• Quel écran pour la photo ?

    ecran


    Existe-t-il un écran idéal pour les photographes ?

    …non

    Pourquoi ?

    Nous sommes tous des photographes différents, avec des priorités différentes, des approches différentes, et à des stades photographiques différents.

    L’important avant tout est de trouver celui qui vous correspond et le fait d’accepter ses défauts si vous n’achetez pas le plus cher.

    Quels sont donc vos besoins ?
    Quel est votre budget?
    Pour quelles retouches ou post-traitement ?

    Autant de questions auxquelles il est difficile de répondre pour satisfaire aussi bien le photographe du dimanche que le pro.

    Mais quel que soit l’écran que vous choisirez je vous conseille de le calibrer, les sondes ont fait beaucoup de progrès et optimiseront systématiquement votre écran.

    Lorsque vous comparez des écrans avec vos yeux, vous êtes subjectifs, de plus nous ne voyons pas tous les couleurs exactement de la même façon. Une sonde va mesurer exactement le gamut, vous pouvez voir clairement sur son schéma d’affichage en 3D qu’un tel gamut est un peu plus grand vers telles couleurs et que tel autre est, en revanche, un peu plus large vers telles autres couleurs. La précision du rendu de l’écran est importante si vous destinez vos images à l’impression ou au tirage pour avoir un rendu exact et sans surprise de ce qui sera plus tard sur le papier. Il est plus important de bien calibrer son écran et donc d’acheter une sonde que de mettre 2 000 euros dans un écran dont je ne suis pas sûre que vous verrez la différence visuellement et qu’il vous sera vraiment utile.


    En général

    Le choix est large entre 200 et 1600 euros. En 2014, la plupart des écrans, une fois calibrés avec une très bonne sonde de calibrage récente (après juillet 2011), sont très corrects pour effectuer un travail photo de qualité. Ce n’est pas la peine d’investir dans un écran Wide Gamut à plus de 2 000 euros si vos photos ne sont pas destinées à la presse ou à des agences ou si vous ne photographiez qu’avec un boitier réglé sur l’espace couleur sRVB. La plupart des écrans actuels conviennent parfaitement au photographe expert et même très expert une fois que ceux-ci sont calibrés.


    Pour le Pro

    Là, il faut acheter un écran très haut de gamme, à large gamut dit « Wide Gamut », certifié aux différentes normes ISO du moment (comptez plus de 2000 euros). Vous devez travailler sur des couleurs ultra précises, tous les subtils changements de nuances sur la photo doivent être visibles, quelque soit le support d’impression final, votre boitier est bien évidemment réglé sur l’espace couleur Adobe RBV, alors oui l’écran Wide Gamut peut vous être utile ou même indispensable.


    Les critères de choix importants :

    LED ou pas ?

    Tous les écrans hauts de gamme sont maintenant tous à technologie LED. Cela ne constitue pas le critère fondamental, il faut avant tout faire attention au type de dalle.


    La technologie de l’écran : dalle TN, VA ou IPS ?

    Dalle TN – On la trouve malheureusement dans la grande majorité des écrans d’ordinateurs portables ou bureautiques. Son plus gros défaut étant un changement très important de couleurs/luminosité selon l’angle de vision. Je déconseille cette dalle même pour les néophytes.

    A éviter absolument pour la photographie !


    Dalle VA ou PA – De très nombreux écrans dits bureautiques ou jeux utilisent la technologie VA/PA. Il peut y avoir de jolies surprises en VA/PA même si ce n’est pas la meilleure technologie ! En fait, le plus gros risque c’est de ne pas être sûr de la qualité de votre écran car même si vous avez lu un test ou vu l’écran chez un ami, la marque ne garantie absolument pas la régularité d’un lot. C’est donc un choix très aléatoire.


    Dalle IPS – La meilleure pour les photographes. Elle offre notamment des angles de vision proches de 180° sans gros changement dans l’affichage de la photo. Celle-ci ne semble pas s’assombrir ou changer de couleurs quand on change son angle de vision devant l’écran. Sur le papier, les dalles IPS sont un gage de qualité mais comme toujours pas une garantie absolue. C’est tout de même la technologie à privilégier pour les écrans de retouches photo, même pas trop cher, avec éventuellement un large gamut au moins égal à 95% de l’Adobe 1998, un éclairage à LED… A noter que la dalle de l’iPad est une technologie IPS, ainsi que de plus en plus d’écrans de portables haut de gamme comme sur certains portables Asus, Sony et bien sûr les MacBook Pro d’Apple.

