• L’hybride Sony a6000 en Vendée en conditions difficiles

    entree_vouvant


    Je suis partie pour un petit voyage en Vendée. Côté photo je veux partir léger, je n’emporte donc que le full frame Sony A7 avec le 55mm et le Sony a6000 avec le 16-50mm, deux hybrides très peu encombrants. Je connais bien l’excellente qualité du A7 mais je suis encore en phase de test pour l’a6000 qui est sensé être nettement meilleur que ses prédécesseurs au niveau de la qualité d’image.

    Avant de partir je me disais que c’était aussi un bon test pour voir si la plage focale équivalente 24-70mm du 16-50mm me suffit avant d’acheter le 24-70mm pour le full frame qui vaut quand même un certain prix. Je vous préviens tout de suite il n’y a pas beaucoup de bonnes images mais c’est dû au temps et non à l’appareil.

    Comme je suis partie dans l’après-midi j’arrive le soir sur « Les Herbiers » où je compte passer la nuit car j’ai pas mal de choses à voir dans le coin avant de descendre sur Vouvant et Mervent. Ce jour là je suis poursuivie par les aléas, grrr. Lorsque j’arrive au camping quelle n’est pas ma surprise de voir que l’accueil de celui-ci ferme à 17 h 30, vu qu’il est déjà 19 h 15 c’est loupé. Je décide donc de continuer à descendre, la campagne est vraiment magnifique mais je ne m’arrête pas pour photographier, il faut que je trouve d’abord un camping. J’arrive à Vouvant vers 19h45, là l’accueil du camping fermait à 19 h 30, je maugréé ! Et tant pis direction encore un peu plus bas vers Mervent mais ça fait pas mal de sites que je voulais voir en descendant que je vais louper ! 
    J’arrive à Mervent à 20 h 15 et là… le camping fermait à 20 heures ! Décidément si ils ferment de plus en plus tard leurs accueils j’arrive chaque fois trop tard, j’ai la poisse aujourd’hui ! Vu l’heure je décide donc d’aller me garer quelque part dans les bois pour passer la nuit, j’entame donc un demi-tour sur le parking du camping, et je ne vois pas les vélos garés derrière et bing je tape dedans !!! Heureusement je reculais très doucement. En fait j’ai poussé le premier vélo et comme il y en avait toute une rangée ils s’écroulent les uns après les autres dans un bruit de ferraille épouvantable  au milieu du silence de la campagne ! (non ne riez pas, pfuuuu. Sur le coup je maudissais cette journée ! … Mais avec le recul maintenant ça me fait rire aussi) Là je me demande si le moment était bien choisi pour partir aujourd’hui ! Le vacarme a évidemment attiré quelqu’un. Le temps que je ravance un chouïa et que je m’arrête pour voir les dégâts il y a quelqu’un qui s’est précipité et qui me lance « Qu’est-ce que vous faites ! »

    Je me répands en excuses tout en constatant que les vélos n’ont rien, ouf parce que ça commençait vraiment mal.

    Finalement le jeune homme me propose de m’ouvrir la barrière et que je m’installe, par contre il faudra attendre entre 8 et 9 heures 30 du matin pour pouvoir repartir. Je râle un peu intérieurement car j’aurai voulu profiter des lumières du matin mais je n’ai pas le choix, je suis énervée, et fatiguée, donc je saute sur l’opportunité. J’avais acheté un nouveau matelas pour ma voiture transformée en petit camping car comme pour tous mes voyages et je dors comme un loir.

    Le lendemain matin je suis réveillée à 6 h avec le chant des oiseaux mais  je suis bloquée au camping pendant plus de 3 heures avant de pouvoir repartir. J’ai décidé de remonter quand même sur Vouvant que je voulais voir absolument. La campagne dans la région est vraiment superbe, c’est vert, vallonné, très divers, je suis séduite par le coin. Qui a dit que la Vendée c’était tout plat ?! Ceux qui n’ont jamais vu autre chose que le littoral !

    Allez on démarre pour les photos et ça vous intéresse plus que mon papotage ;-)



    Vouvant

    Légèrement au sud-ouest de Cholet Vouvant est une petit village très sympathique classé parmi les plus beaux villages de France où l’on sent la douceur de vivre.

