• Plougrescant et le sillon de Talbert

    la maison du littoral


    Hybride Sony Nex, mode priorité ouverture réglée sur f/9 au 1/250ème de seconde à 200 iso. Décidément j’aime bien la délicatesse des nuances que produit le capteur du Sony Nex !

    Coincée entre ces deux gros blocs de pierre, cette maison ne se visite pas, c’est une maison comme une autre sauf qu’elle a cette particularité d’avoir été contruite entre deux énormes rochers. Quel dommage qu’il y ait deux voitures devant la maison sinon la photo me plaisait bien. Je suis restée un bon moment sur les lieux mais les voitures n’ont pas bougées.


    la maison de plougrescant


    Hybride Sony Nex, mode priorité ouverture réglée sur f/11 au 1/250ème de seconde à 200 iso en mode panoramique par assemblage automatique.

    La photo suivante n’est pas jolie mais c’est pour vous montrer cette maison dans son environnement :



    dans_environnement


    Hybride Sony Nex, mode priorité ouverture réglée sur f/9 au 1/320ème de seconde à 200 iso

    En se promenant autour du site on distingue d’autres très gros rochers comme celui-ci dont on se rend compte de la taille grâce à l’arbre qui pousse à côté :


    rocher


    Hybride Sony Nex, mode priorité ouverture réglée sur f/9 au 1/320ème de seconde à 200 iso


    Près de la lande sur la droite de la maison entre les rochers, je suis tombée sur cette drôle de chose dont je ne sais pas ce que c’est, peut-être un abri de pêcheur ? Un lecteur pourra peut-être me renseigner :


    monument



    Ces arbres superbes, dignes du midi de la france, ont aussi attirés mon attention :


    arbres


    Hybride Sony Nex, mode priorité ouverture réglée sur f/9 au 1/250ème de seconde à 200 iso.

    Et derrière la mer et ses rochers toujours présents sur cette côte sauvage.


    mer


    Hybride Sony Nex, mode priorité ouverture réglée sur f/9 au 1/125ème de seconde à 200 iso.

    Changement complet d’ambiance avec ce contre-jour et la brume mais qui illustre bien aussi le temps changeant de la bretagne.



    ambiance brume


    Hybride Sony Nex, mode priorité ouverture réglée sur f/9 au 1/800ème de seconde à 200 iso.

    Variante :


    ambiance


    Et encore une variante de la première mais passée en noir et blanc :


    ambiance noir et blanc


    Ahhh ça y est je les ai retrouvées les photos que je voulais vous montrer ! Vous allez voir ça vaut le coup d’oeil, pas forcément les photos mais ce qui est photgraphié.

    Je suis arrivée dans une rue de Plougrescant où j’ai découvert ça :


    chapelle_st_gonery


    Comme le reste de la chapelle était caché par les arbres et que je conduisais je me suis demandée l’espace de quelques secondes si la fatigue ne me jouait pas des tours ou si le clocher n’allait pas tomber !

    Evidemment une fois la surprise passée je me suis bien rendue compte que le clocher est vraiment de travers ;-)

    Je me suis garée, et j’ai pris ces photos ;-)

    La voilà cette petite chapelle de saint Gonéry toute tordue et toute charmante :


    chapelle_st_gonery en pied

    La chapelle date du XIIe et XVe siècle, sa flèche de plomb, inclinée, date de 1575. Etonnant non ?!

    Je suis bien contente d’avoir retrouvé ces photos de cette curiosité de Plougrescant que j’ai prises avec l’hybride Sony Nex, en mode priorité ouverture réglée sur f/9 au 1/250ème de seconde, à 200 iso.


    Carte du trajet au nord de la bretagne :


    carte avec trajet


    Il manque les photos du sillon de Talbert, je verrai ça demain ;-)

    Pour mieux situer Plougrescant en Bretagne :


    carte_bretagne_plougrescant


    Le sillon de Talbert


    sillon-de-Talbert

    Sur la carte située plus haut où l’on voit mon itinéraire on voit sa position par rapport à Bréhat.