    Sur des écrans non IPS, les couleurs et la luminosité changent trop vite. Vous aurez trop d’écarts entre votre photo à l’écran et votre tirage par exemple. Le prix d’un écran avec une dalle IPS n’est pas forcément plus élevé qu’un autre avec une autre dalle, donc à privilégier.

    la preuve :

    ecran_HP_23_XI


    Cet écran 23 pouces

    HP 23 Xi de 23 pouces à dalle IPS. Il vaut moins de 170 euros sur amazon. Il consomme maximum 30W. La dalle est mate ce qui évite tous les reflets incongrus. Il a un pitch de 0.25*. Il se calibre très bien avec une bonne sonde comme la i1 Display Pro de X-rite (note la sonde vaut le prix de l’écran à peu de chose près). (Attention la version 27 pouces de cet écran a un trop gros pitch de 0.31).




    lcd_monitor_dell_ultrasharp_u2713h

    27 pouces à moins de 600 euros :

    Plus chers mais encore dans des prix corrects : Chez Samsung, Philips, Viewsonic, Asus et HP on trouve de jolis produits sous les 600 euros qui, une fois calibrés, sont plus que corrects si vous choisissez des écrans à dalle IPS.

    DELL avec ses écrans Ultrasharp offre un excellent rapport Qualité/Prix si vous souhaitez un écran confortable de 27 pouces, à calibrage hardware, sur 10 bits, à LED et large gamut. Pitch de 0.23. (Le top pour ce prix qui tourne autour des 550 euros chez materiel.net).

    Le Dell UltraSharp U2713HM 69 cm(27″) LED monitor au format 16/9 possède une dalle IPS. Un delta E inférieur à 5 (extrême précision des couleurs). Pivotement, inclinaison, rotation et possibilité de réglage de la hauteur (115 mm) font partie de ses qualités. Une perle rare à ce prix avec un Gamut étendu (sRVB). Même si ce n’est pas un écran Wide gamut Adobe RVB il a une gamme plus étendue que les autres écrans en sRVB. Livré avec câbles VGA, DVI DL, USB, collier de serrage et Rapport de préréglage en usine des couleurs.
    De plus ce moniteur est garanti 0 pixel défectueux ! Ce moniteur haut de gamme intègre la garantie Dell Premium : vous recevrez un écran plat de remplacement, si ne serait-ce qu’un sous-pixel défectueux apparaît sur votre écran pendant la période de garantie matérielle.
    Note : Pour les joueurs il parait que l’écran répond très bien pour les jeux. Et plus important un service SAV chez Dell que l’on voudrait bien trouver partout.

    Dell vend aussi sous presque la même référence le Dell UltraSharp U2713H à gamut étendu Adobe RVB à ne  pas confondre avec le modèle U2713 HM, à gamut sRVB. Ce dernier est logiquement plus cher (environ 850 euros).

    Je ne fais pas de fanatisme pour Dell mes écrans sont plus anciens et aucun n’est un Dell. Mais si je devais changer un de mes moniteurs… ;-) , attention cependant avec les écrans Dell, avec les écrans bas de gamme de gros écarts sont constatés au niveau de l’homogénéité et de la colorimétrie, seuls les UltraSharp, plus haut de gamme sont vraiment fiables.


    On trouve aussi des Nec Multisync à dalle IPS (c’est ce que j’ai pour un de mes écrans et j’en suis ravie, Nec fait parti des références en écran pour le traitement d’images) ou Eizo (faire bien attention au type de dalle) autour des 600 euros.


    Wide Gamut ou pas ?

    Les écrans dits normaux affichent l’espace couleurs sRGB. Cet espace couleurs affiche en moyenne 2,5 millions de couleurs soit en gros celles que voient la majorité des gens.  Donc en général on s’en satisfait. De plus si votre appareil photo est réglé sur sRVB dans l’espace couleur, il ne vous servira à rien d’avoir un écran qui affiche l’espace couleur Adobe RVB.