    J’arrive donc à Vouvant. La matinée est déjà bien avancée et il fait déjà chaud, ça ça fait vraiment du bien et ça sent les vacances. Le soleil brille intensément, et du coup la lumière est archie dure.  Ça c’est nettement moins bien pour avoir de belles images. Dans ma tête je râle encore, ça promet des ombres très bouchées et des hautes lumières bien grillées, bref des photos pas top du tout :-(

    Du coup en arrivant sur Vouvant je ne me sers que de l’a6000.

    De loin je vois le clocher de l’église qui domine le village (photo du haut) puis dès l’entrée de Vouvant quelques jolies vues dont ce charmant petit pont.


    vouvant_pont


    Ouvrage du XIIème siècle, inscrit à l’inventaire des monuments historiques, le pont roman enjambe la « Mère ». Il comptait à l’origine cinq arches.

    Je me rends tout de suite compte que ça va être coton pour avoir une belle lumière, il est bien trop tard dans la matinée.

    En plus une fois encore je râle contre le viseur de l’a6000, franchement pas top à côté du viseur externe du Nex 5N ou de l’A7. Je n’y vois pas grand chose. Et ne parlons pas de l’écran illisible en plein soleil. Les déceptions de ce voyage continuent donc sur le plan technique. Je ne sors même pas l’A7 de mon sac, je sais déjà que les photos ne donneront pas grand chose avec cette lumière.
    Je réalise aussi que j’ai oublié l’oeilleton en caoutchouc que l’on peut rajouter au viseur et qui doit tout de même bien améliorer les choses, enfin je l’espère mais vu qu’il est resté à la maison il faudra que je fasse sans.

    A la droite du pont je m’étonne devant ce mini-jardin à la française, même si je préfère les jardins paysagers il faut avouer que c’est réussi malgré la petitesse du terrain :


    vouvant_jardin


    Un peu plus loin je ne sais plus où exactement je photographie ce lavoir qui au premier abord ressemble à tous les lavoirs :


    Lavoir


    Mais en regardant mieux je vois au fond à droite quelque chose qui m’intrigue, je m’approche :


    lavoir-details


    Ça c’est nettement plus rare ! ça ressemble à un poêle mais en fait la cheminée et la cuve en fonte servent à faire chauffer l’eau… les prémices de la machine à laver.

    Le temps que j’admire le paysage et que je prenne ces photos le temps passe et la luminosité devient de plus en plus difficile, lorsque j’arrive sur la place de l’église, je ne trouve pas trop d’endroit d’où la prendre en entier (décidément il faut vraiment que je complète mon équipement d’un ultra-grand angle et évidemment je n’ai pas le 21mm Voigt avec moi (quelle idiote !), du seul endroit où je peux la prendre en entier elle est en total contre jour, je verrai plus tard que la photo en couleur ne donne rien de joli je la passerai donc en noir et blanc et je ferai ce que je peux pour post-traiter la photo, ce n’est pas terrible mais au moins on voit à quoi ressemble l’église :


    eglise de Vouvant en noir et blanc


    J’essaie de faire entrer la façade dans le cadre mais je manque une fois encore d’un très grand-angle pour les grands bâtiments, je n’ai pas d’autre choix que de la prendre en biais :



    eglise


    L’équivalent 24mm c’est bien mais pas assez, je vous conseille donc fortement de compléter votre équipement en Nex ou A6000 avec le 10-18mm si vous vous concentrez sur des photos de paysages ou de grands édifices.

    Si les photos ne sont pas extraordinaires ce n’est pas la faute du boitier mais de la luminosité trop forte car je le verrai plus tard question netteté et piqué il n’y a rien à redire. L’appareil fait son travail. La partie supérieure est gothique et représente la cène et l’ascension, je dois avoir d’ailleurs une photo où l’on voit mieux cette partie supérieure du portail. Je vous la rajouterai plus tard.

    Question poids et encombrement l’a6000 est un rêve, on ne le sent pas même si on le porte toute la journée à la main ou autour du cou. Au niveau de la prise en main même si c’est un petit boitier on a vraiment l’impression d’avoir un véritable appareil photo dans les mains, la poignée très bien dessinée est très confortable et les doigts ne se crispent pas pour tenir l’appareil. En ce qui concerne l’ergonomie c’est aussi impeccable mais il faudra que je vérifie quelque chose car j’ai eu l’impression que le correcteur dioptrique qui sert à régler la vision dans le viseur avait tendance à tourner un peu facilement et donc a parfois se dérégler, ce n’est pas bien grave mais toujours embêtant quand on veut prendre une image rapidement et que ce dernier s’est déréglé.

