• Hybride Sony A7R III 42 millions de pixels, presque un A9 en moins cher

    sony_a7RIII


    Deux ans après la sortie de l’A7R II et 6 mois après la sortie de l’A9 Sony nous propose un boîtier haut de gamme très prometteur avec beaucoup d’améliorations par rapport au A7R II.

    On trouve entre autre une prise de vues en rafale plus rapide, une mise au point automatique améliorée, un port de synchronisation flash (La vitesse de synchronisation du flash de l’A7R III est de 1/250 sec.), une plage dynamique encore plus étendue et une vidéo 4K de meilleure qualité. Une interface utilisateur importante et des changements ergonomiques, inspirés de l’A9, ont également fait la transition… et bien d’autres choses comme le double slot pour cartes mémoire, etc.

    Avec le 70-200mm :


    Sony-A7R-III-70-200mm


    Le capteur Cmos rétroéclairé de 42 Mpxl est le même que la version II mais évolue avec une gestion du bruit encore améliorée, grâce à une  conception de lentilles intégrées et un revêtement antireflets sur la surface en verre hermétique du capteur. Je rappelle que l’A9 se contente d’un capteur 24 millions de pixels.

    Bien entendu, le capteur est stabilisé, sur cinq axes, stabilisation qui est également disponible dans le tournage vidéo. Sony a encore amélioré le système de stabilisation sur 5 axes sur ce modèle.
    D’après Sony, la vitesse de lecture du capteur augmenterait de façon sensible, grâce notamment à la dernière version du processeur Bionz X.

    Bien que la version III n’ait pas le CMOS empilé à très haut débit que nous avons vu dans l’A9, Sony dit que le traitement plus rapide donnera des vitesses de prise de vues plus rapides et offrira même des avantages pour la mise au point. Le circuit physique a été repensé pour abaisser le bruit de fond et augmenter le rapport signal/bruit. Le résultat est un capteur qui est vraiment maximisé à son potentiel.

    Le processeur «Bionz X» est plus rapide que celui de l’A7R II,  associé au processeur LSI frontal des modèles Sony récents, cela permet à l’appareil photo de traiter plus de données, plus rapidement. Ceci, en conjonction avec un mécanisme d’obturation redessiné et à faible vibration, permet au nouveau boîtier de photographier à 10 images par seconde, avec autofocus complet, en mode obturateur mécanique ou électronique (capacité de 87 Raw compressés ou 28 Raw non compressés.). Il peut également effectuer une prise de vue en continu ‘Live View’ de style A6500 jusqu’à 8 images par seconde.

    La cadence de la rafale est donc doublée et passe à 10 images par seconde, avec un buffer plus que triplé (76 RAW au lieu de 23), ce qui permet à Sony de reprendre au Nikon D850 sa couronne récemment acquise.

    L’autofocus intelligent fonctionne à deux fois la vitesse de son prédécesseur, même pendant la prise de vue en continu à vitesse maximale.

    Les rafales peuvent même être groupées pendant la lecture pour une visualisation et une sélection plus rapides des images.

    Prise de vue haute résolution 10 images par seconde… avec flash !

    Un avantage potentiellement énorme de l’obturateur mécanique qui est aussi de 10 images par seconde avec flash, en supposant que vos stroboscopes peuvent suivre. Cela place l’a7R III devant l’a9 à cet égard.


    Obturateur

    L’obturateur est entièrement nouveau. Il est conçu pour être à la fois rapide et faible en vibration, de durabilité professionnelle, Sony affirme qu’il s’attend à ce qu’il dure au moins 500 000 déclenchements.

    L’obturateur électronique passe à 1/32 000 s, et toujours 1/8 000 s pour l’obturateur mécanique.



    Autofocus

    L’a7R III conserve le système AF à détection de phase sur détection à 399 collimateurs de son prédécesseur, garantissant un autofocus précis sans aucun étalonnage. Comme avec l’a9, Sony a mis à jour sa classification AF lumière faible, assurant une mise au point jusqu’à -3 EV avec les objectifs F2.

    L’Eye AF-C est très nerveux et nettement plus efficace que sur le modèle précédent même sur des sujets en mouvements.

    Les 399 collimateurs d’autofocus :

    A7RIII_collimateurs

    et 425 points en détection de contraste, contre 25 sur l’a7R II !