    Pourquoi est-ce alors absolument nécessaire d’avoir un écran wide gamut donc un écran qui affiche plus ou moins 100% de l’Adobe RVB 1998 ?

    En fait, ce n’est intéressant que si vous travaillez des couleurs encore plus saturées que le sRGB dont l’espace couleur est plus réduit que l’Adobe RVB. Il faut donc d’abord que votre appareil photo accepte l’espace couleur Adobe RVB et soit réglé pour cet espace couleur. Si effectivement, vous prenez souvent des photos de sujets rouges vifs, verts ou bleus au flash, des coquelicots en plein soleil, le bleu intense de la mer des Caraïbes ou encore de l’herbe bien verte en macro après la pluie en plein soleil, pour faire des impressions grands formats sur papier brillant, alors là, oui il est préférable de choisir un écran dit « Wide Gamut » si vous voulez retoucher ces couleurs car vous allez prendre en photo des couleurs très saturées et hors de portées pour le sRGB.
    Dans ces cas particuliers vous prenez le risque de ne pas voir toutes les nuances (qui sont pourtant sur la photo) sur votre écran sRVB et vous allez peut-être transformer le magnifique drapé de votre tissu, la finesse des nervures d’une feuille ou les pétales du coquelicot en un informe aplat sans nuances.

    Donc, avec un compact en général l’appareil ne vous offre pas le choix dans les réglages boitier de l’adobe RVB dans l’espace couleur, inutile donc de dépenser une fortune pour un écran Wide Gamut. Avec les hybrides ou les reflex vous avez le choix dans les réglages boitier. Je n’ai malheureusement pas d’écran Wide Gamut capable d’afficher le large spectre de l’Adobe RVB, mais néanmoins tous mes appareils photos sont réglés sur l’Adobe RVB, ceci afin que l’appareil enregistre le maximum de nuances possibles. Il convient ensuite de régler aussi correctement le logiciel de retouche afin que l’espace couleur corresponde à l’adobe RVB si c’est ce que vous avez choisi, c’est un autre sujet mais il est important que la chaîne graphique soit la plus équilibrée possible.

    Revers de la médaille avec les écrans wide gamut Adobe RVB:

    Vous ne bénéficierez des bienfaits du calibrage de votre écran à large gamut que dans les logiciels qui savent gérer les couleurs comme Photoshop CS par exemple. Vos images seront belles dans Photoshop mais sur-saturées et sur-contrastées dans l’explorateur de Windows ou Mac…
    N’achetez un écran wide gamut Adobe RVB que si vous le dédiez uniquement au post-traitement et à l’affichage de vos photos. Comme mon ordinateur me sert pour tout je n’ai pas opté pour des écrans Wide gamut Adobe RVB.


    Si vous ne souhaitez pas un écran aussi encombrant que le Dell 27 pouces le 23 pouces HP est vraiment d’un rapport qualité/prix imbattable.


    A savoir :

    Il est beaucoup plus difficile d’avoir une réelle homogénéité sur un très grand écran, en général on préfère le double écran, un pour toutes les palettes et un pour l’image entière affichée seule.


    Important :

    Que vous travailliez sur un portable ou un ordinateur de bureau, attachez un grand soin à la carte graphique située dans l’ordinateur, elle doit pouvoir supporter la taille de l’écran. On peut très bien ajouter un second écran à un ordinateur portable si ce dernier a un port dédié pour un écran externe mais encore faut-il que la carte graphique soit suffisamment puissante pour le supporter.

    Mais nous verrons cela quand nous étudierons le choix de l’ordinateur pour la photo et le traitement de celles-ci. Ne vous inquiétez pas tout ordinateur à l’heure actuelle est capable d’assumer des photos de 24 millions de pixels. Comme on le verra c’est sur le choix de la carte graphique qu’il faudra porter votre attention.

    ____________________________________________________________

    Pour mieux comprendre la différence entre les espaces couleurs sRVB et Adobe RVB lisez cet article que j’avais écrit dans mes cours photos :

    —->Espace couleur : sRVB ou Adobe RVB

    ____________________________________________________________

    Ports écran :

    Attention si vous désirez acheter un nouvel écran mais le brancher sur un vieil ordinateur, regardez bien à l’arrière de votre ordinateur si les prises seront compatibles.