    Le sillon de Talbert est un serpent de sable long de 3,2 km et d’une largeur maximum de 35 m s’avançant dans la Manche. Il serait le résultat de l’action conjuguée de deux courants marins entre Trieux et Jaudy. Cette structure écopaysagère particulière est à la fois un site d’intérêt écologique et une curiosité géologique. Elle est désormais protégée. Cette langue de sable et de galets s’avançant dans la mer en direction du nord protège également le littoral de l’érosion et des vagues, spécialement durant les grandes marées. Il offre une zone maritime presque toujours calme entre l’est du Sillon et l’île de Bréhat située 5 km au sud-est. Au nord-est se trouvent les récifs des Épées de Tréguier sur lesquels est bâti le phare des Héaux de Bréhat. Le sillon de Talbert appartient au conservatoire du littoral.

    Une légende dit  dit que l’enchanteur Merlin est le bâtisseur de cette chaussée s’engouffrant vers le large : amoureux de la fée Viviane, il déversa là des cailloux par millions afin de la rejoindre …

    A marée basse, de nombreux îlots se découvrent et un nouvel horizon se dessine.

    Il faisait encore beau quand je suis arrivée sur les lieux, bien décidée, comme c’était marée basse, à aller jusqu’au bout du sillon afin d’en admirer le paysage et les alentours, seulement voilà, pour ceux qui connaissent la Bretagne on peut avoir les 4 saisons en une journée ! Et bien moi en tout cas je peux vous confirmer que l’on peut avoir deux saisons en UNE minute !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Nous voici parties ma chienne et moi sur ce petit chemin étroit qui doit nous emmener au bout du sillon. Nous croisons même un copain de ma chienne qui semblait seul !

    le sillon



    Je regrette un peu que la mer soit si basse car la première photo que je prends en me tournant de 90 degrés pour fixer le paysage que j’ai sur le côté n’est pas extraordianire mais je me dis que le temps que je fasse l’aller et retour jusqu’au bout du sillon la mer aura commencé à remonter et les prises de vues seront plus jolies.


    vue_laterale



    Le soleil est déjà moins présent mais je n’y avais pas fait attention, quand soudain ! … Je me retrouve dans une brume complète !!!!!!!!!!

    Je me retourne pour voir la ville que je viens de quitter il y a quelques minutes et que vois-je ?

    Ca ! :

    la-brume

    Je pense tout de suite à une pluie déferlante qui pourrait bientôt nous atteindre, je pense donc tout de suite à mon matériel photo, et même si j’ai un sac, si la pluie se met à tomber comme elle sait le faire en Bretagne, je ne donne pas cher de mon matériel si je dois mettre une demie-heure ou 3/4 d’heure à rentrer sous la pluie ! J’hésite un peu puis la sagesse l’emportant à contre coeur je fais demi-tour :-(

    Sur la photo on ne se rend pas bien compte mais le vent poussant la brume j’avais vraiment l’impression qu’il tombait des cordes sur Pleubian !


    Alors je suis désolée mais je rejoins ma voiture, extrêmement déçue de n’avoir pas pu aller jusqu’au bout du sillon de Talbert ! Les photos n’ont pas d’intérêt mais je voulais vous parler de cette curiosité, de ce point d’exclamation qui s’enfonce dans la mer, j’y retournerai une autre fois et j’espère que cette fois là je pourrai vous ramener des images plus apétissantes ;-)

    Et Ô Rage Ô désespoir, une fois partie, une demie-heuire d’heure plus tard, le soleil comme pour me narguer est revenu me faire un clin d’oeil, comme une bonne blague qu’il m’aurait fait, mais trop tard j’étais déjà trop loin.

    carte du sillon de Talbert

    J’ai entouré le sillon de Talbert en blanc.

    Quel dommage tout de même quand je regarde la photo prise d’avion je suis certaine que j’aurai pu faire de jolies photos si j’avais pu aller au bout du sillon et j’aurai aussi eu une autre vue sur Bréhat et les alentours. tant pis, ça m’obligera à y retourner.

