• Pourquoi faut-il sauvegarder vos photos en .tif

    Que vos photos proviennent d’un jpeg ou d’un raw on sauvegarde toujours avec l’extension en .tif (ou .psd) et jamais en jpeg si l’on doit retravailler dessus. Pourquoi ?

    Le jpeg est un format de fichier qui compresse les images et si avec les progrès réguliers il y a beaucoup moins de différence actuellement entre un fichier jpeg et un fichier raw en sortie de boitier il n’en sera pas de même si vous travaillez sur un fichier jpeg en post-traitement car à chaque modification du fichier celui-ci va être recalculé et recompressé au fur et à mesure.

    Ici chaque case représente un pixel :

    image-jpg01


    On voit que certains éléments se répètent assez souvent comme A1, A2 B1 B2 C2, et que certains sont dans des teintes proches : C1, D1, E1 F1 et D2, E2, et F2, l’idée de la compression est de ne plus décrire chaque pixel, mais des groupes de pixels identiques. Le jpeg part du principe que notre œil ne détecte pas l’ensemble des couleurs existant réellement, et va regrouper certaines teintes proches pour que le fichier pèse moins lourd. Si en sortie de boitier on a donc peu de pertes, si on enregistre à nouveau le fichier en jpeg ou si on le modifie dans un logiciel de post-traitement à chaque fois la compression va regrouper les teintes les plus proches ce qui va donner par exemple ceci :


    image-jpg02


    On voit tout se suite ici que l’on a perdu des nuances dans les verts.

    Lors de l’enregistrement de l’image en jpg tout va encore dépendre également du taux de compression que vous allez allouer à votre fichier, plus vous compresserez plus vous perdrez de nuances car le logiciel va regrouper les teintes proches en un seul bloc et plus vous compresserez plus il va élargir sa zone de regroupement afin que le fichier final pèse moins lourd.

    La compression est appliquée lors de l’enregistrement de l’image par le logiciel, cela signifie donc qu’il faut éviter d’enregistrer plusieurs fois une image au format JPEG car elle va être dégradée au fur et à mesure et re-compressée à chaque fois. Ce qui sera le cas si vous procédez à des retouches en post-traitement.

    Si vous partez d’un JPEG (issu d’un jpg boitier ou d’un raw), ouvrez le fichier JPEG, enregistrez le tout de suite en TIF, non compressé donc non destructif. Faites vos modifications, quand vous avez fini enregistrez votre fichier toujours en tif. Plus tard, le lendemain, si besoin, reprenez vos modifications là où vous les avez laissées et ne sauvez en JPEG que lorsque vous avez totalement terminé votre post-traitement et que vos images doivent passer par le web.

    Voilà pourquoi il est important de savoir que le fichier jpeg de très bonne qualité au départ peut se dégrader au fur et à mesure si vous travaillez dessus. Ce n’est pas la peine de prendre des photos au format raw si vous sauvegardez votre image en jpeg, et quand vous retravaillerez dessus sans l’enregistrer dans un format non destructif vous aurez autant de pertes que si vous travaillez sur un fichier jpg sorti du boitier. On ne travaille jamais sur du JPEG.

    On enregistre en jpg le fichier final uniquement si il est destiné au web ou à être transférer vers un labo en ligne. Vous n’oublierez pas alors de spécifier lors de l’enregistrement en jpeg, haute qualité (qualité 12 sous Photoshop) ou compression minimum.

    A propos du jpeg boitier : Les fichiers des APN aujourd’hui sont souvent nettement plus « propres » qu’avant et supportent mieux les mauvais traitements mais ce n’est pas une raison pour travailler sur un jpg, si vous voulez garder toutes les qualités de votre image, que vous partiez d’un raw ou d’un jpg sauvegardez en tif avant de travailler dessus.

