• Sony RX100 VII, 20 millions de pixels, zoom 24-200mm, etc. Un surdoué mais un prix !


    Sony RX100 VII


    Dévoilé en juillet 2012, le premier RX100 avait fait couler beaucoup d’encre en raison de son format d’une remarquable compacité et de son capteur 1 pouce bien plus grand que les capteurs habituellement utilisés avec les compacts.

    Le RX100 VII est doté d’un nouveau capteur BSI CMOS empilé de 20,1 millions de pixels avec stockage DRAM intégré dans la puce elle-même, ce qui lui permet d’accroître sa rapidité, et donc la réactivité de l’appareil.

    Il est couplé au processeur d’image BionZ X de dernière génération, que l’on retrouve également sur les Sony plein format A9, Sony A7R III et le dernier A7R IV. Le Processeur BionZ X assure d’après Sony un suivi des yeux en temps réel, en photo comme en vidéo. Il fonctionne à la fois sur les personnes et les animaux.


    Sony RX100 VII vu du dessus

    La plage de sensibilité s’étend de 100 à 12 800 ISO, mais peut être étendue jusqu’à 25 600 ISO.

    Le Sony RX100 VII est, comme son nom l’indique, le septième modèle de la série RX100 de la société. Comme la version VI de 2018, le VII est doté d’un superzoom 24-200 mm f/2,8 – 4,5 signé Zeiss, il intègre 15 éléments répartis en 12 groupes (dont 8 lentilles asphériques). On ne peut qu’être admiratif devant la prouesse réalisée par les ingénieurs de Sony, qui proposent – une fois de plus – un télézoom d’une grande amplitude dans un boîtier tenant aisément dans une poche de veste.
    La distance minimale de mise au point est de 8 cm en grand-angle et de 1 mètre avec le téléobjectif à fond de zoom.

    Sony RX100 VII éléments optiques


    On y trouve également un viseur Oled rétractable d’une définition de 2,36 millions points, et l’écran de 3 pouces, inclinable de 180 degrés vers le haut et de 90 degrés vers le bas, devient enfin tactile

    L’appareil est doté de l’AF le plus rapide des compacts experts. AF hybride, mise au point en 0.02 seconde ! avec suivi en temps réel sur l’oeil du sujet. À l’instar de l’hybride APS-C A6400, le Sony RX100 VII intègre un mécanisme d’AF à détection de phase composé de 357 points, combiné à 425 points AF à détection de contrastes pour accroître les performances et la fiabilité de l’autofocus en basse luminosité ou dans les situations présentant de faibles niveaux de contrastes améliorant encore l’autofocus des précédents RX100.

    Les collimateurs autofocus :

    Sony RX100 VII collimateurs d'autofocus


    Sony intègre également comme sur l’A7R IV le « Real-time Eye AF » et le « Real-time Tracking » : la détection et le suivi de l’œil du sujet (humain ou animal) sont directement intégrés au RX100 VII – un point qui séduira les portraitistes et les photographes animaliers.

    Le système de stabilisation SteadyShot permet, selon le constructeur, de gagner jusqu’à 4 stops à 200 mm. Un point particulièrement intéressant pour les photos en basse lumière à main levée.


    Rafale

    Le Sony RX100 VII mise sur une rafale particulièrement élevée. Il propose en effet une rafale « standard » à 20 images par secondes avec suivi AE/AF – un chiffre impressionnant, et identique à celui du Sony A9.

    Le boîtier offre la prise de vue sans voile noir (sans écran noir entre les images enregistréess) : une fonctionnalité directement héritée du Sony A9. Cette fonction inédite permet de garder la scène à l’oeil dans le viseur (ou l’écran arrière) sans aucune interruption, ce qui vous permet de suivre l’action plus facilement pendant que vous photographiez et sera donc particulièrement prisée des photographes sportifs et animaliers.

