• Hybride Leica SL, un gros pavé, lourd, cher et nouvelle monture

    leica_sl


    Le SL reprend le concept du Leica Q avec un autofocus et un viseur électronique intégré, le même capteur 24 millions de pixels full frame. Il prend la taille d’un très gros reflex et pèse un cheval : 847 grammes sans objectif !  Ce n’est pourtant pas l’aluminium dont est fait le boitier qui doit peser lourd. Et une taille de 14.7 x 10.4 x 3.9 cmm.

    Oubliez la stabilisation par le capteur, le SL ne sera stabilisé que si vous achetez des optiques qui le sont… et Leica a choisi de sortir le SL avec une nouvelle monture d’objectif. Pour monter vos « vieux » objectifs Leica si qualitatifs il vous faudra acheter une bague d’adaptation.

    Caractéristiques :

    • Capteur : Cmos 24 x 36 mm 24 Mpxl sans filtre passe-bas, nettoyage ultrasonique
    • Déf. max. : [3/2] 6 000 x 4 000 pxl
    • Protec. du boîtier : Construction en aluminium massif fraisé, joints de protection
    • Stabilisation : Non
    • GPS : Intégré
    • WiFi : 802.11 b/g/n
    • Monture : Leica L, objectifs adaptables en monture Leica M, PL, R, S et T avec bagues d’adaptation
    • Sensibilité : 50 – 50 000 Iso
    • Vidéo : 4K à 30 im/s ; Full HD jusqu’à 120 im/s ; HDMI 4.2.2 ; son stéréo et entrée micro

    leica_sl_dos

    • Formats de fichiers : Jpeg, DNG 14 bits, MP4, MOV
    • Espaces de couleurs : sRVB, Adobe RVB, ECI RVB
    • Autofocus : mémorisé ou continu avec les objectifs SL et T
    • Mise au point : Manuelle, LiveView, loupe et focus-peaking
    • Modes d’exposition : Auto priorité ouverture, vitesse, mode programme ou manuel
    • Mesure d’exposition : Matricielle, pondérée centrale, spot
    • Compensation d’exposition. : +/-3 IL par 1/3 IL
    • Bracketing : 3 à 7 vues, HDR en Jpeg


    leica-SL-dessus

    • Vitesse : 1/8 000 à 60s, pose longue 30 min
    • Rafale : 11 im/s buffer 33 DNG (avec mise au point sur uniquement la première image).
    • Balance des blancs : Réglages par type de lumière, par K, par point gris
    • Prise flash : Griffe et raccordement synchro
    • Flash intégré : non
    • Contrôle du flash : Synchro 1/250s, pilotage TTL synchro lente, synchro rapide, second rideau
    • Viseur électronique: EVF 4,4 Mps, 0,80x, SXGA+ d’Epson
    • Écran : LCD TFT 2,95’’, 1 millon de points, (on a vu mieux) verre anti-rayures, tactile, fixe
    • Affichage : Zoom, index, données
    • Stockage : 1 port SD UHS II + 1 port SD UHS I
    • Interfaces : USB, HDMI, adaptateur audio
    • Accessoires fournis : Accu, chargeur, bandoulière, câbles, manuel, lingette nettoyage, licence Lightroom
    • Alimentation : batterie Li-ion, 8,4 V, 1 860 mAh
    • Dimension : 14.7 x 10.4 x 3.9 cm
    • Poids : 847 g boitier nu.


    Prix : 6 900 euros boîtier nu

    Au lancement le SL disposera d’une seule optique un Vario Elmarit 24-90 mm f/2.8-4 ASPH. Un monstre de 1,14 kg ! vendu 4 300 euros qui sera rejoint par un téléobjectif au second semestre 2016 (APO-Vario-Elmarit-SL 90-280 mm f/2.8-4) et par un Summilux 50 mm f/1.4 ASPH au dernier trimestre 2016. D’ici un an, le SL n’aura donc que 3 optiques disponibles… mais aucun grand angle.