    ________________________________________________________

    Voir aussi (cliquez sur les liens) :

    —–> Bretagne côte d’Emeraude

    —–> Bretagne côte d’Emeraude suite Taden et Dinan

    —–> Bretagne côte d’Emeraude suite Erquy, Cap d’Erquy, Cap Fréhel, Saint-Cast

    —–> Bretagne côte d’Emeraude suite, Saint-Cast

    —–> De Plouha au petit port de Gwin Zegal

    —–> Bretagne, plage Bonaparte

    —–> De Paimpol aux îles Bréhat


  • De Paimpol aux îles Bréhat

    bateaux


    Après Plouha, je remonte vers le nord. Je me suis arrêtée deux minutes à Paimpol, pour m’acheter quelque chose à manger. Il y avait énormément de monde vu le temps pour un mois d’octobre. Dans le port aussi ! Les bateaux sont serrés comme des sardines (pfuuu cette Pépite, normal pour des bateaux qu’ils soient serrés comme des sardines !) et il y en a un nombre qui m’étonne.

    Photo ci-dessus : Sony Nex, zoom 18-55 en mode priorité ouverture réglée sur f/9 au 1/800ème de seconde à 100 iso.

    Le seul endroit où il y avait un peu d’espace entre les bateaux est ici :


    paimpol_bateaux


    Photo ci-dessus : Sony Nex, zoom 18-55 en mode priorité ouverture réglée sur f/9 au 1/400ème de seconde à 100 iso.

    Je ne suis pas restée à Paimpol qui ne m’a pas séduite et j’étais pressé car j’avais d’autres choses à voir et on indiquait que le temps allait changer le lendemain, je reprends donc la route en direction des îles de Bréhat.

    Bréhat en vue, quand on arrive c’est vraiment très joli !

    Bien sûr comme partout il y a énormément de monde, je suis étonnée parce que l’on est tout de même en octobre, mais la frustation de cette été que l’on peut vraiment qualifié de pourri, a fait sortir les gens de chez eux pour profiter enfin d’un temps d’été…en octobre. je fuis la foule et j’essaie de trouver des coins où je peux entrer en osmose avec la nature.


    bateaux sur la mer


    Photo ci-dessus : Panasonic G1, en mode priorité ouverture réglée sur f/7.1 au 1/1000ème de seconde à 100 iso avec le zoom 45-200 à 78mm soit un équivalent 156mm.

    Comme tous ces jours-ci la lumière est vraiment très dure et trop contrastée mais il faut bien que je fasse avec.

    Un plan plus large sur l’environnement :



    plan large que les alentours de Bréhat


    Panasonic G1, en mode priorité ouverture réglée sur f/7.1 au 1/640ème de seconde à 100 iso avec le zoom 45-200 à 45 mm soit un équivalent 90 mm.

    Lire la suite »


  • De Plouha au petit port de Gwin Zegal

    6 h 32 :

    plouha_lever_de_soleil 6heures 32


    lever_de_soleil


    Au petit matin je me réveille avec ce superbe spectacle sous les yeux. J’avais eu un peu de mal à trouver la veille au soir la toute petite route qui menait à la pointe de Plouha mais quelle magie de s’endormir et de se réveiller avec une si jolie vue sur la pointe du Bec de Vir.

    Lire la suite »


  • Bretagne, plage Bonaparte

    Je me suis échappée quatre jours en Bretagne, je suis en train de trier mes photos mais j’ai du mal, la lumière était vraiment très dure et je n’ai pas pu profiter comme je le voulais des débuts de matinées ou des fins de soirées.

    Je suis tombée par hasard sur cette petite plage minuscule (en galets) et en fait sans intérêt photographique en plus elle était à l’ombre ! Mais les alentours directs étaient sympatiques.

    Il faut descendre à pied et avant d’arriver à la mer, entre temps on tombe sur cette plateforme avec cette maison accrochée aux rochers :


    plage_bonaparte


    Panasonic G1 en mode priorité ouverture réglée sur F/7.1 à 24mm (équivalent 48 mm en 24×36), 1/500ème de seconde, 100 iso, compensation d’exposition moins 1/3 IL.

