façon que le 135. Le plus agréable des « gros » objectifs est le 17-40 avec ces 475 gr et presque la même taille que le 135.
      Après c’est sur qu’un summicron 50 (même R) c’est du bonheur mais jusqu’à un poids raisonnable on peut faire pas mal de chose avec l’A7r (ici avec le Leica 90-R qui n’est pas le plus léger des leica) »

      Une autre avis :
      « Marrant de voir que les A7 sont moins imposants que le RX10 qui était à côté. Enfin plus impressionnant que marrant. Bon la rafale c’est pas top mais ce n’est pas vraiment la vocation de ce type d’appareil. »

      Dans les griefs on note surtout le bruit du déclencheur pour certains et la durée de la batterie qui a une autonomie un peu juste par rapport à d’autres boîtiers, il est donc conseillé d’en avoir au moins 2.

      Alors quand on lit tout ça il est évident qu’on a envie de se laisser tenter mais au prix qu’il faut investir j’avoue que pour le moment je me contente d’observer la superbe qualité d’image sortie des appareils des autres. Mais je me souviens très bien aussi de sa prise en main, c’était comme si il avait été fabriqué pour moi ! Dès le premier instant je me suis sentie bien avec. Comme si je le connaissais déjà. J’ai aimé sa taille, son poids, son ergonomie, et bien sûr ses images, donc il est très dur de résister.
      Je suis ravie de mon Nex 5N même si ça ne croustille pas autant, même si je ne peux pas jouer autant sur la profondeur de champ. Et puis j’ai toujours mon vieux FF, alors en ai-je vraiment besoin ? Si je suis vraiment honnête je vais répondre « Non ».
      Mais quand on a la passion on trouve toujours une excuse, « L’amour à ses raisons que la raison ignore », et on le voudrait tout de même cet appareil si alléchant, alors on essaie de se refroidir, allez si Sony sort un autre FF en février, tu ne vas pas regretter ? Et là je me cherche plein d’excuses dans l’autre sens pour ne pas l’acheter. Et puis si, je suis « raisonnable », j’ai d’autres priorités !


    • leicanex

      Caramba, Pepite, j’avais tout bien clair et decide dans la tete et tu viens tout chambouler!!! :-)


    • pepite

      Oh flûte, je suis désolée !

      Finalement c’est moi la plus sage alors ;-)


    • Leicanex

      Il y a dans cette revue trois images bien identifiées commme issues du A7 ( portraits en demi-buste du manequin, vers le mileu de la revue). Déjà comme cela, elles sont bluffantes, mais que dire de la version agrandie! (obtenue en cliquant dessus).
      Aussi quelques images noir et blanc dont le rendu est vraiment superbe et me rappelle très fort les tirages argentiques de négatifs plus grands que 24×36.

      —-> stevehuffphoto_sony-a7-and-a7r

      Petit soucis: la définition est tellement bonne que les poils du visage, invisibles à l’oeil nu en général, et les tout petits défauts de la peau ressortent de manière imparable. On voit notamment très bien que le manequin a de la moustache!

      Pour la paix des ménages, il faudra peut-être que Sony remette un solide filtre passe-bas devant ses capteurs :-)

      Ma conclusion d’aller vers un APS-S n’est pas encore à la poubelle, mais quand meme bien ébranlée.

      PS: La vraie sagesse ne serait-elle pas de ne regarder les nouveautés du marché qu’une fois tous les dix ans ou plus? :-)


    • pepite

      Pour les portraits les meilleurs que j’ai vu sont ceux-ci :

      —-> Sony A7R un rêve !

      Il est évident qu’avec un appareil avec une telle définition on aura un piqué superlatif, ce qui est tout de même le but recherché au départ, par contre effectivement pour les portraits ce n’est pas l’idéal, il faut alors soit reprendre en post-traitement la photo pour l’adoucir, soit employer l’objectif à plus grande ouverture pour avoir la netteté sur les yeux et la peau un peu plus floutée pour cacher les défauts de la peau, soit utiliser un objectif plus doux.

      Le A7 est moins cher et possède un filtre passe-bas et la qualité d’image est bien là aussi même si il y a un peu moins de piqué sur les très fins détails.


    • Corbes

      Toute votre conversation entre Leicanex et toi est absolument passionnante et devrait ^etre publiée « urbi et orbi » en ces périodes de fêtes ou les foules se précipitent pour acheter la dernière nouveauté sortie.

      Comme vous deux, j’entends bien garder les pieds sur terre !

      Ce qui est fondamental à comprendre, et que vous avez fort bien compris, c’est qu’il faut bien distinguer l’évolution technologique dans l’absolu…de ce dont on a réellement besoin !