    Soit une facture de 11 200 euros pour le kit boitier + objectif. Sony que l’on trouve de plus en plus cher a encore de la marge face au Leica !

    A noter : les nouvelles optiques en monture « L » pour le Leica SL n’ont PLUS de bague de diaphragme. Absence également sur les optiques de l’indication des distances et de la pdc, dommage pour des objectifs de ce prix !!!

    Leica-SL-et-objectifs

    Le système autofocus est vraisemblablement un système autofocus Panasonic.

    Des photos issues du Leica SL sont déjà disponibles sur DPR :

    —–> leica-sl-real-world-samples-gallery

    Le changement de monture s’explique par le fait que le boîtier SL n’a pas le tirage optique des modèles argentiques, il n’est donc pas compatible de manière native avec les optiques R. Il faudra donc les utiliser avec une bague d’adaptation.

    Disponibilité : novembre 2015.


    Je trouve tout de même incroyable que sur un appareil de ce prix on n’ait pas de molette d’accès directs aux modes de prises de vues et à la compensation d’exposition (au minimum !).

    Pour les boutons, il faut les essayer pour connaître leur affectation par défaut, mais tous les boutons sont personnalisables. Un appui prolongé (il ne faut pas être pressé !) sur les quatre boutons autour de l’écran permet d’accéder à la sensibilité ISO, la balance des blancs ou au mode autofocus. Idem pour le bouton sur le dessus du boîtier. Par défaut, il permet de basculer du mode prise de vue photo à vidéo, mais un appui long permet d’accéder à la correction d’exposition. La molette arrière est cliquable et donne accès aux différents modes d’exposition (PSAM).

    Ergonomiquement on fait mieux, enfin c’est mon avis.


    DXOlabs Le Leica SL comparé aux Sony série A7 :


    compar_leica_SL_Sony_A7II

    DXO_a7RII_A7


    On voit bien que le Leica, au niveau du capteur, malgré son prix, ne dépasse pas les Sony et est largement en dessous du Sony A7R II.

    __________________________________________________________________

    Voir aussi (cliquez sur le lien) :

    Sony hybride full frame a7R II


    19 responses to “Hybride Leica SL, un gros pavé, lourd, cher et nouvelle monture”


    • pepite

      Pratiquement 2 kilos pour l’ensemble boîtier/objectif, un encombrement et un prix… !!!!

      Même si ce boitier est un haut de gamme, franchement ça ne me donne pas envie.


    • cristol

      Si on veut vraiment acheter « teuton », et qu’on a quelques moyens, pour assortir au Leica SL, pourquoi pas une Porsche 911 Targe 4s à 134.000 € .
      C’est beau, c’est bien fabriqué, mais c’est cher…très cher !


    • pepite

      Et la Porsche restera au garage 99% du temps car en ville franchement ça abîmerait le moteur, et la Porsche ne me tente pas plus que le Leica ;-)
      D’autant plus que pour le Leica comme le disait Corbes on ne sait pas vraiment qui fabrique le capteur (Sony ?), et quelles sont les parties fabriquées par Panasonic à part l’autofocus, bref on paie surtout le point rouge.
      C’est un peu comme Hasselblad qui relook des hybrides Sony.
      Ces marques mythiques ne sont plus ce qu’elles étaient.

      … J’ai complété un peu l’article.


    • Corbes

      J’avoue que les choix techniques de Leica me plongent dans un abîme de perplexité.

      Laissons de côté pour le moment le problème du prix, c’est une constante chez Leica et je dirais ensuite ce que j’en pense.

      A l’avénement du numérique, le moins que l’on puisse dire est que Leitz a « pataugé dans la semoule ». Leur fond de commerce s’effondrait et il n’avaient manifestement pas vu venir le coup. s’ensuivait la sortie de plusieurs modèles plus ou moins improbables qui n’avaient, de plus, pas grand chose de Leitz, sauf la pastille rouge.

      Puis, coup sur coup, trois presque sans faute : Le Leica M monochrome, le Leica M et le leica Q. Certes, ils s’adressent à des clientèles très ciblées, mais ils tiennent bien la route dans le contexte actuel.