    Pas de chance des gens s’étaient installés pour pique niquer donc je n’ai pas pu faire autrement que de les avoir sur la photo.

    Le site sauvage de l’Anse Cochat et la plage Bonaparte que l’on atteint par un tunnel creusé dans la falaise garde le souvenir de la résistance Bretonne.

    Une panneau gravé dans de la pierre indique l’histoire émouvante de cette plage :


    plage_napoleon_panneau


    Panasonic G1 en mode priorité ouverture réglée sur F/7.1 au grand angle 16mm équivalent 32mm en 24×36, 1/1600ème de seconde, 100 iso, compensation d’exposition moins 1/3 IL.

    En novembre 1943 les aviateurs arrivaient par train en gare de Saint Brieuc et de Guingamp et étaient hébergés dans la région. De là ils étaient regroupés dans la maison de J. Gicquel choisie pour les opérations d’évacuation. « Plage Bonaparte » en code. Ce nom lui est donc restée.
    20 à 25 aviateurs se rendaient par la lande jusqu’à la plage où ils embarquaient dans de petites embacations pour rejoindre la corvette anglaise qui mouillait au large.

    Plusieurs plouhatins et plouhatines (habitants de Plouha qui se situe à quelques kms) hébergèrent et convoyèrent à leur risque et péril les aviateurs alliés.


    En s’approchant de la mer la vue est assez jolie, j’ai du faire avec les ombres dures de ces journées exceptionnelles pour un mois d’octobre.


    plage_napoleon


    Panasonic G1 en mode priorité ouverture réglée sur F/7.1 à 16mm (équivalent 32 mm en 24×36), 1/160ème de seconde, 100 iso, compensation d’exposition moins 1/3 IL.

    Une fois en bas la vue est superbe (ça tranche un peu avec la photo précédente mais c’est la faute des lumières très dures ;-) )


    Plage Bonaparte


    Panasonic G1 en mode priorité ouverture réglée sur F/7.1 à 30mm (équivalent 60 mm en 24×36), 1/640ème de seconde, 100 iso, compensation d’exposition moins 1/3 IL.

    Inutile avec un micro 4/3 de fermer l’ouverture à f/8 ou f/9 vu que la profondeur de champ est beaucoup plus grande qu’avec un réflex.

    Je n’ai pris que peu de photos de cet endroit à cause des difficultés dues à la lumière trop dure et au nombre de touristes présents.



    carte_bonaparte


    Saint Brieux et Plouha se trouvent sur la côte nord de la bretagne.


    carte_bretagne


    Je suis ensuite allée dormir sur les falaises de Plouha à la pointe de Plouha


    coucher de soleil sur Plouha


    Nous sommes arrivées tard Biscotte et moi sur la pointe de Plouha, il nous a fallu chercher pas mal pour y accéder. Personne sur le petit parking naturel en haut des falaises, je gare ma voiture de façon à m’endormir avec ce spectacle magnifique sur la mer avec les lumières de la ville au loin. Je prends ma chiene dans les bras pour la mettre en hauteur et qu’elle puisse admirer le paysage. Elle est restée scotchée au moins 5 minutes à regarder ces petites lumières de la nuit. Puis je me suis installée et du hayon ouvert arrière j’ai pris cette photo en m’appyant sur la tablette arrière de la voiture car évidement j’avais oublié mon trépied chez moi ! Je me suis endomie paisible avec le bruit des vagues qui comme une berceuse m’ont accompagnée vers le sommeil avec cette vue magique sous les yeux.

    La photo est assez bruitée mais vu que je n’avais pas de trépied. J’ai dû donc dû monter en sensibilité à 3200 iso. Photo prise avec le réflex K-x, ouverture réglée sur f/5.6 vitesse 1/6ème de seconde (heureusement que j’ai pu avoir un point d’appui !) compensation d’exposition de moins 1/3, non pas pour ne pas griller les hautes lumières vu qu’il faisait très nuit mais pour gagner un peu de vitesse déjà très lente en compensant l’exposition ! Je savais que ça allait faire monter le bruit mais avec une vitesse inférieure la photo était floue).