      Dans l’absolu, l’évolution technologique ne s’arrêtera jamais, même si elle suit une courbe asymptotique inévitable à l’intérieur d’un système technologique donné. Ainsi, après l’invention des capteurs CMOS, lleur évolution qualitative fut extrêmement rapide, puis, elle s’est ralentie au cours du temps et, maintenant, il faudrait un changement de système (les éventuels capteurs organiques ?) pour que la course reparte vraiment en avant. Les progrès actuels sont plutôt dus à l’amélioration de l’électronique et des logiciels embarqués dans les boîtiers qu’aux capteurs eux-mêmes. Pas grand intérêt pour ceux qui « shootent » en RAW. Pour ceux-ci, c’est plutôt les grands progrès éffectués dernièrement dans les logiciels de « développement » (Lightroom et consorts) qui apportent le plus.

      Et puis, derrière tout cela, il y a le photographe…et ses besoins à lui. Je parle évidemment du vrai photographe, pas de celui qui achête un boîtier dernier cri pour frimer avec ou pour photographier Tata Ginette. Le vrai, donc, connaît bien ses besoins, comme vous le disiez si bien. Et il faut dire que la qualité des capteurs produits ces derniers temps comblent largement ces besoins. Que ce soit en terme de dynamique ou de rapport signal/bruit, les capteurs les plus récents, même en µ4/3, sont très performants sur ces points.

      A ce propos, une petite comparaison avec le temps de l’argentique ne fait pas de mal de temps en temps, en ressortant quelques vieilles diapos ! Allez, prenons le top du top, le Kodachrome 25. Certes, avec d’excellentes optiques, son modelé est sans doute encore inégalé (quoique l’A7, R ou pas…), mais, regardez une diapo en 100%, le grain vous paraîtra bien plus apparent que sur une bonne image numérique à 200 ISO….au lieu de 25 !

      Ceci pour dire que les images numériques sorties des bon boîtiers d’aujourd’hui « enterrent », et de loin, la plupart des émulsions argentiques.

      Pour conclure, pour le vrai amateur de photographie, le bon appareil est celui avec lequel il se sent bien, comme dans des vieux chaussons ! Celui pour lequel, dès qu’il l’a eu en main, il a senti quelque chose passer, il s’est dit, on va pouvoir faire un bon bout de route ensemble.

      Comme je l’ai déja dit à Pépite, il n’y en a que deux, dans ma vie, parmis les 7 que j’ai possédé, avec lesquels j’ai eu ce sentiment : un Leica M acheté d’occasion, et l’Olympus E-M5 qui partage ma vie photographique aujourd’hui.

      Je ne pretends pas avoir le meilleur appareil (il y en sans doute de bien meilleurs que le mien), mais celui avec lequel je ressens ce sentiment de plaisir quand je le prends en main pour partir « en chasse » et surtout, plaisir qui perdure au point que je ne m’intéresse plus à l’évolution de la technologie photographique que d’un simple point de vue technique.

      Ah oui, encore une chose que vous avez fort bien exprimée : le maniement du FF est une chose délicate et complexe, rien à voir avec le µ4/3 ni même l’APS-C. La gestion de la profondeur de champ y est de toute première importance, et c’est loin d’être facile ! Ancien « argentistes », mes frères, vous savez de quoi je parle…

      Bon, voilà, j’ai apporté ma petite pierre à l’édifice.

      Je te souhaites à toi, Leicanex et tous les visiteurs assidus de ton blog d’excellentes fêtes de fin d’année.

      PS. Et si vous photographiez Tata Ginette, faites-le avec talent ;-:


    • Leicanex

      Une autre solution serait d’engager des mannequins imberbes. :-)

      Oui, les images dont je parle ont été prise avec le A7 qui, lui, est nanti d’un filtre passe-bas, mais dont ne connait pas l’efficacité et certains peuvent être très modérés si je ne me trompe pas.

      Ce qui me surprend avec ces 2-3 photos du A7, c’est de voir la finesse des détails rendus avec le capteur de 24mpix avec filtre passe-bas (donc image un peu dégradée de surcroît). Par rapport a des images du A7 de la meme revue, la difference ne me saute vraiment pas aux yeux. En tout cas, je me contenterais bien du A7!


    • Leicanex

      Merci, Corbes pour tes paroles sympathiques.

      Tu soulèves un point vraiment essentiel pour se repérer dans ce tourbillon de technologie qui alimente le consumérisme explosant actuellement dans le créneau des hybrides / mirrorless.

      C’est la notion de balise (benchmark). Et je te suis tout-a-fait quand tu proposes le meilleur de l’ancien monde argentique comme référence. D’accord aussi sur le fait que la qualité numérique a rattrapé, et parfois dépassé, cette référence argentique. Mais avec des bémols, quand même. A mon sens, c’est surtout vrai pour la couleur. Mais avec un look quand même différent. Look qui peut être préféré ou non, c’est une affaire de goût.

      Quand au noir et blanc, franchement, je n’ai encore jamais vu l’équivalent de tirages (argentiques) d’exposition de photos de Doisneau, par exemple (que j’ai eu le bonheur de voir l’été dernier). Mais bien sur, je suis très très loin d’avoir tout vu. Je parle ici du piqué, de la tonalité, du microcontraste …. Enfin de ce qui fait qu’on reste scotché devant un tirage, en plus évidemment de tout ce qui ressort du talent du photographe: sujet, composition, lumière etc..
      Sauf peut-être sur des photos N&B sorties du A7 …..
      Je me réjouis d’avoir l’avis de Pepite là-dessus.