    P.S. Pour les fichiers raw, ne pas oublier que ce n’est pas un format universel, chaque marque d’appareil photo a « son » raw qui peut-être modifié au fur et à mesure du temps par le constructeur de votre boitier. Il n’est absolument pas certain que vous pourrez rouvrir un fichier raw de votre boiter dans 5 ou 10 ans, par précaution sauvegardez en tif même si vous ne pensez pas faire de retouches.

    Le tif comme le jpg sont des formats universels reconnus par tous les logiciels.

    Quand vous sauvegardez un raw sauvegardez le tout de suite en tif en non en jpeg ! Les disques actuels ont des capacités énormes il n’y a donc plus de raison de de ne pas garder la qualité maximale des fichiers.

    Autre avantage de la sauvegarde en tif : Le raw et je jpg boitier sont vos négatifs, on ne travaille jamais directement dessus, si jamais vous avez fait une bêtise sur un post-traitement vous pourrez ainsi toujours reprendre le fichier original pour retravailler dessus en tif. Qui n’a jamais par accident réduit une photo pour le web et s’être aperçu trop tard qu’il a enregistré l’original en 600 x 400 ! Adieu le tirage papier de sa superbe photo originale… parce que bien entendu quand on fait une bêtise c’est toujours sur la meilleure image hein ;-) Donc on ouvre l’original et tout de suite on fait la sauvegarde en tif, comme ça au moins quoi qu’il se passe l’original reste intact.

    NOTE : Chaque logiciel utilise un moteur de compression d’origine différente puisque cette technologie est dite ouverte, c’est-à-dire que chacun est libre de produire un programme qui sait lire ou écrire des images en JPEG.
    Chaque logiciel a aussi sa propre façon de noter la qualité ou le taux de compression. Ce n’est pas parce qu’on compresse à 50% sur deux logiciels différents qu’on obtiendra le même résultat et la même compression. Certains programmes proposent aussi des réglages qui permettent d’affiner la méthode de compression, comme l’espace de couleur (YCrCb ou RVB) ou le rapport de compression entre la lumière et la couleur (4:4:4, 4:2:2 ou 4:2:0), pour l’adapter au type d’image à traiter et au résultat recherché.


    Nouvelles normes Jpeg

    A noter que la qualité des fichiers jpg progresse régulièrement au fil des années et pour 2014, le standard est passé en version 9.1 le 19 janvier 2014 et reçoit deux améliorations majeures :

    • la possibilité d’utiliser une méthode de compression sans pertes, qui reste compatible avec les moteurs de compression matériels existants
    • la possibilité d’encoder chaque couleur sur 12 bits


    Gamme et profondeur des couleurs étendues

    Elle améliore pour commencer la prise en charge d’espaces colorimétriques étendus. Elle permet ainsi d’obtenir une plus grande saturation des couleurs sans avoir recours à un profil comme l’Adobe RGB, ce qui facilite son utilisation et assure un rendu plus fidèle lorsqu’un des éléments de la chaîne ne peut restituer qu’un espace conventionnel.

    Cette nouvelle version aussi identifiée libjpeg9a porte au passage la profondeur des couleurs maximale de 8 à 12 bits, c’est-à-dire le nombre de nuances de 256 à 4096 pour chaque canal RVB.


    Compression sans perte

    Un an plus tôt, le 13 janvier 2013, la libjpeg 9 avait apporté une option de compression sans perte (lossless). Celle-ci repose sur les mêmes tables de codage de Huffman utilisées habituellement, ce qui présente l’intérêt, par rapport au JPEG-LS ou au JPEG 2000, de permettre le décodage des images compressées sans perte avec la même méthode et donc avec le même décodeur qu’avec les autres JPEG, à la seule condition qu’il prenne en charge l’encodage en RGB en plus du Y’CrCb historique.