      Puis sort cet énorme « tank », et on se dit qu’il y a un « bug dans le programme ». Voyons : Deux boîtiers élégamment conçus set équilibrés existent : Le M et le Q, ils sont tous les deux FF et le Q a déjà un excellent viseur électronique. On se dit que, pour passer à un appareil à visée numérique à optique interchangeable, il n’y a pas grand chose à faire : juste changer la monture du Q.

      Eh bien non, patatras, on nous pond cette chimère énorme et inélégante, pesant une tonne. De plus, qu’y a-t-il de vraiment Leica dans ce bidule, à part la structure mécanique du boîtier ? Comment cela peut espérer tenir la route face au Sony A7 (2, ou R, ou S, peut importe) de 2 à 4 fois moins cher ?

      Certe, certe, la qualité de fabrication du boîtier et des optiques. J’en viens donc au problème du prix : Les prix fort élevés demandés par Leica pour ses produits pouvaient se comprendre du temps de l’argentique, on achetait un boîtier Leica pour des dizaines d’années. L’évolution de la qualité de l’image ne passait pas par le boîtier, mais par le film.

      Mais, aujourd’hui, plus de film ! C’est la capteur et le traitement de l’image embarqué dans les boîtiers qui f’ait l’évolution. Donc, pour évoluer…il faut changer de boîtier. Sachant qu’un capteur est dépassé au bout d’environ 3 ans, que penser de cette politique de prix ?

      Il faudrait que Leitz invente le concept d’électronique interchangeable : Un boîtier » en béton » dans lequel viendrait s’encastrer un ou des modules comportant capteur, électronique de traitement, viseur et écran arrière. En cas ‘évolution, on changerait le module correspondant et on garderait la « mécanique » indestructible.

      Certes, plus facile dire qu’à faire…

      En attendant cet avenir improbable, mettre des prix pareils dans un produit rapidement dépassé parait peu justifié.

      Mais la magie Leica opère toujours….et les optiques sont fabuleuses !


    • pepite

      Je suis totalement de ton avis.

      Et puisque de toute façon il faudra une bague d’adaptation (à moins d’opter pour le seul zoom disponible pour le SL en monture dédiée) pour monter les optiques Leica sur le Leica SL, autant les monter sur un Sony série A7 (II, ou R, R II, S ou S II) ;-)


    • Corbes

      Sur dpreview, une bien cruelle comparaison du Leica avec des concurrents bien moins chers (Nidon D750, Sony A7 2) : la dynamique du capteur du Leica est loin derrière celle des autres.

      Décidément, Leitz devrait se recentrer là ou il est bon : le médical et l’industriel et laisser la photo, où il a complètement laissé passer le train, aux autres.

      Cruel à dire pour une firme qui révolutionna la photo, mais c’est ainsi.


    • pepite

      C’est vraiment dommage, cette marque avait une image de sérieux et était exemplaire mais depuis quelques années c’est la descente inexorable avec des prix qui n’ont plus aucun rapport avec ce qu’ils sortent actuellement.

      Ca fait tout de même de la peine pour une marque qui était symbole d’excellence et de qualité.


    • Corbes

      Oui, nous sommes à une époque cruelle, notamment dans le domaine des nouvelles technologies. Celui qui ne voit pas (ou ne veut pas voir) les évolutions venir perd un terrain bien difficile, voir impossible, à rattraper.


    • pepite

      Ça reste tout de même surprenant quand on voit certains qui se donnent le mal de surpasser tout le monde en quelques années (Sony pour ne pas le nommer).

      Quand on avait des bases comme Leica moi ça me laisse pantoise de voir qu’il sorte ce boîtier qui ne vaut absolument pas le prix qu’ils le vendent. Jusqu’à il y a encore quelque années on savait que l’on payerait un Leica très très cher mais avec une qualité technique et d’image irréprochable. Maintenant on paie juste pour avoir la pastille rouge.

      Heureusement il reste les anciennes optiques exceptionnelles qui peuvent être montée sur les hybrides Sony ou micro 4/3.