    VGA
    Côté ordinateur :

    auto

    Côté câble de l’écran à relier sur le PC :

    auto

    Cette prise VGA ne se trouve pratiquement plus sur les unités centrales actuelles, il devient donc difficile de brancher un écran actuel sur un vieux PC qui n’a que ce genre de prise. Il existe néanmoins des adaptateurs mais qui feront perdre de la qualité d’affichage. Inutile de mettre une fortune dans l’écran si c’est pour le brancher en VGA.



    La prise DVI :
    DVI
    Côté ordinateur :

    auto

    côté câble de l’écran à relier sur le PC:

    auto



    Et pour le HDMI :
    Côté ordinateur :

    auto

    Côté câble :

    auto




    Certaines cartes graphiques possèdent de multiples ports dont même l’ancien VGA mais elles sont rares. Ports de la carte graphique Nvidia employée sur un ordinateur Asus M51AC-FR042S  :

    auto

    On voit bien les trois ports qui permettent de brancher n’importe quels écrans sur la carte. L’intérêt : brancher un écran actuel sur le port DVI pour obtenir la qualité maximale d’image sur cet écran et pouvoir brancher un second écran pour les palettes sur l’un des ports VGA ou HDMi, second écran qui ne demande pas la même qualité de rendu, pour les palettes de travail on s’en fiche complètement ;-)
    Le vieil écran possède alors une seconde vie et permet de libérer tout l’espace du bel écran pour l’image à travailler ou à visualiser.



    Travailler avec deux écrans :

    bi-écrans

    Travailler sur deux écrans que ce soit en photo ou en vidéo est un confort inestimable ! D’un côté je mets mes miniatures et mes palettes de l’autre la photo en plein écran pour pouvoir la travailler à l’aise, ici c’est avec Lightroom, mais Photoshop CS gère aussi parfaitement le double affichage. Et cela ne sert pas qu’en photo, cela vous permet d’afficher un logiciel sur un écran et un logiciel sur l’autre. De plus avec les processeurs quatre coeurs vous pouvez faire plusieurs taches à la fois, faire calculer une vidéo avec plein d’effets sur l’un pendant que vous faites autre chose sur l’autre écran. C’est un confort non négligeable. Vous n’êtes pas obligés d’avoir deux écrans de 24 pouces ou de mêmes tailles, si c’est juste pour les palettes sur le second écran afin de libérer de la place sur votre écran principal, cela peut très bien être un vieux 17 ou 20 pouces, que vous aviez oublié dans un coin, vous n’êtes absolument pas obligé d’avoir deux écrans de même taille même si c’est mieux. La seule chose indispensable pour afficher sur deux écrans est que votre carte vidéo au dos du PC ait deux sorties:-) Vous pouvez aussi afficher votre catalogueur XnView sur l’un des écrans pour avoir toutes vos miniatures et tous vos disques durs visibles sous les yeux, et un logiciel comme photofiltre ou Photshop Elements sur l’autre écran.

    J’espère que cet article vous rendra service :-)


    * Pitch : le pitch est une caractéristique des écrans d’ordinateur. Il s’agit de la plus proche distance entre deux groupes distincts de luminophores — rouge, vert et bleu pris ensembles — constituant chacun un point élémentaire de l’écran (un pixel). Cette valeur indique la finesse de l’image : plus cette distance est réduite, plus le point est net et plus grande est la définition d’écran.
    Un pitch inférieur ou égal à 0,25 mm est généralement conseillé pour les moniteurs d’ordinateurs (observés à une distance d’environ 30 centimètres) pour ne plus distinguer les limites de pixels.


    __________________________________________________

    Voir aussi (cliquez sur le lien) :

    —–> Quel ordinateur pour la photo ?




    17 responses to “Quel écran pour la photo ?”


    • pepite

      Au départ je voulais écrire un article « Quel ordinateur pour la photo ? » en y incluant bien sûr le choix de l’écran, mais l’article aurait été bien trop long. Il sera donc en deux parties.