    Ce qui permet à nos appareils photos de donner des jpg natifs de plus en plus qualitatifs. Cela étant ce n’est toujours pas une raison de travailler sur ces fichiers en post-traitement, certains logiciels de retouches travaillent toujours sur du jpeg 8 bits et pas forcément sans perte. De toute façon les compressions successives finiront par abîmer le fichier. Donc je le dis et je le répète, on travaille sur un fichier tif.

    Pour les débutants c’est facile, vous ouvrez votre fichier dans votre logiciel de retouches, vous allez dans le menu fichier, choisissez enregistrer sous… là vous choisissez l’extension .tif et vous cliquez sur enregistrer. Un nouveau fichier sera créé sur votre disque dur. Vous aurez donc un fichier 1234. jpg et un fichier 1234.tif sur le disque dur. Votre jpg est donc votre négatif et vous pouvez maintenant travailler sur le fichier tif.


    29 responses to “Pourquoi faut-il sauvegarder vos photos en .tif”


    • pepite

      J’en avais déjà parlé mais sans m’étendre sur le sujet, là je suis entrée dans des explications plus techniques mais j’ai essayé d’être la plus claire possible afin que la lecture ne soit pas trop rébarbative pour les débutants ;-)


    • Corbes

      C’est vrai que je n’avais pas pensé à la non perrenité du format RAW. Peut-être la solution, si on ne veut pas s’encombrer des fichiers tiff serait de sauvegarder en psd, mais alors, on se marie avec Adobe !

      Je crois que tu as raison, pour les très bonnes images, il faut en passer par le tiff, pour le moment.

      Pas marrant la question de la sauvegarde !!!

      ;-)


    • pepite

      Et le psd est encore plus lourd que le tif par contre c’est un moyen de sauvegarder les calques en cours si on a pas terminé le post-traitement (attention chaque calque prend le même poids que l’image originale donc si on a 10 calques le poids du fichier enregistré sera multiplié par 10). Je fini toujours pas re-sauvegarder en tif et je ne garde pas les psd que j’emploie très rarement, seulement quand il est deux heures du matin et que je veux terminer mon post-traitement le lendemain à la lumière du jour, (la lumière électrique ayant une incidence sur les couleurs des fichiers vus à l’écran).


    • cristol52

      Bonsoir,
      dans votre très claire explication de sauvegarde en .tif, il me semble qu’il s’est glissé une petite erreur ; c’est le tif qui est le négatif numérique, pas le jpeg…
      A part cela, j’aime bien votre blog, que je consulte souvent…


    • pepite

      Tout dépend du fichier de départ, si la photo a été prise en jpeg, le négatif est le jpeg (sortie de boitier non post-traitée). Par contre effectivement si le fichier de départ est un raw, le négatif sera le .tif puisque l’image sera sauvegardée en .tif à partir du raw. Dans un cas comme dans l’autre, le tif de sauvegarde, à partir du moment où il n’a pas encore été post-traité, deviendra un négatif à partir duquel on pourra travailler sur la photo puis l’enregistrer sous un autre nom une fois post-traité.


    • Corbes

      Comme d’hab, je ne sais pas ou mettre mon info. Cette catégorie me parait la plus appropriée. Pépite, tu sauras surement la remettre au bon endroit ! ;-)

      Sur dpreview, excellent article expliquant physiquement l’influence des paramètres d’exposition sur la montée du bruit (en anglais, hélas). Même si la conclusion n’est pas nouvelle, l’explication scientifique est intéressante.