      Je vous souhaite en tout cas, à Petite et toi, ainsi qu’à tous ceux qui lirons ces lignes, d’excellentes fêtes de fin d’années.


    • pepite

      Je reviens sur ce qu’à dit Corbes au sujet des affinités que l’on peut avoir avec un appareil photo.

      Mon vrai copain a toujours été un reflex Canon, pas trop mon FF car c’est un monstre mais les APS-C, ces boitiers je les ai toujours aimé, je ne me suis jamais sentie aussi bien qu’avec un des Canon en main, même si ils sont dépassés maintenant par mon Nex 5N (sauf pour l’animalier vu que je n’oserai jamais monter mon 300mm ou mon 100-400mm sur le Nex).

      Par contre quand j’ai pris en main le A7R, j’ai tout de suite senti qu’on était fait pour s’entendre, pourtant j’en ai eu en main pas mal des boitiers ces dernières années (Pentax, Olympus, Panasonic, etc), jamais je n’ai ressenti depuis des lustres ce que j’ai ressenti dès les premières secondes avec ce boitier Sony A7R, comme je l’ai dit plus haut je crois, c’était comme si il avait été conçu pour moi ! Et c’est vrai que c’est vraiment très important. Pourtant vous savez comme j’apprécie mon Nex pour ses qualités photographiques et le fait de pouvoir le trimbaler partout, mais c’est un boitier dont le look ne m’a jamais fait craquer et si je l’aime bien je ne ressens pas avec les affinités que j’ai avec mes Canon ou avec ce Sony, ça, ça ne se commande pas. Avec un boitier il y a parfois comme dit Corbes, un truc qui se passe et on sait tout de suite qu’on va s’entendre à merveille. Alors quand en plus c’est un appareil de très haute qualité…

      C’est aussi pour ça que je dis très souvent, allez prendre le boitier en main, je ne pourrai jamais m’acclimater à un boitier qui ne me plait pas quand je viens de le prendre, enfin j’exagère, m’acclimater si, mais me sentir totalement bien avec non. En plus c’est important parce que l’on est tous différent, je me sens super bien avec un Sony A7R dans les mains alors que quelqu’un d’autre peut ne pas l’aimer du tout. Maintenant il n’est pas toujours possible de trouver certains appareils dans les boutiques pour faire un essai, souvent les boitiers les plus chers sont enfermés dans une vitrine ou ne sont carrément pas là, dans ce cas il faut évidemment faire avec et se fier aux photos et aux avis du web.

      Bien sûr le coup de coeur ne suffit pas, au salon j’avais eu le coup de coeur pour l’Olympus Stylus 1, évidement j’ai tout de suite dit à la dame que c’était dommage de ne pas avoir mis dedans un capteur micro 4/3 ou un capteur 1, puisqu’ils travaillent maintenant avec Sony, à la place de ce capteur de compact. Malheureusement au salon on ne pouvait pas mettre de carte mémoire dedans. Le look + la prise en main m’avaient vraiment charmée, jusqu’à ce que je vois les images sorties du boîtier sur DPR ! Douche froide. Ce petit appareil était tellement bien construit, tellement bien étudié, avec en plus le superbe viseur de l’E-M1 qu’on s’attendait à des images à la hauteur du coup de coeur. Depuis je cherche désespérement des images pleine résolution de cet appareil mais jusqu’ici je n’ai rien trouvé, et en tout cas rien de convainquant. Dommage car avec son zoom 24-300mm c’était l’appareil idéal à trimbaler partout pour le tout venant et dans des lieux où je n’oserai pas sortir un appareil de prix. Alors je dirai que c’est un « beau voleur » comme on dit dans les chevaux. Vraiment dommage parce c’est vraiment un appareil expert très très bien construit avec tout ce qu’il faut au niveau des réglages… sauf son capteur.

      … Ca donne des messages un peu longs mais ces sympas tous ces échanges :-)


    • pepite

      Je repense aussi à une autre chose qu’a dit Corbes au sujet des images argentiques, je me suis amusée un jour à prendre un compte-fils (sorte de petite loupe sur pied) qui sert à voir la qualité des images) pour regarder les pixels d’un tirage argentique, et bien c’est carrément affreux ! On a largement dépassé l’argentique. Et dans les hautes sensibilités n’en parlons pas, les pellicules poussées, heuuuuu, et je ris. Vive le numérique.

      Par contre c’est vrai aussi qu’avec l’argentique on faisait plus attention, car gâcher de la pellicule coutait cher, alors que maintenant on peut prendre 300 photos de suite et ça ne coûte plus rien que l’achat au départ de la carte mémoire.