    Quand on rentre par le porche on est surpris car l’autel principal n’est pas en face mais sur la gauche en haut des marches. La photo était pratiquement impossible à prendre, d’un côté il faisait vraiment très très sombre dans l’église et d’autre part la lumière du vitrail ébloui par le soleil extérieur allait tromper le cellule de l’appareil dans sa mesure de la lumière mais j’ai quand même tenté le coup. (photo prise à 2 000 iso à main levée) :


    interieur_eglise


    J’ai assez fortement post-traité l’image car elle était vraiment trop sombre mais je suis quand même étonnée de la façon dont l’a6000 s’en est sorti. Je vous la mettrai en image cliquable plus tard pour que vous le voyez en plus grand.

    Impossible d’approcher de l’autel car des cordes barrent la montée de l’escalier, je tente donc une prise de vue en me plaçant sur les marches mais ça ne donne pas grand chose. Je vous montre tout de même, on dira que j’ai pris des photos de touristes ;-) :


    autel


    Photo prise à 3200 iso au 1/20ème de seconde, le stabilisateur est vraiment efficace et le gestion des hautes sensibilités quand même excellente. Franchement vu les conditions l’a6000 ne s’est pas si mal débrouillé que ça et sa dynamique permet de garder un maximum de détails quand même d’autant plus que j’ai dû compenser légèrement l’exposition pour que la vitesse ne descende pas en-dessous du 1/20ème de seconde. J’ai post-traité la photo qui était plus sombre sur l’original.

    Je tente un passage ne noir et blanc mais bon, quand ce n’est pas bon, ce n’est pas bon hein ;-)


    autel en noir et blanc


    C’est déjà mieux, j’aurai presque toutes dû les passer en noir et blanc ! Je suis déjà sur place très déçue des conditions de prises de vues, je sais déjà que mes photos ne seront pas top mais je continue d’espérer que le lendemain je pourrai me lever plus tôt pour avoir de meilleures conditions de lumière.

    Je descends dans la crypte dont l’entrée se trouve à droite de l’escalier et là c’est pire au niveau de la luminosité, on y voit rien.


    crypte


    3200 iso et pour la vitesse il m’indique 0.80, on est donc pas loin de la seconde à main levée, compensation d’exposition de moins 1/3 mais ça ne me fait pratiquement pas gagner de vitesse car c’est vraiment hyper sombre,  il assure le petit a6000 ! Photo non post-traitée juste redimensionnée pour le web.

    Je ressors de l’église et je vous ajoute une photo du clocher octogonal non pour la qualité d’image mais pour ceux qui s’intéressent à l’architecture, il s’agit en fait d’un crop d’une autre photo la focale 50mm maximale du zoom ne permettant pas de le prendre en gros plan.


    clocher


    Si je suis ravie par le beau temps et ce que je découvre, je suis très déçue au niveau photo, je pensais pouvoir prendre de belles images et pouvoir profiter du A7 même si je n’ai pas encore tous les objectifs pour en profiter pleinement mais vu les conditions j’en suis réduite à faire avec la luminosité et les heures de prises de vues. Comme je ne peux pas rester longtemps en Vendée je suis obligée de « faire avec ». J’espère que pour les prochains jours je pourrai prendre des photos le matin de bonne heure ou le soir pour avoir quelque chose de mieux.


    Direction la tour Mélusine :

    tour melusine


    Cette tour date de 1242, je l’ai prise de loin car ils ont mis des barrières au pied parce que des pierres en tombent malheureusement régulièrement. La photo en elle même n’a aucun intérêt.

    La légende attribue sa construction à la Fée-serpent (Mélusine) qui aurait construit en une nuit le château de Vouvant, puis ceux de Mervent, Tiffauges et Pouzauges. Il ne reste rien d’autre du château à part les remparts.

    Mais je suis attirée par un petit édifice à ses pieds, je m’approche :

    fontaine


    C’est très bizarre cette construction qui semble d’époque mais qui abrite une pompe à eau d’un côté, et une manivelle de l’autre ! Je n’ai pas d’explication là dessus, si vous en connaissez une je suis preneuse. Un puits surement transformé mais quand et pourquoi ces deux manivelles ????