      dpreview_what-s-that-noise-shedding-some-light-on-the-sources-of-noise

    • Personnellement ,je sauvegarde en RAW ainsi qu’en Psd ,je ne suis pas spensorisé par Adobe mais ce sont les deux formats élémentaires pour ne pas detruire une prise de vue .
      Garder la pérénité d’une photo est là réellement le problème car personne ne sait combien de temps une photo sera sauvegardée dans les meilleurs conditions
      Chez Pentax ils ont eu l’idée intelligente de pouvoir faire le choix du raw mis a part le format natif du capteur ,de pouvoir choisir directement le Dng ,je sauvegarde mes fichiers ainsi ,excusez moi c’est je sais Adobe le concepteur qui voulait standardiser ce format ,malgré tout son idée était bonne car n’importe quel logiciel peut le traiter autre que les suites adobe
      En plus vous n’avez plus la dictature des mis a jour des logiciels graphiques pour lire de nouveaux formats raw de nouveaux boitiers
      et que l’on vienne pas dire que le dng est une perte en qualité par rapport au format dédié ,vous ne le constaterez jamais sur un raw a moins de faire parti de ces élitistes un peu integristes qui pensent que le raw doit etre d’origine ,je vous mets au défit de reconnaitre un raw d’un dng enfin pour vous dire qu’il faut conserver vos raw qui représente ce qu’étaient vos négatifs en argentique
      Si vous avez fait le choix de travailler sur photoshop ce qui n’est pas une maladie honteuse sauvegardez en Psd également
      Le seul problème est la capacité des disks durs ,et là ,je n’ai pas de réponse
      Dernière chose peut etre un peu idiote ,je sauvegarde deux fois mes prises de vues sur deux systèmes différents
      bonne soirée


    • pepite

      Merci Corbes j’irai lire l’article demain :-)
      Bonne soirée à vous deux :-)


    • Corbes

      Tout à fait d’accord avec toi, Michel. Je photographie également uniquement en RAW et je stocke sur 3 supports différents. Par contre, je n’ai pas encore essayé le DNG. Bizarre que ce format Adobe, pourtant libre d’accès, n’ait pas eu plus de retentissement.

    • Je pense Corbes qu’il y a une histoire commerciale là dessous ,les editeurs preférant travailler avec des mis a jour ce qui est plus lucratif en changeant leurs modèles de boitiers, je t’assure les Raw DNG sont d’une qualité irréprochable ,tu peux telecharger sur le site d’Adobe le convertisseur DNG ,sur Lightroom tu peux aussi sauvegarder des fichiers de cette façon
      bonne journée l’ami


    • pepite

      Le plus simple est tout de même de sauvegarder en tif qui est reconnu par tous les logiciels.

    • tu sais Pépite Le raw reste ton négatif pour parler argentique et la place je ne te dis pas

      je te donne l’exemple de mon Pentax

      70 M0 a 80MO en Raw , 220 MO en Tif
      tu sais le natif reste la meilleure sauvegarde ,personnellement j’en suis certain , c’est simple aussi
      bonne journée Pépite


    • pepite

      Non le natif n’est pas la meilleure sauvegarde, il change suivant les boitiers et les marques.
      Le tif est reconnu par tous les logiciels, et c’est du non compressé, il est donc logique que les fichiers soient un peu lourd surtout si il y a beaucoup de détails dans l’image. Un fichier tif de sauvegarde issu d’un Pentax K50 pèse en moyenne 47 Mo, ce n’est vraiment pas si lourd.
      Au prix réduit des disques durs actuels il ne faut pas s’en priver.

      Un disque de 500 Go = 512 000 Mo (1go=1024 mo soit 1024×500=512.000 mo) de quoi stocker 10 800 photos issues d’un full frame et le double sur un disque d’1To soit plus de 21 000 photos.
      Un disque externe Western Digital WD My Passport Ultra 1 To vaut 114 euros pour stocker plus de 21 000 photos. Franchement ça vaut le coup.

      Si je prends l’exemple du full frame A7 avec capteur de 24 millions de pixels un fichier de sauvegarde en tif fait 69 Mo environ.
      On sauvegarde donc 7 400 photos sur un disque dur de 500 G0 et 14 800 sur 1To.
      Je ne garde que les photos intéressantes et comme je n’ai pas la déclenchite aigüe je n’en prends pas 15 000 par an.

      Sur un disque dur externe WD My Passport Ultra 2 To le prix de revient baisse encore puisqu’il vaut 159 € et on y stockera soit 42 000 photos de mon Pentax K50 ou 30 000 de Mon full frame Sony.