    • Corbes

      Le problème, c’est que Leica, entreprise de premier plan dans le domaine mécanique et optique, n’a pas cru au numérique. Pourquoi, difficile à dire. Peut-être parce que cala bousculait trop leur vision de la photographie, peut-être parce qu’ils auraient été obligés de s’allier avec d’autres entreprises, peut-être parce qu’ils n’ont pas cru que les capteurs numériques égaleraient, et dépasseraient un jour le film argentique.

      Bref, peu importe, mais toute hésitation dans le domaine de la stratégie se paie cher. On le voit bien avec Canon et Nikon, à la traine derrière les autres pour le passage inévitable au « mirroless », autre évolution majeure dans ce domaine.


    • pepite

      Il parait que Sony travaille sur plusieurs nouveaux capteurs, je me demande ce qu’ils vont sortir de leur chapeau de magiciens, en tout cas ils ont une sacrée équipe de chercheurs !

    • Je ne vois pas ce que je pourrai ajouter si ce n ai que je suis equipé avec des optiques Leica R : 19mm . 35mm. 90mm. 180mm apo telyt Boitier LEICA R4S2 qui continu de fonctionner tant bien que mal avec de la pellicule N/B eh oui LABO et 3 bain MARCHE TOUJOURS .
      OUI mais je suis passer au NUMERIQUE il y à 2 ans avec PANASONIC
      cadeau de Noel de mes Enfants un PANA TZ 18 : BON. L année d apres je me suis acheter le tres BON TZ 1000 . BON et Génial 25 /400 F4.
      Cet été SONY à sorti le boitier que beaucoup attendaient l ALFA 7 R2 achat réfléchi bien sur : avec la bague LEICA R toutes mes optiques LEICA reprennent la prise de vue CHIADEE ET 42 Mpixels
      ENCORE MERCI SONY vos Ingénieurs sont tres BON :MERCI .
      J.F.Com 3C photo video coatching


    • pepite

      Effectivement l’A7R2 est la solution idéale et le meilleur appareil photo actuellement le meilleur pour recevoir des optiques pour Leica ce qui ne serait pas possible avec des boitiers reflex Canon, Nikon ou Pentax..


    • Chorus

      Je ne sais pas à qui s’adresse ce boitier. Je ne sais pas non plus qui peut trouver grâce à ces optiques là.
      J’ai pratiqué le M6, le R7 et le R8.
      Le M reste mon boitier préféré : il disposait d’optiques fabuleuses et compactes (mais hors de prix) qui donnaient des images incomparables.

      Aujourd’hui les images produites par les boitiers Leica ne sont plus incomparables. Et les objectifs Leica ne sont plus non plus exceptionnels au sens où d’autres marques produisent des cailloux au moins aussi bons, voire meilleurs (je pense aux derniers Zeiss et surtout aux derniers Sigma Art et à la gamme Fuji) à des tarifs souvent divisés par 4.
      Lorsqu’une marque me demande plus d’argent que les autres, je suis en droit de lui demander plus en retour. Ce n’est plus le cas avec Leica.
      J’ai eu une belle histoire d’amour avec cette marque, mais aujourd’hui je crois que je ferais d’aussi belles photos avec un X100T à 1000€ qu’avec un M équipé d’un 35mm f:2 à 10.000€. Car la chaine photographique conduisant à un très bon résultat est bien différente désormais.
      Quant au SL, sans l’histoire glorieuse de ses ancêtres et avec ses objectifs d’un autre temps je ne sais pas qui peut craquer…
      Par exemple, comment peut-on offrir un 50mm à ouverture classique de cette taille quand on sait faire des objectifs pour M si compacts ???


    • pepite

      Je partage totalement ton avis.