    Ergonomie

    Bien que le corps ressemble à celui de l’a7R II, l’A7R III gagne certaines des améliorations ergonomiques de l’A9. Cela inclut un joystick qui apparaît sur le côté droit, comme sur l’A9, pour piloter les 399 collimateurs à détection de phase (425 à détection de contraste).


    a7 III_dos


    Le joystick de gestion des collimateurs autofocus, à droite de l’écran, est positionné au-dessus du bouton Fn.

    L’écran tactile 3 pouces atteint 1,44 Mpts et peut également être utilisé comme ‘pavé tactile AF’ lorsque l’appareil photo est tenu devant vos yeux.

    L’écran tactile peut également être utilisé pour effectuer une mise au point contrôlée en rack pendant la capture vidéo.

    L’écran est bien évidemment inclinable, vers le haut à 107° et 41° vers le bas.

    Viseur : le viseur Oled reprend la définition vue sur l’A9 avec contraste amélioré ainsi que la résolution, on passe ainsi des 2,36 Mpts de l’A7R II à 3,69 Mpts, avec un grossissement 0,78x et un dégagement oculaire de 23 mm.

    Important, l’a7R III gagne le nouveau système de menu de l’a9, y compris la personnalisation de boutons de ce modèle.



    Double slot pour cartes mémoire


    a7 III double_slot


    Le boîtier robuste en alliage de magnésium permet de stocker les images sur deux cartes SD (le port 1 est de type UHS-II, le second, UHS-I, comme sur l’A9). L’A7R II n’avait qu’un seul compartiment.
    Le nombre de vis de fixation de la monture a été augmenté. De nombreux joints d’étanchéité protègent le boîtier contre l’intrusion de poussière ou d’éclaboussures.


    Sensibilité : La plage de sensibilité a également été améliorée, elle s’étend de 100 à 32 000 Iso par défaut, et peut atteindre 50-102 400 Iso.



    A7R III dessus


    En tout, onze boutons peuvent être personnalisés !


    A7R III coté gaucheSur le côté gauche on note la présence de prises micro et casque, HDMI, d’une prise synchro flash, deux prises USB dont une prise USB-C compatible USB 3.1, et le port microUSB que l’on trouve sur la plupart des appareils photo qui permet de recharger la batterie NP-FZ100.
    L’a7R III peut être utilisé lors du chargement sur l’une de ces prises, ce qui signifie que l’appareil photo peut être rechargé via un câble microUSB tout en étant connecté via USB-C.

    A propos de la batterie, oubliez les batteries NP-FW50 de la version II, il vous faudra des batteries NP-FZ100 (même accu que l’A9) dont l’autonomie dure bien plus longtemps : 530 images avec viseur, 650 avec l’écran (290 pour l’A7R II).

    Cela peut être multiplié par deux (ou 4,4 fois la durée de vie supplémentaire) en utilisant la poignée de batterie VG-3EM en option, qu’elle partage avec l’A9.


    Vidéo

    En vidéo, l’A7R III filme en 4K UHD à 25 im/s en exploitant toute la largeur du capteur, comme son prédécesseur. Désormais, il offre aussi la cadence de 100 im/s en 1080p, comme l’A9. Des profils S-Log2 et S-Log3/S-Gamut 3 figurent au menu, ainsi qu’un nouveau, baptisé HLG (Hybrid Log-Gamma), pour gérer la postproduction d’un projet HDR, sur un moniteur ou un téléviseur compatible. Par contre, le LCD de l’A7R III n’est a priori pas à même de restituer le rendu HDR lors du tournage.

    On obtient cependant de meilleurs résultats en mode recadrage Super 35 (essentiellement APS-C) qu’en utilisant toute la surface du capteur. En mode recadrage, l’appareil photo utilise une zone de 5176 x 2924 pixels, qu’il extrait pour produire des séquences UHD 4K 3840 x 2160 très détaillées. Sony affirme que la qualité d’image des deux types de séquences est améliorée, mais que le différentiel de qualité entre les modes plein écran et Super 35 mm reste inchangé. En d’autres termes, le Super 35 continuera à offrir (ironiquement) une résolution plus élevée, une meilleure plage dynamique et une faible performance lumineuse que le mode plein écran en 4K.