      Quand on s’achète du matériel à plus de 1000 euros ou 2000 euros on peut mettre 100 euros dans un disque de sauvegarde.

    • Donc si je te comprend bien Pépite ,tu ne gardes aucun Raw ,ça me surprend simplement de ta part car tu es très professionnelle dans ta démarche photographique,enfin je pense que c’est très personnel ,si tu crois que c’est la meilleure sauvegarde tu as tes raisons certainement
      Personnellement pour moi ce n’est pas la meilleure sauvegarde car je peux a la demande retravailler toutes mes photos si ce n’est que dans la balance des blancs pour des effets photographiques etc…..mais chacun sa cuisine !
      bonne soirée Pépite


    • pepite

      Tous les pros sauvegardent en tif. Je connais des pros qui ne prennent qu’en jpeg. Je ne prends des raw que lorsque la lumière est très difficile, la qualité des jpeg est maintenant excellente avec la plupart des boitiers haut de gamme et quand j’achète un boitier je fais très attention à la balance des blancs, à la colorimétrie… et à la dynamique. J’ai la chance d’avoir des boitiers très fidèles à ce point de vue, et puis si jamais il faut toucher ou légèrement rectifier on fait ça très bien avec Photoshop CS ou Lightroom. De plus je travaille toujours avec la fenêtre des infos colorimétriques ouverte donc je sais exactement en permanence la valeur de chaque teinte, des blancs, des noirs, des gris et des couleurs.
      On peut très bien retravailler un tif comme un raw, c’est du sans perte avec le tif.

      Quand je travaillais sur des flacons de parfum par exemple je peux te dire qu’il fallait vraiment que la couleur du parfum et de la bouteille soient hyper fidèles et on faisait tirer des cromalins à chaque fois avant de passer à l’impression.

    • Comme je te le disais ,chacun sauvegarde selon ses besoins mais pour moi si des pros sauvegardent en Jpeg Pépite ,permets de douter de leur qualificatif de professionnels ,c’est aberrant ,un format déjà destructif au depart alors …………….


    • pepite

      Je n’ai pas dit qu’ils sauvegardaient en jpeg, j’ai dit qu’il photographiaient en jpeg, ils sauvegardent en tif.


    • Corbes

      Que voilà une discussion intéressante, bien dans l’esprit de ton blog, Pépite.

      Je me permet d’y mettre mon grain de sel.

      En ce qui concerne la pérennité des formats de stockage, je pense qu’il faut distinguer entre les formats qui ont fait l’objet d’une normalisation, donc d’un consensus international, et les autres.

      En ce qui concerne les premiers ( ex : JPEG, TIFF), leur pérennité sur plus d’une décennie est assurée. Ils ont nécessité suffisamment d’efforts d’étude par des commissions internationales pour ne pas changer tous les ans !

      Pour les autres, issus généralement d’un ou plusieurs constructeurs en particulier, il n’y a aucune garantie sur l’avenir. L’exemple le plus criant est le format RAW, dont les caractéristiques varient d’un constructeur à l’autre et même d’un modèle à l’autre ! En terme d’anarchie, on ne fait pas mieux. Il est aberrant qu’une normalisation n’ai pas vu le jour sur ce format. Contrairement à ce que tu penses, Michel, je ne crois pas que ce soit un problème commercial : qui va choisir son boîtier en fonction du format RAW utilisé ? C’est totalement transparent pour l’utilisateur qui s’en contrefout complètement.

      Adobe a fait un effort louable en proposant le DNG et en tentant de le faire adopter par les constructeurs. Que cela n’ai pas marché reste un mystère (pb de royalties ? Connaissant la rapacité d’Adobe, ça sa pourrait bien). Donc, il a le mérite d’exister comme format de stockage secondaire mais, n’ayant jamais été élevé au niveau de norme, sa pérennité ne dépend que d’Adobe.