    Incroyable ! : Son nouveau mode « single burst shooting » permet de capturer en rafale à la vitesse spectaculaire de 90 images par seconde (en RAW ou en JPEG). Deux modes intermédiaires sont disponibles, à 60 ou 30 images par secondes. Malheureusement ce mode est limité à la capture de seulement 7 images au maximum donc finalement ça n’offre pas vraiment d’intérêt. Le but est d’obtenir une séquence du mouvement découpée encore plus précisément pour figer l’action au bon moment. Mais avec seulement 7 images à 90 images seconde il va falloir être un expert pour déclencher pile poil au bon moment ! Pour moi c’est plus un gadget marketing qu’autre chose. Cependant si à chaque appui sur le bouton l’appareil prend automatiquement les 7 images de la rafale (vous ne pouvez pas maintenir le bouton de l’obturateur enfoncé pour prendre plus d’images), vous pouvez immédiatement relâcher et appuyer à nouveau pour prendre sept autres photos. A essayer. A noter que dans ce mode la mise au point est faite uniquement sur la première image. Je suis un peu dubitative concernant ce mode à 90 images par seconde.


    La vitesse d’obturation s’étend de 4 secondes à 1/2000 s (en mode auto), mais peut être étendue à 30 secondes en mode Programme. Vitesse d’obturation maximale (électronique) : 1/32 000s.

    Pour ceux que cela intéresse Sony a ajouté un intervallomètre interne, offrant la possibilité de capturer des images avec un intervalle compris entre 1 et 60 secondes, pour un nombre de prise de vues compris entre 1 et 9 999.

    On retrouvé évidemment le merveilleux mode panorama avec assemblage automatique des images.


    Vidéo

    L’appareil permet de filmer en Full HD (1920 x 1080 pixels) et en 4K (3840 x 2160) pour des vidéos en 24 ou en 30 fps. En Full HD, il permet de filmer à des fréquences de 25, 50, 100 et 120 fps pour des ralentis très fluides. L’appareil intègre aussi un mode ralenti HFR, permettant de shooter des vidéos à 1000 images par secondes (toujours en Full HD).

    Le RX100 VII offre tous les avantages vidéo Sony habituels: mise au point, avertissements d’exposition réglables des zèbras.

    Comme pour le tout nouveau A7R IV, le nouveau RX100 VII voit le suivi en temps réel et la détection des yeux arriver en vidéo. La possibilité d’en jouir en vidéo vient seulement d’être inaugurée.

    Le stabilisateur d’image SteadyShot, se dote d’un mode Actif en 4K/UHD, censé se montrer 8 fois plus efficace que le mode SteadyShot standard. Un point particulièrement intéressant pour les vidéastes.

    Sony met aussi l’accent sur la réduction du « rolling shutter », un mode de capture vidéo à la verticale (idéal pour les réseaux sociaux), En cas de vidéos filmées à la verticale, les métadonnées sont enregistrées dans le fichier pour une visualisation directe dans le bon sens. Le RX100 VII offre donc la possibilité de réaliser des vidéos en mode portrait. Pas idéal pour la lecture sur les téléviseurs mais de plus en plus populaire via les médias sociaux.

    Sony intègre aussi une fonction de lecture haute vitesse de l’intégralité des pixels (sans pixel binning) : un point que l’on retrouve sur la caméra vidéo professionnelle Sony FS5, ainsi que sur l’hybride A7R IV.

    Présence des profils colorimétriques S-Gamut3.Cine, S-Log 2 et S-Log 3 (eux aussi présents sur l’A7R IV), offrant une meilleure gestion de l’espace colorimétrique et réduisant les risques d’écrêtage des blancs ou de perte de détails dans les zones peu lumineuses.

    Le boîtier se dote également d’un mode Hybride Log-Gamma, qui permet de shooter des vidéos en HDR et de les visionner sur un écran compatible… comme ceux fabriqués par Sony, justement.

    Nouveauté également : apparition d’une prise micro jack 3,5 mm dédiée sur le côté droit de l’appareil. Cela ouvre la possibilité d’utiliser des microphones bien meilleurs que ceux intégrés. Bizarrement Sony n’a pas implanté de prise casque.

    Toutes les séquences sont au format 8 bits, même si vous utilisez un enregistreur externe.

    Les améliorations de la mise au point automatique du RX100 VII se répercutent en mode vidéo.

    Pas de 4K à 60 fps pour éviter de faire surchauffer l’appareil.