    • Menelas

      Leica a inventé l’autofocus (si, si). Ce n’est donc pas Leica qui a emprunté l’autofocus à Panasonic, mais Panasonic (et tous les autres) qui ont emprunté l’autofocus à Minolta, qui lui-même avait acheté le brevet à Leica dans les années quatre-vingt du siècle dernier. Avec le SL, Leica exploite enfin son invention d’il y a plus de 30 ans. Ce n’est que justice. On remarquera aussi que l’autofocus du SL est le plus rapide du marché en 24 x 36. Ce n’est pas très étonnant de la part d’une marque qui, finalement, aura tout inventé, y compris le système 24 x 36 lui-même. Que justice soit donc rendue à la marque allemande. Et libre à chacun de préférer les marques japonaises et leurs objectifs à 150 euros dont les lentilles sont en polycarbonate. Cela dit, je suis entièrement d’accord avec ceux qui préfèrent le système M, dont la qualité d’image et la compacité me semblent très supérieures à celles du SL.


    • pepite

      Ahhh les leicaistes ! Il y a longtemps que les marques japonaises produisent d’excellents boitiers qui dépassent maintenant les boitiers Leica et des objectifs de haut vol (très loin des 150 €) et rarement en polycarbonate pour les objectifs de qualité.

      Certes Leica a été la référence pendant des années mais depuis le numérique ce n’est plus le cas. Par contre il faut reconnaître que certaines optiques Leica sont toujours d’actualité et j’aime particulièrement la compacité et la qualité de fabrication de certains objectifs conçus pour la marque.

      Concernant le SL c’est un appareil photo énorme ! et l’objectif 24-90mm qui pèse plus d’un kilo ne donne pas du tout envie ! Et quand on sait qu’il faudra une bague d’adaptation pour monter les optiques pour Leica qui ont fait aussi la réputation de la marque franchement je ne vois vraiment pas l’avantage de ce boîtier sans parler du prix auquel il est vendu.


    • Menelas

      Oui, c’est vrai, quand on voit les courbes FTM de certains téléobjectifs Canon (série L), on ne peut qu’être impressionné. Sur le papier. Car quand on voit le résultat et qu’on compare avec Leica, il n’y a pas photo, comme on dit…
      En ce qui concerne le SL, je lui vois malgré tout un avantage : la faculté, pour les propriétaires d’optiques Leica R, de recycler avantageusement leur matériel. Sans l’autofocus, naturellement.


    • pepite

      Leica n’ayant pas de gros téléobjectifs on ne peut pas comparer. On ne voit d’ailleurs jamais de Leica sur les événements sportifs.

      Quand on compare aussi des images prises en basse luminosité où l’on est forcé de monter en sensibilité, Leica est également loin derrière les boîtiers actuels.

      Et si on compare la dynamique du capteur du SL avec les derniers Sony (A7 II et A7R II) ou Nikon, Leica est encore loin derrière.

      D’autre part concernant les anciennes optiques à monter sur le Leica SL : « Le changement de monture s’explique par le fait que le boîtier SL n’a pas le tirage optique des modèles argentiques, il n’est donc pas compatible de manière native avec les optiques R. Il faudra donc les utiliser avec une bague d’adaptation pour les utiliser. »

      Alors autant monter ces optiques sur des boitiers full frame série « Sony A7″ (dont le superbe Sony A7R II) puisqu’il faut de toute façon une bague d’adaptation. Ce dont beaucoup d’anciens Leicaistes ne se privent pas.

      Leica a été une référence pendant des années mais ce n’est plus le cas actuellement pour ses boîtiers.

      Sans parler des prix pratiqués qui actuellement n’ont plus lieu d’être.

      Cela dit je comprends, mon frère ainé est depuis des années un fervent amateur de boitiers Leica et on ne le ferait changer de marque pour rien au monde même quand il reconnait que les images prises avec mon Canon full frame ou mes Sony n’ont rien à envier à ce qu’il obtient avec ses appareils, au contraire. Comme beaucoup de ceux qui ont connus l’argentique il reste attaché aux appareils de cette marque légendaire.

