• Vendée côte sauvage

    baie_coyola


    Je suis allée voir mes amis puis le lendemain, je prends la route du retour. Je vais donc remonter de L’aiguillon sur Mer jusqu’à Saint Gilles Croix de vie. Je suis partie assez tard de chez mes amis donc je ne m’arrêterai qu’aux endroits stratégiques de la côte sauvage.

    Je commence par la baie de Cayola dont vous voyez la photo ci-dessus. C’est très joli et il fait moins chaud que la veille, je savoure la vue mais je ne peux m’empêcher de comparer avec les côtes bretonnes et ça n’a rien à voir. Je constate que l’a6000 a quand même une légère tendance à sous exposer et ça manque de peps. Il faudra que je règle tout ça dans les réglages boitiers. Là ce n’est qu’une prise en main.

    Je remonte ensuite vers « Chateau d’Olonne« , je ne m’arrête que pour voir la côte sauvage.

    Je vous ajoute trois photos prises avec l’hybride full frame 24×36  Sony A7 et le 55mm Zeiss, la colorimétrie est plus froide qu’avec l’a6000.

    La première :


    a7_coyola



    La seconde :



    breche avec le sony a7 full frame



    et une troisième :



    details de roche


    Dommage que je n’avais pas de grand angle pour l’A7, mais Sony devrait en sortir un bientôt pour les full frame série A.


    De nouveau avec l’a6000 :


    chateau_olonne


    Je prends ensuite toutes ces photos avec le Sony a6000 et le zoom 16-50mm. La dynamique de l’appareil est excellente et les zones les plus claires des nuages ne grillent pas malgré le contraste parfois fort. L’appareil a tout de même une mesure de la lumière moins juste que mon Sony 5N.

    Comme ça ressemble un peu à la baie de Coyola je ne m’appesantie pas et je remonte vers le Puits d’Enfer que je veux absolument voir.

    Quand j’arrive sur le site, c’est déjà plus intéressant, une première photo :


    puits de l'enfer


    Je suis toujours en mode priorité ouverture que je pousse à f/10, je verrai si j’ai de la diffraction une fois rentrée à la maison, mais non ça passe comme une lettre à la poste.

    Une autre que je trouve plus sympa :


    trou_enfer_01


    C’est marée basse mais l’eau bouillonne tout de même dans les trous de falaise.

    Toujours en mode priorité ouverture. Ouverture f/10 et 1/100ème de seconde, 100 iso. Focale 16mm équivalent 24mm.

    L’a6000 se comporte très bien je n’ai rien à redire sur ces photos, certaines méritent un tout petit post-traitement mais très léger.


    puits de l'enfer trouée


    Je cherche sur la falaise cette fameuse brèche très étroite que l’on nomme « Puits d’Enfer ». L’espace ici est assez grand et je ne la trouve pas tout de suite, je marche sur les rocher un petit moment en scrutant bien car je sais que la faille n’est pas large du tout,  je finis par la trouver :


    la brèche du puits de l'enfer


    Je me demandais bien ce qu’allait donner la photo tant le contraste était fort ! De nouveau je remercie Sony qui a fait un travail fabuleux sur ses appareils photos ces derniers temps ! J’avais tort d’avoir peur, les ombres ont des détails et les zones claires n’ont même pas grillées. Merci Sony.

    Cette faille impressionnante perpendiculaire au front de mer est longue d’environ 50 mètres et a une largeur maximale de 3 mètres. Les vagues s’y engouffrent avec violence et je regrette un peu d’être à marée basse, à marée haute ça doit être vraiment impressionnant !

    La légende dit que les jours de tempête on entend les cris d’un noyé ou les lamentations d’un marin damné. Les anciens disent que tout ce qui tombe dans la brèche disparaît pour toujours.

    La brèche vue de dessus, j’ai fait attention de ne pas tomber dedans ! :


    puits_enfer_dessus


    Peu de promeneurs savent que cette faille a toute une histoire, réelle cette fois-ci qui est devenue la plus grande affaire criminelle de l’après-guerre après l’Affaire Petiot.

    UN CRIME COMMIS A PARIS ET DÉCOUVERT SUR LA CÔTE DE VENDÉE

    Le 9 février 1949, flottant dans les eaux bouillonnantes au fond du gouffre du Puits d’Enfer, près des Sables d’Olonne, on découvrit le corps d’un homme ligoté et bâillonné dans une malle d’osier.
    C’était le début d’une affaire qui défraya la chronique pendant des semaines et qui devait conduire les policiers depuis la côte de Vendée jusqu’à Paris, près du boulevard Malesherbes, où s’était déroulé le drame et où s’organisa l’enquête.