    Je m’approche du bord des remparts pour voir la vue, ils ont tout de même de la chance les habitants de Vouvant d’avoir une telle vue à côté de chez eux ! :


    pont sur la rivière


    Toujours la même lumière dure, dommage car cela aurait pu faire une belle photo :-(


    Je décide de descendre en bas des remparts, c’est bôôôôô !


    remparts


    La seule photo à peu près correcte que j’ai pu prendre ! A ma droite il y a un animal bizarre derrière un grillage, il me fait rire, alors même si on voit les mailles du grillage je le photographie tout de même… au point où j’en suis :


    oiseau_de_fer


    Puis je quitte Vouvant qui est un village très agréable pour retourner à Mervent et reprendre mon parcours.



    Mervent

    Mervent est un charmant petit village du sud-vendée, situé entre plaine et bocage, juché sur un éperon rocheux qui domine la forêt millénaire composée principalement de chênes et qui s’étend sur 5000 hectares.
    Mervent est situé à 8 km au Nord-Est de Fontenay-le-Comte la plus grande ville aux alentours.
    Deux rivières s’y rencontrent : La Vendée et la Mère.


    riviere_matin


    Quand on arrive à Mervent on voit ça depuis le village ! Quelle beauté ! Je me demande si les gens qui voient ça tous les jours se rendent compte de leur chance !

    Et ça, ce n’est pas merveilleux de pouvoir voir ça sans quitter le village ? :


    riviere2_matin


    Notez que même si la luminosité est affreuse pour les photos, le capteur de l’ a6000 est capable d’enregistrer des détails même sur les lointains. Même au loin on discerne toujours la cîme des arbres. Chapeau Sony.

    Je vais jusqu’à la place de la mairie et le spectacle est tout aussi grandiose :


    riviere


    Je ne vous parle plus de la luminosité et des contre-jours, je n’ai fait que ça à Vouvant, mais je continue à râler dans ma tête, moi qui voulais vous rapporter de belles images ! ;-)
    Il commence à faire vraiment très chaud ! Ca me change de ma Beauce !!!

    Un petit crop d’une autre photo pour mieux voir la minuscule île :


    ile_gros_plan


    Je remercie Sony pour la qualité de ses capteurs, ceux qui recadrent à mort vont bien s’amuser avec le a6000 ;-)

    Je reste un bon moment bouche bée devant ce paysage idyllique, que c’est beau, mais que c’est beau !!!!


    J’avais vu qu’il y avait une petite grotte sur Mervent je décide donc de m’y rendre, rien d’extraordinaire mais je vous la montre :


    grotte


    Franchement quand je suis arrivée devant je ne voyais rien du tout à l’intérieur, les détails que l’on voit sur la photo je ne les voyais pas à l’oeil nu.

    LA GROTTE DU PERE DE MONFORT

    Missionnaire apostolique, le Père Louis Marie Grignon de Montfort a conduit des missions dans l’ouest de la France au lendemain des guerres de Religion (reconstruction des églises, renouveau du Christianisme).

    En 1715, le prêtre décida de se retirer dans cette grotte pour y méditer, certains le vénéraient, d’autres le détestaient pour sa moralité et son influence. Sa vie d’ermite dure peu car il est chassé après avoir abattu des arbres de la forêt royale sans autorisation. Son dernier pèlerinage le conduisit à St-Laurent sur Sèvre où il est décédé le 17 avril 1716. Le pape Pie XII a déclaré « Saint » en 1947 le Père de Monfort.

    A sa mort, la grotte du Père de Monfort devient un lieu de pèlerinage populaire avec une évolution des aménagements religieux (chapelle, calvaire…) et la naissance d’une structure touristique.

    Depuis sa mort, la Grotte du Père Montfort est un lieu de pélérinage très fréquenté. La foule des fidèles a fait évoluer ce lieu « Pierre Brune » en un espace touristique, à l’origine de la renommée de Mervent.


    interieur de la grotte


    3200 iso et 1/8ème de seconde à main levée ! Décidément le stabilisateur de l’a6000 est une merveille !