    L’a7R III bénéficie de la fonction Hybrid Log Gamma que nous avons vue pour la première fois dans le Panasonic GH5, qui capture essentiellement les métrages Log ainsi que les métadonnées permettant aux écrans HDR compatibles HLG de présenter correctement le métrage, sans nécessiter de post-traitement. L’assistance à l’affichage, qui donne un aperçu «normal» corrigé lors de la prise de vue en mode journal, est disponible lors de la prise de vue d’un métrage HLG. SLog-3 a également été ajouté pour maximiser la gamme dynamique pour les utilisateurs qui s’attendent à noter leurs images.

    Qu’est-ce que cela signifie finalement pour vous? Vous pouvez capturer immédiatement des séquences à contraste élevé tout en préservant les détails des hautes lumières et des ombres, puis afficher cette large gamme de tons sur un affichage HDR sans avoir à «aplatir» la sortie pour l’adapter à la plage d’affichage des moniteurs traditionnels. Ce sont tous les avantages du HDR sans tous les inconvénients des approches HDR traditionnelles.

    L’a7R III bénéficie également de la capacité vidéo 1080p120 (100 en mode PAL) que Sony a développée depuis le lancement du Mark II, ainsi que des modes rapide et ralenti qui découlent de cette fonctionnalité. Il tire également XAVC-S Proxy, avec l’appareil capturant à la fois une haute qualité et un petit flux de proxy plus facilement modifiable, en même temps (une caractéristique que nous avons d’abord vu sur le RX10 IV). Petit bonus : en Full HD on peut tourner jusqu’à 120 i/s pour créer d’impressionnants ralentis.

    Le bouton ‘enregistrement de film’ a été déplacé vers un emplacement plus sensible et est beaucoup plus facile à enfoncer, heureusement.


    Comme l’A9, l’A7R III intègre les Wi-Fi, NFC et Bluetooth.


    Il y a aussi de belles améliorations sur le plan logiciel. Le système de menus redessiné de l’A9 se fraye un chemin ici. Il est mieux organisé et offre une option «Mon menu» pour accéder aux fonctionnalités les plus utilisées.

    Sony dit que l’AF est jusqu’à deux fois plus rapide que l’A7R II. Les performances en faible luminosité sont désormais évaluées à -3 EV avec un objectif F2, ce qui signifie que l’a7R III devrait offrir une performance AF en faible lumière similaire à l’A9.

    Les algorithmes AF ont été affinés, avec un suivi du sujet plus «tenace» et une amélioration de l’Eye AF.

    Répondant aux commentaires des utilisateurs, Sony a ajouté la possibilité d’accéder aux menus pendant que l’appareil photo écrit sur une carte mémoire.

    L’a7R III ne se contente pas d’emprunter des fonctions à l’A9 : il les améliore. Une autre nouveauté de la série A7 est la fonction Touchpad AF utile, qui vous permet d’utiliser l’écran LCD pour déplacer le point de mise au point alors que votre œil est dans le viseur. Le mouvement peut être absolu (vous choisissez un point sur le cadre) ou relatif (au point de focalisation actuel). Vous pouvez également restreindre la zone active à certaines parties de l’écran.  Note à ce propos de la part de Dpreview : Notre première impression est que Touchpad AF semble plutôt sur-sensible, sautant presque incontrôlablement autour de l’écran. Nous espérons que ceci est réparable dans le firmware.

    Alors que Sony n’avait pas fait grand-chose à ce sujet, l’A7R III devrait également hériter de la réduction du bruit JPEG de l’A9. Aujourd’hui, le moteur JPEG de Sony affiche certains des plus beaux détails que nous ayons vus parmi les boîtiers, même à ISO élevé.


    Exemple d’image mettant en avant la dynamique de l’A7R III :

    exemple de photo sony A7RIII

    Ce fichier est visible en pleine résolution (cliquez sur le lien):

    ► Imaging-ressource_photo_plein format_Sony_A7RIII

    Une fois sur la page cliquez sur « Full Size Image », ça vaut vraiment le coup de regarder la photo en pleine résolution, la qualité d’image en pleine résolution est impressionnante !!!!!
    Exif : ouverture f/7.1 au 1200ème de seconde à 100 iso, focale 57mm. Balance des blancs auto.
    Pas de flash. Mesure de la lumière : multizone. Contraste, saturation, netteté : normal (0).
    Objectif : FE 24-105 mm f / 4 G.