    La criminelle était la gouvernante de la victime Andrée Farré, originaire de Cholet, née dans une riche famille vendéenne, femme perverse, éthéromane, froide calculatrice, mythomane et… criminelle qui passait ses vacances aux Sables d’Olonne.

    Comme elle était plutôt dépensière elle s’était faite engager auprès de monsieur Robert Thélier un riche parisien. Elle a ensuite décidé avec son ami Robert Planet de le tuer ! Ils mirent le corps du vieil homme dans une malle et allèrent le jeter dans le Puits de l’Enfer.

    Un parisien disait avoir rencontré la criminelle au moment où celle-ci achetait la fameuse voiture, une Matford de 1939, qui devait transporter jusqu’au Puits d’Enfer, au sud des Sables d’Olonne, la malle sanglante dans laquelle la criminelle et son acolyte avaient placé le corps de leur patron, Monsieur Thélier.

    Le témoin était dans le bar de son oncle, le « Palace Clichy » sur la place du même nom à Paris, quand Andrée Farré, la criminelle, est entrée. « Elle avait beaucoup d’allure avec son chapeau et son grand manteau sombre. Il ne pouvait pas deviner le retentissement de cette affaire et le rôle qu’allait jouer la voiture que son oncle vendait ainsi que le terrible destin de celui qu’elle transporterait…

    Un autre témoin, Désiré Gautreau a confirmé avoir remarqué la présence d’une voiture sur la corniche vers 1h45 du matin.

    UN PROCES PLAIDÉ PAR UN TÉNOR DU BARREAU: Me FLEURIOT

    Le procès a lieu en décembre 1950. Ce drame de la frustration et de la cupidité connut un dénouement terrible aux assises de la Seine dont l’un des acteurs n’était autre que le célèbre avocat, Me René Floriot, et en présence de Henri-Georges Clouzot qui s’inspira des faits pour tourner son film culte « Les Diaboliques ».
    Andrée Farré fut condamnée à mort puis graciée par le président Auriol, elle finira ses jours en prison. Son  complice sera condamné à 20 ans de travaux forcés.

    Ce fait divers a inspiré le livre « la malle sanglante du Puits dd l’Enfer » à Xavier Armange. La pièce de théatre « Andrée ou la malle sanglante » est également inspirée de ce fait divers.


    le puits de l enfer


    Quel dommage cette ombre en bas à gauche ! Pour une fois que j’en ai pris une qui me plaît !

    Je me concentrais sur ma position afin de ne pas tomber dans le trou et du coup je n’ai pas vu cette ombre dans le coin du cadre. Je faisais tout de même très attention même si je n’ai pas le vertige ;-)

    Et hop dans l’autre sens vers la mer, la photo est moins bonne et en plus un peu de travers :


    puits_enfer_dessus_vers_mer


    Je ne m’arrête pas aux Sables d’Olonne car il est impossible de trouver une place pour se garer. Je remonte ensuite au Nord des Sables d’Olonne à Brem, je ne prends pratiquement pas de photos car ça ressemble comme deux gouttes d’eau à la baie de Cayola. Pareil sur Saint-Gilles-Croix-de-Vie, et puis je commence à fatiguer.

    Mais je prends tout de même quelques vagues en photos


    vagues sur rochers


    Histoire de tester la rapidité de l’autofocus ;-)

    Il le fait bien le p’tit assimil ;-)


    ecume


    Un peu de mousse ?


    mousse chantilly


    Je m’amuse, j’ai beau me dire qu’il faut que je rentre les vagues me fascinent.


    et hop encore par dessus le rocher


    J’aime bien celle là.

    Encore une ?


    degouline sur les rochers


    Allez il faut rentrer ! Au revoir la mer :-)


    vue_ensemble


    Pour les vagues si vous voulez bien les figer il faut être au moins au 1/400ème de seconde. L’idéal étant d’être au 1/1000ème ou encore plus rapide.


    Heuuu encore une pour la route ;-)


    au_revoir_vendee


    Je l’aime beaucoup celle-ci.

    et je la passe en noir et blanc :


    en noir et blanc

    Cette fois je crois que c’est la dernière ;-)


    Je rentre à la maison où j’arrive peu avant minuit, mais ça caille ici !!!! Pfuuuu je serai bien restée en Vendée moi. Allez au dodo ;-)


    La carte :

    carte_cote_sauvage


    Sur tout le littoral entre les Sables et la baie de Cayola, vous pourrez admirer un réseau de failles dû à la fracturation intense subi par le massif armoricain. Et puis l’érosion, les assauts de la mer et du vent, ont par la suite contribué à élargir toutes ces cassures qui offrent aujourd’hui d’impressionnants points de vue.