      Restent donc le JPEG et le TIFF. Pour l’utilisateur, ils ont leurs avantages et leur inconvénients, qui dépendent d’ailleurs du type d’utilisateur :

      - le JPEG convient parfaitement à celui qui se contente de ce qui sort de son boîtier. Compte tenu des progrès des traitements d’image embarqués, c’est souvent d’un niveau très honorable. Les choses se gâtent s’il prend à l’utilisateur l’envie de retoucher son image : le codage sur 8 bits des couleurs révèle alors ses faiblesses et conduit à des dérives ou artefacts dès que l’on touche trop à l’image. Il semble qu’il y ait dans les tuyaux une évolution de ce format qui coderait sur 12, 14 ou 16 bits. C’est un progrès…pour les nouveaux boîtiers qui l’utiliseront. Restera le problème de la compression.

      - Le TIFF est parfait. Il passe partout et n’est absolument pas destructif. Le rêve, quoi ! Sauf que le rêve a un prix : le poids des image, non compressées. Certe, le prix des périph de stockage a baissé, mais si l’on considère qu’il faut 2 copies en plus de l’original pour une parfaite sécurité, ça finit quand même par faire cher.

      Donc, restent le RAW ou le DNG. Ils ne sont pas parfaits, leur survie dans le temps n’est pas garantie…mais ils sont quand même bien pratiques (très peu destructifs tout en ayant un poids d’image raisonnable, codage sur 16 bits / couleur).

      A chacun donc, de voir ce qui lui convient le mieux, qui à les utiliser tous suivant les cas !

      je prends l’exemple de mon modeste cas. Je dis modeste car mon travail de petit amateur ne saurait se comparer à ce que j’ai pu admirer des vôtres. J’ai longtemps filmé en JPEG sans me poser de questions. Puis, ayant acquis des boîtiers plus performants, l’envie est venue de retravailler les images. Ayant du mal à choisir, j’ai pris l’option ceinture + bretelles, c’est à dire que je filmais en JPEG+RAW. Super, sauf que s’y reconnaître et classer les fichiers entre JPEG natif et JPEG issus de RAW, plus les RAWdevenait un vrai cauchemar !

      Comme j’ai du temps, que j’ai toujours aimé bidouiller les images et que j’ai Lightroom, j’ai fini par ne plus filmer qu’en RAW. En plus, être obligé de retravailler toutes le images (le RAW développé dans LR est assez décevant tel quel) m’oblige à faire du tri que j’aurais la paresse de faire sans cela !

      Reste le stockage final. Pour la conservation, je garde las RAW qui, grâce au fichier des modif que LR associe à chaque image, est toujours réversible (pas besoin de faire une copie de chaque image originale). Oui, je sais, Pépite, je vois tes cheveux se hérisser sur ta tête tandis que tu me dis : et si tu n’as plus LR, tu fais quoi ? Je te répondrais, pour mon cas, qu’ayant 77 ans, je pense que LR existera encore quand je serais parti faire de la photo très aérienne !

      Pour les quelques photos que je donne à tirer en A3, je donne des fichiers en TIFF.

      Quand aux photos que montre sur mon Mac, je les convertis en JPEG et les intègre dans l’appli Photo du Mac.

      Puis j’ai 2 sauvegardes du tout : Time Machine du Mac sur un disque externe (qui me permet aussi de récupérer des photos jetées mais qui me manquent tout à coup !) et un clone du disque du Mac que je fais sur un autre disque externe une fois par mois.

      Et c’est tout ! Ici s’arrête la (longue) réflexion que m’a inspiré cet intéressant échange.