    Dimensions du boîtier : 12.7 x 9.6 x 7.4 cm
    Poids : 657 grammes avec batterie

    Disponibilité : fin novembre 2017
    Prix : 3 500 € boîtier nu, proposé au même prix que l’A7R II à l’époque, c’est une bonne surprise.


    Nouvelles optiques

    • Un 400 mm f/2,8 encore au stade de développement sortira en 2018 ;
    • Un 24-105 mm f/4 OSS,


    24-105mm f/4 G OSS

    24-105-mm-f4-OSS


    Un objectif très polyvalent particulièrement apprécié de nombreux photographes. Bienvenue donc au nouveau Sony FE 24-105 mm f/4 G OSS.

    Pour ceux qui l’utiliseront sur un hybride Sony APS-C série Nex ou a6000 (a6000, a6300, a6500) il devient un équivalent à un 36-157,5 mm.

    La plage de focales proposée est plus importante que sur un traditionnel 24-70 mm. Il jouit d’une conception à ouverture constante f/4.

    17 lentilles réparties en 14 groupes incluant 2 verres AA (Advance Aspherical Lens), 2 verres asphériques et 3 verres ED.
    Diaphragme à 9 lamelles.
    Stabilisation optique qui fonctionnera en bonne intelligence avec celle déjà embarquée sur la majorité des boîtiers A7/9.
    Protégé contre les intempéries avec de nombreux joints d’étanchéité et un traitement au fluor sur la lentille frontale.

    Au niveau de la mise au point, Sony a intégré la motorisation DDSSM (Direct Drive) qui assure un autofocus rapide et précis aussi bien en photo et vidéo.
    L’objectif pèse un peu moins de 700 g et mesure (en position repliée) un peu plus de 11 cm de long.
    Sur le côté, on retrouve un bouton personnalisable : un très bon point.

    Disponibilité : fin novembre 2017
    Prix : 1 350 €.



    Quelques accessoires pour le Sony A7R III

    Chargeur et batterie

    chargeur-de-batterie-BC-QZ1



    Chargeur de batterie BC-QZ1

    Alimentation : Secteur, 100-240 V, 50 Hz/60 Hz

    Temps de charge : Environ 150 minutes

    Pour batterie NP-FZ100 (A 9 et A7R III)

    Poids : Environ 125 g

    Prix environ 94 € (sans batterie) à voir suivant les vendeurs.











    Batterie Sony NP-FZ100 (pour A7R III et A 9)

    Sony NP-FZ100 – Batterie rechargeable série Z

    Capacité : 7,2 V / 16,4 Wh (2 280 mAh)

    Pour Sony A 9 / A 7R III

    Poids : Environ 83 g

    Prix environ 84 € à voir suivant les vendeurs




    Poignée grip VG-C3EM

    grip_VG-C3EM


    Poignée grip VG-C3EM


    Fonctionnement identique en position verticale et horizontale
    Report du déclencheur, molette, joystick pour la sélection du ou des collimateurs autofocus pour un meilleur confort quand l’appareil est utilisé en position verticale.
    Près de deux fois plus d’autonomie : le grip peut accueillir deux batteries NP-FZ100.
    Vous pouvez consulter l’écran LCD de l’appareil photo pour vérifier la charge restante de la batterie en cours d’utilisation grâce à l’indicateur de charge indiqué sous la forme d’un pourcentage (1 % minimum). Dès qu’une batterie est vide, l’autre prend automatiquement le relai pour un fonctionnement continu.
    Résistance à la poussière et à l’humidité traitée en priorité.

    Vous pouvez charger les batteries situées à l’intérieur de la poignée verticale grâce au port USB de l’appareil photo, sans retirer la poignée du boîtier de l’appareil.

    Fabriquée en alliage de magnésium.

    Poids : Environ 272 g

    Prix environ 349 € à voir suivant les vendeurs (sans les batteries).


    7 responses to “Hybride Sony A7R III 42 millions de pixels, presque un A9 en moins cher”


    • pepite

      Pour une fois Sony n’a pas augmenté son prix. Vu ce qui se passait ces derniers temps c’est étonnant et bien venu.


    • pepite

      D’après Imaging ressource : L’A7R III semble offrir des améliorations de performances AF spectaculaires par rapport à son prédécesseur.On a l’impression que l’A7R III occupera une position unique sur le marché, en ce qu’il offre à la fois une qualité d’image ultra-haute résolution et les performances de rafale et de mise au point automatique nécessaires pour bien gérer la photographie sportive et faunique.