    La puissance de traitement supplémentaire du RX100 VII lui permet de fournir le mode «Active SteadyShot», même en prise de vue 4K. Ceci associe la stabilisation numérique, qui utilise le mouvement du capteur pour compenser les mouvements importants de l’appareil, avec une stabilisation optique. Cela impose un recadrage sur la vidéo, mais cela signifie que vous pouvez obtenir des images stables même si vous marchez avec l’appareil photo (D’après Sony).

    Sony RX100 VII de dos et viseur


    Format d’image : Carré, 4: 3, 3: 2, 16: 9
    Espace couleur : sRGB, AdobeRGB

    Mode d’exposition :

    • Auto
    • Programme Auto
    • Priorité Ouverture
    • Priorité vitesse
    • Exposition manuelle


    Wifi (2,4 Ghz), Bluetooth 4.1 et NFC pour être connecté à un smartphone via l’application Imaging Edge Mobile.

    Dimensions : 10.2 x 5.8  x 4.3 cm
    Poids : 302 grammes avec batterie

    Cartes mémoire : SD, SDHC, SDXC UHS-I. Dommage que l’appareil n’accepte pas les cartes SDXC UHS-II. Cela dit ce n’est pas un problème pour la vidéo: une carte classée U3 suffit largement au débit maximal de 100 Mbps (12,5 Mo / s). Memory Stick Pro Duo.

    Batterie : NP-BX1 permettant l’enregistrement d’environ 240 photos. C’est peu, une seconde batterie sera bienvenue.
    Prix de la petite merveille :  1300 € et oui c’est cher pour un compact mais les performances et la technologie issus des grands frères plein format en justifient le prix. Heuuu Sony nous nous mettez quand un capteur APS-C dans le boitier du RX100 ? Là ça deviendrait très très intéressant.

    Disponibilité : août 2019

    Encore une prouesse des ingénieurs de Sony.  Le suivi AF rapide et fiable et la prise de vue en rafale à plus de 10 images par seconde avec mise au point sur chaque image étaient des choses qui n’existaient que dans les appareils photo professionnels, pas dans quelque chose qui tient dans votre poche. Une technologie de pointe a tendance à coûter cher, mais elle offre des avantages distincts en termes de performances et de convivialité par rapport à ses homologues plus conventionnels pour tenter de justifier ce coût.


    Bon alors qu’est-ce que j’en pense ?

    J’en pense que Sony fait encore très fort mais… si les progrès technologiques sont indiscutables, que même si on retrouve une partie des nouveautés que l’on trouve sur les Sony full frame, on ne peut pas comparer la qualité d’image d’un capteur 1 pouce avec nos hybrides à capteur APS-C ou plein format. Alors oui c’est certainement un des meilleurs compacts du marché et surement le meilleur mais franchement personnellement je ne mettrai pas 1300 euros dans ce boîtier. On trouve des hybrides APS-C chez Sony comme l’A6000 (moins 540 € en boitier nu) ou l’A6400 (1150 € avec un zooom 16-50mm) pour moins cher avec l’avantage de pouvoir changer d’objectif et une qualité d’image supérieure, par contre il faudra tout de même un petit sac pour les transporter. Alors bien sûr il ne rentrent pas dans une poche, n’ont pas le suivi autofocus en rafales sans interruption visuelle entre deux photos, ni le suivi de l’oeil pour l’A6000. Sont moins bien dotés en vidéo mais pour moi la haute définition de l’image en mode photo passe en premier. Par contre il est évident que si vous vous contentez de poster vos photos sur le web ou de les regarder sur un téléviseur 4K, que vous ne faites pas tirer de grands tirages papier c’est surement l’appareil parfait. Un concentré de technologie qui rentre dans une poche. Mais à ce prix là je passe mon tour, je sais, je sais la miniaturisation coûte cher… mais quand même. Avec tout le savoir faire de Sony il devrait être possible d’arriver à loger un capteur APS-C dans ce boîtier… Pfuuu j’entends déjà des petites voix me dire que ça chaufferait trop ;-)

    Après la sortie du plein format A7R IV et de ce compact il reste encore à Sony a nous sortir un boîtier à capteur APS-C avec toutes ces nouvelles technologies, un A6700 pour bientôt ? A suivre…

    Une nouvelle housse en cuir LCJ-RXK pour le Sony RX100 VII sera proposée à 85 €.