      Ce qui est intéressant avec les progrès de ces dernières années c’est qu’il n’est plus obligatoire de dépenser des fortunes pour avoir un excellent écran, le HP de 23 pouces en est la preuve à moins de 200 euros. Et que l’on peut avoir aussi de grand écrans de 27 pouces pour des prix encore raisonnables.

      Pour un prix correct le HP branché en second écran apporte un confort non négligeable, avec en affichage plein écran votre photo sur celui-ci, puisque vous n’avez plus les marges de la fenêtre de travail, et en ayant les palettes de travail et/ou le visualiseur sur l’écran d’à côté. Un must sans dépenser une fortune ;-) Intéressant aussi quand on veut comparer le cadrage de deux photos sans qu’elles soient minuscules. Bref quand on a goûté au bi-écran on se demande pourquoi on ne l’a pas fait avant.


    • Patchouli

      Bonjour,

      Il y quelques mois que j’ai changé de moniteur, et avant tout je me suis occupé du prix, et à la suite de ton article je vérifie…

      Il est bien IPS, ouf !!!
      Je plaisante, pour moins de 300 euros, il me suffit pour ce que je fait, je pense investir dans une sonde dès que j’aurais un peu progressé dans Lightroom …et j’ai le temps de faire des économies.

      Très bon article…on attends la suite et pense tu parler des sondes…
      Merci.


    • pepite

      Merci Patchouli :-)

      Oui on trouve maintenant des écrans de qualité à des prix qui étaient beaucoup beaucoup plus chers il y a encore peu de temps.

      Le suite va venir bien sûr avec effectivement un article qui sera dédié aux sondes, ceci dit je te conseille la i1 Display Pro d’X Rite, on trouve moins cher mais celle là est vraiment de qualité. C’est vraiment la référence auprès des professionnels.
      J’ai eu plusieurs sondes dont certaines donnaient des résultats catastrophiques et bien que payées peu chères, j’ai ragé d’avoir dépensé de l’argent pour de la vraie daube qui n’avait de sonde que le nom ! Une autre qui refusait catégoriquement de reconnaitre ma carte graphique nvidia ! Ce n’est pourtant pas du « no name » Nvidia ! Alors maintenant je prends des sondes connues et reconnues par les pros. C’est plus cher mais au moins ce n’est pas de l’argent jeté par les fenêtres.

    • Super article Pepite, merci à toi! :)


    • pepite

      Merci Stephano et contente de voir de passage :-)


    • Corbes

      Excellent article, clair et bien documenté, comme d’hab !

      Encore une fois merci et bravo, Pépite ;-)


    • pepite

      J’avoue que j’ai mis du temps à faire cet article mais comme j’ai une bonne crève depuis une semaine, j’ai eu le temps de le peaufiner.

      Merci pour vos compliments, ça me touche.

      Hier en voyant qu’il n’y avait que deux petits coeurs, je me suis dit que vous n’étiez pas intéressés, puis quand les commentaires sont arrivés ça m’a rassuré, et là il faut dire que je suis gâtée :-)

    • Ton article est tout à fait intéressant car il soulève certains problèmes auxquels la plupart des photographes sont confrontés mais ne savent pas résoudre.
      En revanche, il me semble que la taille d’un écran est un point de moindre importance : pour le minimum, c’est son acuité visuelle qui va décider et pour le maximum, son espace de travail.
      Ce qui est très important, c’est la définition de l’écran. Avec 2 écrans on peut très bien se contenter de très peu de pixel pour afficher des outils, mais plus il y en aura pour afficher l’image, plus il sera facile de travailler dessus.

      Par ailleurs si la luminosité de l’écran diminue rapidement avec l’orientation, est-ce si vraiment grave? Je ne vois pas l’intérêt de travailler avec un écran mal orienté (perso je le place bien en face). C’est plutôt important pour une démonstration, une présentation, un cours, lorsqu’il y a beaucoup de monde…

      De belles dalles récentes (pour les portables) ont une définition de 3200×1800 (un peu moins chez Mac) c’est bien pratique et nettement plus joli : même de près les pixels sont difficilement perceptibles.

      Tu as bien fait de soulever le problème de la taille du pixel (pitch), mais je pense que tu n’as pas assez insisté sur ce point. Merci de nous donner aussi ton point de vu sur l’ordi « idéal » du photographe.