    4 responses to “Vendée côte sauvage”


    • pepite

      Je regrette de ne pas avoir plus de temps mais cette échappée m’a fait un bien fou, par contre les 20 degrés de différence en rentrant je n’ai pas aimé ;-)

      Le lendemain je mettais une polaire par dessus un t-shirt manches longues alors que là bas j’avais vite opté pour le t-shirt à bretelle ficelle tant il faisait chaud et beau.

      Le 16-50mm équivalent 24-70mm du Sony exploite bien les 24 millions de pixels de l’a6000 par contre je n’arrive pas à me faire à cette plage focale en voyage. C’est pourtant la plage focale de tous zooms classiques. C’est encore trop juste côté grand angle pour les grands bâtiments et côté télé on aimerait avoir plus même si ce dernier manque moins en voyage. L’idéal est tout de même de le compléter soit par un plus grand angle fixe 14mm équivalent à un 21mm mais c’est difficile à trouver et souvent encombrant soit par un zoom ultra grand angle genre 10-18mm pour le a6000 ou les Nex à capteurs APS-C.

      Pour les monuments pris lors de mon voyage et que l’on voit dans les deux articles précédents j’ai dû reprendre plusieurs photos car j’ai souvent été obligée d’incliner l’appareil vers le haut au lieu de le garder strictement parallèle au monument ce qui a induit des effets de perspectives verticales.

      Une autre solution est d’acheter un objectif à bascule et décentrement mais pour les capteurs APS-C on en trouve très rarement avec une focale inférieure à 24mm. Ils sont souvent très chers et encombrants.

      Une autre solution plus économique est d’acheter un complément grand angle mais il faut le trouver au bon diamètre du premier objectif et cela donne parfois des distorsions assez marquée.

      Il y a un point sur lequel je n’ai pas appuyé mais qui est important : la vitesse de l’autofocus de l’a6000, elle est en progrès et instantanée. Il n’y a rien a redire sur ce point.

      Les conditions de luminosités très différentes au cour du voyage ont montré que l’a6000 savait se sortir de tout. Même si il a une petite tendance à sous exposer c’est mieux que la majorité des appareils qui ont eux tendance à griller systématiquement les zones claires de l’image. Je lui en ai pourtant fait voir, en principe l’été ou sous une très forte luminosité on s’abstient de prendre des photos de 10h à 17h30 parce que l’on sait que ce sera la plupart du temps inexploitable. Pas de chance pour l’a6000 c’est seulement à partir de 9h30 ouu 10h que j’ai pu photographier et si j’aurai bien sûr préféré travailler « dans la bonne lumière », pour des photos de voyages il s’en est parfaitement tiré.
      Pour de meilleurs clichés et en tirer la quintessence il faudra rentrer dans les bons horaires mais je n’avais malheureusement pas pu vu les contraintes et les aléas de ce voyage.


    • pepite

      Je vous ai rajouté plein de photos de vagues en fin d’article.

      Je vous ai gaté, 3 articles (!) avec plein de photos, elle se sont pas toutes terribles mais ça vous fait surement connaitre des petits coins de Vendée que vous ne connaissez peut-être pas.

      Je vous en ajoute une prise sur la plage de la Faute sur mer, ce sont juste les dessins que laisse la mer à marée basse sur le sable mais je les trouve jolis :

      auto

      En plus sur cette très longue plage de sable très fin, on a l’impression qu’il y a des paillettes d’or dans le sable. C’est un peu féérique sous le soleil.


    • Mimi

      Hello Pépite ;-) )) une revenante enfin non car je continue mes visites hebdomadaires …… mais aujourd’hui je fais une pause ! juste encore une coïncidence si j’ose dire début mai ns étions en vacances en vendée à côté de Vauvant ….(qd j’ai vu tes photos ça m’a fait bizarre car ce n’étaient pas les miennes et pourtant l’endroit m’était tellement familier) …. ns sommes également allés aux Sables d’Olonne, etc, la Rochelle sans oublier le Marais Poitevin la plus grande zone marécageuse ……. après la Camargue !!! Et bien sûr nous avons adoré …….. magnifiques régions ……. !!! Bref je ne pouvais pas le garder pour moi hein Pépite ? ah oui j’y ai fait mes premiers essais avec notre Canon 1200D ;-) ))) Merci pour tes superbes clichés et à bientôt Madame ……. Mimi


    • pepite

      Coucou Mimi :-)

      Ca me fait plaisir de te revoir sur le blog. Je suis toujours en train de courir, mais je ne t’oublie pas, d’ailleurs je me dis très souvent il faut que je trouve un moment de tranquillité pour écrire à Mimi ! Je vois que tu as abandonné Pentax pour Canon.

      Promis je t’envoie un mail très bientôt.


     Leave a reply