    8 responses to “Sony RX100 VII, 20 millions de pixels, zoom 24-200mm, etc. Un surdoué mais un prix !”


    • pepite

      Il y a l’orage qui arrive, je complèterai plus tard ;-)

      Hop revenue :-)

      Je crois que l’article est maintenant complet. Question prix je trouve que Sony exagère pour ces deux derniers modèles de RX100 (version VI et VII) quand on trouve l’A6400 pour moins cher, mais ce n’est que mon avis. Comme quoi même si je suis fan des boîtiers Sony et admirative des progrès significatifs de ces dernières années, je reste objective. Ceci dit il faut une fois de plus saluer la prouesse des ingénieurs de chez Sony qui arrivent toujours à nous surprendre et à améliorer significativement leurs produits au fil du temps.


    • Corbes

      Je suis entièrement d’accord avec toi. Malgré tout le savoir faire de Sony, on reste sur sa faim pour la qualité d’image. Bon, le zoom y est peut-être pour quelque chose aussi, malgré le savoir-faire de Zeiss, tenir une qualité d’image au top sur une telle plage de focale est très difficile. J’avais songé prendre ce boîtier pour remplacer mon G9 mais, franchement, je perdais trop au change, alors qu’avec le GX9, qui vaut deux fois moins cher, je gardais mes chères optiques et la qualité d’image du G9.

      Quand à l!histoire de la température, tu mets le doigt sur un des problèmes les plus délicats qui freine la miniaturisation des appareils : l’amélioration des performance du traitement de l’image embarqué, de l’autofocus, de la rapidité en rafale et de la vidéo UHD nécessite une puissance de calcul qui sollicite beaucoup le processeur et, un processeur qui bosse fort (comme diraient les turcs…), ça chauffe !


    • pepite

      Pour la qualité d’image du RX100 elle est très bonne pour un compact et ça vient plutôt de la taille du capteur. Ton G9 a un capteur micro 4/3 plus grand que celui du RX100. Si j’ai comparé le Sony a6400 qui possède un capteur encore plus grand (APS-C) avec le RX100 (capteur 1 pouce) c’est pour la question du prix parce qu’au niveau de la qualité d’image il est certain que le Sony A6400 est nettement plusieurs crans au-dessus et pour moins cher et c’est ça qui est un comble.

      Quant à la température nous sommes d’accord ;-)

      C’est surtout le prix qui choque pour les compacts RX100 VI et RX100 VII. A 650 € ou 700 € j’aurai dit chapeau Sony pour ce compact aux énormes possibilités. Cela dit le RX100 VI va surement baisser avec la sortie du VII ce mois-ci.

      Le compact Panasonic TZ200 muni également d’un capteur 1 pouce Sony est à 650 € avec un zoom 24-360 mm en équivalent 35 mm en format 3:2 (et 24-360 mm f/3.3 -6.4 en format d’image 4:3). Je veux bien que le Sony soit technologiquement plus évolué mais on passe quand même du simple au double question prix !


    • Corbes

      Entièrement d’accord avec toi, la qualité, ça se paye, mais faut pas pousser !


    • Corbes

      Un petit article, en anglais, concernant les performances optiques de certains objecifs micro 4/3, par un spécialiste de la question : Lens Rentals. On y voit entre autres que la réputation de l’Oly 75 mm f/1,8 n’est pas usurpée, il survole littéralement la mêlée, et que le petit et peu cher Oly 45 mm f/1,8 est également très très bon.


    • Corbes

      Bon, j’ai oublié de mettre le lien :

      lensrental


    • pepite

      Ça tombe bien j’ai les deux et si je suis d’accord pour le 45mm par contre j’ai été déçue par le 75 mm que je ne trouve pas à la hauteur de sa réputation.


    • Corbes

      Perso, je n’ai que le 45 mm et je le trouve super !


     Leave a reply