• Pentax K3 II, des améliorations intéressantes


    PENTAX-K-3-II


    Comme d’habitude Pentax propose une version améliorée d’un boitier déjà existant. Pas de révolution mais par contre cette fois-ci les améliorations sans être spectaculaires sont intéressantes pour son reflex APS-C haut de gamme.

    On retrouve exactement le même look, ne cherchez pas les différences à ce point de vue. Même boîtier en alliage de magnésium. On retrouve également le même capteur 24 millions de pixels stabilisé dépourvu de filtre passe-bas, commutable et ajustable, le même viseur reflex 100 %, le même système autofocus à 27 points dont 25 en croix, le même écran 3,2″ malheureusement toujours fixe, le boitier tropicalisé (étanche à la poussière et au ruissellement) et le déclenchement silencieux.

    Le point le plus important se trouve au niveau de la stabilisation nettement améliorée.
    Pentax annonce une stabilisation qui compenserait jusqu’à 4,5 vitesses, dans la pratique, le gain ne sera surement pas aussi important, mais sera nettement plus élevé qu’avec la stabilisation du K3.

    Pentax ajoute le « Pixel Shift Resolution System » un dispositif destiné à améliorer la qualité des images. Pour mieux comprendre lorsque l’appareil est sur pied, un module déplace le capteur sur une distance d’un photosite, ce qui permet de cumuler 4 images où, pour chaque pixel, on récupère les informations RVBV. La reconstruction de l’image ne se fait plus par interpolation, mais en assemblant les informations de chaque couche. La résolution est améliorée, et on retrouve la totalité des informations enregistrées par le capteur 24 Mpix. Cela permettra également d’éliminer le moiré sans flouter l’image. Attention : Le système de décalage de pixels ne fonctionne bien qu’avec un boitier parfaitement stable et immobile. La fonction « Pixel Shift Resolution System » ne sera donc à utiliser que lors de l’utilisation d’un trépied.

    La rafale (8,3 i/s) profite d’un buffer enfin plus important : 23 images en Raw et 60 en Jpeg.

    Le voyageur va pouvoir profiter pleinement de ses images sans avoir à noter où il les a prises : un GPS a été ajouté. Et non seulement il permet d’enregistrer la position, mais aussi de compenser le mouvement des étoiles en prise de vue nocturne. Le traceur astronomique est inclu, ce qui permet de suivre le mouvement des étoiles pour allonger le temps de pose. Il n’y a donc plus besoin de module externe. Le capteur peut compenser les mouvements de rotation et de révolution de la terre en longues poses avec la fonction Astrotracer. Il faut pour cela qu’il sache où il est à la surface de la Terre, il faut donc un GPS, voilà qui est fait. C’est très intéressant pour ce genre de prises de vues. Avec cette fonction terminé les étoiles qui se transforment en traits sur vos photos ;-)

    K3_II_cote_gps



    pentax-k-3-II-dessus


    Le Pentax K3 II perd par contre le flash. Avec les possibilités de montées en sensibilité ce n’est pas une grande perte sauf quand on désire déboucher des ombres sur des images en contre-jour. Plus ennuyeux, même si les flashes intégrés ne sont pas très puissants, il servent souvent à piloter des flashs distants, les portraitistes seront donc déçus. il faudra passer à l’AF360 FGZ II (349 €) pour piloter un système sans fil. Ceci dit la plupart des boitier experts ou pro ne proposent pas de flash intégré.

    Dans les corrections de paramètres de correction des défauts optiques Ricoh ajoute la correction de la diffraction au K3 II.

    Côté sensibilité : celle-ci s’étend de 100 à 51 200 ISO.


    k3_2_dos


    Un oubli : en vidéo il faudra toujours se contenter d’un micro mono. Le boitier dispose néanmoins d’une prise stéréo pour un micro externe et d’une prise pour un casque audio. Le niveau sonore de l’enregistrement peut être réglé manuellement. Dommage que Pentax n’ait pas pensé à ajouter un micro stéréo intégré à l’heure où beaucoup de personnes apprécient de pouvoir également filmer avec leur appareil. Le K3 II est donc destiné en priorité à la photo, il filme néanmoins en Full HD (1 920 x 1 080 pixels) à 30 i/s.

    Un mode intervallomètre est présent, qui enregistre en résolution 3 840 x 2 160 p.

    Le Pentax K-3 II comme son prédécesseur est équipé d’un double slot pour carte SD.

    Dimensions : 132.1 x 99.1 x 78.7
    Poids : 799.5 grammes avec batterie et carte mémoire.

    Une aberration à l’heure actuelle : Toujours pas de Wi-Fi !

    La bonne nouvelle : il sort à un prix en dessous du prix du K3 lors de sa mise sur le marché (le K3 avait été lancé à 1300 euros nu) et symboliquement sous les 1000 euros en boitier nu (à un centime près).

    Le Pentax K-3 II sera disponible incessament aux prix suivants :
    • K-3 II nu : 999 €
    • Kit 18-55 mm : 1100 €
    • Kit 18-135 mm : 1400 €

    Pas de quoi remplacer un Pentax K3 sauf si vous êtes fan des prises de vues de ciels nocturnes. Par rapport aux hybrides le reflex Pentax K3 II n’apporte rien de plus mais pour ceux qui possèdent des optiques APS-C de la marque cela peut être intéressant.

    __________________________________________________________
    Voir aussi (cliquez sur les liens) :

    Pentax K3

    Quelques bons objectifs pour les réflex Pentax


    3 responses to “Pentax K3 II, des améliorations intéressantes”


    • pepite

      Un excellent boitier et un parc optique qui contient des objectifs d’exception. Certains des objectifs dédiés au full frame sont d’ailleurs utilisables sur les hybrides Sony (avec une bague d’adaptation).

      Un regret : l’écran toujours fixe.

      Pour moi son plus gros intérêt est son GPS intégré et le module Astromaster intégré. Il reste aussi intéressant en animalier sauvage et pour le sport avec l’excellent 300mm f/4 équivalent 450mm à un prix raisonnable pour ce type de focale (environ 1000 €).

      En paysage il est nettement battu par les hybrides Sony full frame grâce à leur dynamique plus étendue et à une richesse des nuances incomparable.


    • pepite

      A noter à propos de images prises avec le mode de décalages de pixels comprenant 4 images décalées (« Pixel Shift Resolution System ») pour le mode Raw :
      Les logiciels ne vont pas reconnaître que ces DNGs contiennent de multiples expositions. Ce que cela signifie est que si vous ouvrez une image DNG en mode « Pixel Shift Resolution System » dans Photoshop, Lightroom ou DxO Optics Pro, vous aurez une image utilisable, mais ce sera seulement une seule image, les 3 images supplémentaires seront complètement ignorées.

      Vous aurez besoin de la dernière version du logiciel de l’utilitaire de l’appareil photo de Ricoh pour gérer les images en mode « Pixel Shift Resolution System » en format Raw. Les autres logiciels auraient besoin de mises à jour pour être en mesure de gérer les raws en « Pixel Shift Resolution System » correctement. Donc, si vous cherchez à prendre des raws dans ce mode, ne pas oublier que le plus probable est que vous aurez seulement une exposition unique représentée.


    • pepite

      Pfuuu j’aurai dû me relire mieux hier ! J’ai corrigé quelques fautes dans l’article ;-)


     Leave a reply