    • Ton exposé est clair et limpide mon cher Corbes ,tes arguments tiennent la route ,je pense aussi que ça reste un problème malgré tout personnel selon l’usage que l’on veut faire de ses photos ,il n’y aura jamais le type idéal de sauvegarde ,tu as 77 ans et moi 65 ,effectivement Lightroom nous survivra mdr !!!!
      oh fait les amis j’ai essayé le nouveau lightroom 6 ,très agréablement surpris par des innovations et pas des moindres ,je les ai essayées ,je suis conquis par les modes de fusion hdr et panoramiques ,j’ai fait l »essai sur sur dix photos en pano ,bon ça rame un peu mais le resultat est là!!!! quand au Hdr pareil et d’une facilité déconcertante sans etre obliger de faire appelle a un logiciel spécialisé
      la reconnaissance des visage est tres bonne egalement et le must aussi du filtre degradé en combinaison avec le pinceau pour elaborer des masques pour supprimer l’effet du filtre degradé par dessus par exemple des monuments
      un filtrage aussi multiple dans le catalogue,et aussi une meilleure gestion de la carte video
      je vous le conseille ,rien de plus
      bonne soirée a tous


    • pepite

      Chacun travaille effectivement à sa convenance, moi je travaille sur mes tif sous Photoshop CS, je hais Adobe depuis qu’il a décidé de faire passer Photoshop CS en abonnement mensuel à un prix de revient… mais je ne pourrai pas m’en passer, j’ai la version tout juste précédente qui me convient parfaitement pour tout et permet énormément de retouches, filtres etc (plus que Lightroom dès qu’on attaque un travail poussé mais c’est normal vu le prix de Photoshop CS). Tant qu’il restera compatible avec mon système d’exploitation je le garderai. Lightroom et Photoshop CS se complètent bien.

      On a tous nos habitudes ;-)


    • Corbes

      D’accord avec toi, Michel, la mouture 6 de LR vaut vraiment le coup, ne serait-ce que pour les deux fonctions que tu cites. Premier HDR hier d’une simplicité et d’une qualité sans faille. Par contre, la fonction pano me semble assez pointilleuse : j’ai essayé hier avec des images que j’avais déjà utilisées sans problèmes pour faire des panos avec PS Eléments et j’ai eu à chaque fois le même message : « pas assez d’infos pour aligner les images ».

      Je réessaierai en essayant de recouvrir plus les clichès.

      Le plus de LR : il reste sans abonnement !!! (pourvu que ça dure…)

      Bon week-end du 1er mai à tous. Si je pouvais joindre une image, je vous enverrais quelques clochettes :-)

    • Pour les panos Corbes il te faut un recouvrement de chaque photo de 30% j’ai pris cette habitude et là tu n’auras plus aucun problème car là les infos seront là pour l’alignement
      J’ai étudié de très près la technique de Arnaud Frich qui est pour moi une référence en Panoramique
      Pour en revenir à Lightroom6 ,le seul petit problème qui n’en est pas un si tu es patient c’est que ça rame un peu
      a vous tous aussi je vous souhaite un bon week end prolongé un peu pluvieux en Vendée !!!


    • pepite

      Même temps sur la Beauce, il pleut depuis trois jours mais ça semble s’arrêter depuis ce matin même si ça reste bien humide !

      Pour les panos Sony fait ça dès la prise de vue en montage automatique même avec les full frame, quel gain de temps ! ;-)

      En mode pano, on appuie sur le déclencheur on pivote sur soi-même, le boîtier prend X photos pendant ce temps là, on relâche le déclencheur, on attend 2 secondes et voilà le panoramique est tout monté de façon impeccable. On peut spécifier les sens du panoramique, gauche —> droite ou droite —-> gauche ou même des panos verticaux haut —-> bas ou bas —–> haut. En mode paysage comme en mode portrait… Merci Sony ;-)

      L’hybride full frame Sony A7 (réglé en panorama mode large dans les menus) pour le panoramique par balayage donne des images de 12 416 x 2 014.
      Le plus étonnant c’est qu’une fois en prenant un panoramique à main levée mais en étant un peu gênée j’ai fait de légères vagues à la prise de vue, je m’attendais à devoir reprendre mon panorama, et bien… le boitier m’a donné un panoramique impeccable en repérant malgré tout tous les pixels à faire coincider entre chaque image prise par le boitier !!!!! Même les Sony Nex et a6000 sont pourvus du mode panorama par balayage à montage automatique.