    • pepite

      Concernant l’orientation, il suffit parfois de se redresser un peu pour que la luminosité soit différente entre le haut et le bas de l’écran, avec une image en plein écran que l’on souhaite post-traiter c’est important. Donc plus l’écran sera homogène mieux ce sera.

      En ce qui concerne la taille des écrans il est quand même plus agréable de pouvoir voir sa photo en grand mais ce n’est effectivement pas primordial, on travaille très bien sur des écrans de 23 ou 24 pouces.

      En ce qui concerne le double écrans, j’ai bien dit qu’il n’était pas indispensable que les deux écrans aient la même taille, c’est juste un confort supplémentaire. Je cite un extrait de ce que je dis dans l’article : « Vous n’êtes pas obligé d’avoir deux écrans de 24 pouces ou de même taille, si c’est juste pour les palettes sur le second écran afin de libérer de la place sur votre écran principal, cela peut très bien être un vieux 17 ou 20 pouces, que vous aviez oublié dans un coin, vous n’êtes absolument pas obligé d’avoir deux écrans de même taille même si c’est mieux. »

      Tu as raison je n’ai peut-être pas assez insisté sur le pitch, je vais le mettre en gras dans le texte pour que cela se voit mieux.


    • patchouli

      Bonjour et merci Pépite,

      J’ai noté la référence de la sonde, ce n’est pas un achat que je vais effectuer de suite, mais cela me sera utile…comme tes articles.

      Je reviens de vacances et le temps m’a permis quelques photos avec mon nouveau jouet…mieux que les premières, moins de photos flous, mais des photos a redressé, j’ai du mal a voir l’intégralité du cadre…mon cadrage n’est pas parfait sans compter que mon œil doit effectuer une gymnastique pour apercevoir toute les indications affiché en bas…il me faudra encore et encore de la pratique…
      J’ai peut être plus de problèmes avec Lightroom…et je me permettrai de te demander conseils si cela ne t’ennuie pas.
      Comme tous, je te remercie de prendre le temps d’écrire tes articles.


    • pepite

      Merci Patchouli,

      C’est le but que mes articles vous soient utiles :-)


    • goron jean claude

      Merci pour ce superbe article ,je suis en plein dedans ,je dois acheter une tour et un écran pour renouveler mon vieux matériel .
      je vous tiendrai informé après ma décision


    • pepite

      Merci de ce gentil mot Jean Claude, je me suis appliquée à aborder tous les sujets au niveau de l’écran car il est primordial pour avoir une bonne restitution des photos. Je suis contente que mon article puisse vous servir.

      J’ai rajouté un lien en bas de l’article concernant le choix des ordinateurs pour la photo.

    • Cher Jean Claude
      Suite à mon experience en post traitement ,je peux simplement et modestement te donner de piste
      je possede un un ecran NEC PA 271 W sache que c’est la meme dalle que l’Eizo ,une reference mais beaucoup moins cher
      et en sonde la colormuki,un vrai couteau suisse de chez Xrite
      bonne soirée

    • Je viens de lire l’article de Pépite sur les ecrans ,rien a dire c’est parfait ,du beau travail !!! bravo pépite

    • Bonjour,

      Je déterre ce fils pour apporter une précision mais de taille : l’espace sRGB ou AdobeRGB n’a d’importance que pour les fichiers jpeg produits par le boitier. Ce paramètre ne s’applique pas aux fichiers raw (brut de capteur) qui ont leur propre espace couleur. Il est donc possible, en travaillant en raw, de remplir l’espace couleur AdobeRGB.


    • pepite

      Précision : Mais une fois le raw converti en tif ou en jpeg pour l’exploiter pour le tirage ou pour la presse, il faut bien le travailler sous l’espace couleur sRVB, ou adobe RVB. Le raw est un format propriétaire lié à chaque marque de boitier et n’est pas exploitable en tant que tel pour les tirages ou la presse, il faudra donc bien le convertir et si posible en tif plutôt que jpeg, pour qu’il ne soit pas compressé et il faudra donc bien passer par un de ces espaces couleurs, pour avoir un espace couleur plus large il vaut donc mieux définir l’adobe RVB dans l’espace de travail.


     Leave a reply