      Quand je vois la qualité d’image fournie par Imaging ressource, ça fait rêver ! Il faudrait que je gagne au loto ;-)

      Bon je vais tondre ma pelouse, pfuuuu je n’en reviens pas de cette qualité !


    • Corbes

      Et en plus, il a une technologie révolutionnaire, baptisée « Pixel Shift », pour augmenter la netteté des images sans les artefacts habituels liés à l’accentuation classique. A voir sur Dpreview, c’est impressionnant !

      Décidément, Sony est vraiment l’entreprise qui fait bouger le monde de la photo !


    • pepite

      Ouiiiiiiiiiiiiiiii ! C’est effectivement très impressionnant surtout quand on voit la zone choisie par Dpreview sur sa première image pour montrer le travail du « Pixel shift » !

      Je mets le lien pour ceux que ça intéresse :

      Dpreview_sony_A7R_III_pixel_shift

      Dpreview conclu en disant

      « Sommes-nous impressionnés ?

      Comment pourrions-nous ne pas l’être ? Les photographes de paysage, de paysage urbain et d’architecture vont adorer cette nouvelle fonctionnalité associée au capteur déjà excellent de l’a7R III – tant qu’ils évitent (ou clonent) des objets en mouvement dans la scène. L’augmentation de la résolution et la diminution de l’aliasing apportée par Pixel Shift sont évidentes à la fois dans notre scène de studio et dans les résultats du monde réel.  »

      Comme le signale Dpreview la fonction Pixel shift n’est pas adaptée à la photographie de sujets en mouvements, mais sera idéale pour la photo d’architecture, d’art, de paysages, et de tout sujet immobile, L’appareil capture alors 4 images distinctes puis les assemble.

      Comprendre comment ça fonctionne :
      sur image classique issue d’une matrice Bayer chaque pixel est la résultante d’une moyenne de 4 pixels voisins (1 rouge, 2 verts, et 1 bleu), avec le pixel shift chaque pixel est une superposition de 4 pixels (1 rouge, 2 verts, et 1 bleu) donc chaque pixel a sa couleur exacte et non la moyenne de ce qui l’entoure ce qui entraîne une augmentation de la précision de sa couleur, de sa dynamique, et par extension des détails de l’image car chaque pixel est exact et plus une moyenne de 4 avoisinantes qui « dilue » forcément l’information.

      Sony n’a pas fini de nous étonner :
      Sony travaille sur de nouveaux capteurs, ceux-ci ouvriraient des perspectives franchement incroyables dans la dynamique des capteurs, chaque pixel étant indépendant au moment de l’exposition contrairement aux capteurs actuels dont les pixels reçoivent tous la même exposition, ce qui limite la dynamique.

      Sony est déjà le champion en dynamique…. mais jusqu’où iront-ils ?

      A noter aussi à propos du pixel shift que les optiques Sony sont de très haut de gamme pour permettre une telle retransmission, et sans excellentes optiques pas de bonnes images. Une fois encore il faut saluer les ingénieurs de chez Sony qui depuis des années nous étonnent toujours et font un travail de fou ! Il est certain que pour ce Sony A7R III il faudra mettre aussi le prix dans les objectifs pour en tirer la quintessence.
      Le hic c’est le prix de revient de l’ensemble :-(


    • Corbes

      Oui, le leader mondial de l’innovation photo est bien désormais Sony. Il remet bien au goût du jour son ancien slogan : « Vous en rêviez, Sony l’a fait »

      Mais c’est sans doute logique, l’essentiel des progrès viendront maintenant de l’électronique et des logiciels de traitement de l’image et, dans ces domaines, Sony mène la danse !

    • Bonjour et bravo pour le site qui est remarquable.
      Juste un mot pour dire concernant l’article que Sony na pas fini d’étonner et de matraquer la concurrence. Je trouve personnellement que Nikon et Canon sont dans l’erreur en restant dans la technologie de 20 ème siècle. Il vont le payer, beaucoup de « Pro » ont déjà franchi le pas.


    • pepite

      Merci Marc, soit le bienvenu :-)

      Oui c’est exact, beaucoup de pros ont déjà laissé tombé Nikon et Canon pour passer chez Sony.


     Leave a reply