      Pour ceux qui ne savent pas à quoi ressemble un compte-fils c’est ça :

      auto

      Le compte-fils consiste en une lentille circulaire montée sur un support de formes et de tailles diverses. Le modèle le plus courant se compose de trois parties articulées pour se replier et être transporté dans une poche : le premier élément porte la lentille, le deuxième donne la hauteur précise imposée par la focale de la lentille, le troisième, posé directement sur l’objet à examiner, est un cadre dont le pourtour est gradué en millimètres ou autres unités, selon l’usage auquel il est destiné. Certains compte-fils sont munis sur cette partie d’une plaque de verre ou de plastique qui porte les graduations. On utilise le compte-fils en approchant son œil au plus près de la lentille, contrairement à certaines loupes dotées d’un support, qui présentent une grande surface de vision, mais un agrandissement moindre.

      Au départ le compte-fils a d’abord servi dans l’industrie textile, pour vérifier la densité de la trame d’un tissu, les points d’un tricot, d’où son nom.

      Plus tard il a été utilisé dans les arts graphiques et l’imprimerie pour le contrôle de la composition, de la trame, de la photogravure. Il permet quelquefois de détecter des défauts sur la plaque d’impression ou la feuille imprimée et sert également à contrôler le repérage.
      Il permet aussi de déterminer la nature d’un document imprimé tel qu’une gravure ou une estampe.

      En photographie le compte-fils sert à examiner le grain d’un négatif photographique, celui d’un tirage, et d’en évaluer la qualité de contraste et de netteté.
      Par ailleurs, on peut aussi l’utiliser pour contrôler la qualité de juxtaposition des pixels. Il sert aussi à détecter les aberrations chromatiques sur un tirage. En photographie on utilise en priorité une compte-fils de 3 ou 4 dioptries.


    • pepite

      Je suis bavarde aujourd’hui !

      Mais je voulais vous dire que 5 objectifs Samyang arrivent d’ici la fin du mois dont un objectif à bascule et à décentrement. ils sont avant tout dédié au FF mais compatibles avec les Nex. Ils se montent sans avoir besoin de bague d’adaptation, il sont en monture E.

      Je vous donne le lien vers les optiques pour ff Sony, j’ai rajouté les 5 Samyang avec photos, caractéristiques et prix :

      —-> Objectifs pour les hybrides Sony Full frame 24×36 en monture EF


    • Leicanex

      Encore sur le choix Sony A7+/-R ou APS-C.

      Michel Reichman, sur le site « luminous landscape », vient tout juste de publier un papier qui fait echo à ce qui a été discuté ici assez abondamment sur l’intéret relatif du plein format Sony vis-a-vis des dernières évolutions des APSC-c et MFT .

      luminous-landscape

      Comme d’habitude, le sujet est traité de manière intelligente et pragmatique, mais malheureusement en anglais.

      En gros, il estime que les bons appareils APS-C/MFT modernes (il cite Panasonic, Olympus, Fuji mais étrangement pas Sony) ont atteint un niveau de qualité d’image tout-à-fait suffisant pour la plupart des applications. Par rapport à ce que nous avons discuté, je traduirais par « ont atteint le niveau de référence ». Que cette qualité permet des impressions de 30×40 pour expositions sans problème. Que cette qualité est telle que les avantages de ces boitiers + leurs optiques (essentiellement compacité et, en corollaire, discrétion) dépassent leurs désavantages par rapport aux plein format, (essentiellement la qualité d’image).
      Sony change maintenant la donne avec les A7 dont l’encombrement et le poids sont du niveaux des « petits » formats.
      Il estime néanmoins qu’il faudra au moins 1 an pour que la gamme d’optiques – un peu embryonnaire au lancement des boitiers – soit suffisante pour la plupart des utilisateurs.

      Personnellement J’ajouterais que si on regarde le prix d’un kit boitier + 2 objectifs de très bonne qualité, la différence de budget est sérieuse.

      Pour ma réflexion personnelle, je retiens surtout de ce papier que les APS-c Fuji (mais aussi certainemet Sony) sont capables de sortir des images dont la qualité rencontre certainement l’usage que je veux en faire.


    • pepite

      C’est amusant comme ce qu’il dit recoupe ce que nous disions plus haut.
      Par rapport aux optiques par contre je trouve que ça va très vite puisqu’avec les objectifs Samyang on arrive déjà à un choix de plus de 10 optiques pour le full frame hybride Sony alors que le A7R est en rupture de stock pour cause de son succès et que les deux appareils viennent à peine de sortir. Ca fait déjà un beau parc optique sans compter tous les objectifs d’autres marques que l’on peut monter sur les appareils Sony.

      Il est certain qu’avec les derniers boitiers APS-C et même micro 4/3 (et même les compacts comme les Sony RX100 et RX100 II) on atteint une excellente qualité d’image et que le plein format s’adresse avant tout à des photographes qui prennent le temps de bien faire leurs réglages et ont besoin de jouer sur la profondeur de champ.