      Fin 2015 Dpreview dans son classement des meilleurs boitiers à plus de 2 000 $ note pour le Leica SL :
      « Pour le photographe de tous les jours, tout ce qui concerne le Leica SL est excessif, de sa taille et son poids, à son étiquette de prix. Considérant qu’il y a beaucoup de boîtiers aussi bons que le Leica SL, qui peuvent être trouvés pour 1/10ème de son prix, nous voyons peu de justification pour l’acheter. Quand vous considérez en plus que le système SL comprend un seul objectif, l’appareil est encore plus désagréable. »

      Concernant l’autofocus du SL Dprevew note : Le système de mise au point automatique semble être basé sur un système Panasonic et est en mesure de recueillir des informations de profondeur à partir des caractéristiques de défocalisation. Bien que l’AF est généralement assez accrocheur, d’autres boîtiers offrent des performances autofocus encore meilleures.

      Concernant les qualités : « Le point culminant du SL est incontestablement le viseur avec sa résolution 4,4 millions de points. Il est actuellement l’appareil présentant la plus haute résolution de viseur de tout appareil photo plein cadre. La résolution et le taux de rafraîchissement rapide font de cette EVF le plus proche d’un viseur optique que nous ayons vu. Ils reconnaissent aussi la remarquable qualité de construction.

      Cela ne suffit pas pour en faire un appareil photo exceptionnel.

      Et pour que l’on ne me dise pas que Dpreview est « pro » Sony et a une dent contre Leica :

      Dans les tests « Ephotozine » note également à propos de l’autofocus du SL « Leica revendique l’autofocus le plus rapide de tous les appareils photo professionnels – y compris DSLR – une affirmation audacieuse, d’autant plus que le Leica SL utilise la détection de contraste, plutôt que la détection de phase.
      …La chose qui vous frappe quand vous voyez le Leica SL est la taille de l’appareil photo, qui est sensiblement plus grand que les autres bpîtiers full-frame sans miroir tels que la série de a7 Sony.
      …Testé avec l’objectif 24-90mm, la vitesse de mise au point est très bonne, mais un peu plus lente que le Nikon D4s et Canon EOS 1D X, ainsi que certains boitiers hybrides (avec ou sans détection de phase). Il est possible que la vitesse pourrait être améliorée avec une mise à jour du firmware.
      …autofocus : il ne correspond pas à la vitesse de mise au point des appareils les plus rapides dans nos tests, mais est toujours très rapide. La prise de vue en continu est très rapide à 11fps, mais ne correspond pas à la vitesse élevée des Nikon D4S et 1D X, qui offrent des vitesses similaires avec AF continu. Cela ne veut pas dire que le Leica SL n’est pas un appareil extrêmement rapide, il l’est, c’est juste que Leica revendique qu’il est plus rapide que tout le reste, cela signifie que nous sommes naturellement déçus quand nous trouvons qu’il est pas aussi rapide qu’ils le disent.
      …il est dommage de voir que la détection de phase n’a pas été mis en œuvre dans le Leica SL. Elle est particulièrement utile avec des vitesses AF continu, comme on peut le voir dans d’autres boîtiers sans miroir.

      … Avantages :
      - 10-11fps tir continu
      - Excellente qualité d’image
      - Grande et très haute résolution du viseur électronique
      - Ecran tactile HDR
      - Mode bracketing
      - Double logements pour carte SD Top
      - Adobe DNG pour le format raw
      - Enregistrement vidéo CINE4K / UHD

      Contre :
      - Grand, lourd et coûteux
      - Disponibilité limitée des optiques natives
      - Poids de l’ appareil et de l’objectif 24-90mm combiné est un peu moins de 2 kg
      - La prise de vue continue avec AF ne correspond pas à la compétition (1DX / D4S)
      - La saturation des couleurs de l’EVF ne peut pas être ajustée »

      ———-

      Bref un excellent boitier mais pas sans défaut et pas meilleur qu’un autre full frame haut de gamme, imposant et lourd et surtout dont le prix de 11 200 euros avec l’objectif n’est pas justifié.

      Je trouve aussi impardonnable qu’il faille passer pas les menus pour accéder aux modes PASM ! A ce prix Leica aurait au moins pu mettre une molette des modes sur le dessus du boitier.


     Leave a reply