    • Corbes

      Ben oui Pépite…mais on a pas un Sony A7 !!!

      En passant, en ce 1er mai, je te souhaites une année la plus heureuse possible :-) :-) :-)


    • pepite

      Merci Corbes :-)

      Pour toi aussi une année pleine de joies et de bonnes surprises :-)

      Les autres marques commencent à s’y mettre aussi, l’excellent petit Panasonic GM5 micro 4/3 offre aussi un mode panorama par balayage :-) Je pense que toutes les marques vont bientôt l’offrir sur leurs boîtiers. Bien sûr si on ne l’a pas il faut faire autrement ;-)

    • Une bonne nouvelle les amis ,je reçois dans une semaine mon Sony7 Mark2 avec un nokton 1.5 50mm dessus !!
      on va attendre un peu de vendre du materiel pour completer avec le zeiss 16/ 35 , j’ai hâte!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      pour cueillir le muguet Pépite ,prends ton parapluie ,bon week a tous
      Je voulais aussi te remercier Pépite ,car ces choix que j’ai faits sont en grande parti grâce a toi et ton blog ,je te suis reconnaissant


    • Corbes

      Houh là, là, Michel, Noël en mai !!!?

      Petit veinard, va. La bonne nouvelle pour nous est que ta superbe photothèque va encore s’agrandir.

      On a hâte de voir…

    • Merci Corbes
      La Vendée est sous la pluie ,j’espère qu’il n’en est pas de même pour vous tous ,alors aujourd’hui pas de photos hélas
      Bises à toi Pepite


    • pepite

      Michel, j’espère que tu seras content de ton achat et c’est effectivement plus raisonnable d’attendre de voir si tu t’entends bien avec ton boitier Sony avant de vendre tout ton matériel.
      Il faut un peu de temps pour s’habituer au boitier, mais l’ergonomie est vraiment exemplaire quand on a pris ses marques.

      Pour ce qui est du muguet il en pousse dans mon jardin donc pas de souci pour cette vilaine pluie qui ne cesse de tomber elle aussi sur la Beauce depuis 4 jours. Vous verriez la tête de mes 4 petites poules « Soie » par ce temps !!!! Chiffon porte bien son nom en ce moment ! De blanche est elle passée à blanche et marron et est complètement hirsute, heureusement ses plumes sont… je dirai presque auto nettoyantes, dès qu’il fait beau elle redevient vite blanche en quelques jours et semble alors avoir eu un brushing.

      J’ai profité du vilain temps pour me rendre à Paris à la foire de Paris hier, mais c’est vraiment immense, sur les 7 halls je n’ai pu en parcourir que deux. J’ai vu des choses intéressantes dont certains gagnants du concours d’innovation « Lépine », ça faisait longtemps que je n’avais pas pris un bain de foule ! Pas de photos car c’était bondé. Vous me direz quelle idée d’aller à ce genre d’exposition un samedi où c’est forcément un des jours où il y a le plus de monde, c’est pas faux ;-) mais c’était quand même très sympa même si je n’ai pas vu tout ce que je voulais voir.
      Par contre j’aurai dû y aller en train, Paris est de plus en plus infernal pour trouver une place pour se garer, en plus payant… pour deux heures max ! Je me suis donc garée à 3 kms de la porte de Versailles et Ouf en revenant à ma voiture plusieurs heures plus tard elle n’était pas partie à la fourrière.

      Passez un bon dimanche certes surement encore un peu humide mais sait-on jamais le soleil viendra peut-être nous faire un clin d’oeil :-)


     Leave a reply