      En ce qui concerne le budget, depuis que Sony a sorti ses hybrides full frame, je ne suis pas trop d’accord, un micro 4/3 Olympus E-M1 vaut plus cher que le Sony A7 !!!! Et l’un comme l’autre auront besoin d’objectifs très haut de gamme pour exprimer leur quintessence.
      Donc sauf à opter pour des boitiers un peu plus ancien le prix de revient sera pratiquement le même sauf si on opte pour le Sony A7R dont le boitier est logiquement nettement plus cher tout en restant moins cher que les FF des autres marques.

      Personnellement si je devais n’avoir qu’un seul appareil photo j’opterai pour l’APS-C qui se prête mieux à tout type d’images plutôt que pour un full frame. Pour moi le full frame est un complément de l’APS-C quand on veut vraiment jouer sur le flou mais on ne pratique pas ça tous les jours, l’APS-C est donc plus polyvalent (mais je lorgne toujours sur les photos des A7 et A7R, quelle qualité !). Cela ne veut pas dire que je rejette le FF, bien au contraire car j’aime jouer avec la profondeur de champ, l’idéal est donc d’avoir les deux… si les moyens nous le permettent. Et en hybride APS-C entre Sony et Fuji il y a de quoi faire, on est dans le haut de gamme de l’APS-C. Chez Fuji le meilleur est l’X-E2, (le petit XM1 manque un peu de dynamique et l’X-E1 avait encore quelques défauts de jeunesse). Chez Sony les Nex 5T et le Nex 6 sont le haut de gamme de cette catégorie. Il y a donc le choix. Après entre le Fuji et les Nex il y a aussi le choix de l’encombrement, les Sony étant bien plus pockettables que le Fuji qui reste un assez gros pavé.
      En non hybrides les réflex Pentax K3 et le Canon 70D sont aussi au top pour l’animalier et pour le sport, c’est là que les reflex gardent leurs avantages car pour les autres catégories d’images les hybrides sont voués à les remplacer définitivement dans un avenir proche. Un petit clin d’oeil à Corbes qui l’a d’ailleurs dit dès le début, avant même que l’on obtienne cette qualité d’image avec les hybrides ;-)

      A propos de la dynamique, c’est très intéressant, voilà un petit graphique de comparaison de quelques boitiers APS-C et micro 4/3 :

      auto

      L’étendue de la dynamique se voit mieux sur le graphique du bas, On remarque que le meilleur à ce niveau est son conteste l’Olympus E-M1 qui les bat tous à plate couture, et que le petit Fuji X-M1 est carrément à la bourre. Chapeau à Olympus c’est assez édifiant !

      Donc au niveau de la dynamique on a sur la comparaison de ces boitiers :

      1) Olympus OM-D E-M1 (micro 4/3) (qui fait mieux que l’OM-D E-M5)
      2) Sony Nex 6 (APS-C)
      3) Panasonic GM1 (micro 4/3)
      4) Fuji X-M1 (APS-C)

      Lien vers l’article dédié à l’Olympus OM-D E-M1 :

      —-> Olympus E-M1

      Le hic c’est que l’Omypus E-M1 avec l’excellent 12-40mm du kit vaut 2 300 euros !
      Plus cher qu’un full frame Sony A7 avec son zoom (1 660 € avec le zoom du kit) !

      Vous pouvez retrouver des articles sur ces boitiers en cliquant sur l’onglet « Sommaire matériel » au dessus des articles du blog.


    • pepite

      Pour en revenir aux Sony A7 et A7R, je regarde de plus en plus les avis sur le A7 (nettement moins cher) et j’ai trouvé quelques commentaires intéressants :

      « Une différence sur la Q des tirages se verra au delà du A1, j’ai fait l’essai en imprimant des extraits d’un même sujet à cette taille (qui donne d’excellents tirages).
      Si le Nocton passe bien sur le A7R, il passera aussi bien, voire mieux sur le A7 (la résolution du capteur est moins exigeante pour les optiques) Sourire »

      Je ne fais plus de tirage supérieurs au A3+ donc…

      Un autre :

      « J’ai joué au ping pong pendant quinze jours. Le 7 ou le 7R, le 7R ou le 7… j’ai finalement préféré le 7 pour plusieurs raisons. La première c’est le fait que je fait très souvent des photos dans des endroits mal éclairés et que les avis tendent à montrer que le 7 s’y trouve plus à l’aise que son gd frère, la deuxième c’est que j’ai quelques fixes (50 1.4) excellents et ce sont bien ceux là que je vais mettre sur le boitier que j’ai d’ailleurs commandé nu. (Un zoom 3.5 glissant à 5.6 à 50 mm ça ne me va pas du tout), la troisième c’est que 36 Mpx est bien au dessus des formats que je fais, enfin la dernière raison c’est que je n’ai rien voulu vendre de ce que j’ai en Canon pour faciliter l’achat et que 1399 €, ça va.
      Une autre raison aussi c’est que j’ai un Nex7 et que je compte bien jouer avec les deux de concert. »

      Les capteurs étant différents entre les deux appareils il semblerait que :

      « - A7 + Adapté aux GA Rétro-Foyer : Canon, NiKon, Samyang, Sony A, Tamron, Voigtlander

      - A7R + Adapté aux Tirages Courts = Leica, Sony E »

      Pour l’A7R c’était prévu par Sony pour les optiques Leica, grâce aux micro lentilles ajoutées sur le capteur.