    Je repars à la recherche du rocher de la « Pierre Blanche » point de vue et aussi d’escalade sur Mervent. Je suis donc les pancartes qui m’emmène jusqu’à une route qui est plutôt un large chemin de terre très très cahoteux, je fini par me garer dans une petite clairière après avoir été bien secouée dans la voiture sur cette soit-disant route. Un poteau m’indique « Pierre Blanche à 200m ». Comme ce n’est pas loin et que je commence à crever de chaud, je laisse tout dans la voiture, ma chienne qui halète, heureusement que ma voiture est garée à l’ombre, je lui laisse un bol d’eau et les vitres entr’ouvertes, je laisse aussi mon sac à main et toutes mes affaires, je n’en ai pas pour longtemps d’aller prendre quelques photos.

    Je descends le chemin qui est une horreur tant il y a de pierres dans tous les sens, je me tord les chevilles tous les mètres mais quand on veut on peut ;-)

    Je fais 200m… rien, pas grave je ne dois pas être loin, 300m… rien, pfuuuu, je me dis ça doit être tout proche alors je continue à descendre à travers la forêt toujours en me tordant les chevilles, 400m, 500 m rien ! … Ah si ! J’aperçois plus bas un poteau en bois qui indique quelque chose, je descends donc un peu plus bas et il est écrit : « Pont du déluge » avec une flèche. Je me dis que tant qu’à faire puisque je suis là je vais y aller, j’hésite pour ma chienne, mon sac à main et mon Sony A7 restés dans la voiture sur cette petite clairière déserte mais je décide quand même de continuer, ça ne doit pas être loin et puisque j’ai fait tout ce chemin autant continuer, ce serait vraiment bête d’avoir fait demi-tour si c’est à 100 m.

    J’arrive donc en bas et je vois cette jolie rivière, je souris, tout est paisible, je n’entends que le chant des oiseaux, je me sens bien, qu’est-ce que ça fait du bien ces paysages !


    rivière


    On a l’impression d’être loin de tout, c’est sauvage, naturel, tout ce que j’aime dans la nature préservée :-)

    Je rencontre un homme qui marche sur le chemin, je lui dit bonjour et je lui demande si il a vu « Pierre Blanche » ? Non, me dit-il, je la cherche. Je ne suis donc pas la seule, nous commençons à papoter, à râler du manque d’indications, il a un petit plan mais sans les distances, on regarde de près et il semblerait que le « Pont du Déluge » ne soit pas loin. J’hésite une fois encore puis je décide de continuer. L’homme comme moi fond devant ces paysages de vendée.

    Nous suivons le chemin le long de la rivière.

    rivière vers le pont du déluge


    Le chemin est devenu plat et agréable, tout en discutant j’oublie un peu le temps qui passe mais nous faisons de plus en plus de chemin et toujours pas de pont du déluge en vue !!!!!!! Finalement nous ferons… plusieurs km avant d’y arriver !!!!!!!!!!

    et en plus pour ça  :

    pont_du_deluge


    Encore plein contre-jour ! Décidément j’ai la poisse ! Et avec la violence des contrastes en sous bois je me dis que vraiment la photo va être archi nulle, je ne sais pas si vous avez déjà pris des photos en forêt avec des taches de lumière mais ça grille sacrément, on a de belles taches blanches sans aucun détail dans les hautes lumières ! Du coup je ne prends qu’une seule photo persuadée qu’elle sera inexploitable. Mais finalement vu les conditions l’a6000 s’en tire comme un chef même si ça n’en fait pas une belle photo. On peut dire qu’il aura été poussé aux pires conditions que l’on puisse avoir surtout que j’ai quand même dû monter à 500 iso.

    500 iso 1/60ème de seconde à f/9.

    Le monsieur veut continuer, moi je pense à ma chienne et à mon sac à main et mon A7 dans la voiture avec les vitres entrouvertes sur cette petite clairière déserte au milieu de nulle part et je décide de rentrer. Je me force à courir pour refaire tous les km à l’envers.

    Je m’arrête tout de même devant cette scène que je trouve jolie :


    barques


    320 iso et 1/60 à f/9

    et je ne peux pas m’empêcher d’admirer encore et encore cette nature si belle et généreuse sur le chemin du retour vers la voiture.


    riviere au retour


    Là encore je suis étonnée des détails dans les lointains et pourtant on est avec du vert sur du vert, ce petit objectif 16-50mm qui ne vaut pas cher du tout profite bien du capteur et des 24 millions de pixels de l’a6000. Dommage que je n’ai pas de 24mm pour mon A7 ça aurait valu le coup de comparer. Je ne ferme pas plus le diaphragme qu’à f/9 avec le capteur APS-C de l’a6000 car si on ferme plus on va voir arriver de la diffraction et c’est amplement suffisant pour avoir une plage de netteté très étendue surtout que je suis en position grand angle sur 16mm (équivalent 24mm en 24×36).