      Etant donné que j’ai principalement des objectifs Canon, le A7 conviendrait donc mieux si je fais abstraction du piqué superlatif de l’A7R.

      Encore d’un possesseur de Nikon :
      « Et je ne vois pas l’intérêt de photographier avec un 24×36 de 36 Mpx pour sortir des tirages A4 & A3
      Sauf fort recadrage, un 24×34 de 12 Mpx est largement suffisant jusqu’au A3+ (ma pratique courante avec un D700) »

      C’es effectivement ce que je m’étais dit quand j’avais vu que le A7R avec un capteur 36 millions de pixels, d’autant plus que plus il y a de pixels plus ils sont petits et plus il faut une optique haut de gamme et plus il faut soigner la stabilisation. ne me dites pas que je cherche des excuses pour passer au A7 nettement moins cher;-) (et je ris). J’essaie d’être objective en fonction de mes besoins.

      Photographe de presse :
      « Pas d’accord avec cette approche… Qui peut le plus peut le moins. Quand on fait une photo avec objectif presse même une couverture les 12MP seraient certes suffisants mais si par hasard cette série de photos fait l’objet d’une demande pour un autre support avec fort agrandissement type A2 voire plus… Que fait-on?… Tsoin tsoin!!!
      Ce n’est que mon humble avis. »

      La réponse de JMS (pro)
      « L’A7R c’est plus pour A1 ou A0 que A2…le format « natif 254 ppp » d’un A2 c’est 24 Mpix…mais en RAW avec un bon objectif on le pousse facilement en 60 x 90 du moment qu’on ne prend pas de scotch double face pour coller son nez sur le tirage ! En ce qui me concerne, mon D800E ne s’utilise à 36 Mpix quasiment qu’en test, en usage normal je le crope x 1,2 ce qui me laisse 25 Mpix et tous les défauts des angles des optiques…en dehors du champ. »

      Donc 24 millions de pixels pour du A2, très bien ça permet de recadrer au besoin pour des tirages un peu plus petit ;-)

      et encore :
      « Le R s’impose peut-être si on veut faire des tirages > A2, encore faudrait-il voir si un réel gain est apporté  »

      Bon alors, finalement pourquoi pas le A7 hein ?

      Je pourrai y monter mes optiques Canon, mon 77mm limited Pentax (qui en FA donc conçu pour le full frame), les optiques Nex.


    • Leicanex

      Cela fait un certain temps que je balance entre A7 et fuji x-e2. J’ai eu l’occasion de les prendre tous les 2 en main et j’avais mon nex6 également. J’ai aussi pas mal trafiqué sur le web pour glaner un maximum d’infos sur les deux systemes.

      Pour le A7, 100% d’accord avec toi, Pepite, le R a coté du 7 ne donnerait pas ou peu de bénéfice pour l’usage de beaucoup d’entre nous. Et je ne vois toujours pas l’effet de l’absence de filtre anti aliasing du 7R sur les images publiées.
      Pour la gamme d’optiques du A7, Les tout manuel sont légions (avec et sans bague d’adaptation) mais cela ne concerne probablement qu’un nombre assez limité d’amateurs. Je n’envisageais que les objectifs nantis de l’auto-focus. Soit Zeiss ou Sony jusque maintenant. Et Sony a, de l’avis de beaucoup, un petit peu mis la charrue (le boitier) avant les boeufs (les objectifs). Sans compter que le zoom actuel en kit avec le A7 est très critiqué pour la qualité d’image.

      Maintenant le Fuji:

      Là , je ne suis pas 100% d’accord avec toi (mais ce n’est pas la première fois :-) ) sur les points suivants:

      1) taille – encombrement.
      C’est vrai que le boitier x-A2 est plus grand que le Nex6. Mais je les ai vu cote à cote et je n’ai pas trouvé la différence énorme.
      Mais comparer les boitiers nus n’a pas beaucoup de sens. Si on compare les boitiers + objectifs plus ou moins similaires (ex (le fuji + le zoom 17-55 et le nex + le zeiss 24-70) ou (fuji + 35mm1.4 et nex + zeiss touit 32 f1.8 ou sony 35 f1.8)), cette différence s’amenuise et n’est certainement pas critique pour moi.
      Alors, c’est vrai que je mets le nex6 dans la (grande) poche de ma veste, mais pas avec un zoom « normal », seulement avec un objectif court comme le sigma 30 ou le zoom compact (pas mauvais mais probablement de qualité moindre que le Fuji ou le Zeiss). Et je ne suis pas certain que le Fuji n’entrerait pas dans cette meme poche (vraiment très grande, croyez-moi!) avec un objectif compact. Il me semble que si on veut qualifier un de ces appareils de pocketable, c’est vraiment la super-extrême limite.

      Pour la prise en main, j’ai été réellement séduit par le fuji. Je n’ai pu manipuler le A7 que sans optique, donc impossible de me faire une opinion à son sujet.

      2) le prix entre boitiers + optique, A7 versus APS ou MFT (FT)

      Je me référais surtout au Fuji (E2) en écrivant que pour 1 boitier + 2 tres bonnes optiques, la dépense est substantiellemnt moins élevée que pour le A7 (meme pas R!), suivant les calculs suivant:
      A7 (1400) + zeiss 55mm f1.8, (1000 euro) + zoom zeiss 24-70 (1000 euros). Total 3400 euros.
      Kit Fuji E2 + zoom fuji 18-55 (1300 euros) + fujinon 35 f1.4 (525 euros). Total 1800 euros, soit près de la moitié.
      Remarque: j’ai présumé ici que les optiques fujinon sont qualitivement plus proche des Zeiss que des Sony (sur base d’une comparaison publiée qui me semble correcte méthodologiquement). D’autre part, le fuji bénéficie d’un abattement important sur le prix du zoom vendu en kit avec le boitier.

      Pour les autre systemes (olympus, panasonic), effectivement les meilleurs boitiers et objectifs sont très chers également et se rapprochent, voire rattrapent le A7. Mais pas mal d’utilisateurs sont déjà susceptibles de posséder l’une ou l’autre optique. Ce qui n’est pas le cas pour le A7 pour lequel tous les objectifs plein format sont ou seront inédits( je trouve qu’il faudrait etre un peu maso pour monter des objectif de Nex APS sur un A7 et perdre tout le bénéfice du plein format!)

      3) la dynamique. Alors là, je me pose des questions:

      - il me semble que le X-M1 pris comme référence dans les courbes n’est pas vraiment représentatif du E2. Le X100s, lui, a réellement le meme capteur que le E2, et sa dynamique est nettement meilleure, surtout du côté gauche vers les ombres. Ceci dit, les sony sont toujours meilleurs.

      - En raw, la dynamique semble varier pas mal avec le « deraweur » (voir : techradar ). Elle peut être comparable à celle des Nex.

      - Quid des options de dynamique étendue? Sur mon Nex6, je laisse la plupart du temps les LV sur 5, le maximum. Cela étire fortement la courbe de dynamique. J’ai fait un petit test comparatif entre les 5 niveaux de LV à iso 3200 et, dans mes conditions, les détails étaient meilleurs et le bruit inférieur pour LV5, pas de beaucoup, mais visible. Donc pas de dégradation apparente de l’image.
      Sur le fuji, il y a une option similaire et la courbe dynamique devient, à ce moment, vraiment très large, meme au premier niveau (D200).
      Alors ici, je ne suis pas certain qu’il n’y a pas de désavantage à utiliser ces extensions de dynamique, il doit certainement y en avoir, mais je n’ai encore rien vu à ce sujet. Incidemment, le reviewer du X100s chez DPR mentionne que sa configuration de base pour utiliser cet appareil est 400 iso et DR200.

      Tout le monde aura compris de quel côté penche mon choix éventuel pour le moment. Et cela biaise problement mon opinion. Mais enfin, après un paquet d’années à faire de la recherche expérimentale, ce qui consiste essentiellement à évaluer aussi objectivement que possible la valeur d’une donnée ou d’un résultat, j’arrive de temps à controler cette tendance :-)


    • pepite

      Si tu as le coup de coeur pour le Fuji prends le Fuji c’est un excellent boitier.

      Pour les Sony FF ils viennent à peine de sortir et on a déjà 10 objectifs disponibles d’ici la fin du mois, quand Fuji a sorti son pro-one il n’y avait que 3 optiques. Il faut donc relativiser, le parc optique quelque soit les marques s’agrandit peu à peu.

      Le Fuji X-E2 a une dynamique bien plus étendure que le petit Fuji X-M1, si tu montes en dynamique avec le Fuji il est exact que les plus bas iso montent au fur et à mesure que tu demandes plus de dynamique, en DR200 tu ne pourras pas prendre de photo à 100 ou 200 iso, pas très gênant en hiver mais beaucoup plus l’été. Je pense qu’il faudra compenser avec un filtre ND8.

      D’après la doc du Fuji X-E2 : DR = 200% implique 400 ISO minimum et DR = 400% implique 800 ISO minimum.

      Moi c’est ce qui me gêne le plus dans cet appareil. Heureusement il gère très bien la montée en sensibilité.

      Cela dit c’est un des meilleurs APS-C du marché, il est d’ailleurs dans mon top 10. Tu ne seras pas déçu à mon avis.

      Dimensions :
      Fuji X-E2 : 12.9 x 7.49 x 3.72mm
      Sony Nex 6 : 11.99 x 6.7 x 4.26 cm

      Les Sony ff sont plus gros que le nex 6 et un peu plus haut que le Fuji : 12.7 x 9.4 x 4.8 cm, je préfère le look des Sony mais c’est un goût personnel, je préfère le look rétro des Sony qui font moins cubes et qui ont une poignée de prise en main plus développée que je trouve plus confortable ;-)

      L’absence de filtre anti aliasing du 7R donne des images encore plus piquées dans les fins détails, sinon il est sûr que sur des images en taille web ou sur des petits tirages on ne verra pas la différence.