    J’avais peur de me perdre, de ne pas retrouver le chemin qui a un moment devait monter sur ma droite mais j’arrive enfin sur cette pente caillouteuse que j’avais descendue en venant. Je grimpe le plus vite que je peux (toujours sans avoir vu « pierre Blanche ») et je retrouve ma chienne qui dort et ma voiture intacte. Ouf ! :-)

    J’ai encore perdu du temps avec tous ces aléas mais ça méritait le détour. Mon séjour m’est compté car d’une part je dois rejoindre des amis et d’autre part il faut absolument que je rentre assez vite chez moi, je ne peux donc pas profiter autant que je le veux de ces lieux magiques. Je repasse quand même par le village de Mervent dont je vous rajouterai peut-être une ou deux images par la suite. Mon article commence à être sacrément long ! Je ne suis même pas sûre que vous soyez encore là.

    J’aurai dû l’intituler « Péripéthies de Pépite en Vendée » ;-)

    Je retourne quand même à la mairie pour savourer encore une fois le spectacle avant de descendre encore plus vers le sud.

    riviere_ile_


    Au revoir Mervent


    une derniere photo avant de partir


    Je vais descendre vers la marais poitevin.


    carte_marais_poitevin

    ___________________________________________________

    Voir aussi la suite du voyage (cliquez sur les liens) :

    marais poitevin et Sèvre Niortaise avec le Sony a6000

    Vendée côte sauvage


    4 responses to “L’hybride Sony a6000 en Vendée en conditions difficiles”


    • pepite

      Je vais ouvrir un autre article pour le marais poitevin et la Sévre Niortaise car celui-ci est déjà bien long.


    • pepite

      Les paysages entre « les Herbiers » et le marais poitevin sont vraiment magnifiques, je ne regrette pas du tout d’être passée par là pour descendre, je garde encore dans la tête cette magnificence.
      Moi qui aime la nature, les forêts et les rivières j’ai vraiment apprécié. Les villages sont jolis, Vouvant étant le plus joli mais c’est surtout la nature qui est belle. Le climat est enchanteur même si là il faisait trop chaud en fin d’après midi où la température est montée à 29 degrés.

      Je me demande par contre si y vivre à longueur d’année est aussi sublime car à part ça il n’y a vraiment pas grand chose et il faut tout de même faire pas mal de route pour retrouver les grandes villes. C’est toujours une histoire de compromis, on ne peut pas tout avoir.

      Je vais continuer mon voyage par les marais poitevins puis rejoindre la côte à l’Aiguillon sur mer pour remonter ensuite jusqu’à Saint gilles Croix de vie avant de rentrer.

      (P.S. j’ai corrigé mes fautes d’orthographe, il y en avait quelques unes).


    • pepite

      Je viens de faire un petit essai comparatif entre le Nex 5N et le a6000, il faudra que je pousse plus loin mais j’avais déjà cette impression, en tout cas pour le moment je préfère le rendu du Nex 5N, sur les photos que j’ai pris (même sujet, même mode priorité ouverture, même ouverture -f/8, même objectif sur les boitiers)) le Nex 5N présente plus de piqué avec le zoom 18-200 version 1 à 200mm. C’est trop court et trop tôt bien sûr pour être catégorique. L’autofocus du Nex 5N est certes moins rapide que celui du a6000 c’est flagrant mais j’ai aussi l’impression que si il est plus lent sur le Nex 5N il est par contre bien plus précis.

      A suivre

    • Je viens de faire l’expérience contraire hier, en emmenant le A6000 au musée (le château de Sceaux). Totalement épaté par le piqué, la densité et la colorimétrie de photos prises dans des conditions difficiles (à travers des vitrines, avec un éclairage plutôt faiblard). Presque sûr que le Nex 5N n’en aurait pas fait autant (pour le piqué, tout à fait sûr, même). Mais j’ai fait toutes mes photos avec le 16-50 qui a l’air particulièrement bien optimisé avec le A6000.


     Leave a reply