      Il ne faut surtout pas prendre un boitier pour ce qu’on en dit sur le web même si c’est le top, il est important de se sentir bien avec, si tu as eu le coup de coeur pour le Fuji prends le Fuji.


    • Leicanex

      Pour la poignée, je suis 100%d’accord. Rien ne vaut celle du nex6 et c’est un reproche que j’ai envers le Fuji.
      A propos de sensibilité, la sensibilité de base du EX2 est de 200 iso. Les 100 sont obtenus par un traitement du signal comme pour les isos plus élevé


    • pepite

      oui je sais bien, n’empêche que personnellement ça me gênerait de devoir prendre des photos à 400 ou 800 iso en forçant la dynamique, mais elle déjà bien dès le départ donc hormis pour des lumières « compliquées » cet appareil a beaucoup d’atouts pour lui.

      …Et hop super pour toi, regarde ça :

      —-> Fujifilm, poignée

      Sinon un article super intéressant sur les A7 et A7R d’un photographe qui a finalement vendu ses Nikon pour avoir au final les deux Sony et il explique bien :

      —-> Tests A7 et A7R par le même photographe

      Pauvre Leicanex si tu lis l’article sur les Sony tu vas encore hésiter.


    • Leicanex

      Merci pour le lien sur la poignée. J’avais vu la meme, mais la version précédente, qui bloquait l’accès à la batterie et à la carte mémoire (c’est malin!). Mais quand meme, la, je trouve que c’est exagéré: 120euro pour une poignée alors qu’il leur aurait suffit de « gonfler’ un peu celle du E1 en passant au E2. De plus, elle augmente la hauteur du boitier.

      Ce qui m’interesse dans le Fuji, c’est moins le boitier que les objectifs. J’ai peut être tort, mais je range qualitativement les objo fuji X à près au meme niveau que les Zeiss. La paire d’optiques que je souhaite coûtent chez zeiss +/-2000 euros . Pour moins que cela, je pourrais avoir le boitier E2 + les deux optiques chez fuji, tout en gardant le Nex6.

      Pour le A7, j’ai la meme reflexion que toi. Un APS comme boitier à tout faire (enfin, beaucoup) et, plus tard, en complément, un A7 sur lequel je pourrai monter mes bons objectifs de télémétrique, pour faire des images de top qualité, en tous cas, pour en avoir le moyen.

      Finalement, ce que je voudrais arriver à faire, ce sont de bonnes photos. Et j’ai le sentiment qu’une bonne photo, ce n’est pas nécessairement une belle image. C’est pourquoi les nouvelles photos du A7 que tu me montres, même si elles me scotchent , ne me feront probablement pas changer d’avis. Parce que les bon hybrides APS sont des outils qui me semblent suffisant pour arriver à faire de bonnes photos. L’outil est bon. A celle ou celui qui pousse sur le déclencheur d’être à la hauteur :-)


    • pepite

      Je suis tout à fait d’accord avec toi, une belle photo c’est d’abord une photo qui parle, qui est bien cadrée, avec un bon sujet et une bonne lumière.

      Je suis contente que tu ais réussi à faire ton choix après comme beaucoup d’entre nous pas mal d’hésitations quand vient le moment de choisir.

      Ce que je trouvais intéressant dans le dernier lien, ce n’est pas uniquement la qualité superlative des images que l’on connait déjà mais la démarche du photographe qui explique bien pourquoi il a craqué pour ces deux boitiers et revendu ses Nikon D800.
      Pour moi ça m’ouvre une porte sur le A7 même si il n’y a « que » 600 euros d’écart entre les deux boitiers. Ces 600 euros peuvent être un apport de plus pour avoir un objectif à la hauteur du boitier (en rajoutant quand même 200 euros), mais mieux vaut un A7 avec un objectif à sa hauteur qu’un A7R sans optique.
      Bien sûr c’est mon choix personnel et il va me falloir économiser à moins que l’on m’offre un boitier ou un objectif.
      C’est surtout mon Canon 5D qui commence à se faire vieux et qui a besoin d’être remplacé et comme vous le savez j’aime bien jouer avec la profondeur de champ.
      En APS-C j’ai mon Nex 5N qui me ravi tous les jours donc après mûre réflexion si je devais envisager l’achat d’un nouvel appareil ce serait logiquement un full frame. Alors bien sûr j’aurai besoin aussi de renouveler mon boiter APS-C dédié à l’animalier, mais quand je vois qu’un Pentax K3 vaut le prix du Sony A7, ou que le Canon 70D n’en est pas si loin, j’ai tranché, je prends tout de même moins de photos animalières que le reste. Donc en fonction de « mes » besoins, je craquerai plus facilement vers le full frame. Maintenant il faut que je trouve les sousous ;-)